1

Vers le krach du siècle suite à l’impuissance des banques centrales

Le Dow Jones vient de céder 2,9 % la semaine dernière, soit sa huitième semaine de baisse consécutive, une première depuis 1932, tandis que le Nasdaq qui représente les valeurs technologiques et de croissance a reculé de 3,82 %, soit une septième semaine de baisse consécutive, une première également depuis 2001.

Arrêt des achats de titres obligataires par les banques centrales, hausse des taux d’intérêt partout dans le monde occidental, les masses monétaires émises d’une façon inconsidérée commençant à se stabiliser et parfois à décroître, une guerre en Ukraine conduisant à des pénuries et à la hausse des matières premières, énergétiques, et des produits agricoles, des difficultés d’approvisionnement en provenance de Chine, suite à la crise du Covid , tout cela contribue à déclencher des poussées inflationnistes en Europe tandis que les cryptomonnaies se sont effondrées. Une bulle s’est constituée pour la plupart des actifs ; un krach retentissant apparaît de plus en plus vraisemblable.

La Fed américaine va bientôt diminuer sa demande d’obligations du Trésor et d’obligations gagées sur des créances immobilières tandis que le taux des emprunt d’État à deux ans qui était de 0,5 % au 1er janvier 2022 se rapproche des 3 %. Le ratio prix/bénéfice courant à Wall Street qui était de 35 en janvier est aujourd’hui de l’ordre de 20. Tesla est valorisé à environ 100 fois ses bénéfices contre 9 pour Toyota. Quant au bitcoin, il a déjà perdu la moitié de sa valeur depuis novembre 2021.

Le Nasdaq a perdu plus de 25 % depuis le 1er janvier et le Standard & Poor’s 500, l’indice américain le plus représentatif, a cédé plus de 18 %. En France et en Allemagne, le CAC 40 et le Dax chutent d’environ 12 % depuis le 1er janvier. Quant à l’indice de référence des marchés obligataires européens, il a perdu 9 %. En fait les marchés obligataires connaissent déjà un krach, mais si la hausse des taux continue, les marchés obligataires vont dévisser encore davantage. Les banques centrales qui souhaitent préserver l’activité économique sont cependant obligées d’augmenter les taux, de ne plus intervenir sur les marchés obligataires, comme elles le faisaient, pour faire baisser les taux, car elles sont accusées d’être passives devant l’inflation de plus en plus forte.

L’économiste Jean-Pierre Robin dans le Figaro remarque que « la BCE sonne la fin du quoi qu’il en coûte ». La BCE va prendre un tournant radical en augmentant les taux et en ne faisant plus fonctionner la planche à billets. La BCE va annoncer le 9 juin 2022 lors d’une réunion du conseil des gouverneurs à Amsterdam qu’elle met fin à ses achats nets des titres de dettes publiques. Il n’y aura donc plus d’augmentation de la masse monétaire inflationniste dans la zone euro, mais cette dernière ne sera pas diminuée pour autant car la BCE réinvestira en titres publics les montants des titres arrivant à échéance dans son bilan.

La dette publique française avec le socialiste François Hollande et le technocrate Macron est passée de 2012,1 milliards d’euros au deuxième trimestre 2015  à 2813,1 milliards au quatrième trimestre 2021. Cette augmentation vertigineuse de la dette a été financée entièrement par la BCE, en fait sur le plan technique à hauteur de 671 milliards par la Banque de France et de 70 milliards par la BCE ainsi que les autres banques centrales de la zone euro. L’augmentation de la dette publique, avec François Hollande et surtout Macron, a donc été financée entièrement par la planche à billets de la BCE et de la Banque de France ! Demain on rase gratis !

En fait, le tabou que Mario Draghi, l’ancien président de la BCE, a fait sauter pour éviter l’explosion de la zone euro en 2012, en acceptant d’acheter sans limites (« whatever it takes ») les titres publics des États en faillite tels que la Grèce, l’Irlande, le Portugal, l’Espagne et Chypre, ou quasi-faillite tels que la France et l’Italie, devrait être rétabli d’une façon officielle le 9 juin 2022 à Amsterdam. Ce sont donc bien les corbeaux tels que Charles Gave, Marc Touati et l’auteur de cette chronique, à qui l’on reprochait avec sarcasmes et ironie leur pessimisme et leurs prédictions de malheur, qui avaient 100 % raison ! Leurs prédictions de krach ne se réalisaient pas parce que tout simplement le Système ne faisait que repousser les échéances de faillite et de l’explosion à venir, tout en l’aggravant, en augmentant d’une façon démesurée les liquidités avec des mesures dites anti-conventionnelles !
Tout a été fait non pas pour sauver l’euro et les États de la faillite inéluctable, car il fallait sinon prendre le taureau par les cornes et diminuer immédiatement les dépenses publiques réelles, mais seulement pour amuser la galerie, flatter les imbéciles et les naïfs, en repoussant la date de l’échéance fatale !

Tout a été fait donc non pas pour empêcher la faillite des pays menacés et sauver l’euro, mais pour aggraver la situation en faisant tourner la planche à billets et en augmentant la dette publique dans de nombreux pays, plus particulièrement en France et en Italie ! L’heure est maintenant bientôt venue, pour Macron, Le Maire, tous les hypocrites et bénéficiaires du Système ainsi que pour les menteurs de la pensée unique, de faire payer aux Français la note de la dette publique pharaonique avec des taux d’intérêt élevés !

Ce qui se passe actuellement avec les cryptomonnaies est un cygne noir annonciateur de l’explosion à venir du système occidental, de la zone euro et de la faillite prochaine de la France ainsi que de l’Italie ! Pendant la semaine du lundi 9 mai 2022, la panique a ramené à zéro la valeur des « stable coins Terra USD », soit 45 milliards de dollars partis en fumée, et a diminué en une seule journée la valeur des cryptomonnaies de 200 milliards de dollars. Le jeton Luna complémentaire du « stable coin Terra USD » est passé en quelques jours de 100 à 0 dollar, alors que le fondateur coréen Do Kwon vantait la stabilité du produit. Le bitcoin évolue aujourd’hui autour de 30 000 dollars, soit moitié moins de ce qu’il valait à l’automne 2021.

Do Kwon a tout simplement formé la bulle d’une pyramide de Ponzi en s’inspirant des méthodes de Bernard Madoff pour faire rêver ses très souvent jeunes clients naïfs I Do Kwon garantissait 10 % de rendement par an et 20 % pour le « stable coin Terra USD ». Cet engagement ne pouvait être en réalité honoré qu’avec l’argent provenant des derniers acheteurs. C’était donc de l’escroquerie style Madoff et en aucune façon le pouvoir magique mystérieux des cryptomonnaies !

Les cryptomonnaies ont une volatilité inouïe. Elles ne sont qu’un instrument de spéculation sur un objet dont la valeur intrinsèque est nulle. Elles attirent le plus souvent de jeunes spéculateurs pauvres et précaires qui n’ont pas les moyens financiers, ni la formation pour faire des placements en Bourse ou dans l’immobilier. De plus, les cryptomonnaies ne deviendront jamais un moyen de paiement à cause de leur volatilité, et de leur coût environnemental phénoménal en énergie pour les créer. Leur seul intérêt réside dans la technologie du « blockchain » aux multiples applications, qui, comme internet en 2000, est une technologie d’avenir.
La seule façon d’éviter le krach boursier, ce serait donc de faire l’inverse de ce que sont obligées de faire, dans l’immédiat, toutes les banques centrales du monde, en baissant de nouveau les taux d’intérêt, en reprenant la politique d’achat de titres obligataires de la dette publique par les banques centrales, pour créer des liquidités nouvelles. On éviterait alors, momentanément, effectivement le krach prochain à venir, mais ce serait alors pour se retrouver à terme dans une situation analogue à celle de l’Allemagne en 1923 avec une hyper-inflation ravageuse qui finirait par détruire et faire exploser aussi tout le système !

L’erreur a été commise en 2008 avec la crise des « subprimes » lorsque l’Occident avait encore la possibilité d’assainir la situation et d’éviter à terme l’explosion du système, tout en connaissant alors une crise douloureuse analogue à celle de 1929 qui a été effectivement évitée ! Le système a préféré depuis 2008 la fuite en avant : « encore un petit moment Monsieur le bourreau ! ». Nous en sommes là, avec la possibilité théorique de reculer encore l’échéance fatale, ce que semblent refuser cette fois-ci les banques centrales le dos au mur, face leur impuissance, à une contradiction qui relève de la quadrature du cercle et d’un dilemme maintenant impossible à résoudre !

