Centenaire de 1918 : n’oublions pas nos marins et nos aviateurs

Publié le 8 novembre 2018 - par - 30 commentaires - 971 vues
Share
Résultat de recherche d'images pour "photo capitaine guynemer"Résultat de recherche d'images pour "photo capitaine guynemer"
.
Au-delà de la triste polémique concernant Philippe Pétain et l’hommage qui devait être rendu à nos huit maréchaux de France de la guerre 14-18, au-delà du refus de l’exécutif de célébrer la victoire de nos Poilus, pour ne pas froisser Angela Merkel et égratigner l’amitié franco-allemande, il convient, en célébrant le centenaire de l’armistice de 1918, de ne pas oublier nos marins et nos aviateurs, qui furent aussi les artisans de la victoire.
.
Dans un article anonyme, que l’on retrouvera sur le lien ci-dessous, l’auteur nous rappelle qu’il y eut aussi des héros chez les marins et les aviateurs au cours de ce conflit sanglant.
.
.
.
Mais en tant qu’aviateur, il me plaît de rappeler quelques noms de nos héros du ciel qui s’illustrèrent au cours de la Grande Guerre pour devenir les premiers « As » de l’aviation militaire. 
.
Si l’Armée de l’air n’a vu le jour qu’en 1936, l’aviation militaire était déjà bien présente lors de la guerre 14-18, les pilotes étant sous les ordres du commandement terrestre.
.
Avec les exploits de Louis Blériot, qui effectua la première traversée de la Manche en 1909, ou de Roland Garros, qui traversa la Méditerranée en 1913, les Français se passionnent aussitôt pour ces nouveaux héros, ces aventuriers d’un nouveau sport, qui deviendra très vite un métier avec la guerre de 14-18.
.
À l’issue de l’exploit de Blériot, le Daily Mail pouvait titrer : « L’Angleterre n’est plus une île ».
.
Quant à Roland Garros, longtemps resté prisonnier en Allemagne, il totalisera 4 victoires homologuées et sera tué lors de son 5e combat aérien le 5 octobre 1918.
.
Les « As » de la Grande Guerre sont au nombre de 182.
37 d’entre eux sont morts au combat.
Ils totalisent 1 756 victoires homologuées sur un total de 3 950.
.
« Pour obtenir cette prestigieuse appellation, il faut que le pilote totalise au moins 5 victoires homologuées. Cela signifie que l’exploit en vol doit être validé par deux autres observateurs au sol et que l’appareil ennemi soit abattu à l’intérieur des lignes alliées. »
.
Le système d’homologation de victoire français est donc le plus strict de tous les belligérants. Ce qui explique l’écart entre victoires homologuées et victoires totales probables non homologuées (NH).
.
Voici quelques noms parmi ces 182 héros :
.
René Fonck, l’As des As, avec 75 victoires homologuées et 52 probables.
.
Capitaine Georges Guynemer, le héros aux  53 victoires homologuées et 35 probables, mort au champ d’honneur le 11 septembre 1917, à l’âge de 22 ans.
.
Charles Nungesser, 45 victoires homologuées et 11 probables.
.
Georges Madon, 41 victoires homologuées et 64 NH.
.
Maurice Boyau, 35 victoires homologuées, mort pour la France le 16 septembre 1918.
.
Michel Coiffard, 34 victoires officielles, mort au combat le 29 octobre 1918.
.
Léon Baujade, 28 victoires homologuée et 12 NH.
.
Armand Pinsard, 27 victoires homologuées et 6 NH.
.
René Dorme, 24 victoires homologuées et 70 NH ! Tué le 25 mai 1917.
.
Bernard Marny de Romanet, 18 victoires homologuées.
.
Pour conclure, voici ce que dit l’auteur anonyme du lien cité plus haut :
.
« Le jour de la signature de l’Armistice du 11 novembre 1918, sur les quelque 16 000 pilotes brevetés en quatre ans, plus de 5 000 aviateurs français avaient donné leur vie, quelque 50 000 avions et 100 000 moteurs étaient sortis d’usine dont quelque 7 000 appareils étaient encore « en ligne » contre 148 en 1914 (et à peine 200 en 2018…). »
.
Tous ces héros, qui donnèrent à l’aviation de chasse son esprit chevaleresque, méritaient bien qu’on garde en mémoire leur sacrifice pour notre pays.
.
Ils n’ont pas connu les terribles souffrances des tranchées, mais leur courage fut sublime et leur sens de l’honneur exemplaire.
.
Et 100 ans plus tard, piloter un Rafale fait toujours rêver petits et grands.
.
Jacques Guillemain
Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
JEF

