Casser le peuple français, un préalable pour la « République européenne »

Publié le 25 janvier 2019 - par - 43 commentaires - 1 847 vues
Share

Casser le peuple français, un préalable à la réalisation de la « République européenne »

Merci à Coriolis qui nous a signalé cet article qui analyse très finement la situation, la volonté des élites européistes et leurs objectifs, casser le peuple français. Lumineux.

Belle base de travail pour un parti politique…

Les Français ont un grave problème avec leurs dirigeants politiques. Un sondage récent révèle qu’ils n’ont plus confiance en ces derniers. La perte de confiance transforme ipso facto les deux principales administrations en machines bureaucratiques répressives.

Jusqu’à une période récente, police et fisc cohabitaient avec le peuple.

L’hostilité était latente et la critique se faisait par le biais de l’humour. Concrètement, un policier pouvait habiter n’importe où sur le territoire national sans rencontrer de difficultés particulières. De nouveaux impôts et taxes pouvaient être levés sans rencontrer d’opposition.

Depuis les années 2000, cela n’est plus vrai pour la police.

Depuis la révolte des Gilets jaunes, cela n’est plus vrai pour les impôts.

Il a été mis fin à la doctrine de la « police de proximité » dès lors qu’il n’a plus été possible d’assurer la sécurité des policiers et celle de leur famille résidant dans certains quartiers.

Lorsque les derniers policiers ont été chassés des quartiers dits sensibles, les zones de non-droit ont proliféré.

Il a été mis fin à la théorie de l’impôt comme contribution volontaire de chacun aux dépenses publiques au prorata de ses ressources. L’État-cochon se sert le premier, sans vergogne.

Les gouvernements de droite comme de gauche ont sciemment renoncé à faire respecter les deux principes fondamentaux de la République : l’unité du territoire national et l’égalité de tous les citoyens devant la loi. L’article premier de la Constitution est violé en permanence : « La France est une république indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion.»

La France n’est plus une république. Sa Constitution est un chiffon de papier. Le territoire national est divisé. La loi ne s’applique pas à tous de la même manière.

En quelques années, nous sommes passés du diagnostic de la « fracture sociale » du président Chirac à celui de la « partition du territoire » du président Hollande.

On a cru que les différents présidents élus concernés par ce problème, (Chirac, Sarkozy, Hollande, Macron) entérinaient cette situation en soi parfaitement intolérable, parce qu’ils étaient faibles.

L’attitude du pouvoir face à la révolte sociale des Gilets jaunes prouve le contraire.

Le pouvoir, quoique privé au plan international de l’essentiel de ses prérogatives, fait preuve d’une volonté inflexible, d’une dureté peu commune, en tout cas du rarement vu sous la Ve République. La répression contre les Gilets jaunes est féroce. Blessés, arrestations, condamnations se comptent par milliers.

Comment comprendre que le même État soit passif face à la « révolte des banlieues » et hyper-agressif face à la révolte des Gilets jaunes ?

Cette contradiction disparaît si on la situe dans l’axe principal de la politique poursuivie depuis une cinquantaine d’années.

Un bref regard sur le processus de construction de l’Union européenne

L’Union européenne a franchi deux étapes fondamentales : celle du « marché commun », puis celle de la « monnaie unique ».

Nous sommes dans la construction de la 3e étape : selon les théoriciens de l’Europe, il faut que l’Union européenne se poursuive par la création d’une République européenne reposant non sur les nations et les peuples, mais sur le « citoyen européen. »

La citoyenneté européenne repose sur une identité négative. Sur un principe de néantisation

Pour que cette citoyenneté abstraite devienne réalité, il faut « casser les peuples ». C’est sur les décombres des nations que cette citoyenneté fantasmée sera construite.

Je n’invente pas, je ne caricature pas en faisant usage de cette expression : casser le peuple.C’est Ulrike Beate Guerot, politologue allemande, experte agréée ès Europe, qui le formule clairement à Raphaël Enthoven, lors de l’émission « l’Europe un bien ou un mal » diffusée sur ARTE. Il faut « casser les peuples » dit cette spécialiste pour construire la République européenne.

La « casse du peuple français » est la cible privilégiée des partisans de l’Union européenne

« Casser le peuple » signifie briser son unité, le fractionner en plusieurs morceaux hétérogènes, hostiles, voire antagoniques. Pour cela, il faut mettre en place une politique qui divise en profondeur la société.

Cette politique ne peut être réalisée qu’à une condition : que les peuples soient tenus dans la plus parfaite ignorance de ce que l’on trame contre eux.

La politique européenne est donc par définition, une politique perverse

La démarche du pervers consiste à brouiller la perception des réalités, à distiller le doute et les messages contradictoires, afin que la personne ciblée (la proie à posséder et à détruire) perde toute confiance en elle, se sente dégradée, se perçoive de manière négative, perdant ainsi tout volonté autonome, se livrant sans résistance à son bourreau.

Les victimes des pervers manipulateurs ont toutes été enfermées dans ce type de scénario, comme le confirment leurs témoignages.

Les deux moments de la casse du peuple français

Pour casser un grand peuple à l’identité forte, aux racines puissantes, comme le peuple français, il faut trouver un levier susceptible de l’enfermer dans sa propre logique, de l’opposer à lui-même, de le miner de l’intérieur.

1°) donner une centralité à l’immigré

Ce levier puissant a été mis en place sous la présidence de François Mitterrand. Il a consisté à mettre l’immigré au centre de l’échiquier politique. Certes, ses prédécesseurs avaient commencé à déblayer le terrain, tant au plan économique, qu’international.

Giscard d’Estaing fait voter la loi sur le rapprochement familial qui provoque l’afflux massif d’immigrés dans un contexte de destruction du tissu industriel et de crise de l’emploi.

On fait venir des gens dont on sait qu’une grande partie sera sans emploi. Parallèlement commence l’hyper-taxation des classes moyennes.

La classe ouvrière est humiliée, paupérisée, appelée à rejoindre les rangs du sous-prolétariat vivant de l’aumône publique.

À l’international, on glorifie le « combattant palestinien » qu’on livre comme modèle d’identification aux « jeunes des banlieues ».

L’instrumentalisation des immigrés

Mitterrand travaille à remodeler l’échiquier politique et avance deux nouveaux pions. Le Front National, une formation dont le discours fait son miel de l’immigré. Jean Marie Le Pen qui était totalement marginal se retrouve du jour au lendemain (par l’appui massif des grands journaux et des chaînes de télé qui s’ouvrent à lui comme par miracle), au centre du théâtre politique et médiatique.

Le jeu politique se met à fonctionner par rapport à la figure de l’immigré.

On ne vote plus pour un candidat, mais contre un prétendu danger fasciste inventé de toutes pièces ! C’est ainsi que la peur d’un fascisme fantasmé donne carte blanche aux bradeurs du pays. C’est ainsi que Jacques Chirac, Emmanuel Macron sont élus.

La « gauche mitterrandienne » et à sa suite la « droite dite républicaine », estiment que le peuple français est composé de racistes, xénophobes, de « Dupont-Lajoie ». La relation à « l’immigré-pion » est le paramètre principal de cette nouvelle gauche/droite à la sauce Mitterrand.

Dans le même temps où l’on prétend défendre les immigrés contre les Français racistes, on initie une stratégie qui a pour effet de rendre impossible leur assimilation.

La sacralisation/exclusion de l’immigré

Comment ? Tout simplement en les rendant « intouchables », en les « sacralisant », en invalidant a priori toute critique les concernant. En diabolisant la société civile. SOS Racisme jouera un rôle clé dans ce dispositif avec son slogan phare : « Touche pas à mon pote ». (Ironie de cette démarche perverse, cet organisme avoue son objectif qui est d’appeler au secours le racisme).

Signe du tabou de « l’immigré-pion sacré » : Lors des « révoltes des banlieues », ordre est donné aux policiers de ne pas intervenir. Un policier est félicité par Nicolas Sarkozy pour avoir accepté de se laisser tirer dessus à bout portant.

Officiellement, les « banlieues sensibles » sont globalement mises hors-la-loi.

Seule l’application stricte de la loi aurait permis de séparer les « violents » de la masse des autres. Or, en laissant se constituer des zones de non-droit, on a interdit à la loi républicaine de faire son œuvre de séparation/ intégration/construction de l’identité nationale. Le processus par lequel se construit et se revendique une identité commune passe par l’existence d’une loi commune, applicable à tous.

Si l’on met toute une population « hors-la-loi », si on valide le fait que la police (et tout ce qui symbolise l’autorité, y compris les médecins et les pompiers) ne puisse plus entrer dans certains quartiers, alors on rend quasiment impossible l’intégration.

