C’est dans les mosquées qu’on apprend à tuer au nom d’Allah

Afin d’en finir avec les attentats meurtriers dans les mosquées commis au nom d’Allah, celui qui tue et non qui sauve, n’est-il pas grand temps de conseiller aux musulmans du monde entier s’ils tiennent à leur vie, de ne plus jamais aller prier dans les mosquées ?

Aller prier dans une mosquée c’est signer son arrêt de mort. Des milliers de victimes innocentes laissent leur vie dans les mosquées et leur nombre ne va certainement pas diminuer. Et ce n’est pas la violence galopante qui gangrène les sociétés musulmanes qui va faire que ces attentats vont se circonscrire d’eux-mêmes. Avec la course au gigantisme des mosquées dont certaines peuvent accueillir des dizaines de milliers de fidèles, il n’est pas exclu d’assister à des attentats qui dépasseraient en horreur ceux du 11 septembre 2001. Tous ces attentats doivent faire réfléchir les musulmans sur le vrai sens de leur théologie et si en effet, le ver était dans le fruit qui prend de plus en plus le goût amer de la mort. Est-ce que ce n’est pas un juste retour du bâton ? Car à force d’éduquer les gens dans la haine, le fanatisme, la violence, l’intolérance et de transformer les mosquées en tribunes de propagande idéologique, du djihad pour la conquête du monde, d’inoculation aux musulmans du virus coranique, du racisme, de l’antisémitisme et de l’extermination des non-musulmans, voire des musulmans aspirant à vivre en paix avec le reste du monde, cela a des conséquences.

Quand leurs imams et leurs prédicateurs, qui ne font que rapporter fidèlement la bonne parole coranique et rapporter les Hadiths ou se référant à la Sira du prophète, soufflent nuit et jour sur la braise des brindilles de la mort, se sont-ils un jour émus par une telle litanie digne de l’idéologie nazie. Vont-ils persister et signer qu’il n’y a pas de corrélation entre l’islam et la violence ?

Admettre aussi que leurs mosquées sont devenues des hauts lieux d’hooliganisme meurtrier, un nouveau stade Heysel en pire.

Leurs mosquées ressemblent de plus en plus à une caisse de résonance, qui fait écho à cette violence qui les irrigue et les nourrit.

Que les musulmans arrêtent de se voiler la face et de crier à l’islamophobie dont ils sont l’objet extérieur qui suscite peurs, craintes et angoisses chez les non-musulmans.

L’islam tue y compris dans ses propres sanctuaires à la différence de toutes les autres croyances. Jamais ils ne le reconnaîtront comme ils ne mettront jamais leur religion sur le banc des accusés pour incitation au génocide, aux crimes de guerre et aux crimes contre l’humanité.

Cette violence n’a aucun caractère exogène, est seulement liée à leur religion, ne leur en déplaise. Elle est la source-mère du tourbillon boueux qui est en train de les emporter dans les fonds abyssaux de leur marécage contaminé par les déchets radioactifs de la barbarie humaine.

Les musulmans avec tous les attentats-terroristes qui rythment leur quotidien sont-ils enfin en train de récolter ce que leur religion a semé en eux comme graines irradiées et nocives à la vie humaine ?

Que les musulmans fassent leur examen de conscience et avouent que si les terroristes auteurs de ces actes horribles et effroyables ne s’étaient pas cru à l’abri du courroux d’Allah et de son prophète, les auraient-ils perpétrés ? Parce qu’ils sont forts de cette impunité théologique au point qu’ils peuvent donner libre cours à leurs pulsions meurtrières.

L’islam n’est-il pas justement la seule religion au monde qui sanctifie la violence et la récompense ?

Salem Benammar

image_pdfimage_print