Ce serait bien que vous traduisiez "Les dessous du voile" en anglais

Je suis absolument scandalisé par le discours d’Obama au Caire sur le port du voile. Il s’agit d’un coup de poignard dans le dos de tous les défenseurs des droits des femmes qui luttent souvent au péril de leur vie pour conquérir ou essayer de préserver une liberté chèrement acquise et constamment remise en cause. Obama a-t-il mesuré les conséquences de ses prises de position ?. Je vous joins un reportage de France 24 sur le problème croissant du port du voile en Egypte http://www.france24.com/fr/20080619-egypte-voile-integral-niqab-religion-islam
Ce reportage édifiant montre qu’il y a un accroissement constant du port du voile et que les réfractaires sont de plus en plus soumises à des tracasseries et des incitations pressantes à se plier à « la coutume ». Dans ce cas comment oser parler de liberté, et comment peut-on justifier la légitimité de la coutume par rapport à un choix librement consenti ?
Est-ce que la coutume a plus de légitimité que la liberté ? Dans ce cas pourquoi ne pas prôner l’excision puisque une grande majorité des Egyptiennes sont excisées ?

Quand Obama a été élu, la plupart des commentateurs avaient précisé qu’en dépit de son aspect séducteur, habile et courtois, Obama, privilégierait d’abord les intérêts de l’Amérique par rapport à toute autre considération. Nous en avons la preuve avec cette intervention où la moitié de la population musulmane est sacrifiée pour ne pas froisser l’autre moitié qui est supposée détinir les clés du marché économique, notamment pétrolier, et accessoirement détenir une influence sur le terrorisme.
On ne peut expliquer les courbettes d’Obama devant les dictateurs pétroliers qu’à l’aune de ses intérêts immédiats. Après son “yes we can” de campagne, “Yes we (jerry)can” semble être devenu son nouveau slogan de gouvernement. Le but étant d’être bien en cour auprès des nouveaux « amis ». Même si cette nouvelle orientation oblige à s’occuper de problèmes qui ne le concernent en rien comme préconiser l’adhésion de la Turquie à l’Europe ou bien condamner implicitement une loi prise par un Etat souverain sur le port du voile !!!!
Il est vrai qu’en matière de cynisme et d’arrangement raisonnable avec leurs intérêts, les Etats-Unis n’ont pas peur de la contradiction et n’hésitent d’ailleurs pas à servir dans un même élan sans crainte du blasphème, Mammon et Dieu, en apposant la devise “In God We Trust » sur leur dollar….
En matière de laïcité, la France n’a pas de leçon à recevoir des Etats-Unis, et notre Président Sarkozy qui souhaite continuer à s’affirmer comme partenaire incontournable face aux grandes puissances, serait bien avisé de ne pas s’aligner servilement sur la position d’Obama face au voile…. La France a dans ce domaine une spécificité culturelle qui mérite largement diffusion.
A ce propos je viens de terminer la lecture de votre ouvrage « les dessous du voile ». Je vous félicite pour cette analyse remarquable de clarté et de votre clairvoyance. Il serait souhaitable que vous en fassiez une traduction anglaise comme à commencé à le faire Rosa Valentini, car malheureusement il ne s’agit pas que d’un problème franco-français…. Voici un cadeau qui serait fort utile pour ceux qui prétendent nous donner des leçons de civisme… Je reprendrai la dernière phrase de Guylain Chevrier « la laïcité est un choix délibéré de sens de l’histoire, rien de moins, et il faut être à la hauteur ce défi. Il y a de ce point de vue des enjeux historiques à préciser, une aventure politique où les choses sont ouvertes. C’est le combat à venir de ce siècle qui sera laïque ou qui ne sera pas »
Le débat parlementaire actuel sur le sujet du port de la burka permettra de mesurer le degré de clairvoyance, de courage ou de veulerie de nos hommes politique face à ce problème.
Très cordialement,
Pierre Lehagre

image_pdf
0
0