Casser Marine : Le Petit Journal de Canal Plus se surpasse dans la malhonnêteté

Publié le 4 mai 2013 - par - 3 817 vues
Traduire la page en :

Je n’écris pas souvent c’est vrai je réagis  à l’indignation, au coup de  sang. Aujourd’hui c’est la chaine Canal plus. J’ai renoncé à toute télévision depuis quelques années et mon magnifique écran plat grande dimension me sert à regarder les DVD et les  cassettes que l’on trouve maintenant en grande quantité gratuitement. Alors me direz-vous pourquoi Canal Plus ? Il se trouve que je regarde  les différentes interventions politiques sur Internet et je  dois dire que cette chaine a le pompon de l’ignominie.

Ces sbires à la  botte de la  bonne pensée sévissent sur ce média de façon honteuse et d’une façon  qui ne grandit  pas le  journalisme. Le  propriétaire est Vivendi et a comme actionnaire notamment le milliardaire Vincent  Bolloré, c’est vous  dire  l’indépendance  journalistique et la ligne  de pensée.. Alors  on y use et  abuse de la médiacratie, comme  le  dit si bien Jean-Yves Le  Gallou*. Car ils  savent  que ce  sont  *les  médias  qui font  l’opinion et contrôle le pouvoir. C’est le but que se fixent ces gens en possédant  les télévisions. Alors sans vergogne, à chaque  invité non conforme  à la « vérité officielle », celle qui ne  se  discute même pas, le ou la pauvre  invité est sous le joug  de juges, de critiques hargneux, un feux roulent de questions pièges, multiples, de mensonges qui ne peuvent être traités dans un délai volontairement court ne laissant aucune possibilité de réponses appropriées. Et avec en plus une technique  imparable : quand l’invité contre intelligemment une attaque ou tente de faire connaitre  son programme on lui coupe la parole et on ressort une question bateau, même si il a été répondu 20 fois déjà sur le même sujet.

On sent que le pouvoir commence  à avoir la trouille du bon peuple, car ce genre  d’attitude devient de plus en plus systématique. La  preuve ces temps-ci est le traitement  médiatique des invités  du front nationale. Il semble qu’actuellement la bête à abattre soit ce parti. Normal, c’est le seul qui s’attaque directement et véritablement  à la grande  finance. Choix facile  bien sûr mais c’est le cas le  plus typique. L’émission de dimanche  dernier avec Marine et la journaliste Lapix, et tout  simplement écœurante : rien de journalistique, tout d’une agression en règle. Marine  finit  par  appeler  la « journaliste » Madame le Procureur.  On en remet une  couche  avec Philippot dans le grand journal du 1er mai. Je me  demandai quand on allait  le lyncher ou le pendre en direct. Une attaque de toute  l’équipe, sous les  sourires narquois, heureux du bon tour joué à l’encontre  de cet  importun.

Et enfin, s’il fallait encore  convaincre les  aveugles, « Le Petit Journal ». Un cas d‘école reportage : on cherche désespérément  un nazillon parmi  la  foule et oh joie, ou repère  un tatouage suspect, vite  un gros  plan et un petit  cour  d’histoire, puis vient l’interrogation d’une petite fille (légale ?) elle va  bien nous dire  une  ou deux  bêtises… bingo ! Elle a un copain noir et elle  l’aime bien (preuve que ces  parents  ne  l’élèvent pas dans le racisme  finalement !) et enfin on harcèle une militante  qui a eu l’humour  d’attacher un saucisson sur la hampe du drapeau ce qui n’est pas  encore un délit je crois mais une blague de  potache si vous me  permettez  l’expression à la mode.  

D’ailleurs sa  façon de répondre après  beaucoup de  patience remontre  son humour, il est  possible que  personnellement je réponde plus  vertement  à ce genre d’emmerdeuse, vous savez… genre Tonton Flingueur. Et la enfin la  conclusion ravie de notre « journaliste » : rassurez-vous il n’y avait pas beaucoup de  monde finalement.

Bon je  concède que c’est le ton « Petit Journal » mais  avouez que trois exemples en une  semaine, cela  fait beaucoup non ? La vraie question est de savoir pourquoi les hommes politiques qui savent pourtant ce qui les attend viennent dans ce genre  de coupe-gorge. L’obligation d’exister  médiatiquement par un homme politique le contraint à subir cette chasse  à courre  télévisuelle. La disparition médiatique est la mort politique assurée. Il est possible donc que ce durcissement médiatique à l’encontre des opposants soit voulu pour décourager leur interventions sur les médias. Les intéressés  se  trouvent  pris  dans le  piège  infernale  suivant : disparaitre  des médias  officiels  ou venir  au casse-pipe en serrant les dents en faisant  leur possible pour éviter la  casse. Belle démocratie que nous  avons  là.

Un espoir pourtant, cette acharnement devient tellement visible  que cela finit par se voir, même pour les plus  naïfs, injustice qui peut  même faire  prendre fait et cause pour la victime.  Et puis Internet  arrive  de plus en plus  à contrer la propagande officielle. C’est le message  d’espoir  et la  thèse que nous délivre le livre de  Jean Yves Le Gallou « la  tyrannie  médiatique ». Il pense que La toile va  détruire les médias officiels. Belle  consécration pour  des sites  comme Riposte Laïque. Après  avoir  lu « la Reconquista »  formidable  livre proposé  sur ce  site, c’est le livre  à lire pour  saisir  la réalité de notre  monde  médiatique. Vendredi, c’était la  journée de la  liberté de la  presse…c’est un autre  sujet traité par Le  Gallou.

André Valmi

http://www.frontnational.com/videos/florian-philippot-sur-canal-8/

http://www.frontnational.com/videos/marine-le-pen-sur-canal-11/

http://www.ozap.com/actu/zapping-le-petit-journal-devoile-les-coulisses-peu-glorieuses-du-fn-le-1er-mai/446893

* la tyrannie médiatique chez VIA RAMANA

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi