1

Sextape mairie de St-Étienne : et si les Amerlocs tenaient Macron par le cul ?

TrumpMacron11-11.jpg

Après l’affaire de la sextape de l’équipe de France de football, opposant Benzema et Valbuena, une nouvelle affaire du même genre ébranle le maire de Saint-Étienne, Gaël Perdriau. Apparemment, il aurait été, si on en croit une enquête de Mediapart, le commanditaire, avec son directeur de cabinet, d’un chantage sexuel à l’encontre de son premier adjoint, Gilles Artigues, qui risquait de lui faire de l’ombre.

https://www.fdesouche.com/2022/09/07/mediapart-accuse-douting-apres-leur-dernier-reportage-concernant-ladjoint-gilles-artigues-filme-a-son-insu-avec-un-escort-boy-victime-dun-chantage-politique-monte-par-l/

Une affaire sordide, qui montre aux naïfs comment cela fonctionne, la politique, en France et sans doute ailleurs : le seul rapport de forces compte, et donc la loi du plus fort. Et on sait que certains pays sont spécialisés dans ces pratiques.

Par ailleurs, Perdriau ne vaut pas bien cher politiquement, et n’est qu’un lèche-babouches de plus.

https://ripostelaique.com/la-candidate-rn-sophie-robert-mouchardee-au-procureur-par-le-maire-emir-perdriau.html

https://ripostelaique.com/perdriau-bave-sur-zemmour-puis-va-lecher-3000-babouches-musulmanes.html

Un tel épisode fait réfléchir. On se souvient que lors de la scandaleuse perquisition du FBI chez Donald Trump, on avait découvert des documents jugés très importants sur Emmanuel Macron, et notamment des documents explosifs sur sa vie privée.

https://www.rtl.fr/actu/international/etats-unis-que-contenaient-les-documents-que-trump-possedait-sur-macron-7900181227

Cela pose quand même un vrai problème. Nous avons un Président qui agit, notamment sur le dossier ukrainien, contre les intérêts de la France, et qui se soumet totalement à la politique américaine.

Question : agit-il librement, ou bien subit-il un chantage de la part des Américains ? Et dans ce cas, ce dossier peut-il rester secret bien longtemps?




Les Agents Smith Biden, Macron, Véran montrent les crocs… atomiques

Biden (prononcez à la française) c’est M et V en plus déglingué mais avec la même verve vache de ratés qui ne tiennent debout que par l’envie frénétique de le c(r)acher. Ces “rien”, pas du tout “petit chose” façon Daudet (Alphonse) qui servirait au moins leur pays, leurs “frères”, se gonflent de narcissisme boursouflé alors qu’ils sont atteints d’insuffisance non plus rénale mais cérébrale.

Ne voilà-t-il pas en effet que le premier désigne plus ou moins les Républicains pro-Trump “d’extrémistes” tandis que Macron traite le président d’EDF d’irresponsable et Véran ironise sur Raoult en l’accusant de charlatanisme alors qu’ils sont tous trois exactement ce qu’ils dénoncent : extrémistes, irresponsables, charlatans.

Extrémistes en poussant à la guerre avec la Russie, en l’utilisant même pour accélérer leur “transition” au nom de pseudo-études méritant une médaille Lyssenko, ce qui fragilise mortellement l’organisation sociale dans son alimentation énergétique, son assise financière, son système économique sa civilisation.

Et ce sont eux les irresponsables ayant fragilisé mortellement désormais le corps et l’esprit occidental par la désorganisation financière (planche à billets, spéculations à foison, inflations…) énergétique (lois toujours en vigueur pour liquider le nucléaire en France) mutilation mentale (déconstructionnisme) harcèlement physique (attaques répétées du système immunitaire par des injections intrusives en interne, attaques au couteau du quotidien par le djihadisme l’un de leurs bras armés, le second étant celui du néo-léninisme revanchard tel le 4/4 Mélenchon même pas capable d’attendre son tour avant de postillonner à la Braderie de Lille).

Bien sûr pour masquer leurs méfaits ces charlatans déploient, telles de pieuvres géantes, un jet d’encre médiatique multifonction mais essentiellement fait en formules magiques comme “complotisme, extrême droite” autant de sorts qu’ils jettent sur les peuples afin de les marabouter, les paralyser, les rendre esclaves d’une Secte, en effet de plus en plus “diabolique” ; en ce sens que leur psychopathie relèvent plus de la tératologie.

Ce qui fait qu’il n’y a rien à “débattre”avec de tels monstres maquillant désormais de plus en plus la réalité (style LCI nouveau village Potemkine) jusqu’à bombarder une centrale nucléaire pour montrer au fond que ce mode énergétique est somme toute dangereux ou le comble de l’absurde celle de la prédiction auto-réalisatrice, symbole en même temps du crime presque parfait, presque, parce qu’il reste encore des groupes témoins que nos trois monstres cherchent précisément à réduire en s’attaquant aux fabricants de contre-poison que sont les Raoult, Perronne, et tous ces gens courageux comme Daria Douguine qui croyaient que la démocratie cela voulait dire débattre dialoguer respecter l’adversaire et non pas faire des coups, préparer en douce la guerre, pousser la Russie à la déclencher à force de la piquer depuis 2014, remplacer le système immunitaire naturel pour transformer les humains en cyborgs en playmobils “nomades” voguant à la dérive sur l’océan du Sans (territoire, genre, culture), transformer enfin les journalistes en propagandistes sauf exception telle Anne-Laure Bonnel avec son dernier Donbass huit ans après. Ou le journal France-Soir.

Les monstres veillent. Nous aussi.  Pot de fer contre pot de terre ?… Pas sûr…

Lucien Samir Oulahbib




Responsable du prochain désastre énergétique, Macron se défausse sur EDF

barometre-ifop-jdd-emmanuel-macron-perd-3-points-elisabeth-borne-perd-8-points.jpg

Emmanuel Macron gouverne au poste suprême depuis 2017.
Il fait partie de la clique gouvernementale depuis 10 ans ayant participé au gouvernement Hollande.
Le dernier débat sur le nucléaire français autour des errements du pouvoir politique suffit à montrer que le Président Macron peut être un menteur.
S’il peut être un menteur dans une occasion, on est en droit d’inférer qu’il peut être un menteur permanent.
Démonstration.

Monsieur Lévy, PDG d’ EDF en partance, a montré la responsabilité du gouvernement, notamment de l’actuel , dans le naufrage nucléaire français actuel :
« Jean-Bernard Lévy avait critiqué, lors des Rencontres des entrepreneurs de France du Medef, fin août, le manque de vision stratégique de long terme de l’État sur le nucléaire. « On n’a pas de problèmes d’expertise, les compétences, les experts on les a (…) On a beaucoup de chantiers en parallèle et d’une certaine manière, on manque de bras, parce qu’on n’a pas assez d’équipes formées (…) Un soudeur, un tuyauteur, il faut deux-trois ans pour le former », avait-il développé. « Et pourquoi on n’a pas assez d’équipes formées ? Parce que l’on nous a dit que le parc nucléaire va décliner, préparez-vous à fermer des centrales », avait-il assuré ».

https://www.fdesouche.com/2022/09/07/on-nous-a-dit-quil-fallait-fermer-les-centrales-nucleaires-le-patron-dedf-fustige-les-revirements-et-le-manque-de-strategie-de-letat-en-matiere-de-nucleaire-emmanuel-macron-le-reca/

Comme d’habitude, c’est une seconde nature, le pouvoir politique, dont le Président Macron et Madame Borne au premier chef, se défausse et refuse la paternité de cette faillite totale d’une filière industrielle française anciennement d’excellence mondiale :
« C’est absolument inacceptable que les gens qui ont eu la responsabilité des travaux de maintenance du parc (expliquent) aujourd’hui que nous n’avons pas pris nos responsabilités, parce que dès les premiers mois de mon premier mandat nous avons redonné de la visibilité à la filière », a dénoncé Emmanuel Macron devant la presse, alors que plus de la moitié des réacteurs nucléaires français sont à l’arrêt pour maintenance, notamment pour un problème de corrosion important.

