Ce qui est interdit aux patriotes est permis aux bandes ethniques

Une fois de plus une manifestation contre l’islamisme a été interdite par le préfet de police de Paris. Une fois encore c’est au dernier moment que les organisateurs ont été prévenus. La manifestation de Génération identitaire était pourtant annoncée de longue date.

La menace de troubles à l’ordre public est la formule magique qui est utilisée à chaque fois par la puissance publique. Or, pour justifier une telle interdiction, il faut d’une part que la menace soit « exceptionnellement grave » et que, par ailleurs, la police ne soit pas en mesure de s’opposer à d’éventuels débordements.

La manifestation que projetait d’organiser samedi 25 novembre Génération identitaire au métro La Motte Picquet (Paris 15e) ne constituait en rien une menace pour l’ordre public. La préfecture de police avait d’ailleurs étudié avec les organisateurs le parcours de la manifestation qui devait se dérouler de manière toute pacifique.

Or, vendredi dernier, alors que tout est prêt, que des cars sont affrétés de plusieurs régions pour rejoindre le lieu du rassemblement prévu pour le lendemain, la préfecture de police met subitement son véto. Pourquoi ce brutal revirement ? Le préfet de police Michel Delpuech invoque des menaces de contre-manifestation en provenance de groupes antifas pour justifier sa décision. Prétexte facile, pour ne pas parler de lâcheté !

Car, que ces menaces soient réelles ou supposées, peu importe ! Dans un Etat de droit comme la France signataire de la Convention européenne des droits de l’homme(CEDH) qui reconnait le droit à chacun d’exprimer ses opinions, la puissance publique a le devoir d’assumer ses obligations, quoi qu’il lui en coûte !

Ce véto mis à la liberté d’expression d’un mouvement de jeunesse parfaitement légal est un signal inquiétant. La préfecture « a cédé aux menaces et intimidations de l’ultragauche violente » déplore Génération identitaire dans un communiqué. Pire encore-mais faut-il s’en étonner ? Le tribunal administratif a rejeté samedi matin la requête en référé qui avait été déposée par les organisateurs de la manifestation.

Pourtant, au lieu dit et à l’heure prévue du rassemblement la préfecture de police avait mis en place un très important service d’ordre composé de CRS et de gendarmes mobiles. Comme si le danger venait de ces hommes et de ces femmes d’âge mûr qui, pour la plupart, ne savaient même pas que la manifestation avait été interdite au dernier moment… ce qui n’empêcha pas d’ailleurs Génération identitaire d’organiser dans le même temps diverses actions pacifiques sur Paris, notamment contre une librairie anarchiste place de la République et de déployer une grande banderole devant le Bataclan. Une quinzaine de jeunes patriotes au total ont été interpellés et placés en garde à vue pour « port d’armes ».

Horde sauvage

Et pendant ce temps là, à Nantes, le centre-ville était le théâtre d’émeutes ethniques. Répondant à l’appel de la diaspora noire pour protester contre l’esclavage en Libye, des bandes de jeunes d’origine africaine auxquels s’étaient joints des éléments anarcho-autonomes s’en sont pris aux transports en commun, bloquant la circulation des lignes de bus et de tramways. « Nous sommes noirs, nous sommes chauds » hurlaient les uns tandis que d’autres lançaient des « sales putes de blanc » aux Nantais qui se trouvaient malencontreusement sur leur passage dont certains ont été frappés et dévalisés par cette horde sauvage de 250 à 300 énergumènes.

Et là, face à ces émeutiers, pas l’ombre d’un uniforme, pas le moindre policier à l’horizon ! Pas de journaliste non plus à l’exception notable de celui de Breizh-info grâce auquel l’information a pu filtrer. Quelques lignes discrètes dans Ouest-France, rien sur BFM tv. La presse dans son ensemble s’est montrée d’une redoutable efficacité pour étouffer l’information afin que le public ne sache rien de ce qui s’est passé. Quel mépris pour les lecteurs, auditeurs et téléspectateurs ! Et tout ça au nom du politiquement correct !

