1

Ce sont les ouvriers et les paysans qui vont faire gagner Marine

C’est la France des oubliés, la France qui se lève tôt, la France des patriotes, qui va élire Marine haut la main.

Car cette France qui travaille dur a été abandonnée et trahie par ses soi-disant élites, qui ont fait le choix délibéré de l’Europe et de la mondialisation contre l’avis du peuple.

La gauche a abandonné les ouvriers ? Résultat, le FN est le premier parti ouvrier avec 44%.

La droite a abandonné  le monde paysan ? Résultat, le FN est le premier parti paysan avec 36%.

Il n’y a aucune magie dans le succès de Marine. Ces réussites sont le fruit de son courage, de sa sincérité et de son amour du peuple français.

La gauche qui a laissé tomber l’électorat ouvrier, en constante diminution, pour l’électorat immigré en constante augmentation, va payer le prix de sa trahison.

La droite, qui a abandonné le monde paysan aux diktats de Bruxelles, va payer le prix de ses lâchetés.

Ouvriers et paysans n’en peuvent plus. Plus personne ne les protège, plus personne ne les écoute. Nos élites les considèrent comme de la chair à canon.

1 million d’emplois industriels détruits par la mondialisation, des centaines de suicides chaque année chez les paysans littéralement saignés par la politique de Bruxelles. C’est cela la vérité de cette Europe paradisiaque qu’on nous avait vendue. L’Europe, promesse de bonheur pour tous, est un énorme mensonge d’Etat.

Paroles d’ouvriers, qui subissent de plein fouet le choc des cultures et ne supportent plus la préférence étrangère :

«Les ouvriers en ont marre de ceux qui profitent des avantages sociaux de la France. Moi je suis surtaxé. J’en ai marre des gens qui parlent pas ma langue, qui dealent de la came parce qu’ils ont pas de papiers. Ou qui se font prescrire des cartons de médicaments avec leur carte vitale pour aller les revendre au bled. Ou qui sont au RSA et qui ont trois apparts à Dubaï. Il y a trop de laxisme, pas assez de contrôles sur les fraudes. Si Marine Le Pen gagne, au lieu de 1 000 euros par mois, tu gagneras 1 500 : voilà ce que les gens pensent. Alors même si elle a des casseroles, Marine Le Pen est assise sur un socle solide.»

«Plus on attaque Marine, et plus on se battra. Pourquoi ? Parce qu’on veut qu’en France, ça soit propre.»

«Au contraire ! Il faut la soutenir, être encore plus près d’elle, d’autant que dans tout ça, il n’y a pas eu pour elle un seul euro d’enrichissement personnel !»

«Il y a les camarades de la CGT qui ne disent pas ouvertement qu’ils votent FN mais qui te parlent dès qu’ils le peuvent d’immigration et d’assistés. Tous les jours, si tu prêtes l’oreille, tu en entends un maudire les immigrés “qui viennent bouffer les aides sociales, profiter des logements sociaux, de l’assurance-chômage pendant que nous, on bosse et on a droit à rien”.»

«Ce qui fait la force du Front national chez les ouvriers, c’est que c’est le groupe social qui est le plus hostile à l’immigration et donc, il n’y a pas de surprise à ce que ce soit le groupe social qui soutient le plus Marine Le Pen».

Paroles de paysans étranglés par Bruxelles.

“Dès lors, les paysans sont sensibles au discours protectionniste du Front national et à la dénonciation des méfaits de l’Europe, victimes qu’ils sont du dumping social qui y sévit. Les fruits et légumes français souffrent de la compétition avec les pays du Sud, tandis que l’élevage est victime de la concurrence avec les abattoirs allemands, où travaillent des travailleurs détachés polonais ou roumains pour un euro de l’heure. «La désertification des campagnes, la fermeture des services publics, l’explosion de la délinquance en milieu rural, achèvent d’alimenter un sentiment d’abandon qui nourrit le vote Front National”.

Ainsi, au premier tour de l’élection présidentielle, le dimanche 23 avril, Marine Le Pen est créditée, selon la dernière vague de l’enquête du Cevipof pour Le Monde, de 35 % des intentions du vote agricole, soit un niveau identique à celui que les listes du FN avaient recueilli aux élections régionales de décembre 2015.

«Depuis 2011, on sent une progression importante du vote FN chez les agriculteurs, alors qu’avant c’était un électorat totalement UMP», explique un élu du Front national. Sur le terrain, le discours frontiste séduit, a fortiori en pleine colère et désespérance du milieu agricole. Marine Le Pen martèle son opposition à la PAC, demande l’abrogation de la directive des travailleurs détachés, réclame «du protectionnisme économique». «La PAC est de plus en plus mal perçue. Les agriculteurs ont l’impression qu’elles ne leur profitent plus ou sinon aux grosses exploitations»

« plusieurs agriculteurs du coin votent désormais FN, car c’est le seul parti qui nous écoute et défend des structures de production familiales. Les autres, qui ne jurent que par l’ultralibéralisme et l’agriculture intensive, sont en train d’éradiquer les petits paysans comme nous ».

“Sur France info le 7 décembre dernier, un éleveur de porcs breton expliquait ainsi que cela fait cinq ans qu’il « galère » et que c’est la raison pour laquelle il a voté Front national au 1er tour des élections régionales. Un autre explique de son côté qu’il est « écoeuré » et « en profonde détresse » parce qu’il ne parvient pas à vivre de son travail : « Je vais compter près de 35 000 euros de perte à la fin de l’année et je ne peux même plus me verser un salaire, alors que je bosse douze heures par jour, sept jours sur sept ». Il en conclut ainsi : « Comment voulez-vous qu’on vote pour une gauche et une droite normalisées, qui nous ont laissés tomber depuis vingt ans ? C’est humain de vouloir les sanctionner, non ? ».

Voilà pourquoi Marine va gagner. Parce que des millions de Français ont été lâchement abandonnés et sont moins bien considérés qu’un clandestin chouchouté par le pouvoir.

Il n’y a jamais eu autant de chômeurs et de pauvres qu’aujourd’hui.

Il n’y a jamais autant de déficits et de dettes qu’aujourd’hui.

Pourtant, les multinationales n’ont jamais été aussi riches qu’aujourd’hui !

Et c’est ce système inique que Fillon et Macron entendent maintenir.

Un système que Marine veut pulvériser. Faisons lui confiance.

Jacques Guillemain