Ce que cachent les mots de Sarkozy

Le Discours de Latran, de Nicolas Sarkozy, le 20 décembre 2007, fut un grand moment ! On se contentera de relever quelques assertions discutables, quand elles ne sont pas tout bonnement scandaleuses !
Il affirme  » Depuis le siècle des Lumières, l’Europe a expérimenté beaucoup d’idéologies. Elle a mis successivement ses espoirs dans l’émancipation des individus, dans la démocratie, dans le progrès technique, dans l’amélioration des conditions économiques et sociales, dans la morale laïque. Elle s’est fourvoyée gravement dans le communisme et dans le nazisme. Aucune de ces différentes perspectives – que je ne mets évidemment pas sur le même plan – n’a été en mesure de combler le besoin profond des hommes et des femmes de trouver un sens à l’existence », il commet délibérément deux fautes qui n’ont rien d’anodin et qui ne doivent rien au hasard :
Donner le nom d’idéologie à « démocratie », « amélioration des conditions techniques et sociales » et « morale laïque » fait de ces trois conquêtes de la Révolution française de simples « systèmes » révocables alors qu’elles sont le préalable nécessaire au « vivre ensemble » établi par nos fondements « liberté, égalité, fraternité ». De plus, imaginer qu’ils n’auraient été inventés que pour donner un sens à l’existence humaine, par-delà le ridicule, revient à nier leur absolue nécessité, revient à nier que ce ne sont que des préalables qui permettent ou devraient permettre à l’homme de s’élever, et de chercher, par la culture, l’art ou la religion, à son choix, des réponses à ses questions existentielles.
Ensuite, mettre sur le même plan communisme et nazisme est à la mode mais n’est pas tolérable. Faut-il rappeler que le communisme est né à une époque où l’exploitation de l’homme par l’homme avait atteint un tel niveau d’injustice, avait créé tant de misère et d’inégalités qu’elle nécessitait l’invention d’un système antagoniste ? Rien à voir avec le nazisme, système de haine et de puissance. Ensuite, si le communisme s’est mué, hélas, en système totalitaire, avec emprisonnements, censures et assassinats ; cela n’a rien à voir non plus avec le nazisme, défendu par des racistes sadiques adeptes de la solution finale, des chambres à gaz, de la guerre, de la suprématie de la « race aryenne »! Le communisme était un système nécessaire pour contrebalancer le capitalisme, d’ailleurs la peur/pression du communisme a sans doute contraint la bourgeoisie du XX° siècle à accorder les avancées sociales qui nous sont si chères. Ce sont ses évolutions, stalinisme, maoïsme … qui sont des totalitarismes.
Quant aux « petites et grandes espérances » évoquées par Sarkozy « elles ne répondent pas pour autant aux questions fondamentales de l’être humain sur le sens de la vie et sur le mystère de la mort. Elles ne savent pas expliquer ce qui se passe avant la vie et ce qui se passe après la mort », et il souligne  » l’aspiration profonde des femmes et des hommes à une dimension qui les dépasse ». D’abord, il s’agit là d’une généralisation quelque peu hâtive ; en effet, nombre de déistes, d’athées, d’agnostiques, d’épicuriens ou d’indifférents, simplement, ne se posent guère la question des origines et du but, considérant que vivre pleinement sa vie d’homme est déjà un beau challenge et qu’il ne sert à rien de chercher ce qui est, peut-être (sans doute ?) le fruit du hasard.
Que, quand bien même se trouverait quelque part le « grand horloger « cher à Voltaire, il est vraisemblable qu’il se soucie comme d’une guigne des fourmis que nous sommes. De plus, il ne nous appartient pas de connaître ses volontés, pour peu qu’il en ait. Le Président de la République oublie d’ailleurs fort vite qu’il existe des réponses fort intéressantes à ses questions, elles se trouvent, tout bonnement, dans la philosophie. Et engager les Français à lire Epicure, Lucrèce ou Sénèque pourrait les aider à penser leur vie. Alors au lieu de remettre la religion au centre de l’Etat il ferait bien d’œuvrer pour qu’il y ait des cours de philosophie pour tous les élèves, dès le collège !!! Mais ce serait bien dangereux pour nos hommes politiques que les hommes apprissent à penser car, finalement, comme le disait encore –hélas- notre pragmatique Voltaire, il est parfois utile aux classes dirigeantes que leur tailleur ou leur fermier croie en Dieu et suive les préceptes religieux !
