Ce n’est pas Joséphine Baker qui est entrée au Panthéon mais de la terre !

 

Des millions de Français stupéfaits ont découvert que ce ne sont pas les vestiges de la dépouille de Joséphine Baker mais un cercueil contenant de la terre qui a rejoint le Panthéon… des poignées de terre venues des lieux importants de sa vie : Saint-Louis, la ville du Missouri où elle est née en 1906, Paris qu’elle a tant aimé, la vallée de la Dordogne où elle éleva ses douze enfants et du cimetière marin de Monaco, où elle repose depuis 1975 , aux côtés de son dernier mari et  l’un de ses enfants. 

A tort, beaucoup de journalistes ignares parlent de cénotaphe, lequel n‘est qu’un mausolée ne contenant aucune dépouille. C’est le Panthéon qui va devenir son cénotaphe.

Macron est content, faute d’agir efficacement pour la France, il donne encore dans l’événementiel, son grand et seul truc: au Invalides, au Panthéon, sans oublier cette mémorable ode à la vulgarité que fut la fête de la musique 2018…

Heureusement, lors de cette cérémonie, l’on aura entendu que Joséphine Baker et le chœur de l’armée  entonnant Le chant des partisans, nous aurons ainsi été épargné les paroles ignobles braillées à l’Elysée.

Oubliant la terrible menace Omicron, le petit dictateur a convié des enfants et des milliers de gens en haut de la rue Soufflot, corroborant ainsi que ce variant n’est pas dangereux et combien Manu est toujours et encore un vil menteur.

Alors que son nom va être accolé à celui de la station de métro Gaité, près de la place Joséphine Baker, ne fut-ce pas plus bel hommage qu’édifier à cette artiste une statue que les wokisés n’auraient pas voulu déboulonner car elle était métis, de père blanc. A moins que n’être qu’à moitié noire soit devenu insuffisant…

Etant aussi blanche que noire, raconter qu’elle est la première femme noire à entrer au Panthéon est donc stupide et mensonger.

S’il s’agissait du premier bobard panthéonesque…

 Germaine Tillion et Geneviève De Gaulle-Anthonioz, toutes deux honorées en 2015, notamment pour leur lutte au sein de la Résistance, n’y ont pas été transférées. De la terre fut prélevée près de leurs tombes, dans le cimetière de Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne) où repose Germaine Tillion, et dans celui  de Bossey (Haute-Savoie), où la nièce du général De Gaulle est inhumée avec son mari...

 Nombre d’administrateurs l’ont reconnu: il est bien difficile de dire ce que contient chaque caveau du monument… 

La difficulté d’extraire une personnalité de sa sépulture originelle fut parfois résolue par de surprenants compromis. Ainsi, Léon Gambetta, inhumé à Nice depuis 1883, c’est son cœur qui fit son entrée au Panthéon en 1920, à l’occasion du cinquantenaire de la Troisième république. C’est dès sa mort que le corps de Gambetta dont les organes furent dispersés,   sa tête, son cerveau, son bras droit et son cœur ayant été découpés lors de l’autopsie pour en faire des reliques…

Louis Braille, inventeur de la méthode éponyme de lecture pour les aveugles, fut enterré dans son village natal, en 1852. C’est un siècle plus tard que son corps fut exhumé et transféré au Panthéon… sans ses mains, hautement symboliques de son œuvre et demeurées dans sa tombe de Coupvray, en Seine-et-Marne.

Le tombeau de Condorcet au Panthéon contient lui aussi un cercueil vide. Lorsque François Mitterrand décida de panthéoniser cette figure majeure de la Révolution française, durant l’année du bicentenaire, on se mit à la recherche de sa dépouille dans l’ancien cimetière de Bourg-la-Reine (Hauts-de-Seine). Le corps, déposé en 1794 dans la fosse commune, peu après sa mort inexpliquée, n’a jamais pu être retrouvé. 

D’autres figures illustres du Panthéon n’y sont probablement pas, faute de disposer d’un corps. Les circonstances de la mort de Jean Moulin ne permettent pas d’établir avec certitude que les cendres  transférées au Panthéon en 1964 sont  les siennes. S’il est supposément mort dans un train qui l’emmenait en Allemagne, le corps du héros de la Résistance n’a jamais été remis à sa famille, qui n’a eu que des informations partielles quant à une possible incinération. 

Avoir reconverti en temple républicain ce qui devait devenir une belle église, dédiée à sainte Geneviève,  pour en faire en mausolée-cénotaphe où, déposer des cercueils vides ou des morceaux d’individus…  et d’innombrables plaques nominatives justifie le titre donné par Régis Debray à ces cérémonies, soit des Panthéonades !