La sacralisation de l’islam

La gestion du terrorisme islamiste s’engouffre dans la même filière, faisant monter d’un cran les tensions. Au nom du « pas d’amalgame », on pratique l’amalgame. On contraint la masse des Français, musulmans compris, quelle que soit la volonté de chacun, à subir la pression de l’islam politique. On invente le mythe d’un islam de France.

Sous couvert de respect du droit d’asile, on accueille en masse les terroristes algériens, syriens, irakiens, afghans… On ouvre les portes aux « migrants », quel qu’en soit le prix.

Après chaque attentat islamiste, on met à rude épreuve les nerfs des Français en exigeant d’eux une parfaite soumission à la montée de l’islam politique. Toute manifestation de colère est a priori traitée de raciste et donc condamnée. On valorise à outrance le « vous n’aurez pas ma haine » comme si le choix était entre « haïr » ou « se soumettre » ! Le peuple dans sa globalité est humilié.

Ceux qui prennent sur eux, qui intériorisent le drame vécu, sont modélisés. Ils font partie des bons Français. Les autres, ceux qui demandent au gouvernement de prendre des décisions énergiques, sont des mauvais Français. Des « islamophobes », même s’ils sont musulmans.

C’est ainsi que la colère légitime face aux centaines d’assassinats et aux milliers de victimes ne peut s’exprimer librement. Elle est canalisée vers le vote dit « populiste ».

La manœuvre est payante : les 20 % de Français qui votent « Front National » sont globalement jetés aux chiens. Leur image est dégradée par une propagande délirante.

On laisse les Français issus de l’immigration s’enfermer dans les zones de non-droit et tomber sous la coupe des gangs islamistes mafieux. On obtient ainsi la première grande brisure du peuple.

Il s’agit maintenant de casser l’autre morceau du peuple : les Français de souche. La chose semble facile, dès lors qu’ils ont été ostracisés.

2°) La grande casse des Français de souche

C’est à Emmanuel Macron de porter l’estocade finale contre le peuple français. La chose semble n’être qu’une simple formalité. Les grands partis politiques ne sont-ils pas globalement disqualifiés ? Les syndicats mis au pas ? Les médias aux ordres ? La justice clochardisée ?… Dans un tel contexte, le peuple sans voix, sans représentant, peut être écrasé.

Mais l’Histoire est pleine de rebondissements, et contre toute attente, le peuple martyrisé se soulève.

Les Gilets jaunes, tout le monde l’aura noté, représente l’autre composante, pour le moment largement majoritaire, du peuple français. Dans leur masse, ils sont des citoyens issus de Français de souche ou d’immigrés parfaitement assimilés.

En mobilisant la totalité des forces de police contre les Gilets jaunes, en utilisant la totalité de l’arsenal des armes disponibles – gaz lacrymogène, grenades, Flash-Ball, camion à eau, chars… blessant, mutilant… – le gouvernement actuel provoque sciemment une déchirure irréversible dans le tissu social.

Le pouvoir mobilise toutes les forces dont il dispose : la police, la justice et concomitamment, les médias officiels. Deux images des « Gilets jaunes » sont simultanément construites :

D’une part celle du « casseur » qui vient pour piller et en découdre et dont l’extrême violence justifie l’incroyable déploiement de forces. Les médias se délectent des scènes de guérillas urbaines qu’ils diffusent en boucle.

De l’autre, une propagande insidieuse, massive, lancinante, présente les « Gilets jaunes » comme de braves gens certes, un tantinet « débiles » ; des « idiots » appartenant aux « ratés » de la mondialisation ; une masse de « pauvres types », de laissés pour compte… qui ne savent pas ce qu’ils veulent ; qui demandent la même chose et son contraire… incapables de « dialoguer » rationnellement.

Ce qui se dit à longueur d’antenne, les insultes à peine voilées proférées à l’encontre du peuple français, sont à la limite du soutenable. Ce qui se construit à travers la caricature des Gilets jaunes, c’est l’image d’un peuple français rabaissé, bon à jeter dans une sorte de grande casse de l’Histoire, auquel on jette les miettes d’un grand festin, des bouts d’os à ronger.

Le jeune et fringant président qui manipule avec tant de brio le verbe, lance un message à l’autre France, celle des « gens biens » : vous ne pouvez pas décemment vous revendiquer de ces « gens-là » ! « Vous les « instruits », les « diplômés », les gagnants… qu’avez-vous de commun avec cette « plèbe composée d’ignares » ? On appelle l’autre France à cracher sur ses « racines », sur son père, son grand-père, ses voisins… à avoir honte d’elle-même.