« Chacun doit prendre ses responsabilités ; pour ma part, je les ai prises prise (…). Les travaux de maintenance du parc existant ne sont en rien conditionnés à la création, la décision de nouveaux réacteurs nucléaires que j’ai prise en fin de (premier) mandat (…) Ce que j’ai entendu dans le débat public ces dernières semaines est inacceptable parce que c’est faux et irresponsable », a-t-il encore ajouté.
Les explications données par ces politiciens indignes sont plus que fausses, ce sont de vrais mensonges, il suffit de raisonner avec les faits.
Depuis belle lurette l’état français détient plus de 85 % du capital d ‘EDF.
Avant la mise sur le marché pour privatisation d’une fraction du capital en 2004, la participation de l’état était de 100 % dans EDF.

Avec 85 % du capital, l’état français est le seul ultra majoritaire pour définir et décider de la stratégie du groupe et donner les directives à suivre par l’exécutif de la société, son PDG et le Conseil d‘Administration qui définissent les orientations pratiques à mettre en place pour atteindre les objectifs assignés par l’actionnaire.
Notons qu’en cas de défaillance dans la mise en œuvre des stratégies, l’état est en mesure de changer l’exécutif de la société soit au cours d’une assemblée générale normale, soit, en cas de crise et/ou d’urgence, en convoquant une assemblée générale extraordinaire.

L’état est donc le seul à pouvoir décider des travaux de maintenance et d’en assurer le suivi.
Ajoutons qu’au Conseil d’administration d’EDF, l’état dispose aussi d’un siège occupé par un membre de l’administration de gestion des participations, et des représentants qu’il a nommés.
C’est donc aux deux niveaux décisionnaires, actionnariat et exécutif via le Conseil d’administration, que l’état, donc le pouvoir politique en place dont font partie Monsieur Macron et Madame Borne, dicte les perspectives du groupe, les voies à suivre, les actes à mener pour les atteindre.

Outre les intérêts du groupe, l’état a aussi à prendre en compte l’intérêt général du pays, sa souveraineté, le confort de ses citoyens et l’assurance d’alimenter suffisamment en énergie les moyens de production des entreprises nationales.
Si donc Monsieur Levy ne s’est plus donné les moyens de conserver du personnel compétent sous le coude et s’est engagé dans la voie du désengagement et n’a pas fait les actes de maintenance nécessaires à la conservation d‘un outil qui se révèle aujourd’hui majeur dans la souveraineté énergétique du pays, c’est tout simplement parce que l’état actionnaire et l’état au Conseil d’administration lui en a donné l’ORDRE. Aucune autre explication ne peut valoir, l’état était doublement informé de ce qu’il se passait dans la société, et était doublement en mesure d’y remédier si cela ne lui convenait pas ou mettait en péril la souveraineté et la sécurité énergétique du pays : les politiciens français, tous partis confondus ayant exercé le pouvoir depuis 30 ans, sont les seuls coupables de la faillite d’EDF, et plus généralement de la situation gravissime de dépendance envers des puissances étrangères dans lequel ils ont mis la France : en 14/18, Pétain aurait fusillé toute cette lie politique pour menées antifrançaises que l’on peut qualifier de trahison pure et simple en temp de guerre puisque nous sommes en guerre.

Voici le mandat du Conseil d’Administration d’EDF qui comprend les grandes orientations stratégiques :
« Le Conseil d’administration est composé de 3 à 18 membres. Il détermine les orientations de l’activité de la Société et veille à leur mise en œuvre, conformément à son intérêt social, en prenant en considération les enjeux sociaux et environnementaux de son activité. Il définit les grandes orientations stratégiques, économiques, financières ou technologiques de la Société ».

Parmi la liste des administrateurs,

1° ceux nommés par les actionnaires, soit à 85 % par l’état,

2° le représentant direct de l’état via l’agence des participations,

3° puis les administrateurs nommés par salariés membres d’organisations syndicales.

Sur le site EDF vous pouvez constater que certains administrateurs nommés par les actionnaires sont également administrateurs de grands groupes français :
https://www.edf.fr/groupe-edf/edf-en-bref/gouvernance/conseil-dadministration#:~:text=Conseil%20d%E2%80%99administration%20d%E2%80%99EDF%2C%20pr%C3%A9sentation%20Le%20Conseil%20d%E2%80%99administration%20est,les%20enjeux%20sociaux%20et%20environnementaux%20de%20son%20activit%C3%A9.

Composition du conseil
Présidé par Jean-Bernard Lévy, le Conseil d’administration est constitué comme suit.

Administrateurs nommés par l’Assemblée générale des actionnaires

Jean-Bernard Levy

Président-Directeur Général d’EDF

Nathalie Collin

Directrice Générale Adjointe et Directrice Générale de la Branche Grand Public et Numérique du groupe La Poste

Bruno Cremel

General Partner du fonds Partech

Gilles Denoyel

Président du Conseil d’administration de Dexia

Delphine Gény-Stephann

Consultante

Marie-Christine Lepetit

Chef du service de l’Inspection générale des finances rattaché au ministre de l’Économie, des finances et de la relance

Colette Lewiner

Administratrice professionnelle

Claire Pedini

Directrice Générale Adjointe, Ressources humaines et transformation digitale de Saint-Gobain

Philippe Petitcolin

Administrateur de sociétés

Michèle Rousseau

Présidente du Bureau de Recherches Géologiques et Minières
Représentant de l’État

Céline Fornaro

Responsable du Pôle Finance de l’Agence des Participations de l’État
Administrateurs élus par les salariés

Claire Bordenave

Parrainée par la CGT

Karine Granger

Parrainée par la CGT

Sandrine Lhenry

Parrainée par FO

Jean-Paul Rignac

Parrainé par la CGT

Vincent Rodet

Parrainé par la CFDT

Christian Taxil

Parrainé par la CFE-CGC

Jean d’Acre




Harcèlement d’État et violence psychique : poursuivons l’État

Vaccinpolice2.jpg

Un simple employeur peut être condamné pour harcèlement et violence à l’encontre de ses collaborateurs. Les affaires des suicides de France Telecom ou de Renault n’ont-elles pas défrayé la chronique ? Or, combien de suicides chez les gendarmes et les policiers en 2022, en 2021 ?  Combien au sein de l’Éducation nationale avec un renoncement, une grande démission et un refus d’aller enseigner dans un climat de violence, de haine et de dénonciation ? Combien sont en dépression dans les centres de la MGEN ? Et au-delà des fonctionnaires, les citoyens sont aujourd’hui les victimes d’un harcèlement permanent et de violences psychiques insupportables. Combien d’étudiants qui se suicident, de jeunes qui finissent dans des centres psychiatriques ? Après la persécution sanitaire, arrive maintenant l’injonction à la frugalité et à l’appauvrissement solidaire du fait d’un engagement politique et militaire contre la Russie et pour l’Ukraine. Elle sert assez largement de prétexte. Concernant l’énergie, le collectif des syndicats européens vient d’alerter les États européens sur l’insoutenable prix de l’énergie pour l’hiver et ses effets dévastateurs sur les populations : maltraitance, mise en danger de la vie d’autrui, violence psychique puis physique.