Macron connaîtra la faillite de la France et l’explosion de la zone euro avec des Gilets jaunes encore plus excités dans les rues ! Ce jour-là la France ne l’aura pas volé pour avoir choisi depuis mai 68 la voie de la gauche, de l’individualisme jouisseur, de la calamiteuse, honteuse et suicidaire immigration extra-européenne, de la paresse, de la facilité, des 35 heures, de la retraite à 60 ans, des nouvelles valeurs sociétales décadentes, des loisirs en lieu et place des valeurs traditionnelles : Patrie, famille, travail ! La France a « bouffé » de plus tout l’héritage des Trente Glorieuses, de De Gaulle et de Pompidou (dette publique très basse, croissance, industrie compétitive et exportatrice, budget des armées au-dessus de 3 % du PIB) avec les socialistes Mitterrand et Hollande et les fédéralistes européens du style Macron traîtres à leur pays (valeurs sociétales décadentes, invasion migratoire accélérée, inéducation nationale et vente des fleurons de notre industrie à l’Amérique) !

Le malheur veut que l’on ait parlé de tout pendant la Présidentielle, sauf des deux vrais problèmes : les dépenses publiques stratosphériques et le Grand Remplacement en cours qui sont à l’origine de la dette publique française démentielle et de la faillite à venir ! Honte aux deux tiers des Français qui n’ont pas voté pendant les Présidentielles pour des partis patriotes ! Le krach à venir du Siècle des Siècles, la faillite de la France et l’explosion de la zone euro seront la vengeance des réalités et des patriotes qui auront sonné en vain le tocsin pendant des années !

Marc Rousset

Auteur de « Comment sauver la France/ Pour une Europe des nations avec la Russie »




Bruxelles attribue le prix 2021 du « meilleur commercial » au PDG de Pfizer…

***

L’événement commence à dater un peu, mais mérite d’être rappelé : le 10 novembre 2021, lors d’une cérémonie de l’Atlantic Council à Washington, Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, a remis le prix du « meilleur dirigeant commercial » de l’année 2021 au PDG de Pfizer, Albert Bourla.

Albert Bourla, allumant en action de grâce les bougies de la fête d’Hanoukka lors d’une cérémonie organisée le 10 décembre 2020 par l’ambassade d’Israël à Washington, quelques jours après que Pfizer eut reçu le feu vert des autorités sanitaires américaines (chaperonnées par Anthony Fauci) pour distribuer son « vaccin » contre le Sars-Cov-2 sur l’ensemble des États-Unis.

***

Ursula von der Leyen présidente de la Commission européenne et son mari Heiko, directeur médical chez Orgenesis, entreprise de biotechnologie spécialisée dans les thérapies géniques de type Pfizer

***

« Cette année nous a rappelé que nous devons défendre la démocratie au quotidien » a déclaré Ursula von der Leyen en récompensant Albert Bourla. A cette occasion, la présidente de la Commission européenne s’est félicitée de la campagne de « vaccination » mondiale rendue possible par Pfizer.

***

Leader mondial des laboratoires fabriquant des « vaccins »  contre le coronavirus, Pfizer a réalisé en 2021 des bénéfices de plusieurs dizaines de milliards d’euros. En août 2021, le Financial Times rapportait que Pfizer, profitant de sa position dominante sur le marché, a fait passer le prix de son « vaccin » de 15 € 50 à 19 € 50 euros la dose.

Sur les années 2021-2022, Pfizer, son partenaire allemand BioNTech et Moderna sont assurés de générer à eux trois plus de 50 milliards d’euros de bénéfice grâce aux ventes de leurs « vaccins » contre le Covid-19.

En 2022, les « doses de rappel » permettront à Pfizer-BioNTech d’une part et à Moderna d’autre part d’engranger des bénéfices respectivement de plus de 5,6 milliards et de 6,4 milliards d’euros

En avril 2021, Ursula von der Leyen annonçait la signature d’un nouveau contrat d’achat de 1,8 milliard de doses de « vaccins » anti-Covid auprès de BioNTech-Pfizer, avec des livraisons prévues jusqu’en 2023. « D’autres contrats et d’autres technologies de vaccins suivront », a-t-elle précisé. Le New York Times rapportait que dans les semaines qui ont précédé la signature du contrat, Ursula von der Leyen avait échangé de nombreux appels téléphoniques et SMS avec le directeur général de Pfizer, Albert Bourla. Le Médiateur européen a demandé à la Présidente de la Commission la publication de ces SMS (1). Ursula von der Leyen lui a opposé une fin de non-recevoir, affirmant qu’elle n’en avait gardé aucune trace

***

L’Atlantic Council – fortement inféodé à l’OTAN – est un groupe de pression américain dont le but est de promouvoir la coopération américano-européenne, le fameux « axe atlantique ».

L’Union européenne est le terrain de jeu de l’Atlantic Council alors que la French American Foundation, (qui compte Emmanuel Macron et Edouard Philippe parmi ses « Young Leaders », ainsi que de nombreux membres de la classe politico-médiatique française) concentre ses efforts de lobbying sur la France

D’après Le Monde Diplomatique, la Commission européenne considère le lobbying comme partie intégrante du système démocratique :

« 15.000 lobbyistes y sont installés pour tenter d’influencer la politique européenne. Placées au plus près des institutions européennes, des entreprises comme Google, Facebook ou IBM tentent de peser sur les discussions européennes ».

15.000 organisations sont ainsi inscrites au registre officiel des lobbys, faisant de Bruxelles la capitale mondiale des intérêts privés.

Dans une étude publiée en 2015, l’ONG Transparency International appelait l’Union européenne à engager de vraies réformes pour lutter contre un lobbying qualifié d’« opaque », une opacité bien souvent synonyme de corruption

C’est ainsi que fin septembre 2021, la Direction nationale anti-corruption de Roumanie a ouvert une enquête sur les circonstances dans lesquelles ces vaccins avaient été achetés, se plaignant d’avoir payé et reçu trop de vaccins de Bruxelles par rapport à ses besoins. Les procureurs ont déclaré que ces enquêtes permettraient d’identifier des « abus de pouvoir » et des avantages personnels potentiels tirés des contrats avec Pfizer.

De quoi semer le trouble sur les enjeux de pouvoir entre l’UE et les grands groupes privés, enjeux très rarement médiatisés.

Source : Laurent Gey – Epoch Times

***

(1) : Lettre du Médiateur européen, Mme Emily O’Reilly, à la Commission européenne concernant le refus de l’accès du public aux messages « textos » échangés entre Ursula von der Leyen [présidente de la Commission] et le PDG d’une société pharmaceutique concernant l’achat d’un vaccin COVID-19 (votre référence GESTDEM 2021/2908) [en clair : Albert Bourla concernant l’achat par l’UE des 1,8 milliard de doses Pfizer mentionnées supra] :

Correspondance – 16/09/2021
Affaire 1316/2021/MIG – Ouverte le 16/09/2021 – Institution concernée Commission européenne

Commission européenne

Madame la Présidente,

J’ai reçu une plainte de X contre la Commission européenne. Elle concerne l’accès du public aux messages « textos » relatifs à la conclusion d’un accord d’achat pour un vaccin COVID-19 au début de cette année, comme l’a rapporté le New York Times.

En cas de refus d’accès du public aux documents en vertu du règlement 1049/2001,
les demandeurs peuvent se tourner vers le Médiateur. Dans ce contexte, j’ouvre une enquête sur cette plainte.

La Commission a partiellement divulgué trois documents au plaignant, mais a déclaré qu’elle ne disposait d’aucun document relatif à des messages « textos » relevant de la demande. La Commission a également déclaré qu’elle n’a pas à « préserver chaque document » et que les messages « textos » sont généralement « éphémères » par nature et donc, en principe, exclus de sa politique d’archivage.

Compte tenu de l’objet présumé des textos, le plaignant considère que ces messages
relèveraient de la notion de « document » au sens du règlement 1049/2001.

J’ai décidé qu’il était nécessaire que mon équipe d’enquête rencontre les représentants de la Commission afin d’obtenir des informations complémentaires. Plus précisément, je souhaiterais que la Commission puisse, au cours de cette réunion, expliquer :
– sa politique en matière d’enregistrement des messages textuels et la manière dont cette politique est mise en œuvre dans la pratique
– si, et dans l’affirmative, comment et où, elle a recherché d’éventuels messages texte relevant du champ d’application de la directive sur la protection des données.

Je serais reconnaissant aux représentants de la Commission concernés de bien vouloir contacter Mme Michaela Gehring qui est chargée de cette enquête, afin de convenir des modalités de concertation qui doit avoir lieu avant le 8 octobre 2021, si possible.

Les informations ou documents que la Commission considère comme confidentiels ne seront pas divulgués au plaignant ou à toute autre personne sans accord préalable [de la Commission]

Veuillez agréer, Madame, l’expression de mes sentiments distingués,

Emily O’Reilly, Médiateur européen
Strasbourg, 16/09/2021

***

Henri Dubost

In girum imus nocte ecce et consumimur igni 




Ils ont manœuvré, ils ont magouillé, ils ont gagné

LesTricheursConsentantsDeBe.gif

Après le coup fumant qu’ils avaient fait à Donald Trump, je ne pensais pas qu’ils oseraient recommencer en France.

Je me suis trompé, ils ont osé et même ils l’on fait !

Mais qu’ont-ils fait me direz-vous ?

Ils ont tout fait pour que Macron reste aux commandes de cette machine infernale qui favorise les plus riches en affaiblissant les plus pauvres.

Cette histoire des plus riches qui affament les plus pauvres est facile a expliquer.

Le Capital, lassé de ce que lui faisait subir les syndicats, a décidé de délocaliser.

De confier le travail à de pauvres gens se contentant d’un bol de riz.

Nous ne pouvons plus rien acheter qui ne soit « made in China » ou pareil pays d’un bol de riz.

Le travailleur n’a rien d’autre qu’un bol de riz, mais le capital se régale.

Mais revenons à la situation en France.

Ils ont eu peur lorsqu’ils ont vu Éric Zemmour se lever.

Ils se sont dit que la situation allait devenir difficile pour eux, que Macron risquait de se faire balayer.

Alors les sondeurs ont œuvré, ils nous ont présenté des sondages avec un espoir nul de voir Éric élu.

Un Éric à sept pour cent, c’était jeter son bulletin à la poubelle. Ce que je craignais par-dessus tout est arrivé.

La Le Pen du FN ne pouvait gagner. C’est comme cela qu’ils nous ont eu, faisant mine d’être surpris.

Mais ce coup de Jarnac, il nous faudra le leur faire payer, lors des législatives.

Reconquête devra présenter des candidats aux législatives dans un maximum de circonscriptions, s’entendre avec le RN pour parfaire les choses.

Macron devra se retrouver avec une assemblée des plus hostile.

Cette assemblée devra lui montrer que l’on ne peut pas prendre les Français pour ce qu’ils ne sont pas !

Bernard Atlan




Dans l’isoloir, n’oubliez pas qui est le véritable Macron

Macron vous trahit, vous insulte, vous méprise et vous détruit. Stop ou encore ?

Dans l’isoloir, ne commettez pas l’irréparable, ne détruisez pas l’avenir de vos enfants, ne faites pas de la France un pays du tiers-monde islamisé, qui connaitra les pires tragédies, comme on l’a vu au Liban, en Bosnie, en Serbie, en Irak, en Syrie, au Soudan, quand les communautés refusent le « vivre ensemble », cette grande illusion des mondialistes.

Dites-vous bien qu’il y a bien plus grave que les fins de mois difficiles et le litre de carburant à 2 euros. Le pire, c’est la fracture identitaire qui va tout emporter parce que l’immigration extra-européenne, que Macron courtise jour après jour, refuse de s’intégrer. Sachez que 70 % des électeurs musulmans ont voté Mélenchon et vont voter Macron. Sans ce vote immigré, Mélenchon faisait 12 à14 % au lieu de 22 %.

Ce qui, avec cette immigration exponentielle, est de très mauvais augure pour les élections futures. Le vote patriote sera de plus en plus contesté et inaudible, puisque la démographie est du côté du vote immigré.

L’enjeu majeur de cette élection 2022, le défi existentiel à relever, c’est celui de notre identité gauloise menacée de disparition. Ceux qui bêlent à qui-mieux-mieux au racisme et à l’extrême droite, tout en ouvrant les frontières à toute la planète, sèment les germes de la guerre civile de demain, comme je l’ai déjà dit. Macron n’a jamais combattu l’islam politique, bien au contraire, sa seule obsession ce sont les identitaires et les patriotes, qui refusent de voir leur pays disparaitre.

Par conséquent, le 24 avril, dans l’isoloir, n’oubliez surtout pas qui est Macron.

Dans une longue tribune du Figaro, Julien Aubert a rappelé les 100 bonnes raisons de ne pas voter Macron. Je ne reprendrai pas la totalité de ce lourd bilan, qui discrédite à jamais Emmanuel Macron, mais j’en rappellerai l’essentiel et ajouterai certains oublis, afin que chacun puisse voter en toute connaissance de cause.

Au moment de voter pour l’avenir de la France et celui de vos enfants, n’oubliez surtout pas qui est le véritable Macron, le destructeur de la nation qui a hypnotisé le peuple pendant cinq ans.

Macron, c’est le président qui a sali la France à la tribune de l’Onu, l’accusant de tous les maux, c’est celui qui a accusé notre pays de crime contre l’humanité en Algérie, c’est celui qui accuse nos soldats de torture sans jamais évoquer la barbarie du FLN ni les atrocités subies par les harkis, c’est celui qui traite le peuple français d’illettré, d’alcoolique, de fainéant et de moins que rien, c’est celui qui nie la culture française et veut déconstruire nos 2000 ans d’Histoire, c’est celui qui croit que la Guyane est une île et qui ignore que la Guadeloupe est française depuis 1635, c’est celui qui copine avec le Hezbollah en espérant régler l’insoluble question libanaise, c’est celui qui prétend défendre les femmes afghanes mais se montre incapable de protéger les françaises dans nos rues, c’est celui qui consacre 800 milliards au budget social et seulement 40 milliards aux armées, c’est celui qui prélève 5 euros sur l’APL étudiants mais qui dépense 50 000 euros par an pour chaque mineur isolé, c’est celui qui augmente la CSG des retraités, considérés comme des privilégiés, c’est celui qui a augmenté la dette de 600 milliards, record absolu, c’est celui qui a porté le déficit commercial à 85 milliards, c’est celui qui a déclassé la France du 5e au 7e rang mondial, c’est celui qui vend Alstom aux Américains et nos aéroports aux Chinois, c’est celui qui soutient les milices islamistes contre Bachar al Assad en Syrie, c’est celui qui se laisse humilier par la  junte militaire au Mali, c’est l’immonde président qui se vautre dans la fange à Saint-Martin, c’est le dépravé qui laisse chanter des insanités sur les marches de l’Elysée, c’est celui qui monte les immigrés contre les natifs au nom de la repentance éternelle, c’est celui qui dénonce le privilège blanc au lieu de défendre l’assimilation, c’est celui qui tolère 44 000 attaques au couteau par an sans réagir, c’est celui qui accepte que le peuple français subisse 650 000 agressions gratuites par an, c’est celui qui avait promis la construction de 15 000 places de prison, mais qui a préféré libérer 13 500 détenus, y compris des fichés « S » et des terroristes, c’est celui qui brise la carrière des soignants non vaccinés, c’est celui qui a sacrifié nos anciens dans les Ehpad à coups de Rivotril, c’est celui qui porte l’IVG à 14 semaines, c’est celui qui a tué des milliers de citoyens en interdisant aux médecins de soigner leurs patients, en totale violation du serment d’Hippocrate, c’est le président d’un Etat mafieux, qui a saboté les deux enquêtes parlementaires sur l’affaire Benalla, c’est celui qui accorde un milliard au cabinet McKinsey comme si la France était incapable de se gérer elle-même, c’est celui qui dit aux maires que 8000 éoliennes sont suffisantes, mais qui dit aux Verts qu’on en construira 20 000 d’ici 2030, c’est celui qui a enterré le scandale des Mutuelles de Bretagne, c’est celui qui laisse l’école s’effondrer au classement Pisa, c’est celui qui assure la communauté musulmane de son émotion et de son soutien pour 3 tags sur une mosquée, mais qui se fout des 20 églises incendiées chaque année, c’est le président qui se couche devant Biden quand les Anglo-Saxons nous poignardent dans le dos avec le contrat des sous-marins australiens, c’est le candidat qui n’a toujours pas de programme clair mais qui promet de faire ce qu’il n’a pas fait en cinq ans, c’est celui qui ferme stupidement la centrale de Fessenheim et qui nous oblige à acheter à prix d’or l’électricité carbonée chez nos voisins, c’est celui qui ouvre les centrales au charbon faute d’avoir anticipé la relance du nucléaire, c’est celui qui ouvre les frontières comme jamais et élargit regroupement familial aux frères et soeurs des mineurs isolés, c’est celui qui triche et escamote des millions sur sa déclaration de patrimoine, c’est celui qui est soupçonné d’avoir financé sa campagne de 2017 avec les millions des oligarques algériens, c’est celui qui refuse d’instaurer une dose de proportionnelle pour mieux barrer les « lépreux populistes », c’est celui qui se couche devant le discours décolonial et indigéniste antirépublicain, c’est celui qui abandonne des centaines de quartiers aux barbus et qui prétend combattre l’islam politique, c’est celui qui se vante de la Charte de la laïcité, alors que trois mouvements islamistes refusent de la signer en toute impunité, c’est celui qui prétendait que le voile est contraire à la laïcité mais qui s’extasie sur une femme voilée qui se dit féministe, c’est celui qui méprise les forces de l’ordre en les accusant de racisme institutionnel et de violences illégales, c’est celui qui pousse deux chefs d’état-major des armées à la démission, c’est celui qui se dit patriote français donc européen, comme si le patriotisme pouvait se partager entre 27 nations qui ont si peu d’intérêts en commun, c’est celui qui voulait liquider notre force nucléaire en disant qu’elle ne servait à rien, c’est celui qui veut partager avec l’Europe notre siège permanent au Conseil de sécurité de l’ONU, c’est celui qui a signé le Pacte de Marrakech dans le dos du peuple afin d’accélérer l’invasion migratoire, c’est celui qui envisage le 7 février 2022, avec Darmanin, de nouvelles voies d’immigration pour des raisons économiques et démographiques, c’est celui qui veut accueillir tous les mineurs isolés et imposer cette obligation à toute l’Europe… Tout ce qui peut nuire à la France et l’affaiblir à jamais, fait partie du programme caché de Macron.

Au cours de sa présidence, le général de Gaulle n’a jamais pris une seule décision sans se demander au préalable si celle-ci était bonne pour la France et le peuple français. Macron quant à lui, n’a pas pris une seule décision en cinq ans, sans se demander au préalable si elle était bonne pour lui-même et pour l’Europe.

C’est toute la différence entre un patriote, grand personnage de l’Histoire, et un misérable petit politicien calculateur, prêt à brader notre France millénaire au nom de son idéologie mondialiste et de ses intérêts personnels. Tout est faux chez Macron, de A jusqu’à Z.

Cette conception du pouvoir sans partage, en méprisant le peuple au plus haut point, en haïssant tout ce qui fait la France, notre culture, nos traditions, notre histoire et nos personnages illustres, c’est tout simplement de la trahison.

Le 24 avril, il conviendra de congédier ce président nuisible, qui a fait plus de mal à la France en cinq ans que tous ses prédécesseurs en 30 ans.

Et pour tout vous dire, les amis, je crains par dessus tout la fraude électorale, que les mondialistes machiavéliques ne manqueront pas de mettre en oeuvre si le scrutin leur est défavorable.

Avec les 1400 machines à voter installées en France, absolument pas fiables, le pire est à craindre. Ce sont 1,5 million de votes que des fraudeurs pourraient aisément manipuler. Cela représente 4 % des suffrages exprimés.

Que les partis et les électeurs de l’opposition en soient bien conscients. Il n’y a pas que les démocrates américains qui peuvent frauder. L’exemple vient de la plus grande démocratie du monde. En 2020, ce sont huit millions de voix chez Trump qui ont basculé dans l’escarcelle de Biden. Des dizaines de milliers de plaintes ont suivi. Mais aucune n’a été instruite. Moyennant quoi, tous les complices de la fraude ont beau jeu de brailler « pas de preuves, donc pas de fraude ! »

Et pour terminer, je vous invite à lire l’excellent article du général Martinez, qui résume parfaitement les enjeux de ce vote existentiel.

https://www.volontaires-france.org/post/faire-barrage-le-24-avril-2022

Jacques Guillemain




La France de Macron vers la libanisation

On prenait le terme « libanisation » comme un concept un peu mentalement lointain voué à ne toucher que des pays exotiques au-delà de nos mers sur lesquels pèserait une fatwa séculaire conduisant aux tourments permanents de l’instabilité et des guérillas urbaines pratiquées par des bandes armées aux ordres d’une communauté contre les autres, le tout menant aux faillites éternelles et à la disparition durable de toute paix sur ledit territoire.
Avec sa Constitution, sa laïcité, sa tradition séculaire de bien se supporter entre originaires des différentes régions, bretons, alsaciens, marseillais, basques, occitans, moulés à l’ancienne louche comme un bon camembert d’Orbec par une école républicaine aux enseignement éclairés à l’aune d’une histoire commune partagée, on pensait la France à l’abri de telles dérives qui aboutissent fatalement à la guerre civile comme dans l’ex-Yougoslavie ou le Liban.

Or la classe politique française dominante, droite gauche écolos confondus, en quelque trente ans, a réussi le tour de force d’emmener tout un pays vers sa perte et son éclatement.
Il y a des signes qui ne peuvent plus tromper.
Prenons les élections actuelles et les grands titres de médias :
Ainsi on apprend que les électeurs musulmans ont voté en majorité pour Jean Luc Mélanchon :

https://www.fdesouche.com/2022/04/11/election-presidentielle-69-des-electeurs-musulmans-ont-vote-pour-jean-luc-melenchon-selon-un-sondage-ifop/

Nous sommes bien là en présence d’un vote confessionnel dont s’est approprié les suffrages le créoliste forcené.
Pour le deuxième tour des Présidentielles, les musulmans de France appellent à voter pour Emmanuel Macron :

https://www.fdesouche.com/2022/04/16/les-musulmans-de-france-ex-uoif-la-branche-francaise-des-freres-musulmans-appellent-a-faire-barrage-a-marine-le-pen-et-a-voter-pour-emmanuel-macron/

Ici encore un appel au vote confessionnel, Emmanuel Macron est devenu le chef babouche des mahométans installés en France.
Vous me direz que Sœur Emmanuel pratique ici aussi le « en même temps », puisque les rabbins de France appellent également à voter Macron, des éditorialistes peu amènes susurreraient même qu’il va s’aiguiser les canines à tous les râteliers des manuscrits de la Mer Morte mâtinés des exégèses des ulémas docteurs de la mauvaise foi, sachant que mauvaise foi rime foncièrement, à défaut de formellement, avec classe politique française vu l’historique récent de l’hexagone :

https://www.fdesouche.com/2022/04/16/pour-les-celebrations-de-la-paque-juive-les-rabbins-ont-du-relayer-un-message-institutionnel-appelant-a-voter-macron/

S’agit-il de rassembler derrière la même bannière la proie et son prédateur naturel dans une écologie de bien-vivre ensemble ?
On voudrait le croire mais quand les intérêts des uns vont se heurter aux intérêts des autres, que va-t-il en rester, un cordon de police à perpet’ séparant les deux communautés comme dans l’état Hébreux avec des phases aigües sanglantes d’empoignades entre imams et rabbins dans les ruelles autrefois paisibles de France ???

Si nous prenons pour kopeck comptant le livre témoignage de Noémie Halioua, le bien-vivre ensemble est un mythe créé sciemment par les politiciens français :
« La journaliste Noémie Halioua a grandi à Sarcelles, la «ville-monde» du Val-d’Oise où l’on recense une centaine de nationalités. L’autrice de «L’affaire Sarah Halimi» revient avec un nouveau livre, «Les uns contre les autres – Sarcelles, du vivre-ensemble au vivre-séparé». Il paraît ce jeudi 3 mars. ». «Le vivre-ensemble tel qu’on l’imagine est un mythe créé par les politiciens» affirme-t-elle.

Les épiceries rares, l’orthodoxie juive, les sacs Chanel à 50 francs… Dès les premières lignes des « Uns contre les autres », on reconnaît l’ambiance si particulière des rues de Sarcelles, la « ville-monde » du Val-d’Oise. Revenant dans cette commune dont elle est originaire, la journaliste Noémie Halioua découvre une réalité différente. Juifs, chrétiens et musulmans qui la peuplaient et rêvaient d’une société nouvelle sont rattrapés par la « guerre des identités ».

https://www.leparisien.fr/val-d-oise-95/sarcelles-le-vivre-ensemble-tel-quon-limagine-est-un-mythe-cree-par-les-politiciens-03-03-2022-NGRAYKOK4FGE5GVZMQRLEDZXOI.php

https://www.fdesouche.com/2022/03/03/noemie-halioua-le-vivre-ensemble-tel-quon-limagine-est-un-mythe-cree-par-les-politiciens/

Autre phénomène constaté, le vote des catholiques. Si l’on en croit le Figaro, les tenants de la Croix se tourneraient vers ceux que l’on qualifie d’extrême droite : Le Pen, Zemmour et Dupont Aignan scoreraient à 40 % dans la bestiole, un comble pour une religion censée en principe aller vers l’autre et non lui tourner le dos puisque selon la doxa dominante tout ce petit monde politique extrémiste serait raciste à mort et même un danger pour la démocratie :

https://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/presidentielle-2022-le-vote-des-catholiques-se-deplace-a-l-extreme-droite-20220411

La hiérarchie catho en a tiré conséquence, compte tenu du nombre de fidèles qui votent RN, elle ne donne aucune consigne de vote :

https://www.fdesouche.com/2022/04/17/les-eveques-catholiques-ne-donneront-pas-de-consignes-de-vote-avant-le-24-avril-afin-de-faire-barrage-au-rn/

https://www.la-croix.com/Debats/Consignes-vote-dilemme-eveques-2022-04-15-1201210581

Il semble donc qu’à la classique partition oppositionnelle droite gauche ou travailleurs contre bourgeois-élites s’est substituée une opposition identitaire chrétiens-laïcs contre les croyances d’importation radicalisées islam / rabbinisme, sachant que tout juif n’est pas nécessairement soluble dans le rabbin et peut avoir ses propres tentations Zemmouriennes du Christ, autrement nommé plus philosophiquement son libre arbitre.

Le multiculturalisme cultuel se double d’une partition géographique des impétrants : ainsi il est de notoriété que la plupart des juifs ont quitté Sarcelles ( cf Noémie Halioua supra) ou la Seine St Denis pour convoler vers d’autres lieux de paix : c’est le vote du pauvre que d’aller donner ailleurs son suffrage par la paire de basket qui déménage.
On note ici l’écart de perception des choses de la vie entre les autorités ecclésiastes et le petit pékin de la synagogue qui doit cohabiter, à l’insu de son plein gré disent les coureurs cyclistes, dans l’espace public : imams et Rabbins d’en haut appellent comme un seul homme à voter pour un seul homme, notre bonne Sœur-Mère Emmanuel, tandis que les confessionnels d’en bas et de la rue caltent des lieux islamisés pour ne pas tendre le cou au coutelas du tenant de Mahomet.

En un sens, le politicien optimiste du mythe du bien-vivre ensemble vous assènerait qu’en déménageant de ses lieux de naissances que les entassements migratoires ont rendu insécures, le confessionnel de base de la synagogue prend sur lui le bien d’autrui en voulant éviter la tentation au mahométan de commettre l’irréparable.
Bien entendu le politicien pessimiste islamisé qui sait le mythe peu sauveur de l’avènement des réalités quotidiennes vous assènera de son côté qu’en déménageant ainsi sans laisser au coranique le droit et le devoir d’accomplir les sentences de sa religion lui ôte le moyen d’accéder aux 72 vierges éternelles, ce qui confine sans covid au blasphème de non chair.

Ainsi aux religieux qui ont en tête l’au-delà ici-bas, le français moyen historique vit seulement dans son ici-bas d’aujourd’hui en gilet jaune sans penser au-delà, l’entente est donc par nature malaisée.
Déjà, compte tenu du nombre ineffable d’actes anti-Chrétiens commis désormais sur son sol, la France est en train de prendre le chemin de croix de l’Espagne où les processions catholiques font l’objet d’attaques régulières de la part des maures comme au bon vieux temps d’avant la Reconquista, au surplus en pleine période de Pâques :

https://www.fdesouche.com/2022/04/16/grenade-espagne-une-enieme-procession-catholique-caillassee-par-une-bande-de-mineurs-isoles-etrangers-plusieurs-attaques-similaires-ont-eu-lieu-durant-cette-semaine-sainte/

Plus terre à terre, on peut circonscrire à titre d’exemple le litige entre petites villes encore peinardes et qui entendent le rester, et grandes villes banlieues gangrenées de violences, de viols, d’insécurité et de cultualisme haineux, comme dans le Mantois :
« Élection présidentielle après élection présidentielle, la tendance se confirme. L’extrême droite cartonne dans beaucoup de villages à l’ouest de Mantes-la-Jolie. La ville, qui a plébiscité Mélenchon comme ses voisins Limay, Mantes-la-Ville, Rosny, Magnanville et Buchelay, est ceinturée vers l’ouest par des petites communes qui votent RN : Follainville-Dennemont, Guernes, Saint-Martin-la-Garenne, Freneuse, Bonnières-sur-Seine, Bréval, Longnes, Dammartin-en-Serve et bien d’autres encore ».

Ainsi l’opposition classique campagnes vs grandes villes se double maintenant d’une partition territoires sécures, donc civilisés, contre territoires d’insécurité, donc tribaux où la paix n’a plus d’existence.
C’est que le mythe, donc l’artificialité irréelle d’un bien-vivre ensemble, ne résiste pas à la vie au quotidien, un Maire d’une petite ville de la région de Mantes en témoigne :
« J’ai pu le constater quand j’avais un projet de logements sociaux et que les habitants venaient me dire : on ne veut pas de gens comme ceux de Mantes ».

https://actu.fr/ile-de-france/auffreville-brasseuil_78031/pourquoi-ca-vote-rassemblement-national-dans-les-villages-autour-de-mantes-la-jolie_50256351.html

Les choses allant empirant, les banlieues insanes enflant jusqu’à avaler les campagnes alentour partout autour des métropoles, le conflit va être inévitable entre la France aux coutumes de tranquillité et de la sécurité qui entend la conserver, et la non France de l’insécurité qui va vouloir s’imposer sur tout le territoire.

La mécanique de la libanisation est documentée dans une introduction à un texte de sciences-po :
« Les guerres successives et imbriquées qui ravagent le Liban et frappent ses populations entre 1975 et 1990 préfigurent à de nombreux égards les conflits civils qui vont éclater dans les décennies suivantes aux marges d’anciens empires européens. Dans les États nouvellement formés sur ces empires démantelés, l’identité nationale est objet de contestations entre communautés locales religieuses, confessionnelles ou ethnolinguistiques autant que de stratégies d’instrumentalisation de la part de nouvelles élites en compétition ».

https://www.sciencespo.fr/mass-violence-war-massacre-resistance/fr/document/la-guerre-civile-au-liban.html

Premier élément clef, c’est quand chaque communauté veut ses propres représentants et ses propres règles de vie, ce qui conduit nécessairement à la contestation d’une identité nationale.
Ainsi le coin est déjà enfoncé dans le fût du chêne quand les musulmans placent le Coran, la charia et les hadiths au-dessus de la Constitution Française.

Deuxième élément clef, quand la classe politique instrumentalise les communautés confessionnelles ou ethnolinguistiques pour arriver ou se maintenir au pouvoir.
Ne riez pas, on y est en France en 2022, les politiciens de la doxa générale racolent dans les mosquées et synagogues, ils devront à ce titre rendre des services particuliers à leur clientèle électorale soit en termes financiers, soit en termes de droits spécifiques. Or à partir du moment où, dans un pays, certains ont plus de droits ou moins de devoirs que d’autres, on est bien dans la contestation d’une identité nationale.

On peut alors schématiser la situation électorale française actuelle ainsi pour le scrutin du 24 avril 2022 : au vote campagnard laïc-Chrétien de paix, de sécurité et de tranquillité de petites bourgades s’oppose le vote ethno-africain rabbino-islamique de haine, de violence et d’insécurité des grandes métropoles et leurs banlieues.
En fonction du résultat qui perpétuerait ou non la montée de l’islamisme et la submersion migratoire qui sont autant de coups donnés à la cohésion historique de ce pays et qui donneront inexorablement lieu un jour ou l’autre à une ou des partitions, vous devrez donc, ou non, commencer de courir les ambassades afin de vous doter d’une nationalité de rechange qui vous permettra un accueil dans un pays qui ne court pas un tel risque de guerre interne.

Si la survenue d’un califat français conduisait à votre déchéance de nationalité parce que non musulman, vous ne seriez toutefois alors pas apatride dans votre propre pays de naissance puisque vous auriez toujours la faculté d’exhiber l’ausweis de secours. Un simple visa de touriste vous autorisera alors à séjourner, pour un temps au moins, dans votre maison ou appartement usuel.

Ou alors sur option, il vous faudra suivre la voie Ukrainienne à défaut de la piste andalouse, préparer les stocks d’armes et rejoindre l’armée du Salut.

Jean d’Acre




Macron, McKinsey, Pfizer : une histoire de corruption et de renvoi d’ascenseur

Après tous les mensonges, les insultes, les menaces, les provocations, les indignités, les manipulations, les propagandes et les censures qui ont rythmé le quinquennat d’Emmanuel MACRON, objectivement, on peut dire qu’il restera dans l’histoire, comme le pire président de la Vème République.

Celui qui promettait la fin de la déconnexion et des gabegies des politiciens a finalement fait nettement pire en ajoutant l’arrogance et le mépris aux malversations financières désormais claires, qui vont du financement de sa campagne, à ses fausses déclarations de patrimoine en passant par ses connexions avec des cabinets privés et ex « clients », dont il a manifestement tiré profit puis renvoyé l’ascenseur sous de multiples formes…

Oublions, ou gardons pour la suite, l’affaire Alstom, l’épisode Benalla, le traitement des Gilets Jaunes, le doute légitime sur l’identité et la biographie de son épouse, l’infâme gestion de la covid et les détournements de la Constitution (notamment la mise en place de l’état d’urgence sanitaire et du pass vaccinal qui a créé des sous citoyens qu’il a eu envie d’emmerder…), impliquant la complicité ou la lâcheté de hauts fonctionnaires, magistrats et juges placés et nommés par l’exécutif et concentrons-nous juste sur le mensonge initial de la fabrication de cet outil placé et protégé depuis 2017, ce qui explique aussi son arrogance et son mépris total du peuple.