Le président de la République, garant de l’unité nationale, œuvre à détruire sous nos yeux, en direct, cette unité. Nous savons tous que n’importe lequel de ses prédécesseurs aurait au minimum renvoyé son gouvernement, voire dissout l’Assemblée nationale, provoqué des élections.

Macron ne peut en appeler au peuple au moment où précisément il se livre à la démolition en règle de la nation. Il renverse l’ordre constitutionnel lequel proclame : « La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum » (Constitution de 1958, art. 3).

  1. Macron estime que la source de la légitimité vient de lui. Le bon peuple, le vrai peuple est celui auquel il accorde son « onction ». Il le convoque, comme on convoque un valet et le somme de s’expliquer devant lui.

Cette arrogance délirante, en soi risible, s’explique.

  1. Macron est le premier président à être habité d’une part par la honte d’être français, de l’autre par l’exaltation sans limites de son « ego ». Il ne s’est jamais privé, au cours de ses interventions, d’exprimer le mépris qu’il porte au peuple, à son histoire, ses traditions.

« Le citoyen européen que nous voulons construire n’a rien à voir avec la « plèbe des Gilets jaunes ». Tel est en substance le message qu’E. Macron diffuse au cours de ses débats marathons.

La république européenne comme cimetière des peuples

Lorsque l’on additionne la composante issue de l’immigration et la composante Gilet jaunes, c’est le peuple dans sa globalité qui fait l’objet d’un rejet massif de la part des « élites européistes ». C’est le peuple français qui est mis hors la loi.

Au terme de ce processus, deux types de citoyens se font face : les citoyens français réunis par l’amour de la France (quelles que soient leurs origines) et les citoyens abstraits, ceux qui se revendiquent d’une République européenne imaginaire.

Cette mise hors la loi du citoyen français réel est nécessaire pour laisser place au « citoyen européiste », abstrait, auto-créé, dont le président français est l’archétype. E. Macron est une sorte d’enseigne publicitaire, un produit du marketing politique, un personnage sorti du laboratoire idéologique du politiquement correct ; un être « chimiquement pur », qui se veut lisse et sans tache, n’ayant jamais été confronté au vécu qu’affrontent quotidiennement des millions de citoyens ; une incarnation de cet androïde, « robot du futur », capable de parler pendant des heures… comme une machine.

La France « start-up of nations » prônée par E. Macron, n’a nul besoin de territoire national unifié. Elle a juste besoin d’une adresse prestigieuse, le Paris des beaux quartiers, pour établir son « siège social ».

S’il s’adresse directement aux maires, c’est aussi pour dire : il n’y a plus de loi commune. C’est maintenant à vous de faire la loi dans vos « territoires ». La nation n’existe plus. Les députés, les sénateurs sont des survivances de l’ancienne France. Ils le confirment par leur assourdissant silence.

La France, Une et indivisible, devient somme de « territoires », ou de « zones » dont les élus locaux auront la gestion. Ici, les « réserves » des Français issus de l’immigration ; là, les « réserves » des Français de souche, celles des « Gilets jaunes ».

L’État « start-up » n’a besoin ni du peuple, ni de la nation. Le futur membre de la future république européenne n’est pas un « citoyen », mais un « actionnaire » qui a pris une participation dans « l’entreprise Europe » qu’il ne juge que sur un seul critère : la quantité de contrats commerciaux qu’elle signe.

Ce qu’il veut, c’est toucher des dividendes. Il ne croit en rien d’autre. Pour prouver qu’il a une âme, il fait la « charité » qu’il applique à l’humanité selon une logique propre aux élevages industriels. Il est d’accord pour donner au « troupeau humain » la quantité minimale de calories nécessaires à sa survie (le revenu universel). De plus, il défend la « Nature » et se bat contre le réchauffement climatique.

Il applique un droit composé exclusivement de normes, sans se préoccuper de la justice.

Dans le cadre de « l’entreprise Europe » qu’il appelle République, il est ce nouveau gladiateur, prêt à se battre contre la nation et le peuple français qu’il perçoit comme un obstacle à la magnifique paix des cimetières des peuples qu’il nous prépare.

L’Histoire enseigne que son combat est perdu d’avance.

La « Tour de Babel Europe » s’effondrera, comme se sont effondrés dans le passé tous les empires, sans exception.