Le droit condamne le harcèlement et les violences psychiques

Le droit pénal en France a développé depuis les années 1990 des incriminations qui répriment le fait de porter atteinte à l’équilibre psychique des personnes. Il est intéressant d’y noter des pratiques qui caractérisent toute la politique mise en œuvre lors de la crise sanitaire.

  1. Administration de substance nuisible « ayant porté atteinte à l’intégrité physique ou psychique d’autrui. » (art. 222-15).
  2. Constat et répressions des violences psychologiques et des harcèlements
  3. Abus d’état de sujétion psychologique mettant en œuvre des pratiques de manipulation psychologique à l’instar des sectes et décrites par la MIVILUDES.

Et n’oublions pas la vulnérabilité des mineurs qui deviennent les victimes de manœuvres qui les fragilisent. Pensons aux supplices des tests début 2022 qui ont aussi traumatisé les pharmaciens et les parents tant cette maltraitance était manifeste. Maltraitance physique et violence psychique répétée.

Le harcèlement sanitaire a été de tous les instants, celui sur la frugalité s’annonce identique. Rationnement énergétique, travail à domicile, limitation des déplacements, restriction des activités énergétivores, etc. Or, que dit la loi ? La loi About-Picard de 2001 a créé un nouveau délit et elle réprime les comportements produisant de la faiblesse psychologique chez un individu afin d’en profiter. En limitant sa liberté de penser et d’action, la loi condamne les auteurs qui violentent autrui à son bénéfice. Les superprofits de certains sont une preuve accablante d’une violence psychologique sectaire visant à l’enrichissement de quelques-uns. Ce délit constate une infraction de manipulation mentale préjudiciable. Elle nécessite la réunion de trois éléments observables :

  1. la mise en œuvre de « techniques » ou « pressions» qui altèrent le jugement de la victime
  2. l’existence d’un « état de sujétion psychologique» qui découle de ces techniques ou pressions
  3. l’accomplissement par la victime, sous l’emprise de cet état de sujétion psychologique, d’un acte ou d’une abstention « gravement préjudiciable» à ses intérêts.

Or, se faire injecter une thérapeutique relève de cette infraction. Elle est bien officiellement en cours d’expérimentation. Elle contrevient frontalement au respect de la dignité humaine et à l’interdiction totale de l’expérimentation médicale mentionnée dans le Code de Nuremberg. Pourtant, les personnes, mises sous influence, couraient des risques prévisibles et inconnus, mais aujourd’hui avérés en subissant une pression médiatique et politique selon des techniques de persuasion et de persécution. Il y a là sujétion et la personne subit une décision plus qu’elle ne consent. Pour la crise énergétique actuelle nous allons vers : ne pas se déplacer, ne plus aller sur son lieu de travail, ne pas se chauffer, etc. qui seront demain des situations « gravement préjudiciables » à la santé physique et mentale selon les âges de la vie et les situations personnelles. Elles s’accompliront sous l’emprise d’une propagande éhontée qui a déjà commencé. L’altération du jugement s’observe déjà chez certains qui renoncent, s’abandonnent, acceptent par fatalisme : soumission.

Le Code pénal condamne en fait toutes les actions de violences psychologiques qui viennent troubler la tranquillité de chacun. En cela, l’État a été l’acteur d’un viol des foules évident lorsqu’il a délibérément créé et entretenu la panique sur l’hypothèse d’une épidémie et sur ses décombres macabres et traumatisants. Il adopte la même technique de peur et de sidération pour priver chacun d’une réflexion sur le bien-fondé de cette manipulation sur la crise énergétique. Et la jurisprudence mentionne explicitement des techniques : la panique, le harcèlement psychique par la répétition incessante de messages effrayants, les peurs, les reproches culpabilisants, la maltraitance, l’insulte et la dévalorisation, le mépris, la calomnie, la diffamation, l’obscénité ou l’humiliation. Les institutions internationales pratiquent tout cela à grande échelle : OMS, FMI, GIEC en particulier dont il faudra aussi poursuivre les manœuvres qui n’ont bien rien à voir avec une science en action. Il suffit de s’intéresser à la manière dont se construisent les rapports, les débats, les exclusions des opposants, etc. Édifiant.

La violence psychique que nous subissons est bien une violence volontaire qui peut avoir des conséquences physiques : blessures, somatisation et maladie, dépression, suicide, accomplissement d’actes dégradants ou dangereux sans réel consentement : consommation de drogues et médicaments, relations non consenties (vaccination par exemple), automutilation, etc.

La fabrique du consentement

La stratégie des politiques devient manifestement déviante et perverse. Elle consiste à projeter chacun dans un état de vulnérabilité par la précarisation de son quotidien.  Le lendemain devient incertain jusqu’à l’angoisse. Précariser toute notre vie, c’est nous obliger à ne penser qu’à l’urgence de la survie, jusqu’à accepter d’agir contre nos croyances dans un souci de subsistance. Cette stratégie fut utilisée en RDA en particulier, en Roumanie aussi, par Staline et Mao sans oublier les Khmers rouges aussi, quand des gouvernements souhaitaient asseoir leur domination par un asservissement des populations, alors obnubilées par leur subsistance journalière. Créer ou abuser de la vulnérabilité est aussi une infraction pénale, c’est aujourd’hui une politique publique.

L’État et les médias mettent des moyens d’influence considérables pour nous priver de notre liberté de penser. La personne n’a plus accès à des informations pluralistes, elle subit le feu d’une seule version des faits avec un seul narratif auquel il faut se soumettre, car la contestation est réprimée. Preuve manifeste là encore de la violence psychique sur les plateaux dans les attitudes mêmes des journalistes. Jugement péremptoire, chantage, menace, etc. Avons-nous assisté à des débats mesurés et loyaux mettant à la disposition du citoyen des informations pour qu’il se construise son point de vue ? Plus jamais. La fabrique du consentement consiste bien à clore le débat avant qu’il ne commence. Chaque émission produit le même effet : elle dicte ce qu’il convient de penser, comme dans une secte. À cet égard, les patrons des médias sont à mon avis à poursuivre au titre de la loi About-Picard de 2001. Leurs émissions sont délibérément agressives, persuasives, combatives sans aucun respect du pluralisme et de la controverse scientifique. Une autre preuve. Ces médias sont unanimistes, répétant à l’infini les mêmes mantras, les mêmes éléments de langage, sans enquête, sans contradiction. Il est statistiquement impossible que des organisations libres en nombre puissent à ce point être semblables dans leur messages. C’est donc un fait de violence psychique organisée.

Mais la liberté prévaut en toute circonstance contre le psycho-pouvoir manipulateur

La désobéissance et la résistance sont alors les armes des gens libres contre ce psycho-pouvoir qui étend son emprise et nous le vivons tous. Il suffit de voir l’agressivité d’Apolline de Malherbe contre Éric Zemmour ou les agressions verbales des journalistes contre Jordan Bardella récemment sur les sanctions contre la Russie ou l’agression contre Ségolène Royal sortant du récit du Parti. Émettre un avis raisonné et argumenté devient impossible, car l’orateur est immédiatement sous la menace. Le journaliste ne questionne plus, il ne cherche pas à faire clarifier, voire à insinuer avec malice. Non, il agresse pour jeter le discrédit immédiatement. Le gouvernement agit de même.

