Ce que les médias vous cachent sur Cuba

Publié le 7 décembre 2016 - par - 30 commentaires - 3 733 vues

 

—————————————————————————————————————–

Hier, nous avons publié un article dénonçant les abjectes déclarations négationnistes de Ségolène Royal. La méprisable ministricule avait en effet osé prétendre que la dictature castriste n’a commis aucune atteinte aux droits de l’homme et qu’il n’y a pas de prisonniers politiques à Cuba. Aujourd’hui, en complément, nous publions un dossier spécial sur les crimes du régime cubain.

—————————————————————————————————————–

1) Les pelotons d’exécution cubains :

Voici deux rares vidéos d’exécutions commises par les pelotons de la mort de Castro en 1959 :

On trouvera des photographies de telles exécutions dans les articles suivants (en anglais) :

The Infamous Firing Squads

Cuban Revolutionary Firing Squads

Fidel Castro’s greatest atrocities and crimes : Fidel Castro’s firing squads in Cuba

2) La torture à Cuba :

« Les principaux auteurs de torture dépendent tous du ministère de l’Intérieur : agents de la Police Nationale Révolutionnaire et du département de la Sécurité de l’État (DSE) – la police politique −, employés de l’administration pénitentiaire et membres des Brigades de Réponse Rapide (BRR). Ces anciennes unités de réservistes sont devenues des groupes paramilitaires composés d’individus réputés être des repris de justice, des mercenaires et des déséquilibrés qui procèdent à de violents passages à tabac. »

« En dehors des coups de bâton, de baïonnette, de couteau et de crosse de fusil, les tortures physiques couramment employées, particulièrement vis-à-vis des prisonniers d’opinion, comprennent l’exposition à des températures extrêmes, comme le passage d’une chambre chaude à une chambre froide ; le placement dans des positions douloureuses et stressantes, notamment l’immobilisation prolongée sur une petite chaise ou sillita ; la méthode, appelée « symphonie russe », qui consiste à faire claquer bruyamment une poêle sur un mur à côté de la victime pour endommager ses tympans ; les simulacres d’exécution par arme à feu ou par noyade ; le supplice de la crucifixion ; la technique dite Shakira, en référence au déhanché de la chanteuse colombienne, où le détenu a les mains plaquées sur les hanches par des menottes attachées à une chaîne que le geôlier peut tirer au point de lui couper le souffle et la méthode baptisée « balancin » (bascule) dans laquelle la victime est posée sur le ventre avec les pieds et les mains liés ensemble derrière le dos pendant des heures. »

« La torture psychologique consiste en des menaces contre la victime et ses proches ; des privations sensorielles ; l’usage de la lumière jour et nuit ainsi que du bruit pour faire perdre la notion du temps ; des mises à l’isolement dans des cellules capitonnées infestées d’insectes et de rongeurs pendant 21 jours, voire pendant des semaines ou des années ; des transferts dans des prisons éloignées du lieu de résidence ; des privations de visite de la famille ou d’assistance religieuse. »

Rapport de l’ACAT (Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture) sur la torture à Cuba

3) Les camps de travail forcé à Cuba :

« Selon un rapport de 1967 de l’Organisation des États américains sur les droits de l’homme, plus de 30.000 internés sont « forcés de travailler gratuitement dans les fermes d’État de 10 à 12 heures par jour, du lever au coucher du soleil, sept jours par semaine, recevant une alimentation pauvre composée de riz et nourriture périmée, d’eau non potable, utilisant des assiettes sales, entassés dans des casernes pleines, sans électricité, sans latrines et sans douches ». »

« Norberto Fuentes, un ancien agent de la Direccion de Inteligencia, les services de renseignement cubains, estime que, sur environ 35.000 internés, 507 sont devenus fous et ont fini dans des services psychiatriques, 72 sont morts de tortures et 180 se sont suicidés. »

Camps de travail forcé (UMAP)