Christine Tasin

http://resistancerepublicaine.eu/2019/01/25/casser-le-peuple-francais-un-prealable-a-la-realisation-de-la-republique-europeenne/

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Sidney Touati pour Dreuz.info.

https://www.dreuz.info/2019/01/23/casser-le-peuple-francais-un-prealable-a-la-realisation-de-la-republique-europeenne/

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
lafronde

Comment les français pourraient se sortir de ce régime politique qui vend le pays ? Ils pourraient déjà se rendre compte que ce régime DIVISE les citoyens, sur des sujets matérialistes – la « justice sociale » ou promettre de redistribuer l’argent du plus riche que soi. Cette promesse – fondée sur la jalousie sociale – justifie le rôle du politicien, et la domination d’un Etat centralisé. Bien entendu le riche nomade fuit la spoliation : en fuyant le pays ou en réduisant son activité, son exposition à l’impôt. Pour remplir sa promesse et se faire réélire, le politicien-justicier social en est réduit à (sur)taxer la classe moyenne sédentaire au profit des électeurs qui croient (encore) à la Redistribution, au nombre desquels les nouveaux citoyens d’une immigration, pas forcément du Travail.

lafronde

Les politiciens ont été à l’origine des nationalismes et de la Guerre de 1914-18 puis en France du pacifisme et de notre débâcle de 1940 (et en Allemagne du revanchisme et réarmement pré-hitlérien), ces politiciens européens se sont défaussés de leur propre responsabilité dans le suicide de l’Europe pour la faire porter sur les Nations et les Peuples. Telle est leur justification de la « construction européenne », de la négation identitaire de ses institutions et de leur supra-légalité. Cette construction ayant admis les droits-créances de l’ONU comme source légale, elle l’installe comme obligation unilatérale des pays-membres. Dès lors le système colonial était mis en place, il suffisait d’attendre que l’Eglise, le Patronat, les migrants, les gauchistes et les clientélistes s’en servent.

Philippe@9.3

L’ordre mondial est intrinsèque au fait que l’information circule.
Mais celui que Christine décrit consumériste, s’il est plausible, n’est pas en train de s’installer. Il est rongé par l’appât du gain immédiat, en vendant tout aux chinois, dictatures pétrolières musulmanes, parfois aux indiens et américains. Le savoir faire, la culture, le territoire, etc…
Comme il n’y a bientôt plus rien à vendre, finissons par vendre la place du peuple.
Par quel miracle la colonisation occidentale du monde n’ayant pas abouti, inviter le monde chez nous, ceux qui nous ont viré, refusé notre culture (voir notre race), peut être une stratégie gagnante.
Immigration et colonisation ont toujours été liés, mais c’est une question de proportion. 1% d’immigration ou 200%, le dilué devient diluant.

Philippe@9.3

Pour moi, la nation europe a toujours été l’objectif de l’union européenne. L’union, le marriage, la fusion, etc…
Donc, ça ne me choque pas plus que ça. Je me demande même pourquoi ça a été abandonné.
Le soucis c’est que ‘le grand remplacement’ s’applique au niveau européen. Et là, c’est plus le deal initial.
Macron et Merkel vendent leur pays.
La gauche a vendu/fermé les usines, perdu l’électorat ouvrier, puis avec les déficits budgétaires ne peux plus acheter les votes fonctionnaires, et donc se tourne vers le vote low cost des migrants, même ceux biberonnés dans la haine génocidaire du non musulman.
Macron hait les non musulmans, la France / l’europe historique, car ils ne votent pas pour lui.

saurer

Macron, Merkel, les deux contre-modèles à détruire …

André Léo

« Les nations d’Europe doivent être guidées vers un super-Etat sans que leurs populations ne comprennent ce qui se passe. Ceci peut être accompli par étapes successives, chacune déguisée comme ayant un but économique, mais qui finira par conduire de manière irréversible à la fédération » – Jean Monnet 1952.

Il y a belle lurette que le citoyen qui réfléchit un peu a compris çà!

Mais le citoyen abruti de télé, anesthésié par les aides de substitution au salaire réfléchit-il encore, quand on sait qu’il ne va plus voter?

