Ce qui manque à la candidature Zemmour

 


D’abord, il s’agirait de sonner le tocsin par un solide “Appel” visant à sauver nos libertés fondamentales aujourd’hui bafouées ; ce qui fait d’ailleurs qu’il soit dommage qu’Eric Zemmour ne se déplace pas en personne à la tribune de “l’Union sacrée”, le samedi, pour le signifier ; et il se pourrait même que ce serait bien vu qu’il se déplace aussi vers l’Assemblée apportant  des réclamations populaires (pétitions, appels divers) à l’encontre de mesures discriminatoires, iniques, et, surtout, complètement disproportionnées, absolument politiciennes.

Ensuite, une solide contextualisation des mesures à prendre concernant l’immigration clandestine (ou pas) permettrait de “rappeler” également que celle-ci est bel et bien le produit de la corruption des États d’où elle est issue, et, aussi, de toutes ces instances internationales qui non seulement refusent de la combattre en sommant les États d’y remédier sous peine d’être exclus des Nations-Unies, de ne plus avoir les diverses aides, mais l’encouragent dans une sorte de nouvel impérialisme diffus susceptible “en même temps” de promouvoir une vision déformée, tordue, des rapports humains et citoyens avec toute cette idéologie dite “déconstructiviste” qui corrompt les corps et les esprits.

Or, c’est bien parce que ces États et ces Instances (U.E comprise) ne font rien pour les contenir et les résorber, voire même l’encouragent, que la France se trouve dans l’obligation de prendre des mesures contraignantes à la hauteur de cette gravité de plus en plus poignante.

En bref, si le candidat Eric Zemmour veut non seulement unifier autour de lui les amoureux de la France, mais aussi les déçus de la République qui s’abstiennent de voter depuis des lustres, alors il est nécessaire que sur

ces deux points,

la défense des libertés fondamentales,

et la pédagogie expliquant et justifiant la nécessité de contenir au mieux les pressions migratoires et idéologiques,

il se doit de ne pas se laisser prendre en quinconce par un hygiénisme non dit d’une part une xénophobie ou un “fixisme” apparents de l’autre.

À moins que la troisième voire la quatrième place soit seulement visée pour cette élection présidentielle française ?…

Mais ce serait bien dommage au vu des espoirs suscités par une candidature qui veut à nouveau réveiller la France d’un sommeil de plus en plus empoisonné

Lucien SA Oulahbib

Lucien SA Oulahbib

 

image_pdfimage_print

5 Commentaires

  1. C est pas la 3 ni la 4 place qui est visée mais l élimination de mlp au 2ème tour et le duel macron .pecresse.pour la fin des jours….tel est le programme du sieur zzzzz.

    • C’est aussi le programme de MLP, qui a expulsé le FN pour se faire RN (renoncement national) et déclarer la compatibilité de l’islam avec la république et l’UE avec la France. MLP devant le risque de gagner la présidentielle, a pensé qu’avec l’UE la fonction de chef d’état simplifiée en députation, elle se débarrassait des prises de décisions toujours éprouvantes. Le slogan libertés, libertés chéries, dans une France devenu coupe-gorge occupée par la racaille islamo-africaine, a une connotation le « je-m’en-fous » du branleur en marche.

  2. Si les français veulent défendre leurs libertés fondamentales; qu’ils aillent chercher Macron ! Il n’y a que ça à faire.
    Les larves, lâches et peureuses, disent : »Ca se passera dans les urnes ». Ah oui ? Et si Macron est « réélu » (façon élections de BIDEN); que feront-ils ? Ah oui, je sais : »Salaud ! Tu vas voir…en 2027 ! ».

  3. Il manque a Z une vision internationale il doit refuser Davos le reset l identité numérique c edt l occident qui se suicide pas seulement la France. Refuser aussi le wokisme

  4. Petit branleur libertaire est obsolète. 36% des occidentaux en appelle au fureur. Nous abordons les rives de la décadence.

    fata volentem ducunt, nolentem trahunt

    « L’esprit de ces vieilles formes est mort, et c’est pourquoi toutes les institutions, si minutieusement qu’elles soient conservées, sont désormais dépourvues de portée et de poids. Ne conserve plus de signification que le pouvoir entièrement personnel, exercé par le César ou à sa place par quelqu’un d’autre ayant des capacités. C’est le retour d’un monde achevé dans sa forme, au primitif, au cosmique ahistorique. Des périodes biologiques reprennent la place des époques historiques. » Spengler

Les commentaires sont fermés.