Ces frères éclairés qui craignent la lumière !

Publié le 5 juillet 2010 - par - 314 vues
Share

Petite intrusion, avec commentaires, dans les basses fosses du 16 de la rue cadet, siège du Grand (moyen) Orient de France.

Le Grand Officier chargé de la Laïcité, de la Citoyenneté et de l’Immigration

Compte-rendu de la réunion du 11 juin 2010 des organisations
et associations de promotion de la Laïcité

Jean-Pierre WEISSELBERG remercie les organisations et associations présentes à la réunion de ce jour ainsi que celles qui se sont excusées pour leur absence.

Il propose de modifier l’ordre d’examen des points inscrits à l’ordre du jour de la réunion et d’évoquer en premier lieu le travail réalisé par le collectif présidé par Martine CERF, institué par la précédente réunion, concernant le comportement de l’association Riposte Laïque.

L’association Le Chevalier de la Barre demande que soit avant tout examiné le compte rendu de la réunion de la commission du 4 mai dernier.

Ce compte rendu a été diffusé sur le site Internet de Riposte Laïque. Jean PIRIOU rappelle que son président a, au cours de la réunion du 4 mai, manifesté son désaccord à toute dénonciation par la commission du comportement de Riposte Laïque. Il ajoute que le bruit a circulé que Le Chevalier de la Barre était à l’origine de la remise de ce compte rendu à
Riposte Laïque, ce qu’il dément catégoriquement.

Et en plus ils n’assument pas leurs actes, enfin……………..

Le secrétaire de la commission confirme que l’association Le Chevalier de la Barre a manifesté son désaccord à toute dénonciation des écrits de Riposte Laïque.

Jean-Pierre WEISSELBERG considère la communication dudit compte rendu à Riposte Laïque comme un non-événement. Il donne acte à l’association Le Chevalier de la Barre du désaccord qu’elle a manifesté lors de la réunion du 4 mai au sujet de l’attitude de Riposte Laïque. Il indique que ce désaccord sera consigné dans le compte rendu de la réunion de ce jour.

Martine CERF ajoute que le collectif avait également la charge d’étudier si une réaction aux écrits de Riposte Laïque était envisageable. Elle précise que le collectif a considéré préférable de prendre le temps de la réflexion avant d’agir.

Ou l’on voit qu’il est plus facile de s’attaquer à la chrétienté qu’a l’islam, ainsi :

– Monique VÉZINET informe la commission qu’elle a reçu une lettre du ministre de l’éducation nationale en réponse à la lettre de l’UFAL dénonçant la présence de signes religieux dans les locaux des établissements privés d’enseignement mis à la disposition des rectorats pour l’organisation des examens de l’enseignement public. Le ministre de l’éducation nationale précise qu’il a demandé aux recteurs de veiller au respect du principe de laïcité dans cette circonstance.

Jean-Pierre WEISSELBERG indique que l’UFAL doit être saluée pour cette action.

Pour sa part, Monique VÉZINET tient à saluer les enseignants et syndicats qui n’ont pas cédé dans cette affaire.

C’est vrai qu’il faut saluer la vertueuse attitude de monsieur Teper de l’UFAL, des syndicats d’enseignants qui s’engagent pour le boycott d’Israël, acceptent que des jeunes filles voilées passent le bac, et soutiennent sans réserve Réseau Education Sans Frontière, dont nous ne pouvons que saluer l’action au service de l’intégration des jeunes en situation (provisoirement) irrégulière sur le territoire français, mais ne tolèrent pas que des croix chrétiennes sois mises dans les classes des écoles catholiques.
Et pourquoi pas des minarets dans les mosquées pendant qu’on y est !

Le Comité Laïcité-République indique que le prix de la laïcité sera remis le 16 septembre prochain dans les locaux de la mairie de Paris en présence du maire et que des invitations seront prochainement adressées.

Prix probablement attribuès aux frères Jérome et Jean Tharaud pour leur ouvrage paru en 1924 « l’an prochain à Jérusalem » qui est désormais le cri de guerre du Front de gauche, du NPA, du PS du PCF et de toutes les associations « de jeunes de banlieues » ainsi que les « associations cultuels des 2653 mosquées comptabilisés sur le territoire français.
Enfin un livre qui est un cri fédérateur des francs-maçons, des syndicats d’enseignants, des partis de gauche et quelques uns de droite et des jeunes de banlieue.

Martine CERF ajoute que le collectif avait également la charge d’étudier si une réaction aux écrits de Riposte Laïque était envisageable. Elle précise que le collectif a considéré préférable de prendre le temps de la réflexion avant d’agir.

T’as raison « titine » c’est plus prudent.

Et puis, pendant que nous y sommes, quelques perles éparses qui nous démontrent qu’à l’image de toute la gauche, la Franc-Maçonnerie sombre dans cette notion de remplacement du peuple par un autre plus malléable et surtout un peuple différent qui enfin donnent aux femmes et aux hommes de gauche, aux humanistes et à tous les amis de l’union pour la méditerranée, le sentiment qu’ils sont plus intelligents que ce peuple là.

Ainsi une information lue dans le blog daté du 17 janvier 2010 de la section du parti communiste français, qui le reprend de la revue « Capital » (ça ne s’invente pas) sous le titre :

Jean-Pierre kucheida , Gérard Dallongeville et les francs-maçons

« Dans le Pas-de-Calais voisin, un autre franc-maçon pèse lourd, le député maire PS de Liévin Jean-Pierre Kucheida, préside en effet le conseil d’administration de l’Epinorpa, la holding publique qui gère le patrimoine immobilier des anciennes houillères. Elle détient, entre autres, la société Maisons & Cités, premier bailleur régional avec 65 000 logements.
Comme la section PS de Liévin compte un nombre record de militants (1 300 pour 32 000 habitants), l’homme passe pour une sorte de parrain dans le département.
Sa protection n’a toutefois pas été suffisante pour couvrir son camarade en franc-maçonnerie, Gérard Dalongeville. Celui-ci a été arrêté au printemps dernier et révoqué de ses fonctions de maire d’Hénin-Beaumont, pour détournement de fonds publics, corruption et faux en écriture. »

Ainsi, heureusement, il reste en France une section du parti communiste qui n’a pas oublié la 21e condition, mais a telle oublié la lutte des classes au profit de « la lutte des races » c’est une vrai question.
D’autant que messieurs Kucheida et Percheron (président de la région) furent les administrateurs de l’EPINORPA puis de sa remplaçante, la SOCOMI qui mit la main sur les maisons des corons des charbonnages de France, maisons en partie vendues (à très bon prix) à leurs locataires, souvent, et même très souvent, immigrés.

Poursuivons ce réjouissant voyage par un communiqué comminatoire du 18 décembre 2009.

Les Obédiences signataires fidèles à leur vocation de défense de l’idéal humaniste, sont particulièrement préoccupés par l’expulsion vers leur pays d’origine de neuf Afghans.

Ils rappellent aux pouvoirs publics que ces personnes remplissaient les conditions prévues par l’article L 712-1 du Code de l’entrée et de séjour des étrangers et du droit d’asile pour bénéficier de la protection subsidiaire, compte tenu de la menace grave pesant sur eux en raison de la violence généralisée et du conflit armé que connaît leur pays. Cette reconduite dans un pays en guerre est une violation affirmée du droit imprescriptible de l’homme à pouvoir bénéficier de protection lorsque sa vie est menacée.

Nous demandons aux autorités de l’Etat de surseoir aux procédures d’expulsion en cours et plus généralement de veiller au respect des droits de la personne humaine issus des textes nationaux et internationaux et de renoncer aux expulsions dès lors qu’elles exposeraient la vie d’hommes, de femmes et d’enfants aux faits de guerre, aux atteintes à leur intégrité morale et physique, pouvant aller jusqu’à la mort.

Grand Orient de France
Fédération Française du Droit Humain
Grande Loge Mixte de France

Ce qui est « amusant » c’est en premier lieu, que la France est pour les Afghans une étape pour l’Angleterre et que ces « réfugiés » ont entre 20 et 30 ans , l’âge d’être incorporés dans l’armée afghane et donc qu’ils arrivent en Europe pour échapper à leur incorporation alors que des centaines de soldats occidentaux se font tuer en Afghanistan.
La majorité de ces « réfugiés » sont en outre chargés d’être les têtes de pont de l’arrivée de l’opium transformée en héroïne sur le secteur géographique européens.
Mais, si l’on peut dire, le plus drôle c’est que parmi ces pauvres réfugiés il n’y a aucune femme alors que se sont elles qui sont les premières victimes des talibans en Afghanistan.

