Catherine II de Russie, la tsarine nymphomane aux mille amants

Catherine II de Russie, la tsarine nymphomane aux mille amants

Si la Grande Catherine fut une brillante reine de la dynastie des Romanov, œuvrant inlassablement à la grandeur de l’Empire de Russie, elle fut aussi une insatiable croqueuse d’hommes, dont les frasques sexuelles ont donné libre cours aux plus folles rumeurs.

Née en Prusse, ambitieuse et intelligente, elle prend le pouvoir en renversant son époux Pierre III en 1762, quelques mois seulement après le couronnement de ce dernier. Devenue Impératrice de toutes les Russies, elle renforce son pouvoir, agrandit l’empire, modernise l’agriculture, développe l’industrie et le commerce et manifeste un grand intérêt pour la philosophie et les sciences, se liant avec de grands auteurs et savants de l’Europe occidentale et affichant ses idées libérales. Elle va gérer son immense empire durant 34 ans, soit le plus long règne de la dynastie des Romanov, avant de mourir en 1796.

Mais la charge de travail de l’Impératrice, aussi lourde soit-elle, n’interdit pas les plaisirs. Et pour Catherine II, qui dit plaisir dit « sexe » avant tout. Après tout, les reines aussi ont le droit de collectionner les mâles et de se livrer aux ébats les plus érotiques.

Mais chez l’Impératrice, cette soif de sexe vire à l’obsession. Et s’il lui arrive de tomber amoureuse, mieux vaut que l’heureux élu tienne la distance et ne déçoive pas sa reine. La Belle a du tempérament et n’est pas là pour roucouler. Ce qu’elle veut, c’est du hard et de la performance. Et nombreux sont les officiers de sa garde qui ont dû tomber sabre et uniforme, pour venir dans son lit essayer de la combler. Mission hautement périlleuse. Elle est insatiable et sa vie n’est qu’un tourbillon sentimental d’éternelle insatisfaite.

On raconte que certains jeunes officiers plutôt décevants, se sont retrouvés mutés en Sibérie après leur pâle prestation. On veut bien le croire.

Son règne est une suite d’intrigues, de liaisons dangereuses et d’aventures pimentées, que la légende a bien entendu largement amplifiées. Sa réputation de croqueuse d’hommes la suivra tout au long des siècles d’histoire. Diffamation, calomnies ou réalités ? Le fait est que les plus folles rumeurs sur les appétits sexuels de l’Impératrice courent toujours.

Celle, sur les circonstances de sa mort, étant la plus extravagante, suite à une prétendue relation sexuelle avec un cheval !

« C’est sans doute la rumeur la plus vivace à son sujet : Catherine II serait morte après avoir tenté d’avoir des rapports sexuels avec un étalon. À l’âge de 67 ans, l’impératrice se serait fait « écraser » par le poids de l’animal, lorsque le harnais qui le retenait se serait brisé. Rien ne vient soutenir cette théorie, qui n’émerge que plusieurs décennies après sa mort, d’on ne sait où. Malgré tout, cette rumeur fut celle qui prit, au fil des années, le plus d’ampleur. » 

https://www.planet.fr/magazine-de-quoi-sont-ils-morts-le-cheval-coquin-de-catherine-ii.643983.6553.html

Mais ce qui est unanimement reconnu, c’est que la tsarine est bien une nymphomane, à défaut d’être une adepte de la zoophilie. Car au-delà de ses liaisons amoureuses reconnues, il lui faut aussi des amants ponctuels pour assouvir sa soif inextinguible de sexe, « les éphémères ».

On lui prête des exigences sexuelles extraordinaires, jusqu’à faire ingurgiter régulièrement à ses favoris de forts aphrodisiaques.

