Ces graffeurs qui appellent impunément à l’insurrection noire

Publié le 4 juin 2020 - par - 13 commentaires - 1 438 vues

Zemmour voit juste : les islamo-gauchistes tentent d’importer sur le sol français la guérilla ethnique qui sévit aux États-Unis. La mort de Georges Floyd, que l’on tente de mettre en parallèle avec celle d’Adama Troré, en fournit le prétexte. Comme si les deux affaires pouvaient être comparées !

C’est ainsi que le 2 juin 2020, jour du déconfinement, Paris a connu de nouvelles violences urbaines devant l’emblématique Palais de Justice de la porte de Clichy. Ces idiots de racailles ne se rendent même pas compte de la mansuétude de la justice à leur égard, tandis qu’elle condamne fermement tout propos allant à l’encontre du politiquement correct. Combien de fois des rappeurs ont été relaxés malgré des propos explicitement racistes à l’égard des « Blancs », voire des appels au meurtre ! On se souvient de Nick Conrad appelant à « tuer des bébés blancs » ! Pourtant ces « artistes » peuvent être écoutés sur les ondes communautaristes en toute tranquillité.

Si la musique contribue depuis longtemps à propager la culture victimaire et la haine de la société, les visuels, qui font moins parler d’eux, sont tout aussi nocifs. Pour preuve, les peintures murales qui diffusent aux passants des messages plus que douteux, avec la complicité explicite ou tacite des pouvoirs publics. Nous sommes face à un minutieux et sournois travail de formatage des esprits. Il s’agit d’habituer les gens à l’idée qu’il existe une violence légitime et de gagner à terme, leur sympathie, voire leur soutien.

Des graffeurs usent donc de leur talent pour mettre en scène des situations de répression et d’appels à la révolte, tout en se réclamant, pour faire bonne figure, de célébrités internationales comme Martin Luther King ou Rosa Parks, qui a d’ailleurs donné son nom à un quartier du XIXe arrondissement. Encore un signe du mondialisme qui tend à accréditer l’idée les situations sont les mêmes en France ou en Alabama…

J’ai entendu parler de « Black lives matter » en me promenant précisément du côté de Rosa Parks. Au passage, un quartier pas plus black que les autres, malgré le grand nombre de logements sociaux. De longs murs clôturant, rue d’Aubervilliers, les entrepôts Tafanel ou rue Ordener, les terrains de la SNCF, sont des espaces d’expression idéaux pour les graffeurs.

De quoi s’agit-il ? D’abord, un slogan dont la traduction serait : « les vies des Noirs comptent » (comme si elles n’avaient jamais compté !) mais c’est aussi le nom d’un mouvement afro-américain créé en 2013, suite à des interventions qui ont mal tourné, pour protester contre les discriminations exercées par les forces de police sur des critères raciaux, avérés ou supposés. L’idéologie mondialiste des graffeurs venant s’entraîner sur les murs de Paris, s’accommode à merveille de l’english ! Black Lives matter, no limits, peace out, etc.

 

Le but : faire croire à un universalisme de la discrimination policière en matière de répression. C’est oublier un peu vite que les personnes énucléées par la police française pendant les manifestations de Gilets jaunes n’étaient ni noires ni jaunes ni arabes. Et voilà Castaner, faisant le jeu des communautaristes, qui ose dire, au moment des événements de la porte de Clichy, qu’il faudra réprimer sévèrement les bavures policières, sous-entendu quand elles concernent la diversité !

Il y a eu en 2015 le projet d’une grande fresque de 500 m de long, rue d’Aubervilliers, avec pour thème : « la lutte contre les discriminations et pour l’égalité ». On trouve, parmi les partenaires du projet, la SNCF, les mairies du XVIIIe et du XIXe, la Ville de Paris, la préfecture de police, avec un budget dit « participatif » de la Ville de Paris et même un financement de l’ambassade des États-Unis ! Il faut dire que c’était l’époque où Obama était Président.

   

Puis on a vu quelques années plus tard, en 2018, de nouvelles fresques beaucoup plus engagées : scènes hostiles à la police, glorification du rebelle, désignation de cibles comme les banques ou les policiers, exhibition d’armes de combat, que ce soient des armes blanches (couteaux, frondes), des armes à feu (kalachnikovs) ou des explosifs artisanaux (cocktails Molotov). Des protestations officielles ? Aucune !

