Carnage de Boston, terrorisme, menace islamique et démocratie

Publié le 16 avril 2013 - par - 2 221 vues
Share

L’innommable s’est encore produit : le carnage du marathon de Boston nous plonge à nouveau dans l’horreur.

Trois morts, une centaine de blessés dont certains entre la vie et la mort, d’autres à jamais mutilés…

Nul ne sait encore qui sont les responsables de cette sanglante atrocité.  Nul ne le sait mais comment s’empêcher de penser à d’autres actes terroristes dont on ne connaît, hélas, que trop bien les auteurs ?

Quelle que soit l’identité de ces fous criminels, ce dernier attentat devrait inciter les pays occidentaux – et de culture occidentale comme l’Australie et la Nouvelle-Zélande dont on oublie toujours qu’ils sont à l’Est – à réfléchir vite et bien aux conséquences du laxisme qu’ils ont affiché depuis des décennies devant la montée de l’islamisme.

Mais qu’est-ce que l’islamisme sinon l’application à la lettre de ce livre sanguinaire et malsain qu’est le Coran ?

Messieurs et Mesdames qui nous gouvernez, Messieurs et Mesdames les journalistes, citoyens et citoyennes de la bien-pensance et du politiquement correct, VITE, LISEZ LE CORAN.  Vous y trouverez dans son intégralité le programme des réjouissances   mis en œuvre par un fou furieux surnommé Mahomet, mégalomane, violeur, pédophile, assassin sanguinaire. 

Vous y apprendrez qu’un bon musulman a pour devoir d’éradiquer de notre planète les juifs et les chrétiens (aimablement qualifiés de singes et de chiens) et que tous les moyens sont bons pour y parvenir pour complaire à Allah.

Vous y apprendrez qu’un bon musulman ne doit pas faire un ami d’un « koufir » mais qu’il a pour devoir de tout mettre en œuvre pour l’amener à embrasser cette merveilleuse religion d’amour, de tolérance et de paix qu’est l’islam.

Vous y apprendrez qu’un bon musulman a le devoir de battre sa femme si elle le contrarie ou lui désobéit.

Vous y apprendrez que le voleur doit être amputé d’une main et du membre inférieur opposé.

Vous y apprendrez qu’un bon musulman se doit, pour protéger l’honneur de sa famille lorsqu’une de ses filles ou son épouse a sexuellement fauté, de les dénoncer à l’imam qui ordonnera leur lapidation.  Lapidation qui se pratique dans les pays que nous connaissons mais aussi dans les coins reculés de la Turquie, cette même Turquie que d’aucuns semblent si impatients de voir intégrer l’Union européenne.

Mais surtout, lorsque vous aurez achevé la lecture de ce manuel à l’usage de l’Oumma, cette communauté musulmane qui sévit sur tous les continents et qui est, sans conteste, la plus vaste prison sans barreaux du monde pour ceux qui ont le malheur d’en faire partie,  alors vous comprendrez qu’il est urgent de faire marche arrière.

Il est urgent de cesser d’opposer à des esprits endoctrinés dès l’enfance et, plus tard, par des imams qui, sur notre territoire de France, prêchent la haine du non-musulman et l’avènement de l’islam dans ces belles mosquées que l’argent du contribuable sert à faire sortir de terre au rythme effréné d’une par mois, il est urgent de cesser d’opposer notre mode de pensée démocratique et occidentasl dont ils se servent pour faire valoir des droits spécifiques à leur communauté et contraires aux institutions de la République.

Il est urgent d’interdire les grands rassemblements de l’UOIF et de refuser l’entrée, sur notre territoire, d’invités sulfureux au nombre desquels l’hypocrite Tarik Ramadan, maître dans l’art de la taqqyia, petit-fils du fondateur des Frères Musulmans et ardent défenseur de l’islam, le vrai, le pur, le cruel, le haineux.

Il est urgent de fermer nos frontières à toute immigration musulmane dont la preuve nous est quotidiennement apportée qu’elle est incompatible avec nos idéaux, notre mode de vie, notre démocratie.

Il est urgent, Messieurs et Mesdames cités plus haut, que vous interdisiez le voile  dans tout l’espace public dont la rue fait partie,  la prière sur le lieu de travail, le halal déguisé dans la grande distribution,  le prosélytisme des imams, la construction de mosquées qui, outre qu’elles défigurent notre paysage, sont illégalement financées par des élus qui ne sont que des pleutres soucieux de leur réélection.

Il est urgent que vous lisiez les livres des intellectuels arabes, turcs ou iraniens, nés musulmans, qui connaissent mieux que quiconque les tenants et les aboutissants du monde dont ils sont issus – je ne parle pas de ces imposteurs qui sévissent dans nos médias français et qui nous enfument en mettant tout en œuvre pour nous persuader que l’islam peut et sera républicain.

Il est tout aussi urgent que vous lisiez les nombreux témoignages d’apostats de l’islam qui supplient le monde occidental d’ouvrir grand les yeux et de regarder bien en face cette idéologie politique totalitaire et sanguinaire qu’est la religion qu’ils ont jugé sain d’abandonner.

Les musulmans modérés – je ne parle pas des gens qui ont eu la malchance de naître musulmans mais qui ont décidé d’exercer leur esprit critique, mais de ceux qui croient en Allah et en son monstrueux prophète – ne sont que des pions prêts à être manoeuvrés sur l’échiquier des sanglantes batailles menées  depuis quatorze siècles par l’islam pour conquérir le monde.  J’en veux pour preuve la radicalisation progressive de ces mêmes millions de musulmans modérés que compte la France – la France plus que tout autre pays d’Europe pour les raisons historiques que nous connaissons.

Le carnage de Boston ne peut que nous inviter à réfléchir sur le terrorisme en général et sur la menace islamique – et non islamiste – en particulier.  Certes, il reste à établir qui se cache derrière ce dernier attentat.  Entretemps, chat échaudé craint l’eau froide.   

Une fois encore, il est urgent que ceux qui refusent de voir ouvrent les yeux.

Car voici l’enjeu dans la guerre sans merci qui se déroule entre l’islam et le monde occidental : 

DEMOCRATIE OU DHIMMICRATIE.

Eve Sauvagère

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.