Ces musulmans qui ne disent pas tout sur le Coran

Qu’est ce que c’est beau de vivre dans un pays libre comme la France, d’être journaliste, anthropologue ou islamologue et d’être contre les islamistes ! La chaîne ARTE est toute fière de vous consacrer tout une soirée Théma au titre bien racoleur : « Ces musulmans qui disent non à l’islamisme ».

Cette émission présentée le mardi 28 août 2007 s’articulait autour de deux « fictions » et d’une discussion. Même s’il s’agit de documentaires, selon la chaîne franco-allemande, je démontrerai ici qu’il s’agit bien de vidéos où on nous raconte aussi des histoires.

20h45 – 21h30, 1ère histoire : Un homme en colère, portrait de Mohamed Sifaoui. Réalisateurs : Fabrice Gardel, Antoine Vitkine.

Mohamed Sifaoui est un militant progressiste comme la France les aime. Elle est subjuguée face à eux presque autant qu’elle l’était dans ses hallucinations dictatoriales prolétaires. M. Sifaoui est, à n’en pas douter, un militant courageux. Il a témoigné aux côtés de Charlie Hebdo et nous a livré des enquêtes qui mettent à nu des manipulations par des imams : cas des caricatures danoises par exemple. Mais, était-il vraiment nécessaire de nous présenter une sorte d’épopée où les réalisateurs ne montrent pas un seul défaut de notre militant ? Exemple : au tribunal et devant caméras, M. Sifaoui défend Charlie Hebdo en disant que c’est bien les islamistes et le régime saoudien qui associent l’islam à la violence en affichant, entre autres, un drapeau où le credo islamique est souligné par un sabre dégainé. C’est la vérité, mais ce n’est pas TOUTE la vérité à laquelle l’engage son sermon devant le tribunal républicain : le sabre est bel et bien le moyen qui a permis à la famille Saoud ET à notre prophète Mahomet de conquérir l’Arabie. D’ailleurs, les Saoud sont plus modestes puisque le Yémen, Oman et les émirats du Golfe échappent à leur contrôle.

21h30-22h15, 2ème fiction : Le prophète Mahomet et les femmes. Réalisateurs : Lila Salmi, Malek Chebel.

Pour contrer, soi-disant, les islamistes, les producteurs musulmans de cette vidéo nous présentent un prophète qui aime les femmes et qui se serait battu pour améliorer leur condition. On pourrait dire ironiquement qu’il les aimait tellement qu’il en a épousé une douzaine à la fois, alors qu’il est resté fidèle à sa première femme, tout le temps où il n’était pas chef de communauté et de razzias. Nos mystificateurs islamologues et apprentis vidéastes oublient de dire TOUTE la vérité : Mahomet « aime » ses femmes à tel point que ses neuf veuves seront interdites de remariage. Le coran les déclare « mères des croyants ». Nos soi-disant militants anti-islamistes oublient par la même occasion d’expliquer que c’est bien cette tradition, propre au prophète, qui a été perpétuée par les califes musulmans jusqu’aux Ottomans et même, paraît-il, jusqu’à Hassan II, avant-dernier roi du Maroc. Nos preux militants anti-islamistes oublient par la même occasion de rappeler que le prophète a manifesté une colère bleue lorsque son gendre Ali avait exprimé son intension d’épouser une deuxième femme. Le prophète aurait dit qu’il ne pouvait admettre que sa fille soit humiliée de la sorte. Deux poids, douze mesures !

22h15-22h42 : Débat animé par Daniel Leconte

Malgré cela, positivons et félicitons nous du choix fait par ARTE pour ses trois invités qui ont su élever le débat. Aussi bien Mme Lale AKGÜN que MM. Saïd SADI et Abdennour BIDAR ont été à la hauteur et osé parler vrai. M. Sadi nous a bien éclairés sur la responsabilité commune et de la « Révolution algérienne » et des islamistes dans la concurrence régressive vers l’islam des ténèbres. Mme AKGÜN, députée au parlement allemand, a bien insisté sur la nécessité d’éduquer nos enfants musulmans, ici et maintenant, à la démocratie et au respect des autres, choses qu’ils auront du mal à trouver dans notre islam d’origine. Quant à M. Bidar, Auvergnat et professeur de philosophie, il a été assez clair en disant qu’il était nécessaire de déclarer caducs tous les versets coraniques incompatibles avec la déclaration des droits de l’homme. Voilà donc un honnête homme comme on les aime !

En résumé : tant que des soi-disant militants feignent d’oublier de flagrantes et évidentes vérités de mon histoire islamique, ils ne seront que de faux témoins aussi bien de notre temps et des temps anciens. Et tant qu’ils ne s’attaquent pas aux fondamentaux de la pensée liberticide inscrite noir sur blanc dans l’islam=coran+Mahomet, ils ne feront que déambuler autour du pot sacré tout en amusant la galerie télévisuelle.

Mohamed Pascal Hilout

nouvel-islam.org

image_pdfimage_print