C’est en Alsace que la vie est la plus belle pour les musulmans de France

Strasbourg, ville « muslim-friendly »

Heureux comme Allah en Alsace.

L’Alsace est-elle vraiment un paradis pour les musulmans ?

En 2006 la population originaire de pays à tradition musulmane était estimée entre 80 et 100 000 personnes, soit 4 % de la population totale. Plus de la moitié est issue de pays du Maghreb, 30 % de Turquie et 10 % d’Afrique subsaharienne et du Moyen-Orient. En 2012, Saïd Aalla, président de la Grande mosquée de Strasbourg, annonce 140 000 à 160 000 fidèles (dont 40 000 à 60 000 dans l’agglomération de Strasbourg). La répartition par origine n’a pas changé. Selon le conseil régional du culte musulman d’Alsace (CRCM), il y a aujourd’hui entre 150 000 et 200 000 musulmans qui fréquentent les 120 lieux de culte recensés en Alsace. Les musulmans arabes, turcs et africains représenteraient 10 % de la population alsacienne. Il est aussi à noter que 55 % des étrangers vivent en dehors des grandes villes. Rien que ces chiffres montrent que les musulmans se sentent bien en Alsace… en quinze années leur nombre a pratiquement doublé ! L’immigration, en progression constante dans les grandes villes alsaciennes, atteint presque le niveau des banlieues parisiennes de Seine-Saint-Denis [1] .

Statistiques

« Aux croyants et aux croyantes, Allah a promis des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, pour qu’ils y demeurent éternellement, et des demeures excellentes… » [coran 9,72]. L’Alsace ne serait-elle pas ce paradis promis par Allah aux musulmans… mais sur terre.
Louis XIV n’avait-il pas dit : « Quel beau jardin !  » en découvrant l’Alsace, il répétait alors les mots de César qui devant l’opulence du terroir aurait dit : « Optimus totius Galliae », le meilleur de toute la Gaule.

Les musulmans se sentent-ils mieux en Alsace qu’ailleurs en France ? C’est fort probable, car en Alsace, mais aussi en Moselle, subsiste le Concordat [2] qui est utilisé par certains musulmans comme un véritable cheval de Troie et ceci avec l’aide d’une partie de nos élus et islamos-collabos toujours prêts à satisfaire d’éventuels électeurs. Avec le vote des musulmans, il est possible d’infléchir la balance et toutes les promesses sont bonnes à faire, même celles qui sont nuisibles pour l’avenir de l’Alsace et de la France.

Quant aux musulmans, ils sont prêts à signer n’importe quel texte spécifiant qu’ils respecteront la laïcité, les valeurs de la république, la démocratie…, le problème est qu’ils ne perdent pas de vue leur objectif principal qui est la déstabilisation de la démocratie en vue d’instaurer un régime islamique et de rétablir la charia. Quand on a affaire à des musulmans, ce qui compte n’est pas ce qu’ils disent, mais leurs intentions réelles. Certains imams réclament aujourd’hui le bénéfice des privilèges concordataires.

Le concordat, véritable cheval de Troie !

cheval de Troie

Le concordat de 1801 conclu entre Pie VII et Bonaparte restera en vigueur jusqu’en 1905, date à laquelle il n’est plus reconnu par la France après le vote de la loi de séparation des Églises et de l’État, sauf en Alsace et en Moselle qui en 1905 étaient alors rattachées à l’Empire allemand. Ce concordat ne concerne que les quatre cultes installés en 1801 : catholique, protestant luthérien, réformé, israélite. L’islam n’y est pas intégré, preuve qu’il n’était pas présent à l’époque ou alors de façon très marginale. Les musulmans veulent prétendre le contraire, mais l’histoire ne leur donne pas raison.

Outre la rémunération des ministres des Cultes par l’État [3] , c’est-à-dire les prêtres, les évêques, les pasteurs et les rabbins, le Concordat permet aussi l’enseignement religieux à l’école ou des cursus de théologie protestant et catholique aux universités de Metz et Strasbourg. Ce n’est pas tout : la loi du vicomte de Falloux, qui date de 1850, s’applique encore en Alsace-Moselle. L’enseignement religieux reste obligatoire à l’école publique et les familles des écoliers qui souhaitent y déroger doivent obtenir une dispense. Chaque élève se trouve ainsi fiché selon son appartenance religieuse, sans que cela ne choque aucun bien-pensant. La CNIL a validé ce fichage en 1995.