En conclusion, la violence psychique est omniprésente dans les couloirs des ministères pour soumettre, faire taire, menacer. Elle est présente dans les médias. Or, si décider c’est choisir, choisir c’est instruire, et instruire c’est délibérer. La simple privation de la délibération est la preuve d’une guerre psychologique incessante. Alors, que les syndicats de fonctionnaires commencent par poursuivre leur employeur et à le faire savoir, car chaque ministre est bien l’employeur, que des partis politiques soient beaucoup plus clairs et combatifs dans les médias pour exiger le droit à l’opposition, à la controverse en obligeant les journalistes au respect de la personne humaine, en pleine lumière. Les recadrages des journalistes doivent être directs, sans concession, ironiques, mais il faut renverser la table. N’oublions jamais que la liberté est la preuve de notre souveraineté et que sa perte nous mettrait en esclavage. Leur rêve est notre cauchemar.

Pierre-Antoine Pontoizeau




32 réacteurs nucléaires arrêtés sur 56 : encore la faute de Poutine ?

32 réacteurs nucléaires arrêtés sur 56. Encore la faute de Poutine ?

Nous avions une électricité abondante, peu chère et décarbonée. Macron a tout saccagé

Sans l’inconséquence de Macron, qui a acheté le vote vert en torpillant la filière nucléaire, nous serions le pays d’Europe le plus serein pour affronter l’hiver avec ou sans gaz russe.

Mais aujourd’hui, l’ahurissante politique du Président, qui retourne perpétuellement sa veste au gré des échéances électorales, annonçant tout et son contraire alors que la politique énergétique d’une nation se mesure et se décide à l’échelle de 50 ans, cette politique irresponsable va nous conduire à la pénurie, à la récession économique, à la faillite de nos entreprises et aux coupures d’électricité chez les particuliers.

Non seulement il a fermé Fessenheim avant la mise en service de Flamanville, mais il a bloqué sciemment toute relance du nucléaire et abandonné la recherche dans ce qui était naguère notre domaine d’excellence. De plus, le parc actuel n’a pas bénéficié d’un entretien programmé responsable. Avec 32 réacteurs à l’arrêt à quatre mois de l’hiver, c’est du sabotage !

Macron est un illuminé qui voulait même supprimer le nucléaire militaire, prétextant que cela ne sert à rien puisque les Allemands n’en ont pas ! C’est dire le niveau de l’artiste. Il avait simplement zappé le fait que l’arme nucléaire nous permet d’avoir un siège permanent au Conseil de sécurité de l’ONU, avec droit de véto. Et ce monsieur prétend peser sur l’échiquier international.

https://lalettrepatriote.com/lorsque-macron-voulait-supprimer-la-force-de-dissuasion-nucleaire-francaise/

Macron, qui prétend faire de la France la start-up nation nous ment.

Il a tout simplement renoncé au nucléaire civil de dernière génération.

https://www.transitionsenergies.com/agence-internationale-energie-atomique-avenir-nucleaire-degage/

Accélération de l’innovation

« Elle tient à une accélération de l’innovation nucléaire dans le monde. Réacteurs au thorium, réacteurs à neutrons rapides dits de quatrième génération, mini réacteurs ou SMR (voir l’image ci-dessus), sans parler de la fusion. Les États-Unis, la Chine, la Russie, le Royaume-Uni multiplient les prototypes pour donner un second souffle à l’énergie nucléaire et tirer partie du fait qu’elle produit l’électricité la plus décarbonée. La France, qui pendant des années a été en pointe dans l’innovation nucléaire, a quasiment renoncé. »

« Deux institutions respectées, l’Office parlementaire des choix scientifiques et technologiques (OPECST) et l’Académie des sciences ont d’ailleurs donné l’alerte cet été, sans trop d’échos, sur la stratégie nucléaire défaillante de la France. »

C’est bien la preuve que Macron veut détruire le seul atout compétitif qui restait à la France.

Et aujourd’hui, il ose se poser en chef de guerre pour éviter les coupures de courant, en créant un nouveau Conseil de défense. Encore de l’esbrouffe et de la com’.

Nous avons un gouvernement et un Parlement pour gérer les crises. À quoi servent-ils ?

La voiture électrique va entraîner une explosion des besoins en électricité et on nous parle d’économies ! 

En 11 ans de pouvoir, de Gaulle avait bâti une grande puissance économique et militaire admirée et respectée. Sur une période équivalente, Hollande et Macron ont fait de la France un champ de ruines où plus rien ne fonctionne, un pays en quasi-faillite et menacé de guerre civile. C’est sans doute ce que veulent les mondialistes, ils peuvent se réjouir.

Jacques Guillemain




Le gourou de l’Élysée et la stratégie sectaire mondialiste

SchwabMacron.jpg

Nous ne sommes plus dans une société libre mais dans une « République sectaire » avec son projet d’une organisation totalitaire emprisonnant chacun. La domination de quelques-uns exige la soumission du plus grand nombre dans son récit, sans aucune alternative ni débat. C’est le premier signe de la secte qui refuse les alternatives à ses choix. Nous sommes ainsi transformés en adeptes de la secte et je vais ici vous en montrer les ressorts.

Les pratiques et conséquences de chantages moraux et affectifs

L’emprise commence toujours par un chantage affectif pernicieux et pervers. Il s’agit de dominer l’adepte et de le soumettre en exerçant sur lui une pression psychique. S’entremêlent des promesses séductrices mais aussi un abandon apaisant de sa liberté, se confiant à l’autorité bienfaitrice du gourou. Le chantage affectif s’opère dans un rapport de séduction où chaque adepte voit en son gourou une personne recommandable, bien intentionnée, exempte de critique, qu’il faut suivre par amitié, loyauté, fidélité, affection. Je l’aime bien, il m’aime bien et j’ai toutes les raisons affectives de lui faire plaisir pour qu’il m’estime et me reconnaisse. Être de son groupe est alors une fierté pour soi, un signe de reconnaissance flatteur vis-à-vis des ignorants méprisables.

La conséquence en est très visible. L’adepte cède à un chantage affectif et il n’imagine plus ne pas faire ce que le gourou lui demande. Commence ici l’aveuglement puis les premiers signes de l’enfermement sectaire. L’adepte culpabilise s’il ne se soumet pas. Il faut bien faire ce que le gourou demande.

L’emprise s’effectue en même temps par un chantage moral encore plus toxique. Le gourou prend le pouvoir sur la base d’un système de valeur qu’il va subvertir et renverser en s’appuyant toujours sur les bonnes intentions et les croyances initiales de l’adepte. Il faut sauver le monde, il faut protéger la nature, il faut interdire ceci, ne plus pratiquer cela. Le chantage moral insinue lui aussi une séduction et des interdictions. Celles-ci sont les signes de la dépossession de son libre arbitre au profit de l’exécution de consignes qui émanent de ces injonctions morales s’imposant à tous.

La conséquence en est là aussi très visible. L’adepte culpabilise de nouveau, mais surtout il se prête au jeu de la privation, de l’expiation morale car il faut commencer à se sacrifier pour de bonnes raisons morales : mangeons moins, donnons nos biens à la communauté, privons-nous de ceci, mais faisons injonction aux autres de faire de même. L’adepte devient le héros quasi chevaleresque de sacrifices qui réduisent chaque jour son intimité personnelle, par intrusions successives dans son quotidien le plus intime : rites alimentaires, travail, vie sentimentale, pensées, vie affective, etc.

Isolez-vous, ne vous voyez plus, soyez quelques-uns à table, séparez les vaccinés, interdisez les relations, travaillez chez vous, disputez les insoumis, soyez des prosélytes convaincus, ne tolérez et n’écoutez pas les contradicteurs, soyez sûrs de votre supériorité morale. Ce n’est absolument pas un hasard de nous parler de notre alimentation, de nos rites : le barbecue coupable et l’heure des usages des matériels électriques bientôt. Cela ne vous rappelle rien ? La tension psychique a déjà été insoutenable pour beaucoup.

Les pratiques et conséquences de projections absurdes et prophéties manipulatrices

Le gourou tient son pouvoir de sa capacité à guider, donc à anticiper et dominer le futur de chacun pour son plus grand bonheur. Chacun est alors libéré du poids de la liberté de choix et du libre consentement. Le gourou soumet et conduit à la totale obéissance parce qu’il sait et dit ce que le futur sera ou doit être.

Il pratique la projection absurde ou la prophétie qui contraignent chacun à agir dans l’intérêt de la secte. L’une et l’autre ont l’autorité qui va bien. Les prévisions sanitaires, climatiques, économiques, énergétiques sont comme des prophéties. Elles ne sont pas discutables. On les pare de toutes sortes de qualités : théorie, certitude, évidence, croyances qui  fabriquent une représentation fermée du futur. Le signe éminent de cette manipulation, c’est l’absence de contingences, d’alternatives, d’incertitudes, de complexités ou d’ignorance, voire d’opportunités à imaginer ou créer solidairement des solutions inédites. La projection prophétique invente un nouveau système de vérité exclusif et aliénant dont le but est de persuader d’agir d’une seule et unique manière pour la bonne cause.

La conséquence est là encore très visible. Les adeptes agissent en toute obéissance, faisant ce qu’ils n’auraient jamais fait avant. Je porte un masque, je m’enferme, j’interroge mon voisin sur son statut vaccinal, je me fais injecter des produits alors que je suis en bonne santé, je me teste et me reteste avec un peu de peur et de paranoïa. Pour les sujets à l’ordre du jour en cette rentrée, je vais accepter de ne pas me déplacer, je vais renoncer à travailler si l’énergie manque dans mon atelier, je vais accepter de sacrifier mon confort vital, je vais tolérer d’avoir froid, de ne plus consommer ceci ou cela. Bref, je vais supporter d’atteindre à mon intégrité physique et mentale par privation sans discuter. Voilà bien l’emprise sectaire qui domine et soumet.

L’emprisonnement de l’adepte dans la secte

Toutes ces pratiques ont pour résultat l’emprisonnement de l’adepte dans les croyances de la secte. Elle aura obtenu le renoncement à son système de valeur : liberté contre autorité et soumission. Par ses chantages affectifs et moraux, par son narratif prophétique, le gourou nous emprisonne dans un mode de vie que nous ne désirions pas à l’origine. Et cet emprisonnement a aussi ses signes. L’adepte devient dépendant, il perd ses autonomies d’action et ne peut agir qu’en obéissant. Il perd son sens critique et aucune remise en question n’est tolérée. Il y a privation de choix, parce que la secte décide progressivement de tout pour le bien de ses adeptes. Il y a persécution psychique par l’introduction de la peur jusqu’à provoquer de la paranoïa. Il y a même l’endettement et l’appauvrissement de l’adepte pour qu’il dépende matériellement de la secte. L’entreprise a été menée dès le confinement. La secte paie, non elle investit et achète la liberté pour la soumission.

Le signe le plus évident, c’est le renoncement à être soi-même, à penser par soi-même, à se dire que l’on fait comme on veut. Non, la secte a fixé cette règle que la désobéissance est une insoumission inacceptable. Or, le narratif actuel et les prophéties climatiques, énergétiques et politiques construisent un système de vérité sectaire et totalitaire. Il n’y a rien à discuter. La guerre en Ukraine est légitime, la fermeture des centrales nucléaires est acquise, l’homme est un pollueur dangereux pour la planète. La sobriété jusqu’au sacrifice est une obligation morale par amour de la nature, etc. Le catéchisme de la secte s’impose et il légitime une pression psychique quotidienne pour obtenir la soumission à faire : c’est l’asservissement de l’adepte, jusqu’à exiger de lui de se faire souffrir, de persécuter d’autres dont les enfants martyrisés par des tests cet hiver, d’adopter des conduites aliénantes, voire humiliantes. C’est le renversement délirant de son mode de vie, sans aucune autre raison que la soumission aux chantages et aux prophéties du gourou dont les idéalisations se substituent aux réalités.

Il fallait montrer un passeport pour aller boire un verre, il faudra déclarer ses voyages pour obtenir des bons de déplacement. Raréfaction, rationnement, embrigadement du quotidien, pour la bonne cause évidemment.

Les techniques de libération de l’emprise sectaire

Le psychologue Enriquez a très bien étudié les organisations d’enfermement psychique et nous en connaissons les ressorts. Mais comment en sortir ? Il faut briser l’emprise. Plusieurs méthodes sont à utiliser. Interroger nos amis sur leur bonheur, leur personne, leur épanouissement, leur bien-être. Es-tu heureux aujourd’hui ? Est-ce bien normal au fond de faire ceci ou cela ? Qu’est-ce que cela t’apporte à toi personnellement ? Il faut recentrer la personne sur sa vie, sur elle-même. Deuxième méthode, s’inquiéter du catéchisme sans aller à l’affrontement, mais insinuer le doute et restaurer l’esprit critique, ce qui peut être long. Tu es sûr que ? Tu devrais lire… Il y a des doutes quand même, là…  Les choses ne sont pas si simples. Troisième méthode, rétablir les liens de causalités et de responsabilités pour reconstruire une compréhension des manipulations. Ne jamais oublier que l’adepte est une victime de la manipulation. Il ne s’agit pas de l’agresser, de l’humilier encore. Non, il faut lui redonner de la dignité humaine, lui redonner le goût de liberté, de la discussion calme, de l’initiative personnelle, du soutien et de l’amitié. Il faut ouvrir les perspectives, dire qu’on peut sans doute faire autrement. Reprendre vie.

Pierre-Antoine Pontoizeau




L’emprise sectaire de la Macronie jusqu’aux sacrifices : les preuves s’accumulent

J’avais publié le 22 septembre 2021 un article dans Riposte Laïque intitulé : L’emprise sectaire d’un gouvernement devenu secte contre la République. En résumé, j’y développais l’idée que nous subissions une succession de manipulations mentales dont l’objectif est de soumettre des individus à des pratiques qu’ils n’auraient jamais acceptées antérieurement. J’y expliquais que l’objectif est la sujétion en usant de quelques procédés bien connus des experts en techniques de manipulation.

(1) L’infantilisation,

(2) Le renoncement aux valeurs antérieures,

(3) La conviction-certitude d’une nouvelle croyance,

(4) La constitution-renforcement d’un groupe d’élus et surtout, ce dont certains pouvaient à ce moment-là douter :

(5) La secte exige des sacrifices.

Le premier sacrifice de la « vaccination » et des privations

N’y revenons pas, mais le confinement, les interdictions de circulation, les privations de liberté, l’obligation des tests et la quasi-obligation de la « vaccination » pour espérer se libérer des contraintes fabriquées de toute pièce étaient bien des sacrifices et des souffrances. L’emprise sectaire se reconnaissait déjà à cette exigence de sacrifier inutilement des libertés, voire de se faire souffrir avec ces injections douloureuses a minima, comme en ont témoigné des millions de personnes.