Décidemment nos obédience maçonnique manque d’experts en géopolitique comme d’ailleurs en laïcité car aucun communiqué ne condamne monsieur le maire de Dijon, François Rebsamen, qui par « honnêteté » et pour ne pas gêner l’important électorat centriste catholique de sa bonne ville ,s’est mis depuis son élection en congé du GODF.

Mais le plus « allaisien » (style Alphonse Allais c’est ce communiqué :

Dérives communautaristes

Date parution : 17/12/2009

Dans le cadre du débat sur l’identité nationale, la Secrétaire d’Etat à la Famille vient de donner semble-t-il sa vision du « bon » jeune français musulman qui, selon elle, ne devrait pas parler le verlan ni porter une casquette à l’envers, comme si ces attitudes étaient spécifiques à une catégorie de jeunes français plutôt qu’à une autre.

Au-delà du caractère totalement déplacé de ces clichés, qui pourrait finir par ressembler à une obsession anti-jeune chez certains responsables politiques, malgré les démentis toujours opportunément apportés dans le seul but de calmer les polémiques, ces propos discréditent un débat qui devrait au contraire prendre de la hauteur.

C’est très précisément parce que ces risques de dérapage lui semblaient bien réels que les Obédiences signataires ont souhaité d’emblée que toutes celles et tous ceux qui sont attachés à la vision universaliste et républicaine de la citoyenneté et à la liberté absolue de conscience, issues de la philosophie des Lumières, ne désertent pas le terrain de la confrontation des idées mais, tout au contraire, portent haut les valeurs républicaines qui nous rassemblent.

Habitués à s’engager dans la vie de la Cité pour la promotion d’une République généreuse, laïque et solidaire, les Francs Maçonnes et Francs Maçons refuseront toujours les dérives communautaristes et refermées sur elles-mêmes comme la conception anachronique d’une Nation niant la richesse de ses flux migratoires et de sa diversité culturelle.

Les Obédiences signataires appellent solennellement tous les élus à se montrer dignes de leurs responsabilités et à rester fidèles aux principes qui ont fait la République et qui sont aujourd’hui universels : Liberté – Egalité – Fraternité – Laïcité.

Grand Orient de France
Fédération Française du Droit Humain
Grande Loge Mixte de France

Mission Parlementaire sur le port du voile intégral

Le 26 janvier 2010, la Mission Parlementaire sur le port du voile intégral présidée par le Député André Gérin a rendu son rapport et ses recommandations au Président de l’Assemblée Nationale.

Au-delà des polémiques politiques inévitables sur de tels sujets, le Grand Orient de France tient tout d’abord à saluer le travail des Parlementaires qui n’ont cherché à éluder aucune question dans cette problématique difficile où les valeurs de la République sont interpellées.

Le Grand Orient de France rappelle ensuite sa position exprimée devant la Mission Parlementaire : « le port du voile intégral est une atteinte inacceptable aux droits de l’Homme puisqu’il postule une négation absolue de la femme qui le porte au profit d’un symbole d’appartenance à un groupe radical totalement refermé sur lui-même. Le port du voile intégral, qui n’a rien d’un symbole religieux qui appartiendrait à l’Islam, constitue bien un défi lancé à la République dans la conception même d’une société laïque du « vivre ensemble » ne reconnaissant que des citoyens et non des communautés segmentées ».
« Cette analyse est au demeurant totalement en harmonie avec la position adoptée par le Conseil Français du Culte Musulman lors de son audition par la Mission Parlementaire ».

C’est pourquoi le Grand Orient de France s’est prononcé en faveur d’une loi prohibant le port de ces habits dans la sphère publique, comprise comme le lieu où partout doit s’exercer la citoyenneté républicaine à égalité entre les membres de la nation française.