Pour mieux inhumer la France, Macron a trouvé une nouvelle affectation à ce « cimetière » des élites, désormais l’on y célèbre les immigrés naturalisés : le 6 juillet 2017, avec une première cérémonie de naturalisation, organisée par le nouvel administrateur Gaëtan Bruel et présidée par le préfet de Paris, pour 183 personnes, venus des cinq continents et de soixante pays différents, le 10 novembre 2017, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a présidé une cérémonie de naturalisation de 225 « nouveaux Français », venus de 40 pays différents, le 18 décembre 2018, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a présidé une cérémonie de naturalisation de 249 « nouveaux Français », leur remettant leur livret du citoyen.

Quant aux deux millions restant à métamorphoser en Français, rien est encore précisé.

Il convient aux  intérressés  de se mettre en rapport avec le site.

Mitrophane Crapoussin

 

 

 

image_pdfimage_print
15

9 Commentaires

  1. Quelle farce, quelle pantalonnade !

    Cela dit, avec beaucoup de respect pour la mémoire de Joséphine Baker, salie par les pseudos hommages du petit poudré…

    HS ; Il serait bon de mémoriser les identifiants des intervenants… On va se lasser à toujours remettre son pseudo et son adresse courriel…

  2. Quelle farce ! Macron a envoyé un sbire à Saint-Louis, Mississipi, avec une petite boite pour recueillir de la terre… Non mais on nous prend vraiment pour des cons. On croyait avoir tout vu avec hollande qui avait fait le même coup avec les dépouilles de Mme de Gaulle Anthonioz et Mme Tillon (toujours inhumées mais cercueils vides transférés).
    Ce pauvre crétin d’hollande a fait un émule et comme c’était passé, macron a repris la recette……..
    A part ça, francis huster est toujours en train de chercher la tombe de Molière
    qu’il veut aussi envoyer au Panthéon. C’est le but de sa vie….qu’il a dit !

  3.  » Josephine voulait un enterrement très simple  » ses enfants, sa famille ont donc respectés sa volonté en ne voulant pas la déplacer. J. Backer était très proche du peuple, elle n’a JAMAIS eu la grosse tête, il est donc normal qu’elle reste accessible aux gens qui veulent se recueillir sur sa tombe et lui rendre hommage. De plus c’est la princesse Grace et B. Bardot qui lui ont tendu la main, PAS le gouvernement français après tout ce qu’elle avait fait pendant la guerre pour la France et la résistance. Personne n’a mis d’entrave dans cette vente aux enchères de ses biens où un petit nombre se sont approprié ses biens pour une bouché de pain. Ensuite elle a vécu dans deux pièces avec tout ses enfants, qui lui a offert une maison et acheté en toute discretion celle ci, Grace de Monaco. C’est magnifique et justifié qu’elle entre au PANTEON, mais il est normal qu’elle repose là OU SONT SES VRAIS AMIS, avant et après sa mort !

    • En 1968, ses  » amis  » auraient pu surenchérir sur les enchères , mais personne ne l’a fait. Résultat : son château, son mobilier, son vaste domaine, etc…..ont été vendus 10 fois moins cher que la valeur réelle ! A l’époque, ses dettes étaient estimées à 3 millions d’euros actuel, et tous ces biens estimés à 10 millions d’euros actuel. Or, tout a été vendu aux enchères pour 1 million d’euro actuel. Elle s’est faite totalement spoliée par une bande de vautours ! Pourquoi ses  » amis  » ne l’ont pas aidé à cette époque ?

      • R. Ses vrais amis, c’était B. Bardot qui ne la connaissait pas mais lui a tendue la main. Ensuite il n’y a eu que la princesse G. de Monaco et J. C. Brialy c’est tout. Les autres l’ont laissé tombé comme B. Coquatrix qui lui avait promis de l’aider. Il est venu avec le chèque MAIS n’est jamais rentré dans la salle pour le donner. Un beau salaud, elle lui en voudra toute sa vie. Tant qu’aux autres, ils ne sont pas déplacés pour faire une offre et contrer la bande de vautours, ils ont laissés faire, ils sont donc à mettre dans le même panier.

        • En 1964, JB a été beaucoup aidée en particulier par Brigitte Bardot en effet, mais, par la suite, en 1968 , c’est silence radio. Un épisode peu glorieux pour la France.

  4. Je rigole quand je constate cet épisode guignolesque lamentable de tous ces clowns !!!! Quel cirque font ces médiocres individus qui se pâment autour d’une caisse emplie de terre

  5. Joséphine Baker n’avait rien à faire au Panthéon alors que aucune des 6 femmes compagnon de la Libération n’y a Été admise… Non plus Marie-Madeleine Fourcade, la seule femme à avoir dirigé un réseau de Résistance et non des moindres : Alliance.

Les commentaires sont fermés.