Les futures privations  : alimentation, chauffage, etc

La période qui s’annonce va accentuer l’emprise sectaire. On nous annonce et on nous prépare à accepter de nouveaux sacrifices avec une série de motifs fallacieux. Restriction énergétique, donc ne pas pouvoir travailler dans des activités où il y aura des ruptures d’approvisionnement électrique, ne pas vivre dans un confort a minima par privation de chauffage par manque d’énergie ou du fait du prix prohibitif, ne pas utiliser le matériel ménagé à certaines heures comme l’annonce déjà monsieur Veran, etc. Prévoyons les probables restrictions de déplacement pour les mêmes raisons. Au vu des annonces, on peut s’attendre à des ruptures des chaines logistiques et à des défaillances dans l’approvisionnement des biens de premières nécessités. Bref, la pénurie s’organise sous nos yeux.

Les signes de l’emprise sectaire deviennent manifestes

Les institutions en charge de la lutte contre les sectes dont la MIVILUDES en France connaissent très bien les signes d’une secte dont l’emprise pousse, après l’embrigadement, à des sacrifices jusqu’à des extrémités. Or, nous y sommes et les discours ambiants sont de plus en plus inquiétants. Rappelons ici ces signes de l’emprise poussant au sacrifice :

1) des discours antisociaux qui remettent en cause le fonctionnement ordinaire de la société. Ce sont ces restrictions exigées, cette agressivité latente puis explicite contre les adversaires de la demande légitime de sacrifice bien évidemment. C’est la promotion d’un discours de sanction puis de punition, voire l’opprobre contre ceux qui ne comprendront pas et ne se soumettront pas à ces légitimes exigences ; nous y sommes déjà. Les récents discours du Président sont antisociaux : abondance, insouciance, voilà bien le programme de la violence d’Etat : privation, culpabilisation, expiation même.

2) le trouble à l’ordre public devient manifeste parce que l’auteur des troubles n’est autre que l’Etat lui-même. Il aliène des libertés fondamentales. Il organise des interdictions, perturbe la vie quotidienne, rationne les énergies, comme on limite le sommeil, la nourriture et l’accès à l’information au sein de la secte. Le nouveau conseil de défense en est un indice. Il constitue un trouble manifeste à l’ordre public car il détourne les institutions d’une manière intolérable : décision sans débat ou secret qui sont incompatibles avec une société de liberté et de contre-pouvoir, ce qui commence à émouvoir les députés, les sénateurs.

3) la rupture avec l’environnement d’origine est flagrante avec des manipulations majeures. Elles commencent par la limitation de l’accès à la libre information, la censure des sites russes par exemple, la censure des organisations contestant le discours officiel sur la COVID, les fermetures arbitraires des comptes sur Facebook ou la récente décision contre les affiches toulousaines sur le risque de la vaccination chez les jeunes. La démarche sectaire pousse à l’intolérance et au refus de toute contradiction : « théorie » du climat du GIEC, « théorie » économique de la Banque Mondiale ou du FMI, « théorie » numérique sur la cybernétisation forcenée, etc. Rien n’est discutable, tout est inévitable, plus personne ne peut faire de libres choix. La société sectaire devient monolithique, fermée, sans autre issue que de se soumettre à ses choix restrictifs des modes de vie. C’est l’annonce de la grande bascule messianique du Président, démarche sectaire s’il en est.

4) la déstabilisation mentale est elle aussi très visible. On prêche la paix en Europe et on désigne un peuple à haïr, voire à abattre. On prêche l’inclusion de toutes les différences morales, sexuelles et civilisationnelles mais on stigmatise et on humilie des populations non-vaccinées. Bientôt, les résistants aux sacrifices seront dénoncés comme complices des Russes. Ils osent nuancer l’intérêt objectif de notre soutien à l’Ukraine. il faudra les discriminer violemment et cela se voit dans les fils de discussion sur internet avec les trolls commandités par les services. Cette déstabilisation joue à plein avec des incohérences permanentes. Personne n’assume les conséquences des décisions de l’Etat : endettement farfelu, coût du confinement, effet retour des sanctions contre la Russie sur nos économies, comme si rien n’était lié.

 La secte exige des sacrifices, bientôt elle exigera des vies

Les discours actuels diffusent une petite musique sacrificielle que certains d’entre vous perçoivent certainement. Les hommes sont trop nombreux, ils sont inutiles comme le déclare Yuval Noah Hariri. Après la sobriété, c’est la reproduction humaine, l’eugénisme des inutiles, le sacrifice au sens fort. Nous cheminons vers cette demande de ne pas se reproduire que l’on entend déjà. L’homme est nuisible. Il faut accepter des génocides « propres », par la stérilisation massive des femmes dont la thérapie Pfizer n’est peut-être qu’un premier acte avec des chutes inquiétantes de la fertilité et des naissances dans quelques pays déjà. Il y a une conjonction des « théories » des institutions internationales autour de la responsabilité de l’homme : climat, ressources. Elles entrainent vers une intolérable culture sacrificielle avec ses futurs boucs émissaires. Certains Etats promeuvent déjà l’avortement sans restriction jusqu’au 9e mois (infanticide), d’autres installent les conditions de l’euthanasie économique pour des vieux qui ne servent à rien et qui coutent beaucoup. Même le prix de la liberté du Président Macron est une expression inquiétante qui masque à peine l’idée du prix de la liberté et de la vie, le droit même que l’Etat nous donne de naître, vivre et de devoir disparaître. C’est la secte dominatrice par excellence qui commande des « gueux ».

Le combat contre la fausse science

Le temps qui vient est donc celui d’un combat contre ces institutions internationales, leur légitimité, leur rapport faux et la diffusion d’une véritable idéologie infondée par les sciences et la recherche, dans de très nombreux domaines : médecine sous contrôle des laboratoires, énergie et ressources sous contrôle des industriels, information sous contrôle des géants GAFAM et des oligarchies d’Etat et de leurs services. Briser leur emprise sectaire nécessite un effort de diffusion d’informations auprès du plus grand nombre. Or, l’habileté de nos adversaires, c’est l’endiguement, le confinement des idées. C’est pourquoi, il nous faut prendre une part active au combat par la diffusion, la rediffusion, le partage incessant.

Se libérer de l’emprise sectaire

Je pense à ce préfet qui demande le retrait de l’affiche qui dit que 1/100 a un risque majeur d’accident cardio-vasculaire. Pourquoi les avocats combatifs dont maître Di Vizio et quelques autres ne dénoncent-ils pas la pire des fausses nouvelles dans la propagande d’Etat : « Tous vaccinés, tous protégés ? ». Cette information est une fausse nouvelle au titre de l’article 27. C’est aussi une publicité mensongère aux limites du charlatanisme en référence à l’article L121.1 du code de la consommation.

« Est interdite toute publicité comportant, sous quelque forme que ce soit, des allégations, indications ou présentations fausses ou de nature à induire en erreur, […] teneur en principes utiles, espèce, origine, […] propriétés, […] conditions de leur utilisation, résultats qui peuvent être attendus de leur utilisation »

Ce slogan, au moment de sa création, déjà, n’avait aucun fondement scientifique avéré. Il est aujourd’hui totalement discrédité au regard du nombre de vaccinés malades, hospitalisés et même décédés. Le mensonge est avéré, la fausse information était délibérée. Qui peut soutenir une telle affirmation aujourd’hui et continuer de la colporter ? L’initiative toulousaine est à reconduire, informer, faire savoir, diffuser, contester et briser l’isolement dans lequel la Secte veut sans cesse enfermer nos concitoyens.

Pierre-Antoine Pontoizeau




Il n’y aura plus que 4 milliards d’humains en 2100 : qui va disparaître, qui va rester ?