Military Units to Aid Production

Rapport de la « Comision Interamericana de Derechos Humanos » (Commission Interaméricaine des Droits de l’Homme) sur les assassinats, suicides et maltraitances de prisonniers dans les camps de travail forcé cubains (en espagnol) :

Asesinatos de presos, muertes y suicidios por maltratos y enfermedades

Témoignages vidéos de rescapés sur les camps de travail de la dictature cubaine (en anglais) :

Fidel Castro’s Cuban forced labor camps, the UMAPs

4) Prélèvements forcés de sang sur des prisonniers politiques avant exécution :

De nombreux cas de prélèvements forcés de sang sur des prisonniers politiques, avant qu’ils ne soient abattus, sont documentés.

« Le 27 mai 1966, 166 Cubains – civils et militaires – ont été exécutés et soumis à des procédures médicales d’extraction de sang d’une moyenne de sept pintes par personne. Ce sang est vendu au Nord-Vietnam communiste à un taux de 50 $ la pinte dans le double but d’obtenir des devises fortes et de contribuer à l’agression communiste du Vietcong. »

« Une pinte de sang équivaut à un demi-litre. Extraire cette quantité de sang d’une personne condamnée à mort produit une anémie cérébrale et un état d’inconscience et de paralysie. Une fois le sang extrait, la personne est portée par deux miliciens sur une civière jusqu’à l’endroit où l’exécution a lieu. »

(InterAmerican Human Rights Commission, April 7, 1967)

Counting Castro’s Victims

Rapport sur ces prélèvements forcés de sang (en anglais) :

Cuba: Forced blood extraction from political prisoners before execution

5) L’oppression des homosexuels à Cuba :

« Selon le magazine espagnol Interviú, sept cent homosexuels sont actuellement prisonniers à Cuba, sans avoir pourtant commis le moindre délit. Un rapport de la fondation LGBT Reinaldo Arenas soutient en outre que 4000 homosexuels ont été arrêtés ou verbalisés à la Havane durant 2007, 3500 durant 2008. Les chiffres pour 2009 et pour 2010 ne sont pas encore connus, mais la fondation affirme que déjà « plus d’arrestations ont été constatées cette année par rapport à la même période l’année dernière ». »

Cuba : 700 homos sont en prison « pour la simple raison qu’ils sont gays »

6) Le témoignage de la romancière cubaine exilée en France, Zoé Valdés, à l’annonce de la mort de Castro :

« Fidel Castro est né à Cuba, mais n’a jamais compris les Cubains, ni n’a jamais su ce qu’était ce pays. Le gangster universitaire qui tua en pleine jeunesse d’un coup de feu en pleine nuque un leader étudiant, Manolo Castro, continua à faire feu et à détruire tout au long de ses quatre-vingt-dix années d’existence dévastatrices. Ses fusillades et ses bombes terroristes inspirèrent les narco-guérilleros latino-américains, les FARC, les criminels de l’ETA. Il fit raser des villages africains en utilisant des armes chimiques. Par sa faute, des centaines de milliers de jeunes Cubains moururent dans des guerres qui n’avaient rien à voir avec eux, et d’autres centaines de milliers disparurent en mer, dévorés par les requins. Sans compter les prisonniers politiques. L’un d’eux, Mario Chanes de Armas, qui lutta contre Fulgencio Batista et ensuite contre Fidel Castro, fut condamné et passa trente-six ans et un jour en prison, dans les pires et inimaginables conditions. Son fils naquit et mourut en bas âge, sans que Chanes de Armas puisse jamais voir son fils, on ne le laissa pas. Mais personne ne mentionne Chanes de Armas comme l’homme qui a passé le plus d’années dans une cellule, isolé et impitoyablement torturé. »

