Capitalisme mondialiste et idéologie gauchiste : même combat

Publié le 30 novembre 2020 - par - 13 commentaires - 689 vues

Qui peut croire un instant que la classe des capitalistes mondialistes, si riche et si puissante, qui pas un instant ne se pose un cas de conscience quand elle licencie ou provoque des guerres pour satisfaire ses intérêts, puisse envisager ce Great Reset, pour le bien de l’Humanité ?

Leur discours est fascinant. On dirait PRESQUE la description du communisme : “décarboniser l’économie, développement durable, passer d’une réflexion à court terme à une réflexion à long terme, passer du capitalisme actionnarial à la responsabilité des parties prenantes, la gouvernance environnementale et sociale et la bonne gouvernance, intégrer tous les acteurs de la société mondiale dans une communauté d’intérêt, d’objectif et d’action communs, placer la nature au cœur de notre mode de fonctionnement, mettre à nouveau notre pensée et notre comportement en harmonie avec la nature, construire un nouveau contrat social qui honore la dignité de chaque être humain, s’assurer que les nouvelles technologies dans le monde numérique, biologique et physique restent centrées sur l’Homme et servent la société dans son ensemble, en offrant à chacun un accès équitable, la dénonciation de la non-durabilité de notre ancien système en termes de cohésion sociale, d’absence d’égalité des chances et d’inclusion, tourner le dos aux maux causés par le racisme et la discrimination”…

C’est là où l’on se rend compte que le gauchisme est devenu la véritable idéologie du capitalisme mondialiste. Bien évidemment, ce n’est qu’une idéologie qui a pour seule fonction de cacher les véritables intentions, ce qui transpire quand ils laissent échapper : “faire évoluer notre modèle économique et placer les humains et la planète au cœur d’une création de valeur mondiale”.

Eh oui, ce si beau programme n’est qu’un programme pour la centralisation de l’exploitation de l’homme par l’homme, entre les mains de quelques-uns. Que son idéologie soit gauchiste n’a alors rien d’étonnant, comme il fallait que l’idéologie du capitalisme d’État russe soit le stalinisme. Promettre le plus tentant afin de faire passer la plus terrible des sujétions, la plus écrasante des dominations, la plus effroyable des exploitations. Nous ne devons pas nous laisser prendre à ce miroir aux alouettes.

Pourquoi les gauchistes sont-ils devenus les plus zélés partisans des capitalistes mondialistes, défendant l’immigration massive, l’islamisation de la société, tout ce qui peut faire éclater la famille, le racisme sous sa forme moderne d’antiracisme racialiste, etc.? Certes, il y a (en ce qui concerne son positionnement envers l’islam), l’abandon du prolétariat « old school » – dont ils n’avaient d’ailleurs pas compris ce qu’il est, l’assimilant à une classe ouvrière « aux mains sales» – pour l’appui à de nouveaux « damnés de la Terre » que seraient « les musulmans » –  y compris donc les émirs et magnats du pétrole. Mais cela n’explique pas tout, globalement.

C’est qu’ils sont, avec les capitalistes mondialistes, dans la même relation qu’ils étaient avec l’URSS : le mondialisme, avec la destruction des États-Nations, la mixité forcée, la suppression des frontières, la mise en place d’un super-État dictatorial avec une monnaie unique, la prolétarisation de toute la société, c’est bien, mais il faut rester critique, car ce serait mieux avec nous, les partis gauchistes, au pouvoir, plutôt que l’oligarchie des très riches. Ils font, comme avec l’URSS, la distinction entre un système socio-économique qu’ils confondent avec un pas en avant vers le communisme alors qu’il n’était/n’est que le renforcement du capitalisme, et les vilains bureaucrates/« riches » qu’il va falloir ensuite renverser pour prendre leur place (révolution politique).

Les partisans milliardaires capitalistes mondialistes qui ont tout le pouvoir économique à travers leurs banques et leurs multinationales, entourés de leurs valets, les Sarkozy, Hollande, Macron, Mélenchon, Jadot, et ailleurs les Merkel, Johnson, Biden, Trudeau, prétendent vouloir le mieux pour l’humanité. Ils partent d’une vérité à laquelle nous aspirons tous : que les problèmes (écologiques, démographiques, économiques, sociaux, civilisationnels…) posés à l’Humanité soient gérés au niveau mondial. Mais ils agissent comme les bolcheviks. Ils prétendent penser et agir pour nous, pour notre bien. Ne les laissons pas faire. Nous savons ce que cela a donné en Russie : la dictature du Parti sur le prolétariat, la famine organisée pour que chacun ait à manger, la délation généralisée pour protéger la liberté de chacun, la dépendance totale de l’individu pour l’émancipation du peuple. À l’opposé de leur plan diabolique, affirmons bien haut que l’émancipation de l’humanité sera l’œuvre de l’humanité elle-même.

François Tara

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Mantalo

Ça s’appelle : ” L’internaaationa-a-a-leu…! poil au noeud.

lessentiel

Je cite :
“l’exploitation de l’homme par l’homme”
l’exploitation moderne s’appelle le travail.
On donne son c.l pour un salaire de misère et on aime ça.
On a appris de nos arrière-grands-parents que le travail, c’est bon pour la santé.
Les riches s’en foutent de travailler, et le seul moyen de contrôler les sous-merdes qui travaillent pour eux, c’est de les DIVISER (je suis chrétien , je suis musulman , je suis de gauche , je suis de droite , je suis capitaliste , je suis communiste , je suis royaliste)
DIVISER POUR MIEUX REGNER.
Et les capitalistes ont bien réussi à diviser la masse car le peuple n’arrive pas à réfléchir car il est obnubilé par le foot, la bière , les chips , les ragots de cnews et bfmwc , de leur maison et de leur jardin , le dernier tel..

François BLANC

vous parlez comme le marxiste mélenchon qui est riche mais contrairement à lui les chefs d’entreprise souvent cités comme riches, travaillent beaucoup et plus que leurs salariés

lessentiel

Je cite :
“vous parlez comme le marxiste Mélenchon qui est riche mais contrairement à lui les chefs d’entreprise souvent cités comme riches”

déjà faudrait définir “riche”

100000 euros sur son compte bancaire
1 million sur son compte bancaire
100 millions sur son compte bancaire
1 milliard sur son compte bancaire
100 miliards sur son compte bancaire et dans un paradis fiscal

il y en a plein qui profitent de leurs existences insignifiantes sans penser au travail
le travail n est pas l’alpha et l’omega.

lessentiel

tripalium \tʁi.pa.ljɔm\ masculin

(Antiquité) Instrument d’immobilisation et de torture à trois pieux utilisé par les Romains pour punir les esclaves rebelles.
« “tripale”, c’est comme “tripalium”, c’était le nom d’un instrument de torture à trois branches chez les Romains, et c’est la racine du mot “travail”. Étymologiquement le mot “travail” vient d’un instrument de torture

lessentiel

Je cite :
“Pourquoi les gauchistes sont-ils devenus les plus zélés partisans des capitalistes mondialistes, défendant l’immigration massive, l’islamisation de la société, tout ce qui peut faire éclater la famille, le racisme sous sa forme moderne d’antiracisme racialiste, etc.”

https://www.youtube.com/watch?v=jXfvMAw_pjQ&list=PLqbp8WtoSY9E9ex15p9ynPOjJ00gO3qRU&index=4

lessentiel

Je cite :
“Eh oui, ce si beau programme n’est qu’un programme pour la centralisation de l’exploitation de l’homme par l’homme, entre les mains de quelques-uns”

L’exploitation de l’homme par l’homme a toujours existé :

-sous l’empire romain qui a asservi toute l’Europe
-sous les Egyptiens, pour construire les pyramides
-sous l’empire français qui a colonisé l’Afrique, le Vietnam …
-sous l’empire espagnol qui a colonisé et massacré les Incas ….
-en France, le clergé et la noblesse qui contrôlaient le tiers-état
-aux Etats-Unis, l’exploitation des Noirs dans les champs de coton
– en Martinique, les békés qui contrôlent la majorité des terres et qui les exploitent :

https://www.youtube.com/watch?v=Z8ysSI0tHY0&list=PLqbp8WtoSY9E9ex15p9ynPOjJ00gO3qRU&index=2

Paskal

“L’exploitation de l’homme par l’homme a toujours existé”
Evidemment, personne ne dit le contraire mais jamais appuyée sur un Etat mondial (je doute fort d’ailleurs que ce soit possible).

Emile

Qui étaient ces communistes bolcheviques en Russie ? qui sont ces mondialistes d’aujourd’hui ? qui ont toujours été à la tête des partis politiques de gauche d’extrême gauche ? qui sont ces troskistes qui ont infiltré les socialistes, aujourd’hui les verts ? qui? regardez leur nom et leurs origines .(loi Pleven)

François BLANC

le modèle que vous décrivez me semble correspondre au triste sire Sorros, Opportuniste et cynique devenu riche, juif et marxiste internationaliste, bref le parfait bolchevique en remplaçant lumpen prolérariat par lumpen électorat

patphil

quand on voit comment les syndicats ont cessé de défendre les travailleurs …

Tara François

Daniel De Leon du Socialist Labor Party aux USA au début du siècle, puis, plus clairement, la “Gauche communiste” germano-hollandaise après l’étouffement de la révolution russe par le capitalisme d’Etat mis en place par les bolcheviks, enfin, après la Seconde Guerre Mondiale, les groupes qui en ont été plus ou moins les héritiers comme le Fomento Obrero Revolucionario, la Gauche Communiste Internationaliste, le Courant Communiste Internationaliste, le Groupe Communiste Internationaliste et d’autres, ont clairement critiqué la réduction du syndicalisme à un rouage essentiel du capitalisme.

Paskal

Les bolchéviks ont-ils “étouffé” la révolution russe ? Comme les jacobins en France, ils représentaient l’aile la plus radicalisée de la bourgeoisie. C’est ce que pensent les marxistes les plus “orthodoxes” (conseillistes). Par contre, les bordiguistes voient dans le coup d’état de 1917 une prise du pouvoir par le prolétariat mais condamnée à échouer, la révolution ne s’étant pas étendue.
De leur côté les anarcho-maoïstes (Gauche Prolétarienne) considéraient eux aussi les syndicats comme des organisations de collaboration de classe dépassées (“nous sommes tous délégués”).
En tout cas, tout en étant contre le capitalisme, tous sont mondialistes, pour une république universelle où fusionneraient toutes les langues et nations.

Lire Aussi