Cette remarque suffit d’ailleurs à tout expliquer, les discours ronflants, les grand mots, les envolées lyriques du discours de Latran ne peuvent en masquer le but premier : assurer la tranquillité et la pérennité du pouvoir politique par la maîtrise des consciences assurée par les religions. Or, les religions ne sont jamais que des outils inventés par des hommes, pour soumettre le reste de la population. Nulle part il n’est dit dans les paroles prêtées à Dieu, Jésus ou Mahomet que l’homme doit se confesser ou enfermer sa femme …
On relèvera aussi pour la bonne bouche les contradictions flagrantes entre le discours de Latran et les discours de la campagne présidentielle ou ceux du début du quinquennat. Depuis près d’un an, on entend parler de « gagner plus » et de « pouvoir d’achat » ; dépenser est donc donné comme objectif principal à l’existence. Le matérialisme, comme moyen et but à atteindre. Alors on a envie de rire (ou plutôt de pleurer) quand on l’entend dénoncer « Les facilités matérielles de plus en plus grandes qui sont celles des pays développés, la frénésie de consommation, l’accumulation de biens » alors que son objectif affiché est « la reprise de la croissance » par la relance de la consommation !
Enfin, oser affirmer que « la morale laïque risque toujours de s’épuiser ou de se changer en fanatisme quand elle n’est pas adossée à une espérance qui comble » fait sauter au plafond ; il est vrai qu’en terme de fanatisme, les religions sont des modèles : bûchers, inquisition, attentats, guerres « saintes « , diabolisation des femmes … En l’occurrence, moi, l’espérance qui me comble, c’est que nous soyons débarrassés à tout jamais de ces monstruosités véhiculées par les religions !
On s’arrêtera encore sur la notion de « sacrifice de sa vie » que ne ferait pas l’instituteur, ce qui le rendrait impropre à véhiculer des valeurs morales. Si les siècles de luxure, de grasses ripailles effectuées par moult hommes d’églises constituent un sacrifice de leur vie et permettent de les donner en modèles… (penser à César Borgia, qui fut pape, et à tous ces prêtres condamnés pour pédophilie …) ce n’est, sans doute, que pour mieux faire apparaître ce qui sous-tend en filigrane tout le discours de Sarkozy, il est, une sorte de « prêtre » qui a « la vocation » et qui sacrifie sa vie pour nous ( avec C.Bruni et à Disneyland ). Faut-il ajouter quelque chose ???
Bref, que de la poudre aux yeux, que des efforts pour endormir le bon peuple et préparer, déjà, les esprits, à la remise en cause de la loi de 1905 :  » C’est pourquoi j’appelle de mes voeux l’avènement d’une laïcité positive, c’est-à-dire une laïcité qui, tout en veillant à la liberté de penser, à celle de croire et de ne pas croire, ne considère pas que les religions sont un danger, mais plutôt un atout. Il ne s’agit pas de modifier les grands équilibres de la loi de 1905.
Les Français ne le souhaitent pas et les religions ne le demandent pas. Il s’agit en revanche de rechercher le dialogue avec les grandes religions de France et d’avoir pour principe de faciliter la vie quotidienne des grands courants spirituels plutôt que de chercher à la leur compliquer « . Or, la laïcité ne se décline pas, elle n’a pas besoin d’adjectifs, elle est, tout simplement. Toute précision est, forcément, une restriction, une limite qui la rend creuse, une atteinte aux valeurs de la République. Et souhaiter rendre la vie quotidienne des « courants spirituels  » plus facile, c’est, forcément, compter sur le contribuable pour payer pour eux et les entretenir. Joli paradoxe que de supprimer les services publics, instituer des franchises médicales et minorer le montant des retraites pour, avec cet argent, engraisser les suceurs de démocratie et les fanatiques de tous bords qui n’aiment ni les femmes ni la vie.
Christine Tasin
http://christinetasin.over-blog.fr

image_pdf
0
0