« Castro n’a construit aucun hôpital, tous existaient avant 1959. Les médecins durent partir de Cuba en fuyant, car on les expulsa en fermant leurs cabinets privés. Il fit fabriquer à la chaîne des médecins et des maîtres Makarenko sur le modèle soviétique. Il expulsa aussi les Nord-Américains, en saisissant leurs biens, de là l’origine de l’embargo dont on a tant parlé, sans parler bien sûr du véritable embargo, celui que Castro imposa à son peuple. Il livra le pays aux Soviétiques pendant plus de trente ans, invasion réelle et humiliante que personne ne mentionne, et qui fit des Cubains des citoyens de seconde zone. »

« Il mit un terme à la liberté de la presse et supprima des journaux. Il enterra l’œuvre d’intellectuels, d’historiens, de musiciens… Il interdit livres, peintures et partitions. Il ensevelit la véritable culture cubaine. »

« Un tyran est mort, mais je ne vois que des hommages, presque aucune condamnation. Il a exécuté massivement des innocents, il a réprimé homosexuels et lesbiennes, il a réduit à zéro écrivains, artistes, peintres, il exila plus de vingt pour cent de la population. Mais on continue à chanter ses louanges. »

Fidel Castro, l’assassin de Cuba

Les noms de quelques-unes des victimes du psychopathe Che Guevara.

7) Che Guevara, massacreur sanguinaire :

Des témoignages glaçants d’anciens “compagnons de route” de Che Guevara révèlent le véritable visage de cette “machine à tuer de sang-froid”, comme les Cubains le surnommaient.

« Luciano Medina (81 ans) : « Il tuait comme on avale un verre d’eau. Avec lui, c’était vite vu, vite réglé. Un matin, vers 9 heures, nous déboulons au Rancho Claro, une petite exploitation de café appartenant à un certain Juan Perez. Aussitôt, le Che accuse le fermier d’être un mouchard à la solde de la dictature de Batista. En réalité, le seul tort de ce pauvre homme était de dire haut et fort qu’il n’adhérait pas à la révolution ». Une heure plus tard, le malheureux caféiculteur est passé par les armes devant sa femme et ses trois enfants de 1, 3 et 4 ans. « Les voisins étaient traumatisés, indignés. Et nous, la troupe, nous étions écœurés. Avec trois autres companeros, nous avons ensuite quitté le Che pour rejoindre un autre campement ». »

« Fidel Castro le nomme commandant de la Cabana, prison qui domine le port de la capitale. Derrière les hauts murs de cette ancienne forteresse coloniale, le guérillero argentin va écrire, au cours de l’année 1959, les pages les plus ténébreuses de la révolution cubaine – et de sa propre histoire. Minimisée par de nombreux biographes de Che Guevara, cette période restera pourtant gravée à jamais dans la mémoire collective des Cubains. Tandis que Castro chauffe à blanc la population par ses discours enflammés, Guevara prend en charge les basses œuvres. Selon Armando Lago, vice-président de l’institut de recherches Cuba Archive, 164 personnes sont envoyées au paredon (peloton d’exécution) de la Cabana entre le 3 janvier et le 26 novembre, date à laquelle Guevara quitte la carrière pénitentiaire. Cette célérité fait de lui le plus grand meurtrier de l’histoire de la révolution cubaine (216 meurtres au total), devancé seulement par Raul Castro, responsable, directement ou non, de 551 exécutions. »

« En ce début d’année 1959, à la Cabana, où s’entassent 900 détenus, on fusille tous les jours, généralement le soir. Pour partie, les condamnés à la peine capitale sont des membres de la dictature déchue, coupables de crimes avérés. Mais dans le couloir de la mort se trouvent aussi de simples opposants politiques et nombre d’innocents. C’est le cas de l’agent de police Rafael Garcia, 26 ans, de la Section radio-motorisée de La Havane. Accusé, à tort, d’avoir participé à l’assassinat d’un membre du Mouvement du 26 juillet, le parti de Castro, ce simple flic est condamné à mort, le 13 mars, à l’issue d’un simulacre de procès vite expédié. Son exécution est programmée pour le 18. Mais sa famille remue ciel et terre, réunit les preuves de son innocence et produit des témoignages à décharge. Le tribunal, en appel, n’en tient aucun compte. Sergio Garcia, frère du condamné, obtient un rendez-vous avec Che Guevara. « Je lui ai dit : “Regardez le dossier, il y a erreur, vous verrez par vous-même”. Alors Guevara m’a regardé et, l’air narquois, il a lâché : “Votre frère est peut-être innocent, mais il portait l’uniforme bleu. Alors il doit mourir”. Puis il m’a congédié ». »

« Témoin clef de cette période, le père Javier Arzuaga, aumônier de la prison de la Cabana, aura mis près de cinq décennies à rompre le silence. Dans “Cuba 1959: La Galera de la Muerte” (“Cuba 1959 : Le couloir de la Mort”), publié l’année dernière à Porto Rico, celui qui recueillait les confessions des condamnés et les accompagnait dans leurs derniers instants affirme que des dizaines d’entre eux étaient innocents. « Le Che n’a jamais cherché à dissimuler sa cruauté, souligne-t-il. Bien au contraire. Plus on sollicitait sa compassion, plus il se montrait cruel. Il était complètement dévoué à son utopie. La révolution exigeait qu’il tue, il tuait ;elle demandait qu’il mente, il mentait.» À la Cabana, lorsque les familles rendent visite à leurs proches, Guevara, comble du sadisme, va jusqu’à exiger qu’on les fasse passer devant le mur d’exécution, maculé de sang frais… »

« « Je crois qu’en définitive cela lui plaisait de tuer des gens », estime Huber Matos, qui, en qualité de “commandante de la revolucion” fut l’alter ego du guérillero argentin, avant d’être condamné à vingt ans de cachot, à la fin de 1959, pour avoir dénoncé la dérive autoritaire du mouvement. »

La face cachée du Che

8) Vidéo du philosophe Michel Onfray, qui fit un voyage à Cuba, sur la mort de Fidel Castro :

9) Deux articles sur le régime totalitaire de Cuba :

Castro : abjection castriste, trahison française

Les visages sombres du révolutionnaire Fidel Castro

10) Bibliographie succincte :

Témoignages de centaines de Cubains victimes du régime sanguinaire de Castro, qui ont passé des années, voire 20 ou 30 ans, dans les camps de concentration castristes :

Cuba : mémoires d’un naufrage, de Jacobo Machover (Buchet Chastel)

Dénonciation des innombrables intellectuels, écrivains, journalistes, artistes, cinéastes, sportifs, dirigeants politiques français et étrangers (Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Gérard Philipe, Gabriel García Márquez, Oliver Stone, Danielle Mitterrand, Diego Maradona, Laurent Ruquier, Jack Lang, Jean-Luc Mélenchon…) qui se sont rendus à Cuba pour y pactiser avec le dictateur sanguinaire Fidel Castro :

Cuba : l’aveuglement coupable – Les compagnons de la barbarie, de Jacobo Machover (Armand Colin)

La vérité sur le régime totalitaire cubain et sur les Occidentaux qui se sont compromis avec la dictature castriste :

Cuba : une utopie cauchemardesque – Derrière le mythe, un demi-siècle de tyrannie castriste, de Jacobo Machover (Les Editions de Paris – Max Chaleil)

Sur le psychopathe sanguinaire qu’était Che Guevara, qui a personnellement assassiné des centaines d’hommes, de femmes et d’enfants :

La face cachée du Che, de Jacobo Machover (Buchet Chastel)

Un prisonnier politique, qui a passé 22 ans dans les geôles de Castro, livre un témoignage hallucinant sur ce qu’il y a enduré :

Mémoires de prison, d’Armando Valladares (Albin Michel)

On peut aussi lire le chapitre consacré à Cuba dans « Le livre noir du communisme » :

Le Livre noir du communisme : Crimes, terreur, répression, de Stéphane Courtois et al. (Robert Laffont)

Professeur Franklin

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de

rien de bien extraordinaire! le quotidien dans un pays communiste!
quand ces gens là prennent le pouvoir cela se passe toujours comme ça! et cet excellent article tres documenté raconte les violences , les meurtres, les tortures, mais il y a aussi la mise en esclavage économique de la population
j’ai un ami et voisin anglais qui avait un bureau de conseil spécialisé dans les implantations de sociétés occidentales à Cuba
il me racontait que lorsque des sociétés étrangères s’y installaient , elles ne payaient pas directement les employés mais étaient obligées de verser les salaires à l’État (l’équivalent de 300€ ) qui en reversait 100 au salarié !
ce que j’ai vu également de Cuba c’est en Angola lorsque que les communistes ont fomenté une “révolution” pour s’emparer du pouvoir, Castro leur a envoyé des milliers de “combattants” pour les aider et ils y sont restés un bout de temps
lorsqu’en fin ils ont mis la main sur le pays (et son pétrole), la plupart des cubains avaient attrapé le sida et Castro a refusé de les rapatrier, les laissant crever sur place, sans soins !
laissez les communistes et les socialo-marxistes au pouvoir et cela se termine toujours par la ruine (comme au Venezuela aujourd’hui et la violence
Mais il est rare qu’on arrive à les chasser du pouvoir Cuba en est l’exemple parfait !
ce qui est aussi remarquable, c’est le silence de leur pays-frère la France sur ce qui se passe là bas – très significatif !!

tu peux toujours rêver !!

Professeur Franklin

1) Vous ne comprenez pas ce “Castro bashing” ?
Fidel Castro est responsable de la mort d’au moins 100.000 Cubains. Qu’est-ce que vous ne comprenez pas là-dedans ? Allez donc dire aux familles cubaines décimées que vous crachez sur leurs proches assassinés par le régime de Castro…
2) Vous reprochez aux Américains d’aimer la démocratie, la liberté, le luxe et la jouissance ? Il est vrai que les charniers cubains, les massacres de civils, les assassinats de masse, les tortures dans les camps de travail, commis par la dictature cubaine sur ordre de Castro, c’est tellement mieux que la démocratie et la jouissance !
Cette haine de la démocratie, de la liberté, de la jouissance prouve une fois de plus que l’anti-américanisme est le produit de la jalousie et de la frustration.

Professeur Franklin

Raul Castro, comme Che Guevara, est un massacreur sanguinaire. Il a personnellement assassiné au moins 551 hommes, femmes et enfants cubains.
(Voir le paragraphe sur Che Guevara dans cet article.)

belphegor

Le demi-frère Raul de Fidel Castro conduira-t-il Cuba et les Cubains vers la Liberté et la Démocratie ? Après tant d’années de souffrances il faut l’espérer.

Claudio

C’est très bizarre d’observer ces personnalités politiques de gauche, qui, en France notamment, manifestent une certaine sympathie, voire une admiration, à l’égard des dictateurs communistes.

Les arrestations pour délit d’opinion (un vieux rêve des gauchistes), les tortures, les brimades, les travaux forcés, les sévices, les morts, la famine organisée …

Pour peu, ils vous diront que ça n’a jamais existé.

Well

Je ne comprends pas ce Castro bashing. Ce n’est pas parce qu’il est adulé par la gauche, qu’il faut faire le contraire, à moins que ce soit pour prouver aux procureurs qu’on n’est pas « d’extrême droite », puis qu’on défend la « démocratie ». Ce n’est pas parce que Ségolène Royal est caricaturée en folle par les guignols, qu’elle l’est.

Cet article ne tient pas compte ou méconnaît la nature humaine, et l’attrait qu’exerce l’occident sur les populations de tout régime qui refuse de s’y soumettre. L’Homme (99 %) aspire à en faire le moins possible, à vivre d’aides, consommer, s’amuser, jouir, acheter du luxe ou imitation luxe. C’est pour cela que les Berlinois de l’Est voulaient passer à l’Ouest. C’est pour cela que l’Ukraine veut passer à l’ouest, avec l’aide active des Américains. Ce serait donc étonnant que Cuba ne subisse pas non plus cette attraction, et que ses opposants, prétendant vouloir démocratie, liberté etc, ne soient pas tout simplement des égoïstes jouisseur primaires de la vie.