Résumons-nous ! Quinze interpellations à Paris pour une manifestation pacifique. Aucune arrestation lors d’émeutes à Nantes le même jour. Un bien triste constat qui montre, une fois encore, que le pouvoir a choisi de laisser la rue aux envahisseurs, à ceux qui ont la haine de la France, de la République, des Français et des valeurs qu’ils représentent. Les gouvernements changent, les ministres de l’Intérieur se succèdent, mais c’est toujours la même politique antinationale qui guide nos dirigeants.

Alain MARSAUGUY

image_pdf
0
0

20 Commentaires

  1. Ça nous rappelle que nous devons défendre et défendre encore le pays et ces gaulois qui ont tant fait voir Notre histoire mais courage lavictoire arriveras un jour.

  2. Je ne lis pas cet article tant la gueule de ces deux dépravés me dégoutte.
    On voit immédiatement ,qu’il ne consulteront jamais le peuple par un quelconque référendum…..
    Ils ne s’en rendent même plus compte,tant leur  » esprit  » dictatorial leur fait mépriser les gens qui les font vivre.
    Je tire la chasse d’eau.

  3. Ils font dans leur froc et espèrent se protéger pour quand la charia se généralisera! Ils la subiront quand même car seront considérés comme mécréants.

  4. Bien envoyé ; de toutes façon les médias sont vendus aux gauchistes , faux pas attendre quoi que se soit des médias de gauche a la botte des gauchistes …alors on censure la vérité , on passe tout sous silence , on occulte depuis belle lurette tout ce que font leur petits protégés les arabes et les noirs qui eux nous méprisent alors que les allocations sont payées par les mêmes blancs sur qui ils crachent …

  5. Que pouvions-nous attendre de Gérard Collomb ? Rien, absolument rien ! Lyon et la banlieue lyonnaise ont été envahis par les musulmans traités comme des rois. Qu’Est-ce qu’on peut faire pour changer la France ?

  6. Les décisions administratives (Manifs) ou judiciaires (Ploërmel) sont iniques !
    La France est au bord du gouffre… et ils poussent !
    La solution sera-t-elle à « l’underground » ? Une nouvelle Armée Secrète ?

  7. C’est quand même fou !
    Malgrè toutes les exactions recensés contre un système perfide, il y a encore des gens pour défendre le système politique fondé sur la République et la Démocratie.

    On est très proche du syndrome de Stokholm…
    Votre ennemie vous détruit, mais il faut le soutenir…

  8. Notre ami Collom est un fusible bien obeïssant, un petit fonctionnaire étriqué dans un costume trop grand pour lui… dans sa tête, il ne comprend rien et attend les ordres d’en haut… il fait presque pitié à voir par son attitude, on dirait un petit vieux sorti de l’hospice.

    • tkt pas pour le p’tit vieux sorti de l’hospice, il est bien entouré par la mafia d’état et du fric.
      Personne n’a l’air de se souvenir des affaires du stade du grand Lyon ! Pourtant une grosse affaire de corruption dont il est mouille par dessus la tête …

  9. « Ce qui est interdit aux patriotes est permis aux bandes ethniques ».
    C’est pour cette raison qu’il nous faut enfin nous réveiller !

  10. Il faudra pendre ces politiques des que plus rien ne sera… Controlable. La, ils ne seront plus proteges

  11. Ce vieux truc du « risque de troubles à l’ordre public » a déjà été abondamment utilisé dans un passé récent pour interdire les manifestations du Front National quand papa Le Pen était encore aux manettes…
    D’ailleurs, pour être tout à fait juste, je remarque que les prières de rue ont été interdites par le pouvoir quand des élus du peuple se sont bougés le popotin pour apporter la contradiction aux muzz sur le lieu même du délit. Donc, s’ils s’étaient bougés plus tôt…

  12. Nos « gouvernances » organisent la guerre civile ethno religieuse, c’est pourquoi elles laissent le champ libre à nos futurs assassins.

    • Absolument! Ils conspirent a mort contre le peuple Francais. Saloperies de Macron, Hollande, corrompus!

      • vous savez bien que c est voulu depuis longtemps et les moutons n ont rien vu venir et ont fait l autruche n y a t il pas des gens courageux qui peuvent prendre la tete d une revolte? des generaux? pensez a vs gosses

        • « les moutons n ont rien vu venir » c’est pas faute d’avoir été prévenus par nos anciens en particulier (enfin…certains anciens)

Les commentaires sont fermés.