Carpentras, Nantes, Angers, Draveil : les différents visages d’une islamisation galopante

Habitant momentanément près de Carpentras et absente quelques jours pour raisons familiales, je reviens de plusieurs villes de France : Nantes, Angers, Draveil (Essonne).

La population du Vaucluse dans les villes d’Avignon, Orange, Carpentras mais aussi partout dans des petits villages alentours comme Mormoiron est surprenante de diversité : le Maghreb y est sur-représenté avec ses femmes « foulardées » ou voilées ou toutes de noir vêtues, leurs kyrielles d’enfants, des personnes du troisième âge également dont on se demande depuis quand elles vivent dans la région, la langue arabe s’entend exclusivement dès qu’on tend l’oreille, et les sourires sont totalement absents des visages si on les regarde. Il m’est arrivé de contempler, stupéfaite, un vieux monsieur sortir sur le pas de sa porte en habit traditionnel (longue dejellaba blanche) et partir ainsi accoutré dans les rues du village (200 habitants).

J’ai assisté voilà quelques semaines à une altercation dans un parking sous-terrain de supermarché à Carpentras entre 2 couples d’ automobilistes, l’un Français originaire du Maghreb  (je pose l’hypothèse qu’ils étaient Français) l’autre des touristes Hollandais (plaque NL). La cause : une place de parking revendiquée par les 2. Les 2 hommes « d’origine de » sont descendus et remontés plusieurs fois dans leur véhicule, chacun à une porte de la voiture NL et entendu distinctement à 3 reprises : « nique ta mère » éructé très agressivement. Les Hollandais avaient l’air pétrifiés et ne sont à aucun moment sortis de leur voiture. Scène banale à en croire certains habitants de la région. Me trouvant derrière la voiture étrangère, j’ai eu peur aussi me demandant quoi faire si les deux énergumènes montaient d’un ou plusieurs crans dans leur colère.

A Nantes où je me trouvais chez une amie qui habite un immeuble à quarante mètres d’une barre d’immeuble social au bas duquel  se trouve une piscine où jouent enfants et adolescents, je remarquai deux femmes couvertes des pieds à la tête par ce long vêtement noir sans doute terriblement inconfortable eu égard à la canicule du moment. A Nantes toujours et à Angers, on croise dans les rues beaucoup de femmes Africaines (où issues de) en boubous aux couleurs bigarrées. J’adore l’exotisme, cet état de fait me choque moins que le foulard, le voile, ou la sorte de burqa  mais enfin… Est-ce bien la France ? Car ce qui interpelle, c ‘est le nombre et non pas les couleurs.

Quant à Draveil, dans l’Essonne, à la base nautique, beaucoup de femmes musulmanes en habit noir, pas un cheveu, pas une oreille ne dépassant du foulard. Je me tourne vers mon amie et lui dit, prudemment (je ne la connais pas encore assez) : « j’ai l’impression qu’on voit de plus en plus de voiles en France », et elle s’exclame, l’air courroucé : « oh mais, ce ne sont même pas les Arabes, si tu savais comme du côté de (elle cite un quartier), ce sont les BLANCHES qui te narguent avec leur voile  ! » Conversions ?

Et pourtant, malgré tous ces signes avant coureurs et de plus en plus ostentatoires, j’ai entendu : « je m’en fous qu’il y ait de plus en plus de mosquées, je suis pour le droit à la différence ». Quand on affirme, arguments massue à l’appui, que l’islam n’est pas qu’une religion mais en vérité un système doctrinaire totalitaire et expansionniste se servant du religieux pour asseoir son idéologie guerrière et installer la Charia à la place de la République laïque, on ne rencontre la plupart du temps aucun écho sauf, évidemment, celui du soupçon raciste.

D’ailleurs, je ne comprends pas comment le mot « raciste » est encore employé par nos dirigeants alors que le mot « race » est censé avoir disparu de la Constitution !

Il faut que dans chaque pays européen  une Résistance digne de ce nom voit le jour et s’organise afin de ne pas devenir dans 20, 30 ans des pays complètement sous le joug des fous d’Allah. Sinon, je crains qu’il nous faille sérieusement penser à émigrer sous des cieux plus cléments.

Battons-nous, organisons-nous, nous Européens (de souche ou non) avant qu’il ne soit définitivement trop tard.

Non à l’islam totalitaire, non à l’arriérartion mentale, non à la servitude des femmes, non à cette religion de haine et de peur !

Caroline Corbières

image_pdfimage_print