Alors, que fallait-il faire contre eux ? Leur dire non, vous vous trompez, le modèle US n’est pas bon ? Cuba auraient depuis longtemps sombré dans la facile société de consommation américaine, chaînes de télé américaines, Mac Do. Allez voir les nôtres, d’opposants, dans les banlieues, qui roulent en BMW pour frimer, se procurant le fric par tous moyens illégaux. Voilà le résultat de la France libre et démocratique. Aller leur dire que la vraie vie, ce n’est pas ça.

butterworth

exact 7mois au congo et tanzanie avec 12 hommes mais flop ses troupes locales riant de ses ordres et discours et la revolution contre les coutumes et conflits ethniques africains flop aussi troupes plus interessees par l alcool et les filles et pietres combattants que par la revolution des masses prolétaires inculture comme segogolene

victoire de Tourtour

J’ai même connu une crétine qui, attendant un petit garçon, avait l’intention de prénommer le malheureux gamin “Guevara”, tant était grande son admiration pour ce psychopathe. Sa famille ,bien que communiste,a tout de même réussi à l’en dissuader.

victoire de Tourtour

Il me semblait avoir lu que Guevara avait fait carrière également en Afrique ,pour y fomenter des révolutions, et qu’il était passé par la chirurgie du visage pour se rendre méconnaissable.

Oeil de Lynx

A côté de Castro et Guevara, Pinochet était un enfant de choeur….

P[ASTIERA

cette greluche il a fallu qu elle ouvre sa gueule
Hollande a compris il a jete l eponge
pour les socialistes c est bien compromis
le pere le Fillon a l elysee AFFICHE

Rabarabé

Ben oui on l’a ratée, mais ça a saigné quand même! Et en Russie aussi, en Chine, partout! Dommage à chaque fois on se bat , on lutte, et on se fait trahir…

ania

Excellent ! A enregistrer en pdf et mettre dans mon dossier “Histoire Documents”.
Dommage pour les vidéos.
A publier sur vos comptes sociaux (s’il vous en reste !!).

Petite blague :
Pourquoi appelle t-on ségolène “madame couscous” ?
Elle fait beaucoup de boulettes, elle a un pois chiche dans la tête et elle pédale dans la semoule ! C’est un couscous Royal !

Paskal

N’en déplaise à Mélenchon, Castro était bel et bien un dictateur. Il n’empêche qu’il y avait des gratinés de l’autre côté :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Northwoods

Professeur Franklin

Dans le cadre de la Guerre Froide, les services américains ont envisagé des milliers d’opérations possibles pour s’opposer à l’expansionnisme communiste. Beaucoup d’entre elles n’ont jamais été mises en application.
Le projet de l’Opération Northwood que vous citez, conçu par des chefs de l’état-major américain de leur propre initiative, fut proposé à l’exécutif américain en 1962 (administration Kennedy), qui le rejeta. Il ne fut jamais mis à exécution.

François de France

Il faut savoir, dans ses dernières déclarations et compte tenu des preuves accablantes réunies contre le régime castriste, que Marie-Ségo est tout simplement au bord du délit d’apologie de crime contre l’humanité, si ce n’est pas les deux pieds dedans. Encore un pas elle va nous ressortir son désormais fameux «socialisme à visage humain» et autre «bilan globalement positif». Plus que 5 mois avant la disparition de l’anachronicité du régime socialiste français. Les cubains y sont depuis 1960, nous depuis 1981. A part les exécutions, l’ambiance politique et sociale n’est pas meilleure. Et la gauche de la gauche ose encore s’appeler les réformateurs, on sait dans quel sens, direction le Che !

François de France

Une horreur qui a reçu un blanc-seing de celle qui reste la première épouse, celle qui reste malgré les maîtresses la commandante en chef de l’Élysée. Et pour cause, elle l’a affirmé. Si François ne faisait pas ce qu’elle disait, il ne verrait plus ses enfants. Fromage à pâte molle obéit. Après la Chine et sa justice d’exception, à laquelle nous aurions eu droit si Marie-Ségo avait été élue en 2007, maintenant Cuba et son régime idéal qui accueille 4 millions de touristes par an. Mais pas dans ses salles de tortures. Et puis, Cuba, c’est le droit à la quéquette tarifée sur la plage pour les féministes européennes célibataires. Z’allez quand même pas casser ce paradis du coït, ça rapporte !

Drakkar

N’oubliez pas dans cette liste une ordure nommée che guevara que certains jeunes désinformés continuent d’aduler.
Le communisme ne vaut pas mieux que le nazisme ou l’islam.
Trois systèmes politiques oppresseurs et tueurs de liberté humaine, trois horreurs intégrales, trois crimes contre l’humanité.

Professeur Franklin

Nous venons d’ajouter un chapitre sur l’assassin sanguinaire Che Guevara.

rabarabé

Toutes les révolutions ont eu droit à leur bain de sang, y compris la notre !

BARRET Alain

La notre dites-vous ??? La vraie appellation est ; “la révolution dite française” organisée par les mêmes, suivez mon regard … Et puis, ces cinq républiques successives nous ont-elles apporté ce que nous sommes en droit d’attendre ???
Pour la dernière, de 58 à nos jours, l’effondrement n’est-il pas pitoyable ???
Et nous continuons à aller voter ??? Pour qui, pour quoi ???
Ah ce putain de miroir aux alouettes, il est magique …

jeanne

Tiens Alain ,je te retrouve
jeanne

cartot

Trés bien ! Allez expliquer ça à e&r qui a censuré mes commentaires

Léonidas

Que RL lui colle une plainte pour négationnisme. La vérité des idées doit changer de camp. Et puis, pour une fois, l’occasion de rendre les coups.

Francois Desvignes

En l’honneur des cubains, peuple martyre,

J’espère que R.L. réussira

à-exploser-en-plein-vol-la-carrière-politique- de-Ségolène-Royale-Cruella-socialiste-du-petit-peuple-souffre-douleur-de-ses-tyrans.

Comme RL a explosé Ali

Alonzo

Au cours de mes deux séjours à Cuba (2000 et 2012), les Cubains que j’ai rencontrés étaient soit résignés et malheureux, soit complices de la dictature, ce qui leur permettait de survivre un peu moins mal que les précédents, notamment en obtenant des emplois au contact des touristes occidentaux…

Quand je pense que certains sur RL disent qu’au moins Castro était patriote…

Comme dirait l’autre, mieux vaut entendre ça que d’être sourd !

D’autant plus que le tueur patenté de Castro n’était même pas cubain, mais argentin.

John silver

Un tyran fou et psychopathe et notre idiote ROYALE lui rend hommage…
Comme pas mal de pseudo intellos de gauche A VOMIR…
CASTRO EST UN DICTATEUR SOCIALISTE AVEC DU SANG SUR LES MAINS…

Wina

Je suis de la génération de cette calamiteuse femme
A l’époque tous les étudiants étaient des admirateurs du valeureux Che qui était un modèle pour la jeunesse. Il fallait subir le lavage de cerveau soixantehuitard qui nous expliquait que le bonheur de la société ne passait que par des gens comme lui
Les étudiants portaient des tshirts à son effigie et malheur à celui qui ne partageait pas ce point de vue comme moi
Cette pauvre Ségolène inculte et qui ne sait pas compter puisqu’elle a ruiné le Poitou Charentes n’a visiblement pas pris la peine de vérifier ses dires

Lire Aussi