Cessez, Monsieur Fontaine, de vous prévaloir de la couleur de votre peau pour être élu

Monsieur,
Je viens d’entendre votre interview sur le site oumma.com.
Permettez-moi tout d’abord de vous rappeler que M. Obama n’est pas
noir, mais métis. Qu’il est ensuite le pur produit de l’intelligentsia
américaine; il est avocat d’affaire issu des meilleurs universités
américaines…
« L’Obamania » à laquelle vous faites référence n’est en aucune manière
liée au fait que M. Obama soit « noir ». Il a été élu parce que les
Américains « blancs », « hispanophones », « asiatiques », « noirs », « métis »
etc etc.. l’ont considéré comme le meilleur, point. Et il se trouve
que l’élu est métis: point.
La « victoire » est précisément que cet « aspect » ne revêt aucune espèce
d’importance !
En revanche il est assez insupportable de constater que vous présentez
votre candidature « en récupérant » le phénomène Obama qui est bien autre chose que ce que l’on a si facilement et assez sottement présenté en Europe comme étant un vote de promotion de la « diversité ».
La récupération qui en est faite ici en Europe est assez ridicule.

La couleur de votre peau n’a aucune espèce d’importance. Ce n’est et ce
ne doit en aucune manière être un critère de choix ! S’en prévaloir
comme vous le faites est totalement contraire aux principes
républicains. Seuls comptent votre projet et votre compétence.
A ce compte-là on pourrait aussi se demander qu’elle est la
représentativité des Corses, des Bretons, des Lorrains, des Basques, à
l’Assemblée Nationale ?
Ce pays n’en est heureusement plus là. Alors de grâce, cessez par ce
type de discours autant obsolète que démagogique de contribuer à le
faire régresser.
En revanche, si vous souffrez de quelque discrimation que ce soit du
fait de la couleur de votre peau, il s’agit d’un phénomène de racisme
dont la France n’est malheureusement, ni plus ni moins que tous les
pays du Monde, pas à l’abri.
Il existe fort heureusement dans le nôtre un arsenal juridique pour
vous en défendre.
Mais de grâce, cessez de tout confondre.
Avec mes sentiments distingués.
Jean-Luc Menet

image_pdf
0
0