Ce qu’il faut dire à un musulman

Publié le 26 mars 2015 - par
Share

hollande-au-qatarTu ne me reproches pas ouvertement de ne pas être musulman, mais je sens, bien que tu prétendes m’estimer, que ça te gêne. Alors, je vais t’expliquer quelque chose : J’ai bien entamé la lecture du Coran, et je peux t’affirmer que, si j’étais musulman et convaincu que ce livre est bien la parole d’Allah transmise à Mahomet par l’intermédiaire de l’archange Gabriel (Gaby pour les intimes) pour être divulguée au monde, je serais djihadiste. De nombreux versets du Coran rendent le djihad obligatoire, mais pas le djihad à faire sur soi-même pour s’améliorer, dont il n’est question nulle part, sauf pour tromper le monde grâce à l’antienne « l’Islam est une religion de paix et d’amour »,  qu’on ne constate nulle part, dans les écrits ou dans les actes.

A ce titre (de bon musulman), je t’égorgerais, car un imam yéménite qui préconisait de faire des attentats en France, interrogé par l’un de ses fidèles qui s’inquiétait de la possibilité de tuer aussi des musulmans, lui répondit : « pas de problème les musulmans de France sont tous des apostats ». Or les apostats sont punis de mort dans ta religion.

Donc, après t’avoir égorgé, je m’emparerais de tes biens, je violerais ta femme, puis je la vendrais comme esclave avec tes enfants, conformément aux préconisations de ton livre sacré qu’il est interdit de critiquer, et à l’exemple des djihadistes de EI ou de Boko haram, parmi d’autres.

Alors, au lieu de me regarder de travers parce que je ne suis pas un de tes coreligionnaires, que je bois de l’alcool, que je mange du porc et que je ne fais pas le ramadan, etc. tu ferais mieux de t’en féliciter. Mais comme disait ma grand-mère, « d’un mulet on ne fera jamais un cheval de course ».

Quand on est invité chez quelqu’un, on s’assied à la place que l’hôte vous propose, on mange et on boit ce qu’il sert. Or, la plupart de tes coreligionnaire, qui n’ont pas été invités mais qui se sont invités eux-mêmes, veulent choisir leur place, et manger exclusivement ce que ta religion leur permet. En plus, ils veulent que soient séparés les hommes et les femmes, ce qui est contraire aux traditions de leur hôte. Finalement, au lieu de se conformer à leur statut d’invité, ils se proposent d’imposer leurs coutumes à ceux qui les invitent. Nous dirons que c’est extrêmement impoli.

Imagine que j’aille en Chine et que je me promène ostensiblement dans les rues de Pékin avec mon béret basque sur la tête, une baguette de pain sous le bras, et une quille de rouge dans ma musette. Imagine que par mon attitude j’évite le contact avec les Chinois, au motif que je ne trouve pas leur civilisation à la hauteur de la mienne qui serait plus ancienne que la leur, que ma vérité est supérieure à la leur, que leur bouffe n’est pas conforme, que leurs femmes sont des putes parce qu’elles ne s’habillent pas comme la mienne, qu’elles ont du poil à la moule et des petits pieds, etc. Je crois qu’on ne me supporterait pas longtemps en Chine et qu’on me prierait d’aller voir ailleurs si c’est mieux.

Donc, cher ami musulman, réfléchis, pas comme c’est demandé dans le Coran, qui en fait t’interdit de penser, mais positivement. Pose-toi les bonnes questions et trouve les bonnes réponses… pas celles que ta religion t’impose.

Amicalement.

Marc Larapède

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.