UltraLucide

Excellente mise en perspective, ça fait peur mais cela semble bien être la réalité « en marche ». Avec les somnambules bobos, gauchos et chrétiens paumés, le réveil va être très difficile à obtenir. Ca confirme ce que je pense et écris ici depuis que j’ai découvert RL: Le noeud (gordien) de cette tragédie « en marche », le point central, c’est l’UERSS dont Macron et ses sbires ne sont que des éxécutants avec une toute petite marge de manoeuvre. Questions: Peut on encore gentiment parler de « réformer l’UE » pour aller vers « une autre Europe »? Peut-on espérer une véritable et forte entente des partis souverainistes européens pour arrêter la marche au suicide de notre civilisation européenne?

job

Le projet Rivkin en 2010 ( noyer les gaulois sous l’immigration et l’islam ) : un vaste programme subversif ayant pour objectif de transformer l’ensemble du caractère de la France, et en particulier la conscience de la jeunesse française, programme comprenant l’utilisation des jeunes musulmans de France dans une stratégie mondialiste typiquement manipulatrice et se cachant derrière l’habituel paravent des « droits de l’homme» et de l’«égalité».

job

Voilà , pour celles et ceux qui ne connaitraient pas ce projet de 2010 de l’administration américaine dans la trajectoire du mondialisme , faites une recherche : c’est stupéfiant comme tout a été pensé et mis en œuvre . Macron n’est que le liquidateur de la France et de son peuple ( après Sarkozy et Hollande ) au profit des euro mondialistes , et on peut dire qu’il suit parfaitement sa feuille de route , cédant au passage les meilleurs morceaux de notre capital commun à ses amis de la Finance sans frontières ni conscience .

JACOU

« Les Français ont un grave problème avec leurs dirigeants politiques. Un sondage récent révèle qu’ils n’ont plus confiance en ces derniers. »

Les français n’ont plus confiance aux dirigeants politiques mais vont voter pour lrem aux européennes. Ils sont lobotomisés depuis 40 ans.

lucide

LORSQUE NOUS AVONS UN TEL ARTICLE A NOTRE DISPOSITION
le travail nous est mâché. Pure merveille qu’il suffit de partager par e-mail ou à mettre dans les boîtes aux lettres. Enfin un article où finalement tout est dit, le plan de l’oligarchie est très bien détaillé. A nous de savoir « sacrifier UN EURO pour la copie de cet article et le distribuer. PERSO, je vais en faire dix copies. et demander à tous ceux à qui je l’adresse DE LE COPIER ET DE LE TRANSMETTRE AUSSI. Comment voulez-vous que les gens soient informés? Quand ils rentrent fatigués chez eux, ils appuient sur le bouton TV pour se relaxer. Et oui, c’est la réalité..

Les migrants « deviendront très vite des Français de papier, et pourront entrer dans l’armée. Comme ils ne nous connaissent pas, ils nous « casseront » sans pitié..

sitting bull

Excellent Christine , l Onu veut importer 200 000 envahisseurs chaque année et les reloger pour nous détruire ..demain , ils mettront le continent a feu et a sang , Nostradamus nous avait prévenu

UltraLucide

Oui, c’est inquiétant de voir peu à peu tous les ingrédients de ses prédictions se mettre en place inexorablement. Avec le temps qui fuit, il reste de moins en moins de libre arbitre pour éviter le futur qu’il a vu pour la France. Mais ça fait rigoler les sceptiques….

DUFAITREZ

L’Europe est à l’image de la construction de l’URSS.
Union des Républiques Démocratiques…Sous couvert du Soviet suprême à Bruxelles.
L’Opium du Peuple (islam bien nommé) devient sa religion.

Jill

Où il est le peuple que je le casse ?

mac gyver

Les GJ ,seuls véritables contestataires ,sont eux aussi gangrenés de l’intérieur, par ce psychopathe intelligent, Macron; Cet article, très bien fait ,me conforte dans mes analyses . La voie électorale « biaisée », fera ancrer la casse de ce peuple cette Europe métissée consumériste . Qu’importe la valeur de la bouche qui consomme, pourvu qu’elle consomme. Retournez lez problèmes dans tous les sens ,il ne nous reste qu’une dernière solution , une guerre civile armée. Seule, solution ,qui nous fera, peut-être redevenir un peuple LIBRE . Car nous ne sommes plus libre. Notre liberté de penser ,de parler de tout ,est captée par cet Etat de plus en plus policier.

Garde Suisse

Excellente demonstration

40 ans de 93

Excellent texte . Cependant un petit bémol , la majorité des populations africano muzz, n’ont pas été parquées, comme dit dans l’article, se sont les français de souche,ou ceux intégrés, qui ont fuit le fabuleux « vivre ensemble  » tant vanté par ceux qui ne le connaissent pas.

Blanchey

Très belle démonstration.
Merci Christine.

blanc de peau

Bravo,un article concis,complet, une partie de l’histoire de France jetée à la lumière sans tabous, espérons que ceux qui vont le lire en tirerons les conclusions et ouvrirons les yeux sur ce qui se passe non seulement en France mais dans toute l’Europe.

Joël(1)

La république: « Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion ». De quoi vous plainiez vous Christine… Votre chère république planifie dans les faits sa doctrine idéologique du « tous ensemble ouai » Mouloud par millions sur le territoire avec papiers pour tout le monde!

Mamma

Ces vidéos sont intéressants, si vous ne comprenez pas l’anglais, il faut cliquer sur ‘sous-titres’ et ensuite ‘traduire sous-titres automatiquement’.

https://www.youtube.com/watch?v=yQZ6Bkn-EQQ

https://www.youtube.com/watch?v=tZZOHmgLsk0

(A la minute 4:36 il parle du nouvel ordre mondial qui veut casser les peuples en créant de la perversion anti famille, anti nation, anti valeurs, etc. pour s’instaurer dans la confusion ».

Mamma

« Pour mettre en place un gouvernement mondial, il est nécéssaire de retirer des esprits leur individualisme, leur loyauté envers les traditions familiales, leur patriotisme national, et leurs dogmes religieux. »
George Brock Chisholm (1896-1971), ex-directeur de l’Organisation Mondiale de la Santé

lafronde

C’est un article qui fera date. par un auteur Sydney Touati qui n’est pas journaliste de profession, mais qui signe fréquemment des article incisif sur dreuz.info, un vrai journal de combat ! à découvrir !

Almatho

Très bonne analyse!!

jan le Connaissant

ah ça du site Dreuz, ça ne m’ étonne pas
si l’article est très bien, assez juste, s’il décortique très bien – c’est presque de l’histoire -, je le trouve cependant assez gentil envers l’islam, un peu pasdamalgam
mais Dreuz ne dénonce que le pseudo islamisme…

Gally Gunnm

« mais Dreuz ne dénonce que le pseudo islamisme… »
Toi, tu n’arrêteras jamais de raconter des conneries…
https://www.dreuz.info/category/religion/islam/
https://www.dreuz.info/2018/11/09/il-ny-a-quun-seul-islam/
https://www.dreuz.info/2018/10/17/lislam-nest-compatible-avec-rien-sauf-avec-la-folie-meurtriere/

Mais bon, tous ceux qui te connaissent un peu savent très bien ce qui te dérange chez Dreuz : ce n’est pas un site antisémite, bien au contraire….

jan le Connaissant

@gally gunnn ( pan pan ! )
T’ es une vraie connerie à toi tout seul , toi le facho antisémite !!
Ouste !!!

Gally Gunnm

Dis, tu t’imagines enfumer qui avec tes inversions accusatoires, espèce de pleutre sans couilles ni colonne ?

jan le Connaissant

dégage la pleutre , sans couille va enfumer ailleurs avec tes facho juifs, tes attali, dryan et autre salopes ! va astiquer leur colonnes ,t ‘es bonne qu’à ça !
Va donner le su- sucre à Zukenberg , ouaf ! :-)
sale antisémite ! raciste !
Et laisse tranquille les patriotes athée, chrétiens , boudhistes connaissants… et juifs !
t’es pas d’leur monde !
Ouste !

Gally Gunnm

Donc, résumons : comme tu sais que tu n’as rien à répondre à l’évidence que j’ai relevé, mais que tu n’as ni les couilles ni le courage de l’assumer, tu :
* passe à la grossièreté la plus ridicule, mode racaille de cité
* recycle mes propres termes, mode maternelle (un « connaissant », on espérerait quand même le voir original…)
* espère me braquer en me renvoyant à tous ceux qui, et tu le sais pertinemment, me sont opposés en tout
* te la pète genre « gros bras », alors que tu sais parfaitement qu’entre quatre yeux tu ramperais comme la larve que tu es

mouais mouais mouais… Il serait temps, « le connaissant », que tu apprennes à connaître quelque chose : le sens du ridicule :)