Dans le même temps, le Grand Orient de France considère que la plus grande vigilance doit s’exercer pour éviter toute instrumentalisation de la question du port du voile intégral par certains qui voudraient en profiter pour stigmatiser les musulmans de France.
Le Grand Orient de France appuie également le principe d’une Résolution de l’Assemblée Nationale réaffirmant à cette occasion les valeurs républicaines et notamment le fait que la liberté de conscience ne peut s’exercer que dans le respect du principe de laïcité.

C’est la raison pour laquelle le Grand Orient de France soutient la proposition de mise en œuvre de l’Observatoire de la laïcité créé en 2007 et qui devrait enfin permettre d’établir une veille publique utile à l’évolution de ces questions dans la société française.
Toutefois, le Grand Orient de France tient à marquer sa désapprobation devant un des points mentionnés dans le rapport de la Mission qui reprend l’une des recommandations du Rapport Machelon et qui concerne le contournement éventuel de l’article 2 de la loi du 9 décembre 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat, en matière de financement des lieux de culte. « Il existe d’ores et déjà des dispositifs juridiques qui permettent de répondre au souci, légitime, de l’exercice du culte dans des lieux décents », sans chercher à remettre en question la loi qui constitue un pilier fondamental de la laïcité en France.

1er février 2010

Mais pour en finir , et pour une fois, donnons raison à messieurs Eyschen et Blondel ;

Paris le 19 décembre 2006

Monsieur Jean-Louis Debré, président de l’Assemblée nationale

Monsieur Bernard Accoyer, président du Groupe parlementaire de l’UMP

Monsieur Alain Bocquet, président du Groupe parlementaire Communistes et Républicains

Monsieur Hervé Morin, président du Groupe parlementaire de l’UDF

Monsieur Jean-Marc Ayrault, président du Groupe parlementaire Socialiste

Monsieur le Président,

La Fédération nationale de la Libre Pensée a l’honneur de solliciter de votre haute bienveillance une entrevue afin de vous demander d’engager une action législative visant à abroger la loi pétainiste du 25 décembre 1942, toujours en vigueur aujourd’hui.
La loi du 9 décembre 1905 de séparation des Eglises et de l’Etat fait partie du socle républicain ; des dizaines de milliers de citoyennes et de citoyens l’ont rappelé tout au long de l’année du centenaire et singulièrement lors de la grande manifestation nationale du 10 décembre 2005 et des Etats généraux de défense de la laïcité du 9 décembre 2006.
Le maréchal Pétain a, en son temps, profité de l’effondrement de la République et de l’occupation du pays pour tenter de redonner au clergé, qui soutenait l’Etat collaborationniste, des avantages matériels interdits par l’article 2 de cette loi.
C’est du 25 décembre 1942 que date, par provocation, une loi de Vichy qui prévoit, s’agissant des associations cultuelles : «ne sont pas considérées comme subventions les sommes allouées aux édifices affectés au culte public, qu’ils soient ou non classés monuments historiques.» Cette loi qui a gravement altéré l’article 19 de la loi du 9 décembre 1905 n’a pas été abrogée à la Libération. Elle n’est toujours pas abrogée. C’est une loi de la Collaboration qui s’applique en lieu et place de la laïcité !
Cette loi permet l’entretien des centaines d’édifices cultuels construits depuis 1905 et qui enrichissent le patrimoine privé des religions. Cette loi est aujourd’hui utilisée pour mettre à la charge des deniers publics une partie des sommes nécessaires au financement des édifices cultuels construits par telle ou telle religion, dont les protecteurs politiques financent ensuite l’entretien par le biais de ces subventions pétainistes.
Des milliers de citoyens ont soutenu cette demande démocratique et laïque visant à défendre le principe de séparation des Eglises et de l’Etat. C’est pourquoi nous sollicitons une entrevue afin de vous exposer cette revendication laïque et connaître votre sentiment sur cette question.

Recevez l’expression de notre haute considération et de notre profond attachement à la laïcité institutionnelle.

Le Secrétaire général de la Libre Pensée, Christian Eyschen

Ainsi, contrairement à ce que nous imaginions, les municipalités socialistes ou non qui aident à la construction de mosquée ne sont pas en contravention avec la loi mais respectent à la lettre la loi pétainiste.

Ah les braves gens, mais pourquoi personne ne les as prévenus que la guerre était fini et que ce n’était pas les Allemands qui avaient gagnés.

Michel Laroue

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.