Si le culte musulman n’est pas reconnu par le régime concordataire, il jouit malgré tout de nombreux avantages dont il ne pourrait bénéficier dans le reste de la France où est appliquée la loi de 1905. Mais les élus savent aussi la contourner en transformant le cultuel en culturel comme le sait si bien faire Madame Hidalgo [4] . C’est donc par ce régime d’exception qu’une mosquée, ou n’importe quel autre bâtiment religieux en Alsace et Moselle peuvent se faire financer. Pour cela, les musulmans peuvent s’organiser en association de droit local alsacien-mosellan et recevoir des subventions, puisque le financement des cultes est autorisé.

C’est ainsi que les municipalités usent du droit local des cultes alsacien-mosellan pour intégrer les cultes non concordataires. La « jurisprudence strasbourgeoise » — édictée en 1999 sous Catherine Trautmann qui avait d’ailleurs proposé qu’on élargisse à l’islam le statut concordataire dans un soi-disant « souci d’égalité » — permet de financer des lieux de culte à hauteur de 10 % de leur coût par la mairie. Les mairies peuvent aussi faciliter l’obtention de terrains via des baux emphytéotiques (bail immobilier de très longue durée), modifier le plan local d’urbanisme pour permettre les activités cultuelles… et mettre en place des menus hallal dans les cantines scolaires. À Strasbourg 25 % des élèves prennent des menus hallal… mais les autres élèves doivent se soumettre aux contraintes du hallal [5] . Tout cela n’est possible que grâce au concordat !

C’est pour cette raison que les musulmans, mais aussi les islamophiles de tous bords, souhaitent que le Concordat puisse s’appliquer dans toute la France. Par exemple, Jacques Fernique (EELV) sénateur du Bas-Rhin veut aussi élargir le Concordat à l’islam… au nom « du principe d’égalité entre les cultes ». M. François Grosdidier avait même déposé le 29 juin 2006 un projet de loi visant à intégrer le culte musulman dans le droit concordataire d’Alsace et de Moselle.

Vraiment la vie est plus belle pour les musulmans en Alsace que dans le reste de la France

Pour s’en rendre compte, il suffit de regarder les sommes gigantesques investies, sans contreparties, par l’État et les collectivités locales dans la construction de lieux de culte. L’exemple de la grande mosquée de Strasbourg est édifiant.

« Quiconque construit une mosquée en souhaitant l’agrément d’Allah, il lui en sera construit l’équivalent au Paradis » [rapporté par Boukhari]

Le coût initial de cette « mosquée-cathédrale » au toit de cuivre, qui est l’une des plus grandes de France, était de 8 700 000 euros, mais le coût final se monte à un plus de 10 millions d’euros ce qui a entraîné mécaniquement un coût supplémentaire pour les collectivités. Elle a été inaugurée le 27 septembre 2012 en présence de nombreuses autorités locales, nationales, européennes et étrangères [6] .

Grande mosquée de Strasbourg

Financement mosquéeLe dossier de presse de la mosquée de Strasbourg, paru en 2012, donne des indications précises sur le financement :
– Dons des fidèles : 2 490 000 €
– Subventions des collectivités territoriales 2 229 400 € : dont la ville de Strasbourg : 858 400 € ; Conseil Régional : 685 500 € ; Conseil Général : 685 500 €.
– Subventions étrangères : 5 334 000 € dont Maroc : 3 934 000 € ; Arabie saoudite : 900 000 € ; Koweït : 500 000 €.

Mais si on tient compte également du fait que le Code général des impôts aux associations cultuelles d’obtenir des avantages fiscaux comme la déductibilité des dons des personnes physiques ou morales (ce qui revient à faire cofinancer le « denier du culte » par l’État à hauteur de 60 % à 66 %), l’exonération de la taxe foncière pour les édifices du culte, le bail emphytéotique administratif (le loyer peut être « modique », selon la jurisprudence du Conseil d’État, ce qui revient à subventionner partiellement la construction). L’édifice est construit sur un terrain de plus de 10 000 m² attribué par la ville au titre d’un bail emphytéotique. Les collectivités ont donc versé des subventions beaucoup plus importantes !

La mairie de Strasbourg a failli récidiver dans ce domaine en voulant accorder une subvention pharaonique, à hauteur de 2,5 millions, à une association ouvertement islamiste, Millî Görüş, pour l’aider à construire la plus grande mosquée d’Europe dont le coût est estimé à plus de 32 millions d’euros. Cette mosquée sera construite dans une architecture ottomane et surmontée de deux minarets qui culmineront à 40 mètres de hauteur. En 2012, lors de l’inauguration de la grande mosquée, M. Ries, maire de Strasbourg, avait déclaré publiquement vouloir rendre l’islam plus visible à Strasbourg en autorisant la construction d’un minaret sur la nouvelle mosquée. Maintenant il y en a deux ! Les bâtiments annexes (3 000 m²) seront dotés d’une architecture alsacienne avec des maisons à colombages typiques de la région… taqiya quand tu nous tiens ! Mais pour une fois la polémique alimentée par les médias a fait réagir jusqu’au haut sommet de l’État poussant même Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, à saisir la justice pour empêcher l’attribution de cette subvention, pourtant habituelle pour ce type de projet dans la capitale alsacienne. Les autres collectivités territoriales se sont rapidement désolidarisées.

La mairie de Strasbourg a failli récidiver dans ce domaine en voulant accorder une subvention pharaonique, à hauteur de 2,5 millions, à une association ouvertement islamiste, Millî Görüş, pour l’aider à construire la plus grande mosquée d’Europe dont le coût est estimé à plus de 32 millions d’euros. Cette mosquée sera construite dans une architecture ottomane et surmontée de deux minarets qui culmineront à 40 mètres de hauteur. En 2012, lors de l’inauguration de la grande mosquée, M. Ries, maire de Strasbourg, avait déclaré publiquement vouloir rendre l’islam plus visible à Strasbourg en autorisant la construction d’un minaret sur la nouvelle mosquée. Maintenant il y en a deux ! Les bâtiments annexes (3 000 m²) seront dotés d’une architecture alsacienne avec des maisons à colombages typiques de la région… taqiya quand tu nous tiens ! Mais pour une fois la polémique alimentée par les médias a fait réagir jusqu’au haut sommet de l’État poussant même Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, à saisir la justice pour empêcher l’attribution de cette subvention, pourtant habituelle pour ce type de projet dans la capitale alsacienne. Les autres collectivités territoriales se sont rapidement désolidarisées.

D’autres mosquées de quartier ont vu les jours ces dernières années : la mosquée de Hautepierre, la mosquée de la Robertsau et la mosquée de Neuhof. D’autres projets en cours vont être subventionnés par la Ville. En plus des mosquées, un des objectifs des musulmans est d’ériger à Strasbourg un complexe scolaire comprenant à la fois une structure d’enseignement de la maternelle jusqu’à l’enseignement supérieur, avec un internat, un centre culturel et d’exposition, une bibliothèque, une salle multifonctionnelle, un restaurant pour les élèves et ouvert aux habitants du quartier et un espace de boutiques et d’artisanat, et une salle de prière.
L’université de Strasbourg est la première en France à avoir proposé en 2009 un Master en Finance islamique. D’autres formations en rapport avec l’islamologie et le dialogue interreligieux sont dispensées par cette université.
En outre, le projet de créer une chaire de théologie musulmane dans le cadre de l’Université Marc-Bloch de Strasbourg, est porté non seulement par des enseignants musulmans, mais aussi par des universitaires non musulmans.

Complexe scolaire

La loi française interdit les cimetières séparés et n’autorise que les carrés confessionnels à l’intérieur des cimetières communaux sauf…. à Strasbourg où les musulmans disposent depuis 2012 de leur propre cimetière entièrement géré par la collectivité, et ce grâce au droit local en vigueur en Alsace-Moselle.

Depuis 2008, la Ville de Strasbourg a ainsi accordé 22 millions d’euros de subvention aux différents cultes.

Certains élus à la recherche de voix pour assurer leur réélection, ne se gênent nullement d’accorder des facilités au nom de la laïcité, en contradiction avec les lois de la république. Les deniers publics ne cessent d’alimenter les écoles confessionnelles et les lieux de cultes. Les pouvoirs publics participent au développement du communautarisme musulman qui malheureusement est déjà bien installé dans certaines de nos villes qui ressemblent de plus en plus aux villes de « Dar al-Islam ». L’Islam est la seule religion dont l’État assure en toute connaissance de cause l’expansion sur son propre territoire.

Il est vraiment temps d’abroger le Concordat d’Alsace-Moselle !

