Ce ne sont pas des musulmans : Mais alors c'est quoi être un musulman ?

Dès le massacre liberticide contre la rédaction de Charlie Hebdo, les Français ont eu et vont encore avoir droit à un gavage de stupéfiants. La prescription médiatique du « pas d’amalgame » est destinée à enrayer toute amorce d’un début de prise de conscience.
Toute une série d’incantations sont invoquées rituellement pour rassurer faussement nos concitoyens hébétés. Parmi elles, « ce ne sont pas des musulmans qui ont fait ça » vient sans doute en première place.
Des musulmans, des politiques, des journalistes et des auditeurs ou téléspectateurs panurgiques s’en font le relais incessant lors de leurs interventions. Les tueurs de la semaine dernière ne sont pas des musulmans.
Comme, en décembre, ne l’étaient pas plus l’individu qui a tenté d’égorger des policiers au commissariat de Joué-lès-Tours ou le chauffard qui a renversé des passants à Dijon ; ils n’étaient d’ailleurs pas plus musulmans qu’islamistes, puisque par un dérisoire bobard qui ne trompait que ceux qui ont envie de l’être, notre pouvoir ne nous les avait présentés que comme étant des déséquilibrés.
De la même façon, Merah n’était pas un musulman. Les attentats de Madrid et de Londres en 2004 et 2005 n’étaient pas l’œuvre de musulmans. Al Qaïda n’est donc pas une organisation musulmane. Quant à l’Etat islamique Daech, il n’est pas plus musulman.
Bon, donc tous ces fous ne sont pas des musulmans. A vos ordres les médias. Qu’on se le dise. Y a pas à discuter. Rompez.
Ce qui est étonnant, c’est que pourtant on nous avait toujours dit qu’à partir du moment où on récite avec sincérité et certitude la profession de foi « il n’y a de dieu qu’Allah et Mahomet est son prophète », on est musulman. C’est ce qu’ont fait ces terroristes. Alors quoi, on nous aurait menti ?
Mais alors si ce n’est pas ça, être musulman, qu’est-ce que c’est ? Il va vite falloir nous expliquer cela à nous les kouffars. Parce qu’on s’y perd à la fin !

Le courageux et lucide Raïf Badawi
Le courageux et lucide Raïf Badawi

Vendredi 9 janvier, le Saoudien Raif Badawi a été fouetté 50 fois en public devant une mosquée de Djeddah, après avoir été condamné au total à 1000 coups de fouet, distribués en vingt séances hebdomadaires ainsi qu’à 10 ans de prison pour avoir créé sur internet un site militant pour une libéralisation religieuse. Les membres des forces judiciaires et de police saoudiennes, qui ont contribué à lui faire subir cette barbarie sont-ils des musulmans ? Les spectateurs qui ont assisté à son supplice sont-ils des musulmans ?
Les responsables de sa détention et les personnes ayant approuvé les 2 ans de prison effectués en Tunisie par Jabeur Mejri, pour avoir publié des caricatures de Mahomet sur Facebook, sont-ils des musulmans ?
Sont-ce ou ne sont-ce pas des musulmans, qui ont persécuté Jabeur Mejri ?
Sont-ce ou ne sont-ce pas des musulmans, qui ont voulu l’incarcération de Jabeur Mejri ?

Cet été 2014, un jeune homme de Tiznit, au Maroc, a été condamné à 5 mois de prison ferme pour avoir pris un repas dans un lieu public en plein mois de ramadan. Un autre jeune homme, à Rabat, a pris 3 mois ferme pour avoir fumé en public, ayant voulu faire valoir « sa liberté individuelle ». Les législateurs marocains qui ont prévu pour toute personne qui mange en public pendant le mois du Ramadan des condamnations allant de 1 à 6 mois de prison ferme, et les électeurs qui les plébiscitent sont-ils des musulmans ?
Au Maroc et en Algérie, ces dernières années, des chrétiens occidentaux ont été expulsés pour cause de prosélytisme. Des chrétiens maghrébins ont été condamnés à de la prison pour « tentative de diffusion de la foi chrétienne auprès de jeunes musulmans » ou plus candidement pour l’un, pour avoir parlé de sa foi chrétienne sur son lieu de travail. Pas plus tard que ce dimanche 18 janvier, à Fès, la police marocaine a procédé à l’interpellation d’un jeune homme, soupçonné de s’être converti au christianisme, pour le questionner durant onze heures. Une fouille dans sa valise a permis l’identification d’une Bible et de quelques livres religieux chrétiens. Ceux qui approuvent et sont complices de ces répressions sont-ils des musulmans ?
Partout y compris en France, des personnes issues d’une famille musulmane, mais désireuses de se convertir à une autre religion, ou n’exprimant pas ostensiblement des signes d’une pratique religieuse sont soumises à des tracasseries, voire de l’ostracisme comme le montre bien dans son remarquable film, L’apôtre, la réalisatrice Cheyenne Carron [film d’ailleurs scandaleusement censuré depuis une semaine pour ne pas fâcher certains musulmans]. Les auteurs de ces tourments et ceux qui les soutiennent sont-ils des musulmans ?
La conversion au christianisme : à censurer ; la conversion à l'islam : à magnifier : c'est cela aussi l'islamisation de la France
La conversion au christianisme : à censurer ; la conversion à l’islam : à magnifier : c’est cela aussi l’islamisation de la France

Les conceptions de l’humour, de l’impertinence, de l’esprit grivois, constitutifs de l’esprit français ne font pas bon ménage avec l’austérité mahométane. Certaines de nos pratiques culinaires vont à l’encontre de versets coraniques qui décrivent le mangeur de porc comme un menteur pervers inspiré par le diable et promis à l’enfer. La libéralisation des mœurs reposant sur l’égalité des sexes choque ceux qui affirment comme Allah que les hommes ont autorité sur les femmes (s4, v34) (1).
Ceux qui aspirent à rétablir le délit de blasphème, la tolérance à géométrie variable de l’humour et de pratiques alimentaires, la pénalisation de l’adultère, le rétablissement de l’autorité des hommes envers les femmes y compris en les frappant ou par le viol conjugal, ou ceux qui aspirent à supprimer la laïcité et nos coutumes sont-ils des musulmans ?
Et quant à toutes ces personnes se déclarant musulmanes qui ne bronchent pas, n’interviennent pas pour aider les victimes de ces persécutions, sont-elles considérées comme musulmanes ?
Si ce n’est pas ça l’islam, si ce n’est pas l’application de mesures prescrites dans le coran, ni les agissements contemporains tels que ceux décrits ici, il va vite falloir nous expliquer ce que c’est qu’un musulman, ce que c’est que l’islam ; et en en donnant une définition plus approfondie que le mantra islam RATP, religion d’amour, de tolérance et de paix, qui sera de moins en moins opératoire.
Jean Pavée
 
(1) s4, v34. Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs biens. Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leurs époux, avec la protection d’Allah. Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d’elles dans leurs lits et frappez-les. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles, car Allah est certes, Haut et Grand !

image_pdf
0
0