On dit aussi que son amie, la comtesse Proskovya Bruce, était « l’éprouveuse », chargée de tester au préalable les performances amoureuses des amants de l’Impératrice, avant de les envoyer dans son lit.

https://unsouffledhistoires.com/2019/07/15/catherine-ii-de-russie-la-croqueuse-dhommes/

Inutile d’énumérer la longue série d’amants qui partagèrent le lit de l’Impératrice et gagnèrent même parfois son cœur. Le lien ci-dessus en rappelle l’essentiel. Catherine II les aime beaux, jeunes et intelligents, mais surtout capables de combler ses besoins charnels.

La légende du cabinet érotique

.                  .

.                 

.                 

Il semblerait que dans l’ancienne résidence d’été des tsars l’Impératrice ait fait préparer un cabinet secret, où elle pouvait donner libre cours à ses fantasmes sexuels les plus torrides, bien à l’abri des regards indiscrets : « La chambre des plaisirs ».

À la vue des meubles et objets qui décorent ce salon, où gravures érotiques, vulves et phallus sont mis à l’honneur à profusion, on peut penser que ce cabinet a réellement existé.

Cela dit, quels que soient ses ébats charnels et ses frasques sexuelles réelles ou supposées, Catherine II reste une impératrice éminemment appréciée en Russie, pour son œuvre magistrale consacrée à la grandeur de l’Empire.

Les livres d’Histoire la dépeignent comme une grande tsarine au service de son pays, la petite histoire, quant à elle, la regarde comme une insatiable croqueuse d’hommes. Mais après tout, l’un n’empêche pas l’autre.

Et rien n’interdit aux grandes figures de l’Histoire d’avoir un tempérament de feu, y compris chez les reines.

Jacques Guillemain

image_pdfimage_print
15

39 Commentaires

  1. La preuve de sa stupidité crasse , s’il en fallait , est le fait de ses affinités pour voltaire . Non seulement elle présentait un trouble évident du comportement mais ça n’était pas , c’est le cas de le dire pour une groupie du polémiste de Ferney .
    Par ailleurs il faut noter qu’elle n’est pas russe et donc très mal placée pour représenter la Russie …..d’autant plus quand on sait comment elle s’est débarrassée du Tsar son mari . Bref , l’histoire de la Russie ne se résume heureusement pas à celle de cette prussienne « francophile » intrigante et très particulière

    • Peripathos, je pense contrairement à vous que ses affinités avec Voltaire et d’autres encyclopédistes, l’auraient rendue bien moins stupide que les reines potiches qui sévissaient alors en Europe et c’est plutôt un honneur rendu à la France que Catherine était francophile. A l’instar de Catherine Peu de de reines de France ne sont pas nées dans le pays,selon vous aucune n’a représentée la France?. Je me trompe peut-être sur ce que vous voulez dire, mais à moins d’une erreur de frappe, la première partie de votre commentaire est incompréhensible. Ma curiosité me pousse à vouloir comprendre votre pensée,. Bien à vous.

      • Le chti, ce n’est pas parce qu’on couche avec quelqu’un qu’on devient cultivé ou intelligent.

        • Mili ,je peux me tromper mais à ma connaissance voltaire et Catherine ne se sont jamais rencontrés, mais entretenaient un correspondance. Il n’est fait nulle part ici allusion à des relations intimes.

          • Ah ok Le chti désolée, j’ai mal compris. Je ne connaissais pas cette femme, et tant mieux.

      • erreur de frappe
        La preuve de sa stupidité crasse , s’il en fallait , est le fait de ses affinités pour voltaire . Non seulement elle présentait un trouble évident du comportement mais ça n’était pas UNE LUMIERE , c’est le cas de le dire pour une groupie du polémiste de Ferney .
        Par ailleurs il faut noter qu’elle n’est pas russe et donc très mal placée pour représenter la Russie …..d’autant plus quand on sait comment elle s’est débarrassée du Tsar son mari . Bref , l’histoire de la Russie ne se résume heureusement pas à celle de cette prussienne « francophile » intrigante et très particulière .

      • Bref , pour faire court , voltaire « l’amuseur » de salons qui n’était pas une « lumière » quoiqu’on en dise dans la propagande républicaine frankistanaise allait bien avec cette radasse arriviste de catherine ( dite « la grande » par la même propagande ) et il y a une ligne DIRECTE entre la merde où nous baignons et le petit voltaire de cirque qui aimait briller dans les bordels mondains et qui aimait bien le fric comme un certain petit banquier que je ne nommerai pas .
        On peut se demander si la catherine n’a pas contribué au déclin et à la fin tragique des ROMANOV en Russie ( comme les Bourbons en France ) avec une sorte de folie des grandeurs qui finit toujours mal .
        La France , mon pauvre ( dites à la meryem de réviser l’histoire pour les nulles ) n’est certes pas un modèle elle qui a AUSSI inspiré la révolution bolchevique par sa révolution et ses soi-disant « lumières » ( jaune pisse )

        • Bref, Meyrem vous n’avez sans doute lu aucun écrit de Voltaire, pour avoir cette opinion, les lumières n’ont rien à voir avec la révolution, je ne sais d’où vous tenez vos sources, certainement sur un site royaliste ou traditionaliste, autre possibilité,vous avez connu Voltaire personnellement, auquel cas, je m’efface devant le vécu. Pour revenir à voltaire, pour un « amuseur », comme vous dites, vous lui octroyez un bien grand pouvoir.

    • peripathos, elle s’est débarrassée de son mari avant qu’il ne se débarrasse d’elle, il était fou et voulait la faire assassiner !

    • Ce n’est pas voltaire mais DIDEROT le philosophe, l’ami de la Grande Catherine qui vivait en russie. il a dit ces paroles célèbres « MES PENSEES SONT MES CATINS » connues dans le monde littéraire. Même en tant que conseiller sous l’autorité de la reine, il n’était jamais totalement libre.

  2. Apparemment, cette Prussienne n’avait pas besoin de « village Potemkine » pour cacher ses transports. Cher Jacques auriez-vous eu la puissance et le courage nécessaires pour assouvir, dans une saillie mémorable faisant honneur à notre France, cette jument insassiable ? Je vous sens pris d’une assurance irrésistible !

  3. ils ont eu de la chance ces RUSSES avec une GRANDE DIRIGEANTE pour gerer le pays . D AUTRES que je ne nommerais meme pas en ont un qui n est ni viril , ni priape mais un fossoyeur .

  4. En tout cas, la Grande Catherine a vécu à la fin de sa vie sous l’emprise d’un dernier et jeune sigisbée attitré, Platon Zoubov: nymphomane certes, mais avec un besoin sincère d’aimer, tout en ayant pu s’adonner parallèlement à des parties fines d’un autre caractère… Elle rappelle la figure de Marie-Louise, sa quasi contemporaine, épouse de Charles IV d’Espagne qui, entichée de Godoy, l’un de ses amants, le fit nommer Prince de la Paix… Mais Godoy put exercer des pouvoirs d’homme d’État, alors que Zoubov resta une nullité qui participa néanmoins, en 1801, au meurtre de Paul 1er, fils de Catherine.

  5. le sexe, c’est gratuit et surtout possible à tout moment! que des avantages ! aujourd’hui c’est le viol des jeunes (ou vieilles d’ailleurs) qui est permis en france et en europe occidentale ! drole de société!

  6. croyez moi la fronze aurait eu tout à gagner avec une nympho comme Catherine la Grande.Etre une nympho pour une femme n’est pas une tare.Retenons que Caterine (laquelle était allemande de son vrai nom Zerbst et non russe)a construit un vaste empire de Moscou à Sébastopol.Macron et ses prédéceseurs tous élus et réélus par des millions de povcons , ne nous laissent que des ruines et des dettes et bientôt la famine engendrée par la sécheresse organisée.

  7. Au moins, pendant qu’elle niquait, elle ne racontait pas de conneries, contrairement à certaines de nos élues frigorifiées du slip.
    Même pire, le sexe les horrifie (surtout avec un homme) et elle n’ont pas un échantillon d’intelligence sur elles comme disait Coluche.