Le Concordat n’a rien à voir avec le droit local (issu du droit allemand) [7] , il serait donc possible de l’abroger sans problème. Il est à noter que les dispositions concordataires ont déjà été modifiées sur plusieurs points, notamment le délit de blasphème abrogé seulement en 2017. Cela démontre que l’argument d’une tradition immuable ne tient pas.

D’ailleurs un sondage récent de l’IFOP (avril 2021) montre que 78 % de l’ensemble de la population est favorable à l’abrogation, ainsi que 52 % de celle de l’Alsace-Moselle. À Strasbourg même, 60 % des sondés sont aussi favorables à cette abrogation. Cette enquête vient briser les idées reçues véhiculées sur le sujet depuis des années, infirmant ainsi les propos d’une personnalité comme Roland Ries qui, il y a quelques années, affirmait appartenir « à la très grande majorité des Alsaciens et Mosellans, d’obédiences religieuses diverses, laïques ou même athées, qui soutiennent le régime concordataire ».

Sur un plan de justice fiscale, il apparaît dans ce sondage que 83 % des Français ne trouvent « pas normal » que le financement du Concordat soit pris en charge par l’ensemble des contribuables français. En effet, c’est avec leurs impôts que sont payés les ministres du Culte en Alsace et en Moselle à hauteur de 55 millions d’euros. Si la laïcité est un pilier de la République, il faudra leur expliquer pourquoi elle ne peut pas s’appliquer sur tout le territoire national.

L’afflux massif de musulmans en Alsace, tout comme l’afflux massif de n’importe quels étrangers au sein d’une population donnée est une atteinte à la qualité de vie des autochtones et conduit tout simplement au communautarisme.

L’immigration aujourd’hui est d’une importance telle qu’elle peut tout simplement déstabiliser tout un pays.Certains pays l’ont bien compris et s’en serve à dessein.Alors aux démocraties de ne pas avoir la main qui tremble : à l’État de fixer des quotas et aux régions de décider qui et combien ils peuvent accueillir. Un étranger qui vient s’installer en France n’est pas un touriste qui se déplace où et quand il veut et fait ce qu’il veut ; il a des droits, des devoirs et des comptes à rendre. Le but étant qu’il s’intègre au plus vite et si tel n’est pas son objectif il doit repartir.

L’abrogation du régime concordataire est fortement souhaitable. Ce qui a manqué jusqu’à présent, c’est du courage politique. Sa suppression privera d’argument les anti-laïques qui réclament l’extension du système concordataire à d’autres religions ou d’autres territoires.

Johan Zweitakter


[1] Voir le site France Stratégie qui donne des chiffres précis et impressionnants sur l’immigration en France et son évolution de 1968 à 2015.
[2] Un concordat est un traité de droit international par lequel le Saint-Siège, d’une part, et un État souverain, d’autre part, règlent l’ensemble des questions concernant les institutions et les activités de l’Église catholique sur un territoire donné.
[3] Les curés, les rabbins et les pasteurs reçoivent tous un salaire compris entre 1 621 et 2 624 euros net en fonction de l’ancienneté. L’évêque d’Alsace est rémunéré 4 171 euros par mois après 4 ans en poste.
[4] Déclaration de la maire de Paris, Anne Hidalgo : « Le ramadan est une fête qui fait partie du patrimoine culturel français. Le célébrer fait partie du partage et ne contrecarre pas la laïcité ».
[5] Les jours où le menu comportera un service de poisson ou d’œuf, il ne sera pas servi de repas hallal. Pour cette raison il est demandé que l’usage de vin pour la cuisson du poisson soit proscrit, ces mêmes jours il ne sera pas servi d’entrée comportant de la charcuterie. (Cahier des Clauses techniques particulières — 32 pages)
[6] Inauguration de la grande mosquée : Said Alla, Président de la Grande Mosquée ; Abdellah Boussouf, Secrétaire d’État au Conseil de la Communauté marocaine à l’étranger ; René Gutman, Grand Rabbin de Strasbourg et du Bas-Rhin ; Mgr Jean-Pierre Grallet, archevêque de Strasbourg ; Jean-François Collange, président de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine ; Mohammed Moussaoui, Président du Conseil français du Culte musulman (CFCM) ; Philippe Richert, président du Conseil Régional ; Guy-Dominique Kennel, président du Conseil Général ; Roland Ries, maire de Strasbourg ; Ahmed Taoufiq, ministre marocain des Habous et des Affaires islamiques ; Catherine Trautmann ; Manuel