Carrefour joue le halal, fait un pont d'or à son nouveau PDG… mais réduit la masse salariale !

La France est en pleine crise économique et identitaire et elle n’en sortira pas de si tôt… si elle s’en sort !!
On demande des sacrifices aux citoyens, c’est logique et obligatoire mais les citoyens peuvent se montrer à juste titre fort courroucés devant les « cadeaux » consentis à certains grands dirigeants. C’est le cas le plus récent (en attendant le prochain) et il concerne Lars Olofsson directeur général du Groupe CARREFOUR depuis le 1er janvier 2009.
Les parachutes dorés offerts aux deux précédents dirigeants de ce groupe (Daniel Bernard et José Luis Duran) paraissent quelque peu désuets devant le pont d’or consenti à Olofsson : Dès son « recrutement » on lui propose d’emblée 13 années d’ancienneté et c’est ainsi qu’à la fin de son « mandat » de 3 années il pourra prétendre à 16 ans de présence et donc à une « retraite » annuelle de 500.000 euros jusqu’à sa mort, PLUS bien entendu ses « primes » : salaire fixe, bonus, stock-options, etc. soit 9,25 millions d’euros.
Les gros actionnaires membres du conseil d’admnistration du Groupe n’ont pour unique objectif que la progression constante de l’action Carrefour et jusqu’à ce jour ils ont eu raison car elle a pris près de 20% depuis janvier 2009 mais à quel prix ?
La réduction importante de la masse salariale et la compression des responsables techniques hautement qualifiés (remplacés par des « copies » sans aucune spécialisation. Egalement la multiplication des points de vente discount et (cerise sur le gâteau) la volonté affirmée d’attirer dans le panel de leur clientèle les nouveaux consommateurs de produits « hallal ». Mais les technocrates qui ont préconisé cette nouvelle opération ne se sont-ils pas fourvoyés ? Les consommateurs « hallal » ne représentent que 20% de la population de religion musulmane pratiquante, soit entre 1,2 et 2 millions bien moins importante donc que la population composant leur clientèle habituelle refusant de consommer des produits provenants d’animaux égorgés vivants et qui peuvent fort bien décider le boycott de toutes enseignes commercialisants les produits « hallal ».
Et l’on peut se poser la question : est-ce que les millions de petits porteurs ont été consultés ? Bien entendu la réponse est NON.
Vont-ils se contenter de fermer les yeux et d’engranger les plus values sans s’intéresser à la distribution aussi importante d’une partie de leurs dividendes ? Il est grand temps pour tenter de sauver la France d’une prochaine faillite programmée après la Grèce, l’Islande et probablement le Portugal et l’Espagne et en attendant les suivants que notre gouvernement ne laisse pas s’échapper cette énorme possibilité de combler une partie de son déficit en taxant lourdement ces plus values boursières acquises sur le dos des salariés. J’espère que les actionnaires se montreront aussi généreux envers la France quand elle leur réclamera, ce qui ne saurait tarder, également une partie de leurs bénéfices.
Manuel Gomez

image_pdf
0
0