Même en ne considérant que quelques incohérences, mensonges et faits établis, sauf à être corrompu, tenu, ou aveugle, n’importe qui comprendrait qu’Emmanuel MACRON est un menteur, corrompu et au sens large, une fabrication totale. Il sait qu’il n’a de comptes à rendre qu’à ses commanditaires et protecteurs, qui de la justice, aux médias et en passant par la puissance financière, le rendent intouchable, pour le moment… Mais là, peut être que c’est allé trop loin puisque le PNF vient enfin d’ouvrir une enquête sur Mc Kinsey…

Souvenons-nous simplement que la déclaration de patrimoine d’Emmanuel MACRON en 2014 était complètement bidonnée (il ne pouvait pas parler de son ou ses comptes à l’étranger au lendemain de l’affaire Cahuzac) et pourtant validée par la HATVP et qu’ensuite, en 2017, même dans les calculs les moins aggravants, il manquait l’équivalent d’un smic dépensé par jour, sans rien acheter qui n’entrerait dans ledit patrimoine…

Par ailleurs, si l’on s’en tient aux revenus déclarés par Macron à la Banque Rothschild comparés aux volumes des transactions fusions acquisitions qu’il a eu à traiter en tant que « key man », notamment Nestle/Pfizer (hasard…), cela ferait de lui le banquier d’affaire le moins bien payé, en terme de commission de toute la planète. Donc il serait aussi un mauvais « commercial » alors qu’on nous l’a vendu comme un génie de la finance et de la négociation ?

Enfin, qui nous fera croire, même sur les rémunérations officielles annoncées qu’un banquier d’affaire à 100K€/mois à 32 aurait divisé par 12 son salaire pour devenir conseiller à l’Elysée s’il n’avait pas des garanties de plan de carrière ? On ne peut même pas dire que c’est son amour de la patrie, de la France, de son Histoire ou de son peuple qui l’aurait motivé, vue la façon dont il a humilié la France depuis 5 ans…

Nous annoncer en 2022, un patrimoine équivalent à seulement 2 fois celui de Poutou est une escroquerie sans nom et un mépris total de l’intelligence des Français. Rien que ce mensonge démontré initial et aggravé depuis, devrait lui interdire de se représenter et on comprend aussi qu’il évite tout débat, il y a tant de démonstrations et d’axes et de dossiers possibles pour démontrer sa malhonnêteté et son indignité…

Souvenons-nous aussi que Paul Midy, le directeur général d’« EN MARCHE » est un ancien Associé partenaire de Mc Kinsey et que ce cabinet de conseil a travaillé gratuitement pour la campagne de Macron en 2017 (dans ce milieu, rien n’est gratuit, c’était un « investissement » de type retour d’ascenseurs…).

Nous avions déjà eu des menteurs, des incompétents, des clientélistes, des hypocrites, des lâches mais jamais encore, avant Emmanuel MACRON, nous avions eu de psychopathe, pervers, manifestement corrompu et qui déteste à ce point-là le peuple, la France, son Histoire, ses racines et son modèle social.

S’il repasse pour 5 ans de plus, avec l’aide de trucages ou surfant sur la bêtise et la naïveté des électeurs Français qui tombent dans le piège habituel du « c’est moi ou le chaos, l’extrême droite nauséabonde, les bottes noires, le fascisme le nazisme » alors que si on est lucide, on s’aperçoit qu’en moins de 5 ans, une tyrannie s’est mise en place à coups de propagande, censure, institutions et Justice corrompues ou lâches et qu’en un mot, notre démocratie a été kidnappée par une Caste qui ne défend pas les intérêts de la France mais ceux de multinationales dans le cadre de la mise en place annoncée d’une gouvernance mondiale.

Évidemment que le casting n’est pas extraordinaire mais même s’il y a quelques manques dans son programme, notamment sur l’absence d’avancée démocratiques (mandat impératif par exemple pour restaurer la confiance), l’option Eric Zemmour semble la seule à même de sauver notre France ou au moins de ralentir la spirale. Le vrai vote utile est donc, à mon avis, celui-ci.

Walter BOUJENAH




Le Covid, arme d’une surveillance biométrique totale !

Yuval Noah Harari, il vante son homosexualité et il pense qu’il fait partie des Dieux et que nous sommes inutiles. Sa question préférée est : « Avons-nous besoin d’autant d’êtres humains sur Terre ? »

Yuval Noah Harari, il vante son homosexualité et il pense qu’il fait partie des Dieux et que nous sommes inutiles. Sa question préférée est : « Avons-nous besoin d’autant d’êtres humains sur Terre ? »

Il va falloir nous remuer et monter au créneau si nous ne voulons pas que les fous furieux qui se prennent pour Dieu ne détruisent à jamais l’Humanité au nom de leurs phantasmes de psychopathes pervers et narcissiques.

Si nous les laissons faire et si Éric Zemmour ou Nicolas Dupont-Aignan ne sont pas élus à la présidence de la République, alors parler et manifester ne suffiront plus pour nous éviter d’être injectés et « pucés » afin que nous soyons les dociles esclaves, sous « surveillance biométrique totale », de la bande de milliardaires mondialistes qui a fait main basse sur les États occidentaux.

« Psychopathes pervers et narcissiques », l’expression est bien choisie me disais-je en lisant les derniers propos de l’homosexuel Yuval Noah Harari (c’est lui qui met en avant son homosexualité, car cela lui permettrait « de remettre en question les idées reçues », ce que ne pourraient pas faire les hétérosexuels comme nous) qui déclare : « Le Covid est essentiel, car c’est ce qui convainc les gens d’accepter une surveillance biométrique totale ».

Nous nous demandions comment le peuple juif avait pu ainsi se soumettre aux injections des « va x ins » tueurs de Pfizer & Co. au risque de disparaître très rapidement en tant que peuple, nous avons maintenant un début de réponse, me disais-je.

En effet, il se trouve qu’en plus d’être le conseiller spirituel de Klaus Schwab (l’homme qui nous promet que nous ne posséderons plus rien, mais que nous serons heureux), en plus d’être l’idole des néonazis comme le « docteur » Laurent Alexandre (pour qui les Gilets Jaunes sont des inutiles), il se trouve que Yuval Noah Harari est devenu « l’intellectuel », « l’idéologue » le « maître à penser de ce que doit devenir le Monde », des différentes cliques des milliardaires mondialistes qui veulent notre peau, celles de Mark Zuckerberg, de Barack Obama et de Bill Gates.

Si par malheur le prochain Président de la République française ne s’appelle ni Eric Zemmour, ni Nicolas Dupont-Aignan, soyez assurés que les pensées les plus pathologiques de Yuval Noah Harari deviendront, officiellement ou non, la doctrine politique qui guidera les actions politiques et juridiques de l’Etat français.

Il faut nous y préparer, très sérieusement.

Pierre Lefevre
https://www.libre-consentement-eclaire.fr/




Autonomie de la Corse : réveil de nombreux autres mouvements autonomistes

Scènes d’émeutes en Corse après l’annonce de l’agression d’Yvan Colonna à la prison de Toulon-La Farlède

***

Condamné à la prison à perpétuité pour l’assassinat du préfet Claude Erignac en 1998, Yvan Colonna a été violemment agressé par un musulman le 2 mars dernier à la maison d’arrêt de Toulon-La Farlède où il purgeait une condamnation à perpétuité. Il a été hospitalisé dans un hôpital de Marseille. Déclaré « dans un état grave » pendant près de trois semaines, son décès n’a été officiellement annoncé que le 21 mars par les autorités de la République. Il y a tout lieu de penser que la mort du nationaliste corse a en fait suivi de peu son agression : le gouvernement a voulu éviter un embrasement sur l’Ile de Beauté en différant autant que faire se pouvait l’annonce du décès de Colonna.

***

Stratégie a moitié payante puisque pendant plusieurs jours, les principales villes de Corse ont été le théâtre de violences, les manifestants s’en prenant non aux musulmans et aux symboles de leur « religion » (mosquées, femmes voilées, racailles islamo-maffieuses des nombreux quartiers ethnicisés d’Ajaccio, Bastia, Corte, Bonifacio…), mais aux symboles des institutions françaises. C’est ainsi que dès le 4 mars, des marins du Syndicat des travailleurs corses (STC)  ont bloqué l’arrivée d’un navire transportant des CRS, envoyés en renfort, à la veille d’une manifestation à Corte organisée à l’initiative de syndicats étudiants. Le 9 mars au soir, des affrontements violents ont éclaté dans plusieurs villes de Corse. À Bastia, 23 CRS et trois civils ont été blessés, dont un photojournaliste du quotidien Corse-Matin. À Ajaccio, ce même jour, des manifestants ont allumé un incendie dans le palais de justice et attaqué une banque.

***

Ils cachent tous que Colonna a été assassiné parce qu’il a blasphémé

***

Pour calmer le jeu, dans une interview qu’il a accordée le 15 mars à Corse-Matin, le ministre de l’Intérieur Gérald Moussa Darmanin s’est dit « prêt à aller jusqu’à l’autonomie ».

« La tonalité [des propos] de Gérald Darmanin laisse pour l’instant augurer une évolution positive », s’est immédiatement félicité  Michel Castellani, député Libertés et Territoires de la 1ère circonscription de Haute Corse, ajoutant néanmoins : « C‘est tout ce qu’on peut dire à cette heure-ci… ». Manifestement, autonomistes, indépendantistes, nationalistes corses attendent beaucoup plus du gouvernement que de simples pétitions de principe. « Ce n’est pas encore une victoire, ni pour moi ni pour le peuple corse » avertissait ainsi le 16 mars Gilles Simeoni, président du Conseil exécutif de Corse au micro de France Info… Dans un entretien accordé à France 3 Corse pendant sa visite sur l’Île de Beauté les 16 et 17 mars derniers, le ministre de l’intérieur a assuré qu’ « en cas de réélection d’Emmanuel Macron, les discussions autour de l’autonomie de la Corse aboutiraient avant la fin de l’année 2022 ». Si ce n’est pas du clientélisme, ça y ressemble furieusement…

***

Les déclarations du ministre de l’intérieur ont été saluées en Nouvelle-Calédonie et en Polynésie, deux territoires qui disposent déjà d’une large autonomie, leur permettant notamment d’être compétents en matière économique et sociale, de politique de santé, d’enseignement scolaire, d’équipement et d’environnement. Depuis les accords de Matignon-Oudinot en 1988, et de Nouméa en 1998, la Nouvelle-Calédonie possède même son propre gouvernement.

Le président indépendantiste du Congrès de Nouvelle-Calédonie, Roch Wamytan, qui a signé en octobre 2019 une convention de partenariat entre le Congrès de Nouvelle-Calédonie et l’Assemblée de Corse, a apporté son soutien « à la lutte du peuple corse », estimant que le statut du Caillou pourrait inspirer les discussions sur l’autonomie de la Corse.

« Je ne suis pas tout à fait étonné de ce qui est arrivé (…) car c’est ce qui se passe quand le pouvoir de tutelle ne veut pas discuter avec des peuples qui sont en lutte pour leur identité, pour leur dignité, pour leur indépendance ou pour leur autonomie », a déclaré Roch Wamytan, chef de file du FLNKS. On remarquera que ces propos, placés dans la bouche d’un Français de souche d’un quartier ethnicisé de l’une des nombreuses villes de la Métropole, le situeraient illico dans la case « extrême droite »

Rappelons que le courant indépendantiste est largement minoritaire en Nouvelle Calédonie : par trois fois (2018, 2020, 2021 ; en 2018, les autorités de la République avaient interdit aux métropolitains immigrés de participer au référendum !), les électeurs de Nouvelle-Calédonie ont voté non à l’indépendance. Le troisième référendum du 12 décembre dernier, a été marqué par une victoire écrasante des partisans du maintien dans la France (96,5%) après le refus des indépendantistes de participer au scrutin : simple subterfuge pour masquer le caractère minoritaire de leur poids dans la population de l’île…

***

La réaction de Moussa Darmanin a également suscité une forte résonance en Polynésie française.

La Polynésie française n’a pour sa part pas connu l’instabilité de la Nouvelle-Calédonie d’avant les accords de Matignon. Elle était dotée d’un statut novateur dès 1984 et 1996. Le statut de 2004 découle de la révision constitutionnelle de 2003 « sur l’organisation décentralisée de la République », révision qui supprime la catégorie des territoires d’outre-mer à laquelle appartenait la Polynésie française. Une révision qui, fondamentalement, ne changeait rien et n’a fait qu’alimenter la frustration des autonomistes du cru. L’autonomie proposée à la Corse par le ministre Darmanin va certainement réveiller les appétits de ces derniers. Pour le député indépendantiste de Polynésie, Moetai Brotherson : « Être un département et une collectivité particulière, pour un souverainiste, c’est un pas en avant. Mais l’autonomie doit être une étape transitoire vers la pleine souveraineté. Elle peut être un piège : on n’est plus dans les mouvements de décolonisation des années 60, on est dans un monde post décolonisation où Macron dit : malheur aux petits, malheurs aux isolés ».

Moetai Brotherson assure que ses relations avec les indépendantistes corses « ont toujours été chaleureuses, ce sont des frères de lutte, comme les Kanaks par exemple ». Il estime néanmoins que les Polynésiens « ne peuvent que les conseiller : la décision appartient aux Corses qui ont une haute intelligence politique et ne se contenteront pas d’une autonomie de pacotille ». Et de conclure : « Je leur dis: ne faites pas comme nous en acceptant les compétences sans obtenir les moyens. Ne vous laissez pas enfermer comme nous ad vitam aeternam dans ce statut d’autonomie ». Le message est clair : les indépendantistes souhaitent dépenser comme bon leur semblent l’argent que leur verseront généreusement les Français de souche par leur travail et leurs impôts…

***

A Mayotte, la Réunion, la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane. les propos de Moussa Darmanin ne sont pas non plus tombés dans l’oreille d’un sourd. Fin novembre, le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu avait d’ailleurs déjà évoqué « la question de l’autonomie » lors d’un déplacement en Guadeloupe, en pleine crise sanitaire aux Antilles.

En Guyane, le 19 mars dernier, près de 60 élus de la région monodépartementale se sont réunis à l’hôtel de la Collectivité Territoriale de Cayenne pour discuter de l’évolution statutaire du territoire. En vue : l’évolution de ce territoire français d’Amérique du sud (territoire que Macron avait un jour qualifié d’ « île »…) vers davantage d’indépendance par rapport à la Métropole.

La Collectivité souhaite s’orienter vers « le choix d’une Collectivité territoriale dotée de l’autonomie, dénommée pays, dans le cadre de la Constitution ».

***

Prenant appui sur la déclaration de Gérald Darmanin au sujet de la Corse, l’organisation groupusculaire Front de Libération de la Bretagne – Armée révolutionnaire bretonne (FLB-ARB) demande quant à elle « l’organisation d’un référendum sur la réunification de la Loire-Atlantique à la Bretagne » ​mais aussi a tenu d’« un référendum sur l’autonomie ou l’indépendance de la Bretagne réunifiée ». «  Le peuple corse n’est écouté par le gouvernement qu’à la suite d’actions violentes. Ces référendums devront être réalisés avant le 31 décembre 2022, sans quoi l’ARB passera à l’action » menace l’organisation indépendantiste, manifestement encore travaillée par le démon terroriste.

***

Le parti nationaliste basque EAJ-PNB constate quant à lui « qu’un territoire de plus de 300 000 habitants équivalent sur le plan démographique à la Corse, le Pays Basque nord, est susceptible de devenir autonome, loin de la logique technocratique des grands ensembles régionaux ».

***

Constituée en janvier dernier pour « défendre le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes », la Fédération des Pays Unis, constituée de Bastir Occitanie, le Parti Breton, le Parti Lorrain, le Parti Nationaliste Basque (ENJ-PNB) et Prouvènço Nacioun « défend une France des territoires » et « appelle le gouvernement à engager également des discussions avec tous les pays de France, en particulier les pays breton, lorrain, basque, occitan, provençal et alsacien, qui attendent eux aussi que le droit des peuples à s’autodéterminer soit respecté ».

***

Les institutions mondialistes peuvent se réjouir : la fragmentation des Etats-nations en micro-entités dépourvues de toute puissance – économique, militaire, diplomatique… –  est pour elles une excellente nouvelle. Elle leur permettra d’asseoir leur pouvoir sur les peuples, tout en leur donnant l’illusion qu’ils sont « maîtres de leur destin »

***

Henri Dubost

In girum imus nocte ecce et consumimur igni




Elections US, Covid, Ukraine : mêmes acteurs, même propagande

Mêmes acteurs, même propagande, même méthode pour le même objectif FINAL…

Tous les dossiers peuvent être compris par de simples questions LOGIQUES…

C’est la méthode EJL Citoyens sur tous les sujets. Ni idéologie, ni binarité, ni jugement ou silence dicté ou imposé par l’appartenance à un « camp » ou un « parti », JUSTE la vérité compte, même si elle ne crée finalement que des ennemis dans tous lesdits camps. C’est aussi ce manque de nuance, d’ouverture et une certaine binarité qui ont été à la base de notre boycott depuis 4 ans sur les RS, les « médias » et dans tous les « camps ». L’ÉQUILIBRE ne fait pas recette…

DANS CES 3 DOSSIERS, POSONS-NOUS CES QUESTIONS LOGIQUES :

1/ Avez-vous remarqué le monopole des médias diffusant la version officielle toujours binaire, sans nuance et censurant toute voix ou preuve la contredisant ?

Biden bon / Trump pas bon – Vaccin bon / Non vaccinés pas bon, coupables, sous-citoyens – Zelensky et Ukraine, bon / Poutine et Russie, pas bon

La vérité a-t-elle besoin de propagande et de censure aussi fortes ?

Tout monopole, dans tous les domaines, cache un mensonge…

2/ Avez-vous analysé l’arbitrage bénéfice/risque dans  le dossier Covid ?

Si oui, vous avez compris que la santé et la sécurité des Peuples n’était absolument pas la motivation de ceux qui ont rendu cette injection « obligatoire » pour tous, sous peine de devenir un sous-citoyen responsable de TOUT aux yeux des lobotomisés qui avalent la propagande des médias d’État (qu’ils soient publics ou privés) ?

Avec 2 ans de recul et un peu de sang-froid en sortant de la diffusion volontaire et organisée de la peur 7/7, quelle est la logique d’interdire et de bâcler ou truquer les travaux de recherche sur les traitement et d’attendre l’arrivée d’un vaccin pour un virus qui ne tue que 0.05% et 0.3%  des contaminés dont le profil était bien ciblé (plus de 80 ans de moyenne d’âge et autres causes de comorbidité) et surtout, d’obliger 100% de la population à prendre le risque d’une injection   sans recul ni certitude et multi-dose, en plus, et qui n’empêche ni la contamination ni de contaminer et dont on sait que ça fragilise le système immunitaire global ?

AUCUNE LOGIQUE, sauf si la motivation est tout autre…

Quelle est la logique de ces publicités mensongères « tous vaccinés tous protégés », de ces VRP de labos sur les plateaux TV, de ce « conseil de défense » composé de conflits d’intérêts, de ces confinements dont les effets collatéraux et financiers se sont révélés bien plus dévastateurs que le virus lui-même, de ces innombrables mensonges d’État, de ces mesures liberticides, incohérentes, punitives et même anticonstitutionnelles permises par un détournement de notre Constitution, de cette instrumentalisation de cette crise auto-aggravée qui a permis l’instauration d’un « état d’urgence sanitaire » et enfin de cette lâcheté ou corruption du Conseil d’État et du Conseil constitutionnel aux ordres d’un exécutif complètement délirant ?

Là encore, AUCUNE LOGIQUE sauf si…

… sauf si les objectifs n’étaient qu’un infâme braquage des caisses publiques, d’asseoir les pouvoirs autocratiques des outils placés tels Macron, Trudeau, Draghi ou même Von der Leyen, par exemple et le début de la mise en place du fameux « Grand Reset »…

Si ce n’est pas assez clair pour vous, sortez du contexte vaccin et médical et imaginez que ce soit n’importe quel autre produit, un tournevis par exemple, repassez-vous le film à l’envers, et là, tout s’éclairera…

3/ Avez-vous analysé l’arbitrage bénéfice/risque ou enjeux/conséquences dans  le dossier Ukraine ?

Quand on analyse le contexte en sortant là encore de la propagande des médias mainstream aux ordres, on se souvient qu’à la chute du mur de Berlin, l’OTAN s’était engagée à ne pas se développer vers l’Est, cette promesse n’a pas été tenue, tout comme les accords de Minsk qui garantissaient le respect de « l’identité russe » du Donbass.

De son côté, Poutine, tout en n’étant évidemment pas un démocrate modèle et malgré sa diabolisation par les « forces et médias » occidentaux, n’a cessé de lancer des appels d’apaisement et de rapprochement avec l’Union européenne depuis 20 ans et absolument aucune volonté de reconstruire l’URSS comme le laissent entendre aux naïfs les propagandistes « officiels » ou de plateaux TV…

Sans entrer dans le détail des fake news et des mensonges de Zelensky couverts par ces mêmes médias qui couvrent aussi Macron par exemple, nous savons que les guerres sont aussi des guerres de l’image et de la communication mais on observe qu’il n’y a absolument aucune objectivité et que Poutine est diabolisé tout comme Trump l’avait été pour les élections américaines ou encore comme les citoyens lucides qui refusent de devenir des cobayes, les non-vaccinés, l’ont été…

Attachons nous juste à l’aspect des enjeux réels et posons-nous la question simple :

Est-ce que les revendications de Poutine, qui se résument au respect des engagements de l’OTAN et du Gouvernement ukrainien (sous contrôle américain), valent un tel refus, de telles conséquences en vies humaines, en souffrance, en destructions de villes, en conséquences économiques partout en Europe et un tel risque d’embrasement et de guerre mondiale finale ?

Là encore, AUCUNE LOGIQUE sauf si…

… Sauf si l’objectif de la Caste des mondialistes est « d’éliminer » d’une manière ou d’une autre, de l’intérieur peut-être, Vladimir Poutine soit, comme Donald Trump, un des rares chefs d’État non placés et refusant le Nouvel Ordre mondial (et « moral ») imposé partout ou presque…

Les vrais psychopathes pervers ne sont-ils pas, finalement, ceux qui sont prêts à faire prendre tous ces risques, en restant, eux, bien cachés, pour la continuation de leur plan mondialiste ?

Ils nous font passer l’Ukraine pour une démocratie modèle et Zelensky pour un héros alors que c’est un corrompu placé par les Américains, que son armée comprend des bataillons de nazis affirmés, que le Donbass a été bombardé depuis 8 ans au mépris des accords de Minsk, alors qu’il est du même profil et mœurs malsaines que notre Macron et qu’il instrumentalise ses origines juives et ose comparer Poutine à Hitler….

EN RÉSUMÉ

Quel que soit le dossier, le système, l’autoproclamé « camp du bien », armé de son monopole des médias, diabolisera tous ceux qui se mettent en travers d’une manière ou d’une autre de leur plan, leur projet mondialiste, et qui remettent en cause les institutions internationales et l’objectivité des médias et dénoncent une forme de corruption généralisée financière mais aussi idéologique…

Donc, ledit système désigne le ou les coupables qui freinent l’avancement de la mise en place du plan mondialiste et d’une société de contrôle total déjà en vigueur en Chine, qui n’est pas un complot puisque présenté et affirmé depuis longtemps dans des conférences officielles (voir Forum économique mondial, Davos, Bilderberg, Young Leaders, Global Goals, etc.).

Avec 95% des médias occidentaux détenus par des milliardaires mondialistes soutiens mécènes des outils placés à la tête de la majorité des États occidentaux et organisations continentales ou internationales (Macron, Biden, Trudeau, Draghi, Von der Leyen, etc.), dont certaines comme l’OMS ou même le Conseil de l’Europe sont financées ou reçoivent des dons de certains « philanthropes intéressés mégalomanes » comme Gates ou Soros, par exemple, il est donc facile de lobotomiser et d’intoxiquer les peuples 24/24…

Walter Boujenah




Australie : vers la fin prochaine de l’argent liquide

Depuis 2020, sur l’ensemble du pays, près de 460 agences bancaires ont fermé et 3800 guichets automatiques ont été supprimés. C’est ainsi qu’en moins de deux ans, en Nouvelle-Galles du Sud,140 agences ont baissé leur rideau et que dans les villes de cet Etat, le plus peuplé d’Australie, 300 banlieues ne disposent plus du moindre guichet automatique. Même situation dans l’État de Victoria, où 120 agences ont définitivement fermé leurs portes.

***

La CBA (Commonwealth Bank of Australia), l’un des principaux établissements bancaires du pays, dispose désormais de 875 agences bancaires dans tout le pays, contre 1134 en février 2020. En un an, de 2019 à 2020, le nombre de distributeurs automatiques de la CBA a été divisé par deux, passant de quelque 4100 à un peu plus de 2000.

L’ensemble du système bancaire australien, mais aussi néozélandais, s’oriente à grands pas vers le tout numérique. Pour Kath Bray, responsable de la distribution chez ANZ (Australia and New Zealand Banking Group), « ces changements sont un marqueur irréversible de notre époque ». Ajoutant : « Les transactions numériques sont désormais le principal objectif pour l’ensemble des banques océaniennes ».

***

Pour Julia Angrisano, secrétaire nationale du syndicat du secteur financier : « Les fermetures d’agences et de guichets ont un impact dévastateur sur les communautés locales. Elles ont frappé durement les zones non urbaines, ainsi que les personnes âgées ». « Des emplois sont perdus, des entreprises sont touchées et dans les zones rurales, les services locaux disparaissent les uns après les autres » a-t-elle déploré.

***

Les banques sont les grandes gagnantes du passage au tout numérique. Elles font en effet payer chacune des transactions numériques effectuées quotidiennement par la population : les frais facturés par le client ou le fournisseur pour les services bancaires en ligne représentent un joli pactole pour les établissements bancaires.

Néanmoins, 80 % des Australiens plébiscitent les opérations bancaires en ligne. Les 20 % restants sont des personnes âgées, vivant dans les zones rurales et peu familières avec le numérique…

***

Henri Dubost

In girum imus nocte ecce et consumimur igni

***

Source :

https://www.mondialisation.ca/la-fin-des-distributeurs-automatiques-de-billets-en-australie-des-milliers-de-distributeurs-automatiques-de-billets-sont-supprimes-dans-le-pays-alors-que-les-banques-passent-au-numerique/5665897