Vue de la population en Inde

La population mondiale, qui compte près de 8 milliards d’âmes actuellement, devrait retomber à 4 milliards d’ici la fin du siècle.

C’est ce que suggère une étude publiée le 22 août dernier et répercutée par plusieurs médias ces derniers jours. L’étude, basée sur le déclin démographique dans le monde, a été réalisée par James Pomeroy, un économiste du HSBC, groupe bancaire international britannique présent dans 84 pays.

(HSBC = Hongkong and Shanghai Banking Corporation, fondée en 1865 pour promouvoir le commerce croissant entre l’Europe, l’Inde et la Chine).

Dans cette étude, James Pomeroy souligne que le taux de fécondité, qui est en net recul, réduit drastiquement le nombre de naissances, alors même que la population est vieillissante. Dans les années 1950, le nombre de naissances par femmes était de 5. En 2021, nous en étions à 2,3 et ce nombre devrait, selon les chiffres de l’ONU, baisser à 2,1, ce qui stabiliserait la population, d’ici 2050.

L’humanité va donc perdre la moitié de sa population d’ici la fin du siècle, soit dans 80 ans.

Ceux qui naîtront dans les prochaines années n’auront qu’une chance sur deux de célébrer le réveillon de 2100.

C’est une information très rassurante, vu qu’on ne va plus mourir de la covid, de la variole du singe, de la peste porcine, de la grippe aviaire, de la vache folle et de tous ces cadeaux-merveilles de la civilisation actuelle.

On n’aura plus besoin de se faire vacciner pour mourir.

À vrai dire, on ne peut qu’être enchanté que disparaisse du paysage de la planète une certaine partie de l’humanité qui pollue le monde.

Le temps a bien fait disparaître des populations barbares qui dominaient en maîtres dans une grande partie de la Terre, tels les Mongols de Gengis Khan, les Huns d’Attila…

Malheureusement, les temps ont changé. Ce ne sont plus les barbares qui vont disparaître cette fois.

Quand, en Europe, vous voyez une poussette de bébé, vous pouvez être sûr à 90 % que derrière, il y a une Africaine ou une voilée. Et que, de chaque côté de la poussette, il y a un môme qui trotte allègrement vers l’avenir…

De même, quand vous voyez un chien, vous pouvez être sûr à 100 % que c’est un Blanc qui le tient en laisse.

Les chiens ne survivront pas longtemps. Les Blancs, leurs maîtres, non plus.

« Les Blancs du monde entier – dans tous nos pays d’origine – sont confrontés au déclin démographique, économique et culturel », déclarait récemment l’écrivain américain Greg Johnson dans une interview au quotidien numérique, Breizh-info.

« Nos taux de natalité, ajoutait-il, sont inférieurs au taux de remplacement. Un nombre croissant de Blancs choisissent des partenaires d’une autre race. La mondialisation a amené le tiers-monde sur nos rivages tout en envoyant nos industries dans le tiers-monde. L’intégrité et la légitimité de nos cultures sont attaquées par le multiculturalisme et les idéologies anti-Blancs. On encourage le « racisme » et les politiques identitaires pour tous les groupes, à l’exception des majorités blanches. Si ces tendances ne sont pas inversées, chaque nation blanche finira par disparaître. Les Français aussi. »

L’extinction des Blancs ne serait, somme toute, qu’une suite logique du Grand Remplacement. Une conséquence qu’il nous faut accepter.

C’est, toutefois, un motif de réjouissance pour les Français. On ne peut que se réjouir qu’ils ne disparaîtront – totalement – qu’en 2100.

Au rythme auquel s’accroît le nombre des traîtres à tous les niveaux en France (pouvoir, médias et société), on aurait pu penser que la disparition des Français, en tant que nation, interviendrait bien avant la fin du siècle.

Allez, patience ! Encore 80 ans de soumission et tout sera fini…

Mais les fossoyeurs de la nation et de l’identité françaises pourraient se manifester dès la prochaine rentrée parlementaire.

Pour hâter la disparition de la France.

On ne peut que leur en être reconnaissants. Ils ne feront que contribuer à l’élimination du surplus inutile de Blancs qui persistent à se maintenir à la surface de la Terre. Avec 4 milliards d’habitants en moins à supporter, la Terre, délestée d’un poids inutile de millions de tonnes de chair et d’os de Blancs, pourra souffler.

Et il y aura plein d’espace pour les adeptes de tous genres de rodéo…

Messin’Issa

https://resistancerepublicaine.com/2022/08/28/il-ny-aura-plus-que-4-milliards-detres-humains-en-2100-qui-va-disparaitre-qui-va-rester/




Derrière tout écolo il y a un facho qui sommeille, et je le prouve !

C’est plus fort qu’eux, les écolos, il faut qu’ils rééduquent le peuple, à la mode Pol Pot ! Rappelons d’abord, dans cette époque marquée par le reductio ad Hitlerum, qu’Hitler était végétarien, comme Robert Ménard, qu’il n’avait pas d’enfant, comme Macron, et qu’il préférait les animaux aux humains, comme Aymeric Caron.

Pascal Canfin vient de se dire favorable, suite aux propos de Macron sur la fin de l’abondance (les smicards et ceux qui vivent des minima sociaux apprécieront) à une milice du climat, qu’il appelle pudiquement une police de la sobriété énergétique.

https://francais.rt.com/france/100504-eurodepute-macroniste-pascal-canfin-favorable-forme-police-sobriete-energetique

Sa police, je la vois plutôt comme cela…

… ou comme cela !

Dans un registre proche, l’élu parisien David Belliard réclamait une milice demandant des comptes aux automobilistes qui avaient l’audace de se trouver dans les rues de Paris. Avaient-ils une bonne excuse pour cela ?

https://www.francebleu.fr/infos/politique/zone-trafic-limitee-paris-voiture-circulation-david-belliard-1621243407

Ses miliciens, je les vois ainsi…

(AP Photo/Christoph Froehder)

Le dégénéré Yves Cochet demandait aux Blancs de ne plus faire d’enfants pour mieux accueillir les envahisseurs africains. Hitler voulait exterminer les Juifs, lui il veut faire disparaître les Blancs.

https://www.ouest-france.fr/environnement/yves-cochet-pour-sauver-la-planete-il-faut-limiter-nos-naissances-et-mieux-accueillir-les-migrants-6161206

Yannick Jadot voulait que l’ensemble des Français soient transformés en cobayes, au nom de la lutte contre le covid, en réclamant la vaccination de masse obligatoire de ce qui n’était qu’une expérience génique. Quelle différence avec les expériences du Dr Mengele ?

https://www.lequotidiendumedecin.fr/covid-19-lecologiste-yannick-jadot-favorable-la-vaccination-obligatoire

https://www.bfmtv.com/international/survivante-d-auschwitz-et-des-experiences-de-mengele-eva-mozes-kor-meurt-a-85-ans_AN-201907060038.html

Cohn-Bendit, quand il ne tripotait pas les enfants, voulait interdire aux parents de leur donner la fessée, loi qu’il finit par faire voter au Parlement européen. Vers des tribunaux pour parents frappeurs, sur simple dénonciation de leurs enfants ? Comme sous le nazisme, où il était du devoir des enfants de dénoncer leurs parents aux autorités, s’ils critiquaient le régime ?

