1

Castaner évoque la présence de barbares : la chute n’est pas loin…

« On a vu des barbares s’en prendre à l’espace public », c’est ce qu’a martelé le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, lors de son intervention dimanche sur Europe 1 dans l’émission « Grand rendez-vous ».

C’est exactement ce qu’a dû se dire, il y a 15 siècles, le dernier empereur de Rome, Romulus Auguste, peu de temps avant la chute de son empire.

Les historiens divergent sur les causes qui ont mené à la chute de l’empire romain (d’Occident), mais tous s’accordent à souligner deux facteurs essentiels : la présence des « barbares » sur le territoire de l’empire et la négligence dans la défense de ses frontières devenues poreuses.

D’autres historiens évoquent également l’inféodation des empereurs romains et leur soumission aux barbares. C’est le cas de l’historien britannique Edward Gibbon (1737-1794), qui affirme dans son ouvrage « Histoire de la décadence et de la chute de l’Empire romain », que certains empereurs, peu avant le déclin de Rome, employaient « toutes sortes de moyens honorables pour gagner l’amitié des Barbares ».
L’historien romain du Ve siècle, Végèce, notait déjà que l’empire avait décliné à cause des trop nombreux contacts avec les populations barbares. Pour lui, c’est la « barbarisation » des Romains qui serait le moteur du déclin de l’empire.

Hum…, ça vous dit quelque chose, tout ça ?

On voudrait bien demander à Mr Castaner s’il pensait aussi à la chute de l’empire romain en parlant de la présence de « ces barbares dans l’espace public » et s’il craint pour l’avenir de la République française.

On voudrait le corriger et le rassurer : Non, ce ne sont pas des barbares ces gens qui manifestaient samedi à Paris et ailleurs. Ce sont des Français du même sang que toi, Mr Castaner. Et ce ne sont pas eux qui menacent l’existence de la France.

Il est exact que l’existence de la France est menacée. Mais la menace vient d’ailleurs. De ceux dont on cherche à « gagner l’amitié », ceux qui cherchent à imposer à la France cette religion venue de loin, l’islam.

On le sait, les musulmans représentent aujourd’hui une force colossale en France. Ils peuvent prendre le pouvoir à tout moment. Ils n’ont besoin, pour cela, ni d’armée, ni de fusils, ni de chars.
Ceci n’est malheureusement ni une fiction, ni une chimère, ni un fantasme.
La manifestation du 10 novembre dernier à Paris le prouve. Quand des milliers de personnes défilent dans le centre de Paris en criant « Allahou Akbar », c’est que le pouvoir n’est pas loin de passer entre les mains des adeptes de la charia.
La France, comme d’autres pays de l’Europe occidentale, est mûre pour passer sous la bannière d’Allah.

Les musulmans sont présents dans tous les secteurs de l’activité du pays. Parfois en grand nombre. Il suffira d’un mot d’ordre et ils cesseront toute activité. Les services seront partout perturbés, sinon complètement bloqués, notamment dans les transports (avions, bus, métro, trains, taxis) où les musulmans font la loi depuis longtemps. Ils seront également perturbés dans les commerces, les hôpitaux, la poste, l’approvisionnement, la voierie, la restauration, l’hôtellerie, sans parler de la plomberie, de l’électricité, de la chaufferie, de la cordonnerie…
Ce ne sera pas seulement Paris, mais toutes les villes du pays, puisqu’aujourd’hui il n’y pas la moindre parcelle de la terre de France où des musulmans ne sont pas établis.

Aucun pouvoir ne résistera à une pareille paralysie. De nombreux régimes sont tombés pour moins que ça.

La conquête de la France aura été moins préparée par les prêches enflammés des imams dans les mosquées que par les discours capitulards du pouvoir, qui, hypnotisé depuis longtemps par cette religion d’amour, de tolérance et de paix, a baissé les bras devant l’inéluctabilité de cette chute.

Le drapeau vert de l’islam flottera bientôt sur l’Élysée. Avec la complicité des innombrables traîtres qui se rallient à l’ennemi moyennant un compte en banque au Qatar.
Jamais un pays n’a connu autant de traîtres, en temps de paix, que ceux que compte actuellement la France.

Les musulmans, qui ont déjà une influence palpable sur les maires de nombreuses villes de France (Paris, Bordeaux, Lyon… comprises), seront également soutenus et appuyés par les racailles des banlieues et les lèche-babouches corrompus de tous bords qui officient dans les associations, les médias, les partis politiques.

Il y a aussi les jihadistes qui arrivent. Ce sont des gens aguerris au combat. Si jamais il doit y avoir un affrontement…
Mais il n’y aura pas d’affrontement. On parle depuis quelque temps de l’éventualité d’une guerre civile en France. Même le président Macron l’a évoquée. Mais, que l’on se rassure. Il n’y aura pas de guerre civile. Pour qu’il y ait une guerre, qu’elle soit classique ou civile, il faut qu’il y ait deux parties face à face. En France, il n’y a que les musulmans et personne en face (à part quelques identitaires courageux ou des octogénaires aux c… d’acier, ce qui manque cruellement aux Français…)
Pour les musulmans, la France aura été la conquête la plus facile dans l’histoire de l’islam.

On ne sait pas quand cela surviendra, mais ce sera un vendredi. Juste après la prière du midi. Le jour où tous les musulmans sont rassemblés pour rendre grâce à Allah et quand déjà des artères complètes sont bloquées…

La police n’osera pas tirer. Ce ne sera pas les Gilets jaunes « éborgnables » à volonté qui seront en face.
L’armée non plus. Comme la police, elle est infiltrée par les musulmans.

L’islam est un peu comme ce jeu « Pac-Man » des années 80, dans lequel un personnage se déplace à l’intérieur d’un labyrinthe et essaie d’avaler tout ce qu’il voit. L’islam a été ce Pac-Man qui avance en avalant toutes les civilisations sur son chemin.

Que reste-t-il, en effet, des civilisations égyptienne, babylonienne et mésopotamienne ? Que reste-t-il de la civilisation perse qui était à son âge d’or tant sur le plan artistique que politique et religieux avant l’invasion musulmane et l’adoption de la religion islamique ?
Les hordes des conquérants musulmans parties de la péninsule arabique ont tout détruit sur leur passage.

Français, si jamais demain, vous entendez le muezzin vous appeler à vous agenouiller, agenouillez-vous.
C’est que le règne de l’islam a commencé.

Mais, peut-être que cela ne change rien pour vous. Vous vous y êtes déjà habitués.
Vous êtes déjà à genoux depuis longtemps…

Messin’Issa