Castaner demande à deux députés de « réfléchir » sur les rodéos

Nous avons eu quelques rares ministres de l’Intérieur que l’on pouvait considérer comme actifs, dans le bon ou le mauvais sens du terme, par exemple François Mitterrand, dans les années 1954/1955, suivi par les Roger Frey, Christian Fouchet ou Charles Pasqua, ces « gaullistes » que nous avons « honnis ». Également quelques moins bons, mais pires que notre ministre de l’Intérieur actuel, je ne pense pas que la France en ait connu un seul.

Comment ne pas se mettre à rire quand on apprend qu’il vient de demander à deux parlementaires LREM d’étudier la meilleure façon de mettre un terme aux « rodéos urbains » qui polluent certains espaces publics.

Voici sa déclaration de guerre : « Il n’y a pas d’impunité (belle blague !), nous allons mener un plan d’action global pour lutter contre ces nuisances inacceptables et inadmissibles (alors que vous les acceptez et les admettez depuis des années !).

Et, bien entendu, il a réservé à deux députés spécialisés dans les « rodéos urbains », Nathalie Pouzyreff et Catherine Osson, la mission d’élaborer « un nouveau plan » (nous ignorions qu’il en existait un ancien !) pour tenter de mettre fin à ces « rodéos urbains ».

Il est vrai que, depuis une loi de 2018, le rodéo urbain est un délit passible de 2 ans de prison ferme et 30 000 euros d’amende. Nous souhaiterions bien être informés sur combien de condamnations à ces deux ans ferme et combien de dizaines de milliers d’amende ont été appliquées à ces « voyous » qui narguent notre justice et, surtout, notre ministre de l’Intérieur ?

Et il a fallu attendre, pour que le ministre Castaner se mette en colère, qu’un policier soit blessé, dans la nuit du vendredi 15 au samedi 16 mai, à Saint-Denis, alors qu’une trentaine de deux roues « ronronnaient » allègrement.

On croit rêver, n’est-ce-pas ? Mais non, c’est la pitoyable vérité : Christophe Castaner ne sait pas comment mettre fin à ces rodéos urbains !

Vous, moi, n’importe qui, pourrait le lui expliquer : « comment mettre fin à ces rodéos sauvages ». Il suffirait d’envoyer un groupe important de policiers ou de gendarmes, d’une brigade appelée « BAC », ou « Brigade anti-gang » ou encore « GIPN », qui encerclerait le « rodéo urbain et sauvage », confisquerait les motos et les véhicules et les placerait en « fourrière » à titre définitif.

Et si ces forces de l’ordre étaient attaquées (comme elles le sont d’habitude, et comme elles le seront dans un tel cas !), qu’elles se défendent, elles ont les armes pour le faire, selon le principe constitutionnel de la « légitime défense ».

Idem pour le trafic de drogues, Monsieur le ministre de l’Intérieur. Vous avez eu la chance exceptionnelle que ce confinement a permis une réduction importante de ce trafic (la majorité des clients étant confinés et les livraisons à domicile difficiles). À présent que ces groupuscules réapparaissent progressivement aux pieds des cités, n’était-il pas facile de les appréhender au fur et à mesure de leur réapparition ? Plutôt qu’attendre qu’ils aient tous repris leurs activités, sans pouvoir alors intervenir, comme c’est le cas depuis des décennies ?

Il n’y a pas eu une seule occasion, au cours de ces derniers mois (et Dieu sait s’il y en a eu !) où le ministre de l’Intérieur se soit montré à la hauteur de la situation critique que nous vivons.

En voici un dernier exemple : une, paraît-il, artiste-chanteuse, dont je n’avais jamais entendu le nom, Camélia Jordana, née Aliouane, le 15 septembre 1992 à Toulon, dans le Var, de parents immigrés algériens et admiratrice de Christine Taubira et de Benoît Hamon, a profité de l’émission « On n’est pas couché » (Je croyais que cette émission avait été déprogrammée par manque d’audience !) pour « accuser les policiers de « massacrer » des hommes et des femmes pour leur couleur de peau » : « Il y a des milliers de personnes qui ne se sentent pas en sécurité face à un « flic », et j’en fais partie. Je ne me sens pas en sécurité face à un « flic » en France ».

Bien entendu, pour cette déclaration « courageuse », sachant qu’elle ne risquait pas grand-chose (alors que « nous », nous serions déjà convoqués et traduits devant un tribunal !), la dénommée Camélia Jordana a bénéficié du soutien inconditionnel de SOS racisme et de son président Dominique Sopo.

Si cette jeune femme ne se sent pas en sécurité, en France, face à un « flic », nous lui conseillons d’aller voir si elle se sentirait en sécurité, face à un « flic » en Algérie, après avoir tenu de tels propos !

Ah ! Au fait, j’oubliais de vous informer : le ministre de l’Intérieur n’a pas jugé cette déclaration « bien que mensongère et honteuse », devant nécessairement être poursuivie en justice.

« Il est dommage qu’il n’y ait pas davantage d’artistes qui prennent la parole », a cru devoir ajouter Camélia Jordana-Aliouane, lors de cette émission.

Il est surtout bien dommage que davantage d’artistes « ne ferment pas leur gueule ».

Manuel Gomez

 

 

 

image_pdfimage_print

19 Commentaires

  1. « Il y a des milliers de personnes qui ne se sentent pas en sécurité face à un « flic », et j’en fais partie. Je ne me sens pas en sécurité face à un « flic » en France »./ dixit

    Dommage et grand regret, qu elle ne vive pas aux etats unis notre zoubida « chanteuse »…rires, elle irait pas bien loin !

    La bas les sheriffs americains, ils ont un humour un peu particulier…( ils tirent souvent avant de demander la carte d identite…) rires

  2. Réfléchir sur les rodéos..
    Il y a de quoi faire une thèse… bande de cons.
    Tout cela par peur d’intervenir sur la racaille
    motorisée.

  3. on va lui donner des idées à not’ ministre….
    création d’une fédération de rodéo urbain, interdiction aux non « sportifs » de s’approcher à moins de 500 m de l’espace dédié. Politique de dédommagement pour les propriétaires des scoot et motos « empruntés »
    protection policière des concurrents aux agressions des habitants, les épreuves nocturnes « agaçant » les riverains qui prétendent travailler le lendemain.
    politique carcérale visant à libérer les moniteurs et entraineurs emprisonnés pour que leur expérience facilite la pratique des plus jeunes…etc

  4. Manuel, j’aime beaucoup la conclusion de ton article, mort de rires !!! :-)))

    • salut BobbyFR94 , mon idée est ….. plan (A) appliquer la loi plan en vigueur (B) mettre l’armée et la légion étrangère dans les zones sensibles plan (C) rétablir les camps de travaux forcés exemple en Guyane et rétablir la peine de mort pour refus d’obéissance au travail , plan (D) exécution par pendaison ou la guillotine voila (mack-ron & castafiote) suivez mes sages conseils.

      • L’armée ne suffirait pas pour sensibiliser simultanément les zones sensibles.

  5. Mais si Manuel ! Il y avait un ancien plan et qui fonctionnait très bien !
    Vous le citez vous même et vous reprends ci-dessous !
    Il suffirait d’envoyer un groupe important de policiers ou de gendarmes, d’une brigade appelée « BAC », ou « Brigade anti-gang » ou encore « GIPN », qui encerclerait le « rodéo urbain et sauvage », confisquerait les motos et les véhicules et les placerait en « fourrière » à titre définitif.
    Gageons que le nouveau, ne manquera pas de nous faire bien rire car, si cet élite de ministre n’est même pas capable d’imaginer ce qu’il faut appliquer, alors oui, nous avons bien un Rantanplan. Mais, en fait, je pense qu’il cherche une rétorsion compatible, mesurée en rapport avec cette communauté. Pour des français ( des vrais), l’ancienne mesure restant d’application !

  6. ça me fait toujours rire (jaune) quand j’entends qu’ils peuvent avoir une amende ! jamais payée !a font plus d’ailleurs et béloubett ensuite a poursuivi le combat

    • a Quimper (Penhars) les racailles ou les nike ta mère ont tout les droits même de rouler sans casque /plaque d’immatriculation /sans silencieux , les politiques donnez l’ordre de tirer sans sommation dans le tas ….sans compter les dealeurs vendant de la came allah ! vue de tous parait il les résidents font leur courses dans d’autres magasins et non dans le centre commercial par peur d’agression , BRETONS REBELLEZ VOUS COMME LES CORSES il est peut être encore temps.

  7. Artiste? Jordana Syriana algeliana marocana
    Tunisiana…..les accords d Évian vous connaissez? La paix des braves vous connaissez ….je vous ai compris….eurabia ….vous n avez pas réagi à l époque pourquoi les français regirraient ils aujourd’hui?

    • Quand on apprend que aprés sa naissance les parents sont partis habiter à La Londe Des Maures dans le Var au bord de la mer,donc jamais connu la banlieue.

  8. Qu’y a-t-il de plus con qu’un maghrébin ? Oui, vous avez deviné : une maghrébine ! Et bien plus salope encore…..

  9. La Castafiore demande aux députés de réfléchir sur les rodéos. Hélas il ne peut pas réfléchir lui-même. Cela devient grave pour le devenir de notre France.

    • pourquoi demander conseil à des personnes ne connaissant pas la culture « rodéos »
      on gagnerait du temps en demandant à nos amis texans les règles de ce sport . A la limite aux députés du sud ouest férus de courses landaises…mais ils sont un peu…timides.

  10. C’est vraiment un guignol ce castaner mais aucun cirque ne veut l’embaucher . Il n’y a qu’en politique q’on trouve ce genre de guignol incapable il ne faut pas s’étonner que la france touche le fond et continue de s’enfoncer.

  11. Un Commission de réflexion de plus ?
    Non ! Un Communion de 2 nénettes qui n’ont jamais mis les fesses sur une moto !
    Gratis pRODEO !

  12. Et pourtant, castamerde et schiappa, sont les 2 ministres les plus intelligents du Gvt ! …

  13. Le Castaner pour ne pas appliquer la loi, en demande une autre. Une loi qui permettra à la police d’assister aux rodéos un peu comme elle assiste plusieurs fois par ans à l’incendie de poubelles et des voitures à proximité des banlieues racailles. Parmi les motards, beaucoup de chances pour la France. On sent la timidité de la police Castaner.

Les commentaires sont fermés.