Ce n’est pas Hollande qui va éradiquer les islamistes, la preuve par Boko Haram

Publié le 31 mai 2014 - par - 1 725 vues
Share

hollande_drapeau_algerienSelon les décomptes faits sur la base des rapports de presse, Boko Haram a fait 504 morts depuis le 5 mai dernier, soit depuis que le Nigeria a demandé l’aide de pays occidentaux, dont la France et les Etats-Unis.

La demande nigériane, faite par le président Goodluck Jonathan, intervenait près de trois semaines après l’enlèvement par Boko Haram de 234 écolières destinées aux besoins sexuels, religieux et financiers du mouvement.

Le président François Hollande allait très vite réagir à cette demande en décidant d’aller au secours du pays le plus peuplé d’Afrique et le plus riche en pétrole.

La France ferait « tout pour aider le Nigeria à retrouver les jeunes filles enlevées », assène-t-il au Conseil des ministres, le 7 mai. « On a affaire à un des terrorismes les plus atroces, dira-t-il. La France fera tout pour aider le Nigeria à pourchasser ce groupe et à retrouver les otages qui ont été enlevés ».

Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, annonce le même jour que L’Etat français allait mettre à la disposition du Nigeria « une équipe spécialisée pour aider à la recherche et à la récupération de ces jeunes filles ».

Dix jours plus tard, le 17 mai, se tenait à Paris un sommet réunissant, autour de François Hollande, les chefs d’Etat du Nigeria, du Cameroun, du Niger, du Tchad et du Benin, avec la présence de représentants des Etats-Unis, du Royaume-Uni et de l’Union européenne.

Confiants et stimulés par le soutien et la détermination de la France et de François Hollande, ainsi que par le déploiement de drones américains sur le territoire nigérian trois jours plus tôt, le 14 mai, les participants au sommet déclarent courageusement la guerre à Boko Haram.

Boko Haram réagira dès le lendemain en lançant une série d’opérations successives, comme il ne l’a jamais fait depuis sa fondation en 2004.

Le 18 mai, une attaque suicide à la voiture fait 5 morts dans la ville de Kano, dans le nord du pays. Deux jours plus tard, le 20 mai, 118 personnes sont tuées dans le village de Job. Le 23 une attaque menée contre trois villages fait 30 morts. Vingt chrétiens sont ensuite massacrés le dimanche 25 mai dans le village de Waga, puis, il y a deux jours, le mercredi 28 mai, 35 personnes sont tuées dans trois villages du Nord-est du pays, dans l’Etat de Borno.

Il y a eu au total cinq opérations meurtrières depuis le sommet de Paris (avec un bilan de 208 morts), soit autant d’opérations qu’il y en a eu depuis le début de l’année (une en janvier, deux en février et deux en avril, dont le kidnapping des 234 jeunes filles).

C’est une recrudescence fulgurante de l’activité de Boko Haram qui n’avait mené que quatre attaques durant toute l’année 2013.

Il faut rappeler que dès que le président nigérian a annoncé, le 5 mai, avoir demandé l’aide de la France, des Etats-Unis, Boko Harama avait réagi en perpétrant, le même jour, le pire carnage de son histoire. Il y eut 336 morts dans les villages de  Gamburu et Ngala. Le mouvement islamiste allait récidiver dix jours plus tard, le 15 mai, en massacrant 60 personnes dans trois villages différents.

Le sommet de François Hollande et les drones de Barack Obama ont bien éperonné Boko Haram.

L’implication des deux présidents est désastreuse pour la population civile au Nigeria. Comme elle l’est pour  la Syrie.

Comment peut-on imaginer la France lutter contre Boko Haram alors que ce mouvement est financé par un « partenaire stratégique » de la France, à savoir le Qatar, qui est aussi un allié en Syrie ?

Déclarer la guerre à Boko Haram, c’est déclarer la guerre au Qatar. L’économie française risquerait d’en pâtir. Le PSG aussi …

Que peut-on, dans la lutte contre les mouvements islamistes terroristes, attendre d’un pays comme la France quand ce pays produit lui-même des guerriers islamistes ?

Autant demander à Marlboro de financer l’éradication de la culture du tabac.

Non, ce n’est pas avec les dirigeants français actuels qu’on arrivera à éradiquer l’islamisme.

Boko Haram a, assurément, encore de beaux jours devant lui…

Messin’Issa

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.