Comment Cazeneuve a-t-il osé aller aux obsèques d’Hervé Cornara ?

Publié le 5 juillet 2015 - par - 3 311 vues
Share

CazeneuvelarmesComment ose-t-il ?

Oui, comment le ministre de l’Intérieur ose-t-il se rendre aux obsèques de Hervé Cornara et comment la famille et les proches de cet homme décapité permettent-ils cela ?

En effet la politique de ce ministre, qui affirme que faire le djihad n’est pas un crime, est totalement responsable de la mort de cet homme.

Entendu sur RMC que le ministre était ému aux larmes ! Mais quelle hypocrisie, mais quelle comédie !

Aucune fierté, aucun honneur, aucune conscience responsable de la part d’un ministre qui vient saluer des clandestins et les encourager à rester sur le territoire de la France, alors que ces hors-la-loi bafouent notre pays !

Et combien encore de clandestins arriveront avec les encouragements d’un ministre censé appliquer les lois et qui fait tout le contraire ?

Et puis, combien, parmi tous ces arrivants, se cachent de futurs décapiteurs ?

Combien de têtes coupées, combien d’innocents massacrés par ces barbares faudra-t-il pour que le peuple de France se réveille et entre en résistance et en guerre contre ces envahisseurs?

Combien de  » dormants » ici en France attendent le signal de notre éradication, oui, combien ?

Français, vous êtes en guerre et en danger de mort et ne comptez jamais sur les politiques pour vous assister car ils sont les vrais responsables et coupables et pratiquent tous une politique mortifère pour notre pays dans le seul but de se faire réélire et profiter de l’argent des gogos que vous êtes.

Vous voulez vous faire entendre, et bien, faites comme les taxis, descendez dans la rue !

Comme disait mon père on ne graisse que ce qui grince !

REMARQUEZ LE TITRE DE LA CHAINE DE PROPAGANDE : ASSASSINE PAS DECAPITE : ET SURTOUT PAS PAR UN MUSULMAN, NON NON ! PAR UN TERRORISTE !

LES JOURNALISTES, IL LEUR A FALLU DES HEURES AVANT DE PARLER D’ATTENTAT !

Christian Vercoutère

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.