1

Ces perturbateurs ne sont pas mis en examen, contrairement à moi !

Je ne dirai pas « dans quel monde nous vivons », mais dans « quel pays nous vivons » car, dans d’autres pays cela ne se passerait pas de la même manière, puisqu’il n’existe pas une justice à « deux visages ».

Un journaliste, Taha Bouhafs, indique sur son tweet : « 21 h, je suis actuellement au théâtre des Bouffes du Nord (métro de La Chapelle) 3 rangées derrière le président de la République, Emmanuel Macron. »

Suite à ce tweet, des manifestants sont arrivés et une mini émeute s’est produite et ces manifestants ont dû être expulsés manu militari.

Aucune mise en examen pour ce journaliste.

Des membres de la CGT Énergie du Val-de-Marne privent 30 000 habitants de courant électrique et notamment Rungis et toute sa chaîne alimentaire, ainsi qu’un site classé « Seveso », avec tous les risques que cela comporte.

Cette action a été revendiquée par Franck Jouanno et cela a été considéré comme un acte de malveillance avéré par EnedisS, qui, peut-être, portera plainte.

Aucune mise en examen pour ces perturbateurs.

Une adolescente est menacée de mort par des milliers d’individus « pour avoir insulté l’islam » et un membre du CFCM, Abdallah Zekri, qui dirige l’observatoire national contre l’islamophobie, se permet de déclarer : « Je dis que cette fille, elle sait très bien ce qu’elle fait. Qui sème le vent récolte la tempête. Cette fille elle sait ce qu’elle a dit. Elle a pris ses responsabilités. Maintenant, elle assume les conséquences de ce qu’elle dit. Les propos qu’elle a tenus, je ne peux pas les accepter. »

Quelles sont les conséquences que cette jeune fille de 16 ans devra assumer ? Des agressions violentes et, pourquoi pas, être violée ou assassinée ? Est-ce cela qu’a voulu exprimer ce responsable du CFCM ?

Aucune mise en examen pour de tels propos incitant à la vengeance.

Tous ces individus n’ont pas été mis en examen pour leurs actes et leurs dires, combien plus répréhensibles que le mien, si tant est qu’il le soit ! Car je rappelle que moi, à l’âge de 88 ans, j’ai été mis en examen pour la première fois de ma vie ! 

https://ripostelaique.com/journaliste-depuis-1959-je-suis-mis-en-examen-a-88-ans-une-premiere.html

Maître Jean-Yves Leborgne, lors de son remarquable débat avec Éric Zemmour, a précisé la droiture de la justice française. En est-il réellement conscient ? Que pense-t-il de ma mise en examen pour avoir publié un article, repris sur des médias nationaux, comme La Dépêche du Midi ou Valeurs Actuelles, et bien d’autres, sans nommer les intéressés ?

Ne peut-on considérer qu’il s’agit là d’une « mise en examen » abusive car injustifiée ? Une sorte d’abus de pouvoir de ce magistrat du TGI de Toulouse ?

Je souhaiterais savoir ce que pourrait en penser la ministre de la Justice, Nicole Belloubet ?

Il me semble qu’un rappel à la loi s’imposerait, non ?

Manuel Gomez