1

Célébration de la paresse

 

Enfants qui ne bénéficieront d’aucune attention spéciale

 

Commençons par quelques proverbes, citations et maximes……

Proverbe persan : L’arbre de la paresse produit la faim. (Sauf en France, le public concerné passant actuellement les nuits à se goinfrer)
Si tu dors trop longtemps, la détresse viendra bientôt secouer ta mollesse. (Dictionnaire des proverbes français -1749). (Vous voulez que je vous le dise ? (Sarkosisme) la détresse est encore bien loin !)

La paresse est la sottise du corps (Recueil d’apophtegmes et axiomes -1855). (Sottise ? Je terme est faible. Je préfère stupidité, ineptie, abrutissement)

Pendant que des milliers de parents sont restés – forcés et contraints, car ce n’était pas l’envie de sortir qui manquait – chez eux (souvent en renonçant à une grande partie de leurs revenus (sic)), ont réveillé chaque matin leurs enfants à 8 heures pour commencer les « cours » à 9 heures, d’autres ont préféré faire comme si c’étaient les vacances (je pense ici à tous les foudalas qui ont tellement bâfré pendant la nuit qu’une grasse matinée leur semblait indispensable, et ont laissé leurs gamins roupiller tout à leur aise).

 

En famille, Abdelbassir et Rachida se reposent de leur longue sieste en grignotant des mcheveks

Je ne suis pas juriste, mais à mon avis, il s’agit de négligence, de manque de soin, de manquement aux devoirs parentaux, de foutage de gueule, d’absence de responsabilité envers les personnes que l’on doit surveiller, de défaillance de la parentalité, d’une infraction de la charge éducative, de laisser-faire, d’incapacité à exercer le rôle parental de protection et d’éducation. Et cette liste est largement lacuneuse.

Tous ces délits sont-ils passibles de peine ? Oh que non ! L’Etat va immédiatement les récompenser. Subsides, allocations et assistances sont en préparation.

Je précise que personnellement, je serais aujourd’hui bien incapable d’aider mes petits enfants en mathématiques ou en physique, mais tout à fait en français, j’ai toujours aimé la dictée et la rédaction. Tout adulte en bonne santé est en outre sensé disposer de suffisamment de masse encéphalique pour appeler d’autres parent et organiser des échanges.

Je serais directrice d’école, je pénaliserais ces parents sans le moindre scrupule, je ferais redoubler le gamin. Cela n’a jamais tué personne.

Voici ce que je lis ce matin dans un quotidien : Des pistes de solutions sont mises sur la table pour soulager la « charge » qui pèse sur les « élèves en difficulté » (les rejetons des invités personnels de sa majesté Arrogant premier). « Ce point est d’autant plus important que lorsque ces élèves ne travaillent pas pendant longtemps, ils ont vraiment du mal à s’y remettre ». (Tiens, moi aussi. Quand je n’en fiche pas une date pendant quelques jours, je peine à reprendre ma tâche !) Un exemple très concret de ce changement pourrait se marquer. « Au lieu de faire une rentrée par année scolaire précise, on pourrait faire revenir prioritairement ceux qui ont « besoin d’un travail pédagogique ». (Les paresseux, les fainéants, les glandeurs, les oisifs de naissance). Cela permettrait à tout le monde d’avoir les acquis nécessaires !

Selon les autorités, il convient « d’anticiper une montée en puissance des garderies. Aux publics considérés jusqu’ici comme prioritaires (policiers, commerçants, médecins, infirmiers, pompiers), il s’agira d’ajouter des enfants vivant dans des « conditions sociales compliquées ».

« Par ailleurs, une attention particulière sera portée aux élèves en difficulté scolaire. Les équipes éducatives sont invitées à identifier, au sein de chaque groupe-classe, les élèves qui doivent faire l’objet d’un suivi spécifique en raison de difficultés scolaires ou de besoins d’apprentissage particuliers ».

Et moi, j’ai un besoin particulier de hurler !

Pas d’ordinateur, les pauvres mini-coraniques ? Vous avez déjà aperçu un seul d’entre eux sans portable ? Moi pas, même les enveloppées les plus vieilles, les plus immondes, les plus incommodantes à l’oeil en sont pourvues. Argument irrecevable. A rejeter d’office.

Dans ce pays, on emprisonne les vieux et on libère les prisonniers. On fait besogner les élèves courageux et on récompense les fainéants. Logique à la macron.

On condamne les policiers et on entretient les illégaux aux frais de ceux-là même qu’ils méprisent et veulent supprimer.

Question à monsieur le ministre de l’éducation nationale : Comment inculquer aux enfants le sens des responsabilités ? Vous en faites des assistés à vie.

Et moi, j’ai un irrépressible besoin de hurler !

Mes copines et moi échangeons actuellement des centaines de ouatezappes, souvent de grosses blagues bien poilantes, des vidéos désopilantes, mais parfois des appels à l’aide. Mon amie Mimi, mère de 5 grands garçons, habite dans une maison de ville avec un très petit jardin, m’a écrit il y a 3 jours : nous vivons des temps extrêmement tristes …. J’avoue que mon état de fatigue s’amplifie à vue d’œil sans que personne ne s’en rende compte ici à la maison. J’en pleurerais, mais mes larmes ne viennent même pas.

Mimi n’a pas passé la nuit à engloutir des msemens à la graisse de mouton et des cornes de gazelle. Elle a préparé la journée du lendemain, vérifié que ses enfants disposent bien du programme du lycée, rangé la maison du haut en bas, et s’est écroulée vers minuit, sans pouvoir trouver le sommeil.

Ses garçons ne vont pas bénéficier d’un programme spécial et de l’attention soutenue des professeurs. Son mari et elle pourront bien à leur aise se soucier de l’avenir financier de la famille.

Et moi, j’ai un besoin pressant de hurler !

 Anne Schubert