jan le Connaissant

Ben toi alors t’as vraiment les sens du ridicule ! et une hypocrite de première !
ca me réponds en m’insultant à la mode des racailles de cité, et après ca vient chouiner ! Logique elle a rien à répondre, n’ayant ni les couilles, ni le courage de l’assumer ! et son niveau c’est celui de la maternelle !
Bref, c’est une facho qui se la pète, genre gros bras, alors qu’ elle sait parfaitement qu’entre quatre yeux elle ramperais comme la larve qu’elle est !!
Mouais mouais mouais… il serait temps que tu apprenne le respect, surtout celui des patriotes, les vrais, les athées, les chrétiens, les bouddhistes, les Connaissants.. et les juifs !
Retourne dans ton shithole, baiser avec tes attali et n’en sort plus !!!
Ouste !!

Denys

@jan le Connaissant. Gally Gunnm est une femme. Et vu le choix de ce pseudo elle ne fera pas de quartier ;-))

jan le Connaissant

:-)

emile

les juifs ( dont Dreuz ) sont pour le multiculturalisme et le multiethnique , afin de ne pas se retrouver tout seul , comme communauté religieuse/raciale , au milieu d’une société homogène ,donc pas de critique de l’islam…
alors que le combat de l’islamisme est le même que celui de l’islam , par des méthodes différentes….

Gally Gunnm

1 : Dreuz et un site chrétien et est tellement clairement contre le multiculturalisme que pour ne pas le savoir, il faut soit avoir été bercé trop près d’un mur soit être d’une mauvaise foi à toute épreuve
2 : la majorité des juifs sont de droite, ne te déplaise, et bien mieux à même que le Français moyen de savoir à quoi s’en tenir au sujet de « l’enrichissement culturel » : je ne te résume pas à tes élites toutes prêtes à vendre leur pays, n’est ce pas ? Alors dispense toi de me résumer à des BHL et Atalli qui ne représentent rien d’autres que les « élites » dont ils font partie (ou alors assume toi, arrête de te chercher des excuses et crie franchement ce que tu as sur le coeur : à défaut de remonter dans l’estime des gens, tu auras au moins réussi à être honnête)

Denys

@Gally. Je me fous de Dreuz. En revanche, je ne sais pas qui sont les juifs dont vous parlez. Des français, des israéliens, des américains ? En tout cas je ne vois pas pourquoi les français juifs seraient plus clairvoyants que les français non-juifs sur quelque point que ce soit. J’ai tendance à penser. qu’ils sont comme tout le monde. Mais si j’ai tort, je suis prêt à entendre vos arguments.

Gally Gunnm

Les Français juifs. Et qu’est ce qui les différencient des autres Français ? Qu’une grande partie d’entre eux sont séfarades et connaissent bien mieux l’islam que vous, et savaient bien avant vous à quoi s’en tenir avec la « religion de paix et d’amour ».
Ceci étant, ils n’étaient pas les seuls au sein de la population française, d’autres composantes étaient elles aussi bien plus réalistes, et bien plus tôt : les pieds noirs, entre autres.

Emile

Excellente analyse
J’espère comme vous que le combat de macron est perdu et que cette Europe là est condamnée
Il faut se rappeler les discours de Roosevelt à la fin de la guerre pour comprendre que le concept de cette Europe a été mis en place par les US comme moyen de supprimer les nations européennes et pouvoir ainsi installer une gouvernance mondiale , rien de moins ,( amerlock bien sûr)
Une Europe valet des US…..
Et Macron devrait être traduit devant les tribunaux pour atteinte aux intérêts de la nation .
Une dernière chose : la justice n’est pas à mon avis clochardisée mais un instrument du système, comme les médias.

Dugenou

Voir à ce sujet une récente émission de ARTE concernant le « Plan Marshall » de l’après-guerre qui démontre bien les véritables intentions des américains… En plus c’est sur Arte, donc garanti sans OGM, sans huile de palme, ni morceaux de complotistes à l’intérieur.

JCML

Pour faire une « république européenne » il faut que à la base, la langue soit commune, ce qui est loin d’être le cas. Et puis, les anglais étant en dehors, ils referont ce qu’ils ont toujours fait, mettre des bâtons dans les roues de cette république qui leur portera ombrage.

Patrick Granville

Remarquable réflexion au développement analytique effrayant mais hélas ô combien juste. Merci merci et encore merci de nous éveiller pour éviter au moins de ne pas mourrir idiot.

Marnie

Effrayant mais tellement vrai. Merci aux intervenants de RL.