  8. J’adore quand une femme a de l’appétit et qu’elle vous dévore des yeux avant l’action, pas trop quand même ! Il n’y a plus trop ça de nos jours et c’est plutôt le contraire ! Notre locataire par exemple ? Il fait tout pour qu’on parle de lui,il aime qu’on le regarde ! J’ai un copain lui qui ne pense qu’à ça il a une bite à la place du cerveau ? Un jour qu’il va trop bouger la tête il va se pisser dessus !🤔

  9. On ne saura sans doute jamais l’exacte vérité mais en regard de nos méthodes de discrédit contemporaines, il n’est point hasardeux de penser que les accusations d’activités sexuelles débridées étaient déjà à l’époque utilisées dans des buts de nuisance politiques, connaissant en plus les idées d’avant-garde inspirées des lumières de la grande Catherine.

  10. Décidément Monsieur Guillemain votre talent de conteur est aussi éprouvé que celui d’analyste politique..Vous nous surprenez agréablement. Merci. Bonne journée.

    • En effet. Article très bien présenté non sans humour; j’ai beaucoup ri. Comme quoi on peut en apprendre sur cette tsarine dont j’ignorais tout, tout en rigolant. Merci.

      • En tout cas, voilà une dynastie qui n’enquiquinera plus le monde ! Méthode radicale, pas comme pour les Orléans ou les Bourbons…

        • les Trotsky et leurs dizaines de millions de morts sont plus à même de vous plaire
          Robespierre et Mao

  11. Elle était née Sophie Frédérique d’Anhalt-Zerbst… une croqueuse d’hommes effectivement ! D’ailleurs l’histoire est pleine de ces rois et reines sexuellement insatiables et qui furent des « chefs » politiques… Henri IV, Napoléon, Clemenceau…
    A côté de celles qui étaient aussi des hardeuses mais de véritables têtes de linotte, comme l’impératrice Marie-Louise !

  12. on raconte qu’elle donnait un coup de sabre sur le bois du lit après chaque rapport et qu’un jour on l’ a retrouvée dormant sur un tas de copeaux !

  13. Il paraît qu’elle était assez moche et qu’elle ne sentait pas très bon. Autrement dit il valait mieux souffrir d’anosmie. Certains affirment qu’elle était adepte de la sodomie.

  14. Elle était hystérique, porté sur la chose mais pas au point de le faire avec un cheval. Il faut arrêter les délires, elle avait assez de bonhommes à sa disposition sans risquer sa vie. Dans sa biographie elle est morte d’un AVC et a agonisée sur le sol pendant des heures !

  15. C’est l’histoire du 18ème et je m’abstiendrais de porter un quelconque jugement. Toutes les époques ont connu des femmes nymphomanes au tempérament de feu. Plus difficile pour elles d’y trouver leur égo masculin. A part Rocco Sifredi et quelques exceptions du même acabit. Il n’en demeure pas moins que ces femmes souffrent d’être perpétuellement insatisfaîtes et sont particulièrement volages comme une amie que j’ai connue.

  16. J’ai eu des collègues féminines nymphomanes.
    La nymphomanie et la compétence professionnelle sont deux traits de caractères totalement indépendants.Pour une reine comme pour un roi, pour une femme comme pour un homme politique les compétence n’ont rien à voir avec ses caractéristiques sexuelles.Il y a des hommes comme des femmes très portés sur la chose et toutes leurs autres caractéristiques ne sont pas liées.D’un autre côté on peut ne pas être né dans un pays et le défendre simplement parce qu’on l’a adopté ou qu’il vous accepté. Catherine II a été une grande reine parce qu’elle aimait la Russie.Si le hasard l’avait rendue reine d’Angleterre elle aurait aimé l’Angleterre.

  17. Vu sa politique virile, Catherine était sûrement non binaire. Un transexuelle (faute intentionnelle), peut être ?
    p.s. second degré, hein !

Les commentaires sont fermés.