Ce sont les États-Unis qui ont détruit la culture occidentale

Publié le 12 novembre 2020 - par - 45 commentaires - 1 106 vues

C’est quand même ce grand pays, les États-Unis, qui détruit la culture occidentale. Je rappelle que tout ce qui vient des facs américaines, tout ce qu’on condamne chez nous, vient de ce pays-là. Au final, « Occidental » est simplement un terme politique. Sauf que Jacques Ellul nous rappelle que l’ennemi ne vient pas de l’extérieur, mais plutôt de l’intérieur. Vous avez une petite partie de la population qui s’acharne à vouloir détruire l’Occident. D’où vient cette population ? De l’Occident. Pourquoi prend-on à notre compte la culture américaine ? Pourquoi acceptons-nous à bras le corps la restauration rapide américaine ? Pourquoi accepte-t-on une certaine littérature américaine ? Pourquoi les idées universitaires sont-elles américaines ? Pourquoi n’engageons-nous pas le combat ? Sommes-nous plus américains que français ?

À travers ces questions, on met le doigt sur des choses intéressantes. Ce qu’on appelle « occidentalisation » n’est rien de plus qu’une « américanisation ». Si vous reprenez le chemin de penser de nos ennemis idéologiques, qui fustige l’Occident, si vous remplacez « occidental » par « américain » et « occidentalisation » par « américanisation », vous arrivez aux mêmes conclusions. Ce qu’on appelle « occidentalisation », c’est d’abord passer par une colonisation culturelle de notre propre continent pour ensuite s’étendre au reste du monde. Dans les faits, nous pourrions être légitime à critiquer cette occidentalisation, aussi bien que pourrait l’être les Iraniens, les Turcs etc. Nous avons le devoir de la critiquer ! Une culture détruit la nôtre. C’est une absence de culture qui détruit la nôtre. Les gens préfèrent acheter un livre sur Amazon plutôt que d’aller chez des libraires en ligne ou des libraires français.

Pour certains, il y a cette envie, ce besoin de se rediriger constamment vers des sites d’e-commerce américains. On choisit Jeff Bezos au détriment du petit libraire. Les réflexes américains. Manger américain, acheter américain en bref, une américanisation des esprits. Les États-Unis sont désormais un modèle de production, de consommation, qui n’est pas un modèle spirituellement intégré.  Un modèle qui s’assoit sur la culture. Ce n’est pas un mode de vie tant cela devient une caricature. C’est le remplacement d’un mode de vie traditionnel par un modèle de production qui s’est imposé par le volet technique. Extrêmement localisé dans l’Histoire. Extrêmement localisé dans le temps. L’Amérique du Nord n’est pas seule fautive de la destructuration de la culture. Les États-Unis furent et sont toujours un lieu propice du développement de la décadence que nous connaissons. Elle n’a pas décidé de détruire le monde.

En revanche, elle l’a fait inconsciemment. On a accepté la décadence et il est temps d’assumer. Les Américains sont aussi victimes que les autres. Une Histoire semblable aurait pu naître ailleurs si les conditions étaient réunies. Dans tout l’Occident, il n’y a pas une perte de culture, on contemple juste des cas localisés ayant totalement perdu pied. Parallèlement, l’industrie, le divertissement américain déverse son idéologie. Qui ne regarde pas de films américains ? Qui n’écoute pas de musiques américaines ? La destruction passe par le divertissement. Qui peut rivaliser avec Hollywood ? Bollywood ? Laissez- moi rire. Notre ruine est là, parce qu’on prend pour de la culture, la sous-culture. Les tags et les graffitis, est-ce la culture ? Le problème de la culture européenne, c’est non seulement que l’Occident – et l’Europe dans sa gloire -, a engendré les armes dont allaient se servir ses propres enfants contre elle.