Les aviateurs furent injustement oubliés au Défilé de la Victoire de 1919. Pour protester Godefroy passa sous l’Arc de Triomphe avec son avion. Cela lui valut la une des journaux et une suspension de son brevet de pilote. Je possède une photo de l’exploit dédicacée par Godefroy à mon grand-père…

UltraLucide

On continue de les oublier tout aussi injustement et l’auteur de cet article intéressant a oublié Charles Godefroy. Dommage, son geste a été hautement symbolique. Quand vous lisez des ouvrages d’historiens « généralistes » traitant des deux guerres mondiales, vous constatez toujours qu’ils ne mentionnent quasiment pas l’aviation. C’est pathologique. On préfère critiquer la famille Dassault plutôt que de se féliciter d’avoir une aviation au top. C’est très franchouillard.

DUFAITREZ

C’est Vrai ! Les « Poilus du Ciel » sont injustement oubliés, à l’égal des tranchées.
Cet hommage était nécessaire, sans distinction.
Précurseurs audacieux d’une Arme devenue essentielle, Honneur à Eux !

clercophage

Quels sont les coups d’éclat et les victoires de la Marine Nationale en 14-18 ?

Garde Suisse

Après la bataille navale d’heligoland (août 1914) gagnée par la Royal Navy, un blocus très efficace à été mis en place dans la.ler du Nord empêchant les navires prussiens de quitter leurs ports. De plus cette défaite navale à fait perdre beaucoup d’influence aux amiraux auprès de Guillaume II, et peu de crédits seront alloués à la Marine. La Marine Nationale participera au blocus des ports Austro-Hongrois en Adriatique et participera à la bataille du détroit des Dardannelles où plusieurs navires seront coulés à cause des mines. Elle assurera surtout la sécurité des liaisons maritimes entre les colonies et le… lire la suite

UltraLucide
emerillon

Si j’étais Président , air connu !! j’irais demander pardon aux troufions à qui on a imposé la guerre ! partir pour mourir sous menace de désertion . Qui n’étaient que victimes alors qu’on ose les désigner comme héros , eux qui ne voulaient que vivre sans parfois comprendre pourquoi les puissants de cette terre jouaient avec leur peau , et maintenant ils s’aiment en se remplissant les poches ! je n’aimerais pas que mon grand père soit désigné comme héros , j’aimerais surtout qu’on leur demande pardon !! ah oui ! la repentance , mais elles est seulement réservée… lire la suite

Didier Labaune

Un PÉTAIN en 1918 , des péteux en 2018…Ce cher Jacques oublie volontairement le gagnant de Verdun…

Marnie

Oui, il faut rendre hommage à toute l’armée et à tous les vrais français de l’époque qui ont participé ou subi cette guerre.

Gillic

Hé oui, ces gars là étaient d’ une autre trempe que les pignoufs qui nous gouvernent ou qui nous ont gouverné depuis 1918 !!

emerillon

Oui, à part que le troufion qu’on a obligé de partir se faire trouer la paillasse sous menace de mort pour « désertion  » .Ce ne sont pas des héros mais des victimes . Des sacrifiés au nom de politiques qui continuent d’ailleurs de se foutre du peuple en se remplissant les poches ! pardon pour cette trivialité Gillic , mais il est désespérant de penser qu’on va les honorer alors qu’on devrait leur demander pardon !

Vous avez une vision condescendante des Poilus. Il n’y a qu’à lire leurs lettres pour se rendre compte qu’ils étaient fiers de défendre leur patrie.

emerillon

Ce n’est pas le but Florence, une fois sur le terrain avaient ils le choix ? celui de héros plutôt que celui de reconnaitre la vérité ? Mourir en héros n’est il pas plus valorisant , ce n’est pas ce qu’on leur avait inculqué ? Loin de moi une quelconque mépris .

Garde Suisse

Bien que patriote, je rejoins une partie des propos d' »emerillon », j’ai connu mon GP qui avait 20 ans en 1917 et qui est parti au front. Il ne se considérait pas comme un héros, il ne racontait pas d’exploit, il expliquait plutôt combien il avait été heureux d’en revenir sans blessure et vivant. Il avait cette grande pudeur des paysans. C’est lui qui m’a parlé de mon AGP, petit fermier qui a laissé sa ferme en 14 pour répondre à la mobilisation et qui racontait aussi comment cet AGP avec d’autres paroissiens avait rossé les gendarmes lors des inventaires de… lire la suite

Garde Suisse

Suite……
Car ce qu’ils ont enduré bien peu d’entre nous le supporterait. Donc honorons tous les soldats français comme des héros !

emerillon

Je suis patriote Garde Suisse et ç’est pour cela que je fréquente ce site . Oui il étaient discrets Ils sont partis mais avaient ils le choix ? Oui ce sont des héros et je ne veux pas que macrouille s’en serve , c’est comme s’il nous préparait à la prochaine , assez de guignols qui ont le pouvoir sur le peuple . ..

Garde Suisse

Je suis d’accord avec vous Emerillon.

Grandzebre

Cette façon d’arborer un aigle déployé sur le bras gauche serait, quelques années plus tard, beaucoup moins reluisante…

Joël

Ce n’est pas un aigle, c’est une hélice entre 2 ailes.
http://bleuhorizon.canalblog.com/archives/2007/02/24/4117538.html
Vous portez bien votre pseudo.

Renaud Bouchard

« Cette façon d’arborer un aigle déployé sur le bras gauche serait, quelques années plus tard, beaucoup moins reluisante… »
C’était l’ânerie du jour, dite avec talent à propos du portrait de Guynemer.

Renaud Bouchard

Lucie

Et oui l’aigle est partout .. sauf à l’asile …. :-))

UltraLucide

Une petite crise d’antimilitarisme antifa?

jeannot

Tout le monde connaît Georges Guynemer : 53 victoires, mais qui connait René Fonck ; 75 victoires ? Ignoré et oublié car il est resté fidèle à Pétain

Torpillator

il est surnommé l’« as des as » français et alliés !

Le 30 septembre 1917, il [René Fonck] abat près de Dunkerque le pilote allemand Kurt Wissemann, vainqueur quelques jours plus tôt de Georges Guynemer !!

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ren%C3%A9_Fonck

Vincent L.

A mon avis, Guynemer est plus connu du fait de sa mort au combat.

Torpillator

La maquette de l’avion de Georges Guynemer exposée à Ouges :

Le Vieux Charles
comment image

https://www.bienpublic.com/edition-dijon-agglo/2016/11/11/la-maquette-de-l-avion-de-guynemer-exposee

Garde Suisse

Avec également une pensée pour la brigade des fusiliers-marins de l’amiral Ronarc’h composée presqu’exclusivement de marins Bretons, qui fut entièrement décimée entre octobre 1914 et novembre 1915, lors des batailles d’Ypres, Dixmude, l’Yser, où ils combattirent à 1 contre 10 (6 000 français contre 50 000 allemands lors de la bataille de Dixmude). Ils font partie des 125 000 Bretons morts pour la France pendant cette guerre. De bons Bretons qui ne partaient même pas français pour la plupart et qui avaient cousu un Sacré-Coeur dans leurs vareuses en bons Catholiques qu’ils étaient. Ma Doué béniget !

Brocéliande

oui cela est très émouvant et m’arrache des Larmes Patriotiques !

Trannod

il parlait le Français
mais entre eux le Breton
ne pas oublier qu’ils avaient été à l’école et qu’il leur était interdit de parler le Breton dans le sein de l’école…..si non la PUNITION…LA VACHE….les Bretons….. savent ce qu’est la Vache…

Mon GP a fait parti des 125 000….morts pour la France le 06/09/1915

emerillon

Vous me tirez les larmes de yeux Garde Suisse .Et suite à nos échanges , ceux là n’étaient ils pas des militaires , de vrais , ce qui n’enlève rien à leur valeur .