https://www.europe1.fr/societe/Fessee-non-interdite-la-France-est-ringarde-pour-Dany-778232

https://www.geo.fr/voyage/nazisme-comment-ils-ont-formate-la-jeunesse-161362

Sandrine Rousseau, au nom du féminisme, décide qu’une simple dénonciation suffit pour qu’on vire un ministre comme Damien Abad, avant même que le verdict des juges ne soit rendu. Une conception qui ressemble à l’application de la loi des suspects, qui s’applique dans tous les régimes totalitaires, et qui a envoyé dans les camps de la mort nombre de victimes innocentes, dénoncées par un voisin malveillant.

https://www.francetvinfo.fr/politique/accusations-de-viols-contre-damien-abad/damien-abad-debarque-du-gouvernement-c-est-un-signal-important-envoye-aux-femmes-se-rejouit-sandrine-rousseau_5237083.html

Cécile Duflot, bientôt relayée par l’ensemble de la gauche, imposera, avec la loi SRU, à des communes paisibles de France de bénéficier, de manière obligatoire, de la richesse de la diversité. Quelle différence avec les déplacements de population massives voulus par nombre d’États totalitaires, comme le Cambodge ?

https://www.lemoniteur.fr/article/loi-duflot-sur-le-logement-social-durcissement-de-l-article-55-de-la-loi-sru.641799

Et que dire de leur haine de l’automobiliste, de l’appel permanent à davantage de répression, à l’augmentation des prix des matières premières, à l’agression économique contre les déviants, aux décisions prises par les maires écolos de Lyon, Bordeaux, Grenoble et autres contre le mode de vie des Français ?

Oui, derrière chaque écolo, il y a un facho qui sommeille, et qui rêve d’installer partout des miliciens pour envoyer en camp de concentration et de rééducation, au nom de l’avenir de la planète, tous ceux qui ont le tort de ne pas penser comme eux.

Les écolos sont les kapos du Nouvel Ordre Mondial, voulu par Schwab et Macron.




Démasquer et balayer les globalo-fascistes

Les globalofascistes sont une « Alliance hétéroclite à intérêts convergents » dont la partie FM (GOF) regroupant la gauche caviar socialo-progressiste a pour mission, dans le plan « mondialiste » notamment, de détruire le christianisme, la nature et une certaine « normalité » par la promotion du transhumanisme, de l’homosexualité, de la théorie du genre et du métissage pour casser tous nos repères spirituels ou de simple logique ou morale.

Ils font tout ça sur la base de bonnes intentions de façade (antiracisme, égalité, écologie, droit de ci et de ça…) qui aboutissent à des simili-dictatures des minorités ethniques, religieuses et même sexuelles… En résumé, pour lutter contre l’islamophobie, la transphobie ou l’homophobie, nous devons tous être islamophiles, homophiles ou « transphiles » sous peine d’être d’extrême droite ou complotistes si nous sommes simplement indifférents ou légèrement hostiles à ce que l’Homme devienne « enceint » (voir la dernière campagne du Planning familial pour comprendre la dérive psychiatrique de ladite « bien-pensance »).

Ils gèrent les masses par la peur, la propagande et la censure, grâce à leurs médias vendus privés mainstream à 90 % et publics à 100 % dont lesdits journalistes n’ont plus aucune déontologie ni courage et diffusent, pour leur carrière ou leurs avantages, des mensonges démontrés…

Ils usent de la méthode ancestrale du « diviser pour mieux régner » et leur plan de destruction totale des identités, des racines et donc des nations, pour les plonger plus facilement dans une sorte de gouvernance mondiale dont ils tiennent, pour le moment, tous les leviers, est en phase d’accélération surtout depuis la chute de Trump et le vol des élections américaines…

Ils ont compris, avec la covid, que 75 % des gens avalaient tout et obéissaient à tout sans jamais réfléchir ni remettre en cause « l’autorité » (voir l’expérience de Milgram pour comprendre…) et ils ont aussi compris qu’en période de crise (auto-provoquée), ces mêmes 75 % avaient tendance à s’attacher à leurs geôliers qui les humilient, les martyrisent, les insultent, les menacent, les punit (syndrome de Stockholm…).

Ils facilitent et même organisent et subventionnent l’immigration massive extra-européenne à 80 % musulmane, inassimilable (je parle ici de la « nouvelle immigration depuis 30 ou 40 ans…), prosélyte et agressive pour, volontairement, augmenter l’insécurité (mais ils nous disent depuis 40 ans que l’immigration n’a aucun lien avec l’insécurité et la délinquance, tout comme les couteaux déséquilibrés n’ont aucun rapport avec une partie de l’islam et des textes ou hadiths écrits pourtant noir sur blanc…).

Ils trouvent des alibis et des excuses à tout ce qui n’est pas Français de souche pendant qu’ils soumettent et ostracisent ces derniers sur leur propre sol dans le cadre d’une politique clairement antinationale… Le laxisme ciblé va aussi dans ce sens et l’insécurité qui n’est volontairement pas combattue (voir le taux de FM et « socialo-progressistes » dans la   « Justice »…).

La perversité de ces castes de « psychorrompus » n’a pas de limites et ils considèrent les peuples comme du stock…

Seul un réveil citoyen MASSIF aidé par les Serviteurs de la Nation pourra casser leur plan et mettre à terre cette infâme alliance qui déborde d’arrogance et de cynisme à l’image de l’un de ses outils placé pour la zone France, Emmanuel Macron…

Pour info et à l’attention des lobotomisés nourris par les charlatans commerçants, complices volontaires ou pas du système (ils sont là pour ridiculiser toute dissidence aux yeux des « gens normaux et ça facilite donc, la propagande du système qui pose « le camp du Bien » comme seule alternative…) que sont Soral, Hindi, Hillard etc. : l’islamisation de l’Occident n’aurait aucun intérêt ni pour Israël et encore moins pour les petites communautés juives des pays UE occidentaux.

Pour rappel, le mondialisme est une idéologie inverse du sionisme qui est, lui, du nationalisme juif et évidemment que tout ce qui se passe n’a aucun rapport avec un quelconque messianisme juif ou complot mondial ou khazars sataniques… Regardez plutôt du côté de la cupidité, du goût du pouvoir et de la soumission des masses des architectes quasi diaboliques de cette Alliance.

Pour terminer et même au risque déjà assumé de passer pour un arrogant, je rappelle qu’en 5 ans d’étude psychologique voire parfois psychiatrique de mon peuple sur les réseaux sociaux, Whatsapp, groupes, salons, réunions etc., je n’aurais toujours pas compris comment une majorité de citoyens nagent dans l’incohérence et la contradiction les plus totales, sans s’en rendre compte…

Ils suivent différents « troupeaux » binaires dirigés :

– Soit par des bergers politiciens (énarques, francs-maçons, corrompus, outils volontaires ou pas ou qui ne gèrent que leurs boutiques ou leurs postes et subventions) ;

– Soit par des bergers charlatans, commerçants influenceurs qui exacerbent la haine ciblée (souvent antisémite ou antisioniste, un synonyme) et vendent des livres, t-shirts, lancent des cagnottes (pour la résistance) ou même des produits financiers Ponzi… Ils profitent de la bêtise et de l’ignorance de leur public idolâtre…

Ils ont tous ou presque des « morceaux » de vérités mais n’ont pas compris que c’est un PUZZLE, il n’y a pas qu’une seule pièce ni « qu’un seul » coupable… L’Alliance hétéroclite à intérêts convergents qui forme la CASTE GLOBALO-FASCISTE qui est aux commandes de 80 % du monde et l’architecte de toutes les infâmes « escroqueries » idéologiques et financières que leurs médias font avaler à une majorité de moutons pendant que d’autres autoproclamés « les éveillés » sont lancés sur des fausses pistes (cf les charlatans influenceurs dont le système a besoin…).

Walter Boujenah