De plus, elle a précipité l’Homme dans le matérialisme dépossédé de la divinité, le matérialisme athée qui le fatigue et le pousse à chercher des secours dans un divertissement toujours répété. Face aux écrits de Pascal. On se divertit par peur de la mort et de l’invisible. Victor Hugo a écrit, dans des vers célèbres, la grande terreur que lui inspire ce voile qui se déchire. On cherche dans le divertissement quelque chose pour nourrir une âme qui ne trouve plus rien à se mettre sous la dent. Par ailleurs, il y a ce monde marchant, qui a saisi la culture pour produire en série tout un tas de produits culturels qui viennent, par petites touches, satisfaire ou prétendre satisfaire notre soif. L’eau salé remplace temporairement l’eau de source. Dans Les Tusculanes, Cicéron explique que la culture est la nourriture de l’âme et que la culture naît de l’âme. La notion de « culture » n’est plus aussi claire dans notre esprit, elle n’est plus aussi normative et limpide.

Hannah Arendt offre une analyse efficace sur la consommation du divertissement. La société moderne est caractérisée par une activité unique, le labeur. Le travail a pour seul but de subvenir aux besoins de l’individu et permettre sa survie. L’Homme, ainsi enfermé dans l’objectif unique de son existence et sa propre survie, finit par craindre la seule chose qui n’entre pas dans son schéma de réflexion et d’existence, c’est la mort. Cette crainte perpétuelle de la mort est ce qui habite le plus l’Homme moderne. Il n’arrive plus à se la figurer. L’Homme moderne ne fait que consommer, parce que là encore, cela est ce qui s’intègre le mieux dans son modèle d’existence, le travail. La résultante du travail est la consommation. Le divertissement et la consommation font oublier la mort. Le divertissement moderne est aussi important parce que l’Homme moderne est devenu incapable de comprendre qu’il peut être plus qu’un simple consommateur et qu’un simple travailleur. Ce qui a tué l’Ancien Régime, c’est le divertissement. La noblesse n’était plus que dans le divertissement. Au XXIe siècle, ce divertissement touche toutes les couches de la société, tout le monde se divertit. Nous assistons à une uniformisation, une standardisation du divertissement. Tout le monde se divertit à peu près de la même manière, tout le monde a envie de se divertir et tout le monde veut se divertir. La notion de divertissement en tant que tel n’est pas propre au XXIe ou XXe siècle. L’Amérique est-elle le point central de la culture occidentale ? Est-ce que ce qu’on renommerait la culture occidentale ne serait pas finalement l’hégémonie américaine ? Le basculement de la notion d’Occident à partir de 1945 devient politique en étant en opposition avec l’offre politique de l’Union soviétique, qui a diffusé son idéologie et qui a su trouver des alliés en Afrique, en Asie, en Amérique du Sud etc..

Le mouvement Occident des années 60, auquel ont participé un certain nombre d’hommes politiques connus, maintenant plus ou moins en retraite, était anticommuniste. Quand on parle d’Occident, le centre névralgique n’est jamais certains. Autrefois l’Europe et aujourd’hui, les États-Unis d’Amérique. On s’est mis à intérioriser un terme sans base. Enfin si, il existe cinq critères, mais ils ne correspondent pas à l’idée globale que ce font les gens qui utilisent ce mot avec confusion. Il y a une morphogenèse. Une genèse, une création, une apparition de l’Occident. Que cet ensemble soit dans la tête d’un Américain, autre chose que le fruit du moment grec de l’Histoire européenne, c’est bien normal. Il n’a probablement pas connaissance de ce moment grec. Le christianisme est à mon avis primordial pour comprendre le tout. On pourrait repartir très en arrière dans l’Histoire de l’Europe et parler des guerres saintes, des premières croisades d’Urbain II et autres. Il y avait un côté fédérateur quand le Pape disait : « On part en croisade ! » Toute l’Europe chrétienne partait en croisade. Elle se sentait offensée et même attaquée sur son propre territoire. La France se préparait à aller au combat. À Jérusalem, à Antioche etc.

