Ce sont les disciples de l’imam antisémite Hammami qui veulent faire exécuter la chrétienne Asia Bibi

L’actualité nous offre des rapprochements qu’il est, je pense, fort utile de faire et de proposer à la lecture publique.

Tandis qu’à Paris se prépare, avec tout le luxe de précautions qu’impose le respect de la démocratie et des Droits de l’Homme, l’expulsion d’un imam sectaire prosélyte, anti-sémite et tenant de l’artillerie lourde contre tout ce qui n’est pas de sa chapelle, la malheureuse Asia Bibi, accusée de blasphème par les femmes de son village pakistanais, continue de croupir dans sa prison en attendant de savoir si elle sera ou non exécutée.

Le rapport entre ces deux faits géographiquement éloignés est limpide. Ici comme là-bas, l’Internationale islamique est à l’oeuvre, avec toutes les contorsions qu’impose sa difficile et en fin de compte impossible adaptation aux règles que peuvent à l’occasion partager les civilisations.

Asia Bibi est directement victime du discours tenu en France par des gens tels Monsieur Mohammed Hammami, discours planétaire, univoque et définitif transcendant les nuances et billevesées que l’on essaie de nous fourguer dans l’espoir que nous finirons par confondre la grande pénombre de la loi coranique avec les Lumières qui ont bercé la naissance de la nôtre.

Il est encourageant de constater la résurgence, en France et en Europe, d’un vieux sentiment de méfiance, endormi depuis des lustres, envers cette sorte de doucereuse autant que mortelle tromperie. Au marché de l’information, les gens, de plus en plus nombreux, apprennent à faire leur choix et se soucient de le savoir validé par la simple vérité des faits. Ils y ont du mérite, tant le politiquement correct, avec ses mensonges par omission et ses signalées lâchetés, s’essaie à les en détourner.

Savoir que des associations musulmanes anglaises (Khatm-e-Nabuwat) en passe de se constituer en tribunaux de la charia, poussent le gouvernement et la Justice du Pakistan à régler le plus vite possible, par la pendaison ou la lapidation, le sort d’Asia Bibi, enragera un peu plus les lucides. Car c’est de chez nous que l’on intime ainsi à des responsables du sous-continent indien l’ordre de tuer. C’est de chez nous que le discours de mort continue à se répandre, malgré quelques tentatives encore bien timides pour le réduire. C’est de chez nous que s’exprime aussi la violence d’un nouveau fascisme mondial que par frivolité, indifférence, intérêt ou compromission, trop, beaucoup trop de nos têtes pensantes confortent.

Il est donc important d’explorer la nébuleuse islamique jusqu’à ses confins, comme il est est essentiel d’en expliquer les mécanismes, car ce qui peut se passer dans un village perdu du Pakistan, des Philippines, du Soudan ou du Maroc, nous concerne directement et pèse par avance lourd sur nous. Asia Bibi condamnée à mort par des Anglais avec la bénédiction vraisemblable d’un imam prêchant en France (et de quelques autres sans aucun doute, qui continuent à nuire), c’est, clairement, un élément du projet avéré de mettre à bas nos défenses. C’est aussi une honte pour tous ceux qui refusent encore d’entendre et de voir.

Alain Dubos

image_pdf
0
0