Ce n’est pas la première fois que les Etats-Unis jouent la carte islamiste contre l’Europe

Publié le 13 août 2012 - par - 1 030 vues
Share

Très bien l’article d’André Bonnetain sur les critiques de Clinton.
Le discours « diplomatique » n’est pas un exercice de confessionnal… et la désinformation en est généralement la base.

On peut dire une chose en public et faire le contraire en privé.

Vous faites bien de rappeler le rôle des EU – ses dirigeants, car le peuple n’y est pour rien, au contraire, vous avez bien fait de commencer par le rappel du sang versé en Europe – dans la montée en puissance des Frères musulmans dès 1925.

Il faut un ennemi pour focaliser les tensions, s’il n’y en a pas, il faut en créer un. C’est ce que disaient déjà les bolcheviks en 1917, et sans doute d’autres auparavant.

L’enseignement à la fois superficiel et manichéen que l’on recevait et c’est encore pire actuellement, dans les écoles françaises, donne des EU la seule image d’une nation venant de manière désintéressée et pour le seul bénéfice de la Liberté dont elle se dit la dévouée servante au secours des nations européennes écrasées sous le joug hitlérien.

On ne dit guère que Churchill allant demander de l’aide à Roosevelt était conscient que ses alliés avaient l’intention d’abattre la puissance britannique, et l’a dit. On ne dit guère non plus le mépris dans lequel le président américain tenait la France, pour laquelle il avait prévu un plan d’occupation, AMGOT, Allied Military Government of Occupied Territories, faisant de notre pays un territoire sous tutelle américaine, et le Général de Gaulle, moqué et tenu pour partie négligeable, écarté des négociations de Yalta, et imposé ailleurs seulement sur l’insistance de Churchill, qui ne voulait pas être seul contre les deux superpuissances.

Le projet des dirigeants américains était, après la Première Guerre mondiale où 4 empires se sont effondrés (Reich allemand, Empire austro-hongrois (ce qui rend possible Hitler), Empire russe, Empire ottoman), et où leur hégémonie s’implante, de détruire les empires coloniaux, en menant une propagande active pour « le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ».
Belles paroles qui ne valent pas si ce sont eux qui imposent leur loi, de toutes sortes de façons, spécialement économique…

Il faut absolument rappeler le rôle des dirigeants américains dans la montée de l’islam dit radical dans la 2ème moitié du XXème s.
Comme par hasard, la « vertueuse »  « décolonisation », a vu régresser le christianisme en Afrique (il y aurait à dire) et se développer l’expansion musulmane…

Mais les cas les plus intéressants sont ceux de l’Iran et de l’Afghanistan, dont les monarques étaient des amis et des admirateurs de la France, formés à Paris dans les années 50.
L’Iran d’avant 1978 était un pays en pleine expansion, dans lequel un gros effort a été fait pour la scolarisation, en particulier des filles, pour l’amélioration de la vie des paysans et de la population en général, Téhéran ne se distinguait pas des villes européennes, la polygamie a été interdite, le Shah a couronné lui-même sa femme, symbole d’égalité de l’homme et de la femme au plus haut niveau de l’Etat….

Il a voulu aussi « ré-iraniser » le pays et défaire l’emprise américaine sur le pays, contrôlé entièrement par les EU, au point qu’on y faisait les cours en américain dans les universités; le professeur était désigné comme « chairman ».
Le pire est qu’il a voulu prendre le contrôle des ressources pétrolières, initiant le « choc pétrolier » de 1973, où le prix du baril a été multiplié par 4 (aujourd’hui plus de 40).
C’est ce que les Américains ne lui ont pas pardonné. Moins de 5 ans plus tard, il était « débarqué ». Selon le Professeur Houchang Nahavandi,  « l’opération française », nom donné par la CIA à l’installation en France, à Neauphle-le-Chateau près de Trappes, aujourd’hui important centre islamiste, et au transfert de Khomeyni en Iran aurait coûté 150 millions de dollars. La France de VGE a fourni le logement et la logistique médiatique : armée de journalistes présents sans cesse à Neauphle et mise en place d’installations d’émission hyperpuissantes permettant d’émettre jusqu’en Iran, transport dans un avion d’Air France.

Le roi d’Afghanistan a subi un sort analogue. Formé en France, passablement « progressiste », il a été débarqué lui, par les Soviétiques, que les Américains ont combattu au moyen des Talibans.

Partout, ils ont choisi la carte islamiste, et peut-être bien aux EU-mêmes, en ayant élu un président qui s’est plié en deux devant le roi d’Arabie, qui a payé ses études…

Nadia Furlan

Pr. Houchang Nahavandi, Khomeyni en France, Révélations sur cet étrange hôte de Neauphle-le-Château. Godefroy de Bouillon 2009
avec cet exergue : « Neauphle-le-Château n’est pas la page la plus glorieuse de la France. Il est difficile de comprendre pourquoi le président Giscard d’Estaing accorda tant de bienveillance et de moyens à ce faux prophète… L’essor de l’islamisme radical date de là.. »

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.