Ce qu’il convient de dire, et surtout de ne pas dire…

Publié le 8 février 2012 - par - 3 078 vues
Share

En cette ère moderne où l’inévitable mondialisation nous apporte en un laps de temps très court son lot de bouleversements sociaux, certains de nos compatriotes ont, je le comprends, beaucoup de difficultés à s’adapter à la nouvelle société qui se profile.

Ces difficultés les amènent  à avoir des réflexes de crispation identitaire et de rejet de l’Autre, et à dire un peu tout et n’importe quoi, ce qui leur vaut des procès désastreux.

L’être humain, devant la peur de l’inconnu, se raccroche d’instinct à ce qu’il connaît. C’est tout-à-fait normal, ne vous inquiétez donc pas car vous êtes en parfaite santé même si vous souffrez de ces symptômes.

Malheureusement, certains de vos adversaires ne sont pas aussi indulgents. Ils dégainent trop rapidement l’artillerie lourde, alors qu’une approche psychologique me semble beaucoup plus appropriée dans un premier temps.

Aussi, dans la plus pure tradition maoïste, je me propose d’entreprendre votre rééducation, et nous commenceront immédiatement par la

Leçon n° 1

 

De ce qu’il convient de dire et de ne pas dire

Ainsi ne dites pas « Il y a trop de mosquées en France », mais plutôt « J’en ai ras-la-casquette de ces temples shintos et de ces pagodes bouddhistes qui poussent sur notre sol comme des champignons ».

Ne dites pas « Les afro-maghrébins sont sur-représentés dans la délinquance », dites plutôt « Les Triades, les Yakusas et les Hell’s Angels commencent à poser de sérieux problèmes pour la sécurité publique dans de nombreuses villes françaises ».

Ne dites pas « Il y a trop de musulmans en France », dites plutôt « Je n’en peux plus de ces chrétiens fanatiques qui manifestent à tout bout de champ contre le droit à l’avortement ».

Ne dites pas « Que Marine Le Pen n’ait pas ses 500 signatures serait une catastrophe pour la démocratie », mais plutôt « Que ceux qui ne sont pas contents aillent vivre en Hongrie ».

Ne dites pas « Les salaires sont trop bas en France », mais plutôt « Les Chinois sont très heureux avec 100 € par mois ».

Ne dites pas « La France s’islamise », dites plutôt « Les Français, majoritairement athées, redécouvrent peu à peu la foi et la spiritualité ».

Ne dites pas « Le système maçonnique UMPS », dites plutôt « Le Front National fasciste et anti-républicain ».

Ne dites plus « L’immigration est une chance pour la France », précisez plutôt « La France a besoin d’actifs sur le marché du travail pour payer ses retraités ».

Ne dites pas « Il y a trop d’immigrés »,  dites plutôt « Notre patrimoine culturel et artistique s’enrichit à chaque jour ».

Ne dites pas « Je ne reconnais plus ma France d’antan », dites plutôt « Je suis un vieux crouton chauvin, xénophobe et raciste qui refuse de voir les bienfaits que lui apporte la mondialisation ».

Ne dites pas « La France croule sous le poids de sa dette », précisez plutôt « C’est la faute aux 35 heures mises en place par les Socialistes ».

N’affirmez plus « La délinquance explose en France », expliquez plutôt « Le Front National alimente en permanence un climat de peur et d’insécurité ».

Ne dites pas « Le profits mirobolants des Banques » mais posez-vous plutôt la question « Où placerez-vous vos économies si les Banques disparaissent ? ».

Ne dites pas « Les civilisations ne sont pas toutes égales », mais plutôt « Les civilisations se valent toutes, à l’exception de la civilisation occidentale, qui est très largement en-dessous des autres ».

Ne dites pas « Il n’y a plus de viande dans certaines cantines scolaires », mais dites plutôt « Avec l’accroissement de la population terrestre, nous devrons bientôt tous nous résoudre à manger des algues ».

Ne dites plus « Racisme anti-blanc », dites plutôt « Geste de légitime défense parfaitement justifié ».

Ne dites pas « Les entreprises françaises délocalisent à l’étranger », dites plutôt « Ce n’est pas en créant de l’emploi en France que les immigrés pourront retourner vivre dans leur pays d’origine ».

Ne dites pas « Quarante pour cent des jeunes des cités sont au chômage », mais plutôt « Quel prodigieux réservoir de talents et de créativité qui ne demande qu’à s’exprimer ! »

Ne dites plus « Certains quartiers sont devenus des zones de non-droit » mais plutôt « C’est à cause de Nicolas Sarkozy qui a supprimé la Police de proximité ».

Finalement, le dernier, et non le moindre,

Ne dites surtout plus « Le génie musical de Mozart », mais dites « La subtilité linguistique et la richesse littéraire des écrits et des œuvres de Cortex, ses mélodies sublimes ».

Jean Leclerc

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.