   

  

   

Alors qu’une banderole éphémère, sur le toit d’une mosquée en construction, à Poitiers, fait l’objet de lourdes condamnations pénales, les appels à la violence au cœur des villes s’offrent aux passants en toute impunité, que ce soit rue Ordener, rue d’Aubervilliers ou sur le pont Riquet. Et si l’on se promène rue Francis de Pressensé, à proximité du Stade de France, ce sont de véritables scènes de guerre qui sont représentées.

Quant aux gauchistes, ils ne se privent pas non plus d’utiliser le mobilier urbain pour donner directement leurs consignes : squatter les biens d’autrui ou détruire les caméras de surveillance pour ne donner que ces deux exemples. Les autorités laissant faire, les Antifas,  alliés des mondialistes et de l’anti-France,  pourront en récolter les fruits en toute sérénité.

   

Hector Poupon

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
POLYEUCTE

Peindre un Tag mérite un Flag ! (Flagrant délit).
“Peindre et se plaindre en affichant sa Couleur ?,” Palette à deux seules couleurs…
Ajouter des armes ? Prédestination coupable !

Eric des Monteils

Dans ma région, on abat un sanglier à la lunette d'”une montagne à l’autre, à 300m. et un sanglier, çà courre plus vite que les raclures qui prétendraient faire les beaux dans le coin ! D’ailleurs, on n’en voit aucun. Bizarre.

Mistine

Malheureusement si les français se révoltaient contre la tyrannie et la haine de ces immigrés ce serait considéré comme de la persécution simplement parce qu’ils représentent des minorités. Ils le savent et ils veulent nous pousser à la haine pour qu’ils puissent dire que nous sommes racistes et justifier leurs propre haine, c’est un cercle infernal. La seule solution est qu’ils retournent dans leur pays d’origine car nous sommes quand même chez nous. Nous n’avons qu’une patrie!

Fleur de Lys

Le Zoom avec Bruno Gollnisch : »Je vous donne la liste des mensonges d’Etat des Etats-Unis et de la France ! » (VIDEO TVL)

https://www.tvlibertes.com/le-zoom-avec-bruno-gollnisch-je-vous-donne-la-liste-des-mensonges-detat-des-etats-unis-et-de-la-france

Christophe L

La culture hip-hop véritable fléau importé de New-York en France par l’infâme Jack Lang début 80, des milliards d’euros sous forme de subventions depuis 40 ans pour en faire sa promotion, cette sous-culture de gauche cosmopolite à détruit l’identité de plusieurs générations de jeunes français européens pour les emmener dans des voies de garages stériles en les sacrifiants sur l’autel de l’immigration afro-arabo musulmane.

jeannot

De plus, que vient foutre le rappeur rost sur tous les plateaux de TV ? S’il n’est pas content, qu’il se barre dans son pays !
Pourquoi les laissent t’ils impunément vomir leur haine sur la France ?
Tous complices !

beto 1

L’engeance journalistique gauchiâsse a besoin d’audimat ……

zéphyrin

c’est un appel qui sera peu suivi ; on ne réveille pas l’ours qui dort.
par contre c’est un chantage à demi mot ; allez un gros effort sur la discrimination positive, sinon, vous avez aimé nos manifs ?, vous allez adorer la suite…

Philibert

ils peuvent manifester autant qu’ils le veulent et graffer tous les murs de France lis n’obtiendront jamais ce qu’il leur fait le plus cruellement défaut à savoir l’intelligence et l’amour du beau

meulien

est ce que les gilets jaunes se redent compte de la difference de traitements?…..je n’entends rien!

marion

Tu les prends pour des blaireaux qui ne comprennent rien??? dis nous TOI on fait quoi????

PHIPHI

c’est bien, avant d’avoir les yeux crevés, car c’est bien un ordre à double sens, quelques personnes commencent à comprendre l’évidence et nous évite le discours délirant et malsain défendant la mort de raclures

Lohengrin

Merci M. Poupon pour votre excellent article. J’ose dire que cette expression dite “artistique” n’est que la conséquence de cette ” culture” introduite maintenant depuis 30 ans par des groupes africains de chanteurs, danseurs … . Cette dite culture admirée par des enfants de petits blancs gauchistes qui vont se trémousser les fesses dessus !
Quand retrouverons nous une distinction entre la notion de culture qui fait grandir l’homme avec celle qui le ramène à sa simple animalité !!

Lire Aussi