Le christianisme a, à un moment donné, fédéré l’Occident. Les idéaux libéraux sont nés avec le protestantisme, il va être le noyau culturel des États-Unis alors que le catholicisme, pas du tout. On a donc deux visions qui s’opposent, l’une se base un prisme religieux et l’autre sur un prisme idéologique avec le capitalisme et l’individualisme.  Avant de parler du protestantisme, on pourrait parler du premier schisme chrétien entre les Églises d’Orient et d’Occident. Là, on a commencé à voir au sein du christianisme, qui fut certes très divisé à l’époque avec le nestorianisme et l’arianisme, un combat d’orgueil opposant deux orthodoxies. L’Empire byzantin était vu comme l’Empire romain d’Orient.

On faisait déjà bien cette distinction et pas uniquement sur le plan géographique. Ça montre bien que même avant le siècle moderne, on se posait déjà énormément de questions. Concernant l’Empire romain d’Orient et d’Occident, l’empereur romain d’Orient ne se considérait pas comme l’empereur romain d’Orient. Il était plutôt l’empereur romain en Orient. À l’est de l’Empire. Une fois que l’Empire d’Occident a chuté, c’est toujours en latin « imperium romanum » et il est empereur des Romains. C’est pour cette raison que quand Charlemagne coiffe la couronne impériale, l’empereur à Constantinople dit : « C’est moi l’empereur ! » Il ne peut y avoir deux empereurs. Le terme « byzantin » est un mot donné par les historiens allemands au XVIIIe et XIXe siècle. Avant, les Byzantins ne se considéraient pas comme des Byzantins. Ils se considéraient comme des Romains. Les Roumains, dans leur hymne national, parlent de Trajan et des autres empereurs parce qu’eux-mêmes se vivent comme les descendants des Romains, mais ils ne se considèrent pas comme des Orientaux. Dans la plupart des dialectes arabes et même en turc, on utilise le terme « Rums » pour désigner les Grecs, bien qu’il désigne à la base la ville de Rome. Vous avez aussi la Roumélie, un morceau difficile à trouver entre la Grèce et l’Albanie, dont serait issu Barberousse. Quand l’empereur Justinien réduit un schisme pour des histoires de piraterie contre la Tunisie et la Sicile, il va refaire le tour de la Méditerranée tout en mettant fin au Royaume vandale. Un empereur aux allures de roi du monde.

Hassan Ejaaibi

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
Y P

ce qui a tué l’occident, c’est le nationalisme et la religion catholique, la fin des Lumières assassinées par Napoléon.
Les américains n’ont fait que profiter de notre bêtise…

geof'Rey

belle érudition…

je suis raccord : on ne remet pas en cause l’économie Kapitaliste parce qu’on pense qu’elle incarne toute l’économie à elle seule, les autres paradigmes (communiste, corporatiste…) ne devant être présentés que comme des fables d’enfants (attardés).

et partant, la culture Kapitaliste serait la Culture tout court, le point oméga.

Geof’Rey, neo-communiste gaulois belge

Patapon

J’aime l’Amérique pour sa Liberte.Tout Citoyen U.S. en est le support et le garant,par droit constitutionnel.Ne demandons pas à une nation qui a deux siècles et demie d’existence plus qu’elle ne peut donner.Ils se sont inspirés de nous,la vieille Europe,inspirons nous de ce qu’ils ont de meilleur ,sans tomber dans leurs travers,que sont le matérialisme consumériste, leur cote infantile,leur adoration du dollar,leur arrogance de parvenus.Ils savent être généreux,(ils dépensent des sommes folles pour Versailles),ils aiment sincèrement la France,( une vieillerie admirable ) .Notre mal est de vouloir leur ressembler en tout,d’assimiler sans discernement tous leurs produits,mais rien ne nous y oblige.Ils ont de grands artistes que nous aimons à juste titre,des intellectuels tres respectables.

Daniel

Il ne faut pas oublier que les facs US ont été profondément influencées par nos philosophes comme Derrida, Foucault, Deleuze et Cie !

pucciarelli

Excellent papier. Nouer les relations France États unis en termes financiers, économiques et politique. Tout y est écrit.

lessentiel

je cites
“Le divertissement moderne est aussi important parce que l’Homme moderne est devenu incapable de comprendre qu’il peut être plus qu’un simple consommateur et qu’un simple travailleur”

les peuples europeens sont aussi responsables que les gouvernments qu ils ont elus
les gouvernements europeens sont responsable par leurs duplicités avec les americains !!!!
on voulait tous un pere protecteur , on l avait trouvé et on l a idealisé , les etats unis !!!

Patapon

Au fond,nous manquons de transcendance. Homo economicus et Homo festivus mènent à une impasse.

jaannot lapin

Derrière les USA, il y a le NOM

Patapon

Certes,Jeannot,mais le devoir de la France et son honneur commandent de RESISTER à cette horreur.Nous sommes la plus ancienne de toutes les Nations.

Stentor

Les états-unis ont exercé un véritable tropisme sur les Européens après 1945 qui s’explique par le fait qu’ils avaient gagné la guerre et qu’ils étaient les “grands-frères” sur lesquels on comptait pour nous protéger de l’ours soviétique, l’URSS.

Mais on ne s’est pas aperçu qu’après ce qu’on avait pris pour notre “libération”, ils nous ont mis sous tutelle idéologique en nous gavant de leur sous-culture et en nous imposant leur libéralisme.

Et, piire que tout, on s’aperçoit maintenant que cette américanisation est le marche-pied de la mondialisation.

Comme quoi, être “allié” ne veut pas dire qu’on est ami. C’est même le moins qu’on puisse dire.

Patapon

De Gaulle avait bien compris ce danger dont il nous a protégés au nom de la France Eternelle.Notre indépendance était son credo:ni Russe,ni Americain.Francais d’abord,Francais toujours!

favre

Il n y a jamais eu d amitié entre les nations , seulement des alliances d intérêts générals , ( stratégiques , économiques ..etc. ..) . Les U.S.A ont cassé la puissance Franco-Britannique au lendemain de la 1er guerre en empêchant les Français d occuper l Allemagne et d anéantir son armée . Ensuite ils ont choisit l Allemagne également , afin qu elle domine l Europe economiquement grâce à sa puissance industrielle et , de fait , ainsi , contre la protection militaire par le parapluie de l Ô. T.A.N , ruiner toutes possibilités d Europe unifiée , dirigée par le fameux ” couplé Franco-Allemand ” cher auX dirigeants Français , ( a eux uniquement. ). Voilà pourquoi il serait judicieux à la France de se détourner de l illusion Allemande ( qui n est qu une succursale des Etats-Unis

Rata Hosoja

“Mon Dieu protège-moi de mes amis, mes ennemis je m’en charge”

Stentor

“La notion de « culture » n’est plus aussi claire dans notre esprit, elle n’est plus aussi normative et limpide.”

En effet. Il semble qu’il y a eu un basculement de la perception que nous avions de la culture et de la définition que nous en faisions après les fameux bouquins de Lévi-Strauss, “Tristes Tropiques” et “Race et Histoire”, ce dernier ayant même été écrit sur commande de l’Unesco en 1952 pour servir de catéchsime antiraciste…
Dans ces bouquins, la culture devenait tout simplement tout ce que l’on voulait, ce qu’on voulait qu’elle soit comme tout ce qu’on faisait ; le tag sur un mur, ça devenait de la culutre au même titre que la Joconde de Léonard de Vinci.

Prouvencau

J aime lire Harrisson, Roth .,

Ice Crime

Il y en a bien qui lisent le coran…

Prouvencau

Iceccrezm aucun rapport,!

Prouvencau

Ice crime….votre réflexion ne signifie rien. !,…’ le coran je l ai lu aussi.je préfère Roth, Auster, etc…

Ice Crime

C’était une boutade ! Je voulais dire que je n’ai jamais pour ma part spécialement apprécié les auteurs contemporains américains, auxquels je reproche un style fadasse la plupart du temps – ou alors trop marqué comme avec Faulkner… Mais ça nous aurait mené trop loin et ce n’était pas le sujet.
On est bien d’accord : mieux vaut lire Roth que le coran…

Prouvencau

Ice cream..Ok,..ce que j aime chez Roth c est l analyse qu’ il fait de ses souvenirs,..peut être un peu comme Proust..?

Salut et bonnes lectures..

Prouvencau

Ice crime….salut, c est encore moi…j ai fais un lapsus……ice CREAM….

Chrisomac

Et vous redemandez du Trump?

patphil

les français ont été bien passifs dès le 17 juin 1940
aujourd’hui les gaulois réfractaires s’abstiennent encore de voter!

Mörback

C’est sûr qu’en septembre 39 ils étaient nettement plus actifs !!! ))

Patapon

En 1939,c’ était la guerre,et ,de drôle,elle devint débâcle ,mais nos soldats n’ont pas démérité.Ce sont les politiciens de gauche qui ont sous dote nos armees,croyant être à l’abri de la ligne Maginot.Notre infériorité fût tristement d’ordre technique .

lessentiel

je cites

“qui ne regardent pas les films americains ”

la gamme des films francais est tres fade
mimi mati josephine ange gardien
plus belle la vie
Capitaine Marleau
kev adams grosse daube

si c est ca , oui les films americains c est mieux

james bond , avengers , matrix ….

” La destruction passe par le divertissement”
les americains font comme les romains . a l epoque , les jeux , les gladiators pour que la population evites de penser a autre chose
ca n a pas changé

PHIPHI

mauvaise fois regrettable
Les deux de l’amour et autres niaiseries sont à comparer avec Mimi Mathy
et NCIS et tout le reste?
Soyez honnête SVP

lessentiel

si vous preferez mimie mathy josephine ange gardien
c est bien pour vous
loool

Patapon

Le grand cinéma Americain est admirable.Gladiator,Out of Africa,Sur la route de Madison,etc…autant de merveilles d’intelligence et de beautés.A part Tavernier,ou J.J Annau,je ne vois pas qui pouvait rivaliser avec eux. Notre cinéma est le plus souvent indigent,vulgaire,prétentieux ,moralisateur et moche.

reuri

Non ? Le goy etats unien se serait fait avoir pour ne pas avoir voulu faire du tri sélectif chez ses derniers immigrés ? Mais à qui cela pourrait il bien profiter de transformer un état blanc et chrétien en une poubelle cosmopolite ? C’est la question.

Stentor

L’image des états-unis cosmopolites avec le fameux “melting pot” est largement un mythe. Ceux qui, dès le début et jusqu’à présent, ont donné le ton et façonné les états-unis tels qu’ils sont, ce sont les WASP, les “white anglo-saxon protestants”, autrement dit les immigrés rosbifs venus d’angleterre par pleins bateaux et dans une moindre mesure, leurs cousins germaniques venus d’allemagne. Rien que du beau monde, ceux-là même dont Paul-Marie Coûteaux a parlé dans un de ses livres comme des “deux peuples qui avaient été à l’origine de preque toutes les crises et conflits majeurs en Europe”…

lessentiel

je cites
” Le travail a pour seul but de subvenir aux besoins de l’individu et permettre sa survie.”

la definition du travail en latin
“tripalium \tʁi.pa.ljɔm\ masculin
(Antiquité) Instrument d’immobilisation et de torture à trois pieux utilisé par les Romains pour punir les esclaves rebelles.
« “tripale”, c’est comme “tripalium”, c’était le nom d’un instrument de torture à trois branches chez les Romains, et c’est la racine du mot “travail”. Étymologiquement le mot “travail” vient d’un instrument de torture

apres l esclavage sous les romains, l esclavage moderne et accepté volontairement

Denys

Bien sûr que nous avons été américanisés par l’extrême occident : marchandisation sans limite et société du spectacle. Il suffit de voir ici le nombre de partisans fanatiques de Trump (aussi inculte, barbare que Sarkozy ou Bolsonaro) qui ont oublié l’origine grecque de la véritable civilisation occidentale, antérieure même au christianisme qui n’est que la paganisation d’une religion sémite. Même le judaïsme et l’islam ont été hellénisés et ce fut aussi leur moment de gloire. Je me tue à l’expliquer sur ce site où des trolls qui se disent patriotes se vendent à Poutine ou à Trump, en sombrant dans l’idolâtrie, toute honte bue. Merci pour votre article.

Ice Crime

Le christianisme qui n’est que la paganisation d’une religion sémite… Vraiment n’importe quoi… La voilà, la culture des gauchos américanisés de mai 68 ! Et c’est ça qui vient traiter les patriotes de trolls ! Le monde à l’envers, en plus !

Denys

Bien évidemment que le christianisme a été paganisé, c’est-à-dire hellénisé, romanisé. Paul est le fondateur du christianisme et c’était un juif hellénisé qui a choisi l’empire romain contre ses coreligionnaires. Vous n’avez rien compris au christianisme car la religion de Jésus était le judaïsme.

Irina

Ah oui ? Le refus de reconnaître les panthéons païens, et par conséquent de vénérer l’empereur comme un dieu, ça ne vous dit rien ?

C’est pour ça que les chrétiens ont été jetés aux lions pendant près de trois siècles, rien que ça…

Quant au judaïsme… Jésus est juif, certes, mais il rompt définitivement avec le judaïsme en ce présentant comme le Messie. Dès cette déclaration, le paradis est promis à tous les hommes au jour de leur mort. C’est une rupture totale avec le Judaïsme. On voit mal sinon pourquoi les juifs et les chrétiens auraient suivi des chemins différents. L’autre rupture, concomitante à celle-ci, c’est le “tous les hommes”, tandis que le Dieu des juifs leur est réservé. Seconde différence fondamentale.

Mörback

“”la paganisation d’une religion sémite”” elle même largement inspirée des cultes régionaux à l’époque de sa création …suffit d’un minimum de culture pour s’en apercevoir !!

Ice crime

Ce n’est pas la question ! Le Christianisme s’est défini comme la fin du paganisme, par opposition à toutes les religions antérieures. Lisez les Deux Sources de la Morale et de la Religion de Bergson,j ça vous aidera peut-être à comprendre…

Irina

L’adaptation du paganisme au christianisme n’est qu’une légende fondée sur rien (datant probablement de Jules Michelet) qui n’a pas grand-chose à voir avec la réalité historique.

Voir à ce sujet l’excellente chaîne YouTube “C’est pas sourcé.”

nicolas bouchet

Regardez comme les grands noms de la télé française ont été balayés par la Télé Réalité et autres programmes incultes et à part Arte qui passe des documentaires sur la nature et autre, TOUTES les autres chaines font pareilles même Canal plus est rentrée dans le rang.

Les électeurs de Trump sont des rednecks et autres tarés de leur civilisation,et n’ont aucun respect pour rien à part les armes à feux.

Lessentiel

+1

Angélique

-1

Angélique

Ils aiment les armes à feu parce qu’il y a encore de l’énergie vitale en eux. Ils sont ce qu’ils sont mais ils sont capables de se battre, eux. Et c’est bien pour ça que vous ne les aimez pas ; vous sentez trop bien ce que vous avez perdu, ce qu’eux peuvent encore faire alors que vous, vous ne pouvez plus rien faire, pauvres européens décadents et pervertis au point d’avoir perdu l’instinct de conservation, soumis à vos femmes et justes bons à appeler la police quand vous avez un problème !

Lion.

Bien vu, Angélique. Cet article est écrit par un imbécile qui ne comprend pas grand-chose au déclin de l’Europe.

Patapon

Le Wasp a fait l’Amérique,il ne veut pas perdre le fruit de son travail,ne le blâmons pas.C’etait assez bien réussi.Les cosmopolites urbains en ont décidé autrement,avec l’appui de la finance et des Gafam, tant pis pour l’Amérique !

Lire Aussi