Cazeneuve : les islamistes français devront faire le djihad en France et pas en Syrie !

Publié le 13 juillet 2014 - par - 2 971 vues

cazeneuvejihadLes djihadistes français ne pourront plus se rendre en Syrie pour parfaire leur formation. Ils vont se voir obligés de demeurer et d’exercer en France. Un projet de loi présenté au Conseil des ministres le 9 juillet dernier par le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, prévoit en effet la mise en place d’une « interdiction administrative de sortie du territoire » pour les candidats à la « guerre sainte » islamique.

Bien que cette loi ne soit qu’au stade de projet, elle semble être déjà en application. Une famille en partance pour la Syrie via Istanbul a été, en effet, empêchée de quitter la France.

Voilà. Le problème angoissant des djihadistes français allant porter l’étendard de l’islam en terre syrienne est réglé. Cazeneuve a trouvé la solution qui s’imposait. Comment parer à ce phénomène grandissant parmi les jeunes français adeptes de la « guerre sainte » islamique sinon en leur interdisant de quitter le territoire ? C’est une solution simple et géniale. Vous ferez certainement la même chose si vous vous rendez compte de la présence d’un assassin dans votre demeure. Vous prenez soin de verrouiller portes et fenêtres. Vous ne le laissez surtout pas sortir et vous mettez la musique à fond… C’est efficace comme tout. Le résultat peut dépasser toute espérance…de vie.

Cazeneuve semble ignorer que ce n’est pas en partant en Syrie ou ailleurs qu’on devient djihadiste. C’est parce qu’on est convaincu de la nécessité du djihad qu’on part pour faire le djihad. Le djihad s’exerce partout où les musulmans se trouvent. C’est une obligation. Il ne connaît pas de frontières.

« Le djihad ne s’arrêtera que quand le drapeau de l’Islam flottera sur le balcon de l’Elysée et de la Maison Blanche », rapporte le journaliste et consultant international Samuel Laurent en citant une figure emblématique de l’Islam radical, Cheikh Omar Bakri, qui aurait « endoctriné des dizaines de milliers d’Européens ».

La Syrie, l’Irak, la Somalie, le Nigeria, les pays du Maghreb et du Sahel ne sont que des étapes. L’arrivée aura lieu sur les Champs Elysées. Comme pour le Tour de France…

C’est une arrivée à laquelle Al Qaïda semble déjà bien préparée. « Elle utilise désormais le flux intarissable de volontaires français qui se déverse en Syrie pour créer des cellules dormantes à l’intérieur de l’hexagone », note Samuel Laurent dans son livre « Al Qaïda en France ».

C’est à Cazeneuve qu’il échoit de veiller à ce que les membres de ces cellules demeurent bien en place et ne s’expatrient pas.

Dormantes, ces cellules le sont peut-être bien, mais sur le matelas d’un arsenal étourdissant. Selon Samuel Laurent, les hommes d’Al Qaïda en France ne détiennent pas seulement des armes légères genre Kalachnikov, mais sont en possession d’un armement extrêmement sophistiqué. L’auteur, qui affirme s’être entretenu avec l’émir de la cellule d’Al Qaïda en France et avoir visité une de leurs caches d’armes, cite notamment des missiles anti-aériens, de l’armement anti-char, du mortier, des explosifs et des fusils de snipers. De quoi faire un joli feu d’artifice…

Le gouvernement français  n’a pas encore réagi aux informations contenues dans ce livre,  mais gageons qu’il fera tout son possible pour que cet arsenal ne quitte pas le pays. Cazeneuve y veillera. Ça servirait à quoi de garder les djihadistes dans le pays s’ils ne peuvent pas disposer de leurs armes ?

L’interdiction pour les djihadistes de quitter le territoire pourrait par ailleurs être étendue à tous les immigrés en France, si elle ne l’est pas déjà. On ne sait en effet rien de la famille qui vient d’être empêchée d’embarquer pour la Syrie. On sait seulement que c’est une famille de 5 personnes et demie : un homme, une femme enceinte et leurs trois enfants de 8 mois à cinq ans. Avec un tel staff, il y a tout loisir de penser qu’il s’agit d’une famille immigrée. Reste à savoir si elle est « en règle » question papiers.

Ce ne serait pas étonnant que demain tous les immigrés clandestins et les sans-papiers profitent de la situation. Il suffit de se laisser pousser la barbe, de se procurer un accoutrement à la Taliban (ce n’est pas difficile en France), de prendre un billet aller simple pour Istanbul et de se présenter au contrôle de police de l’aéroport. Vous serez empêché de partir. De quitter le territoire. Vous serez retenu dans le pays. Votre séjour sur le sol français deviendra donc légal.  C’est La loi qui le veut. Celle de Cazeneuve.

Il est certain que le projet de loi du ministre de l’Intérieur finira par être adopté. Parce qu’il y va de la « sécurité nationale ». Il est intéressant à cet égard de relever que le communiqué sanctionnant la réunion du Conseil des ministres du 9 juillet souligne que l’interdiction administrative de sortie du territoire « fera obstacle à ce que des Français mettent à profit des déplacements hors du territoire national pour acquérir une compétence en matière de lutte armée ou pour se radicaliser davantage, et deviennent à leur retour un danger pour la sécurité nationale ».

Ce « à leur retour » est bien interpellant. Il signifie qu’il y a un danger qui existe déjà pour la sécurité nationale. Un danger qu’on a déjà mentionné. Mais en relisant le texte, on ne trouve allusion à aucun autre danger. Aucune organisation terroriste n’est citée. Ni aucune personne. Hormis le ministre de l’intérieur.

Alors, cet autre danger pour la sécurité nationale, ce ne serait pas, par hasard, Cazeneuve lui-même ?

Messin’Issa

Pour voir le communiqué du gouvernement :

http://www.gouvernement.fr/gouvernement/lutte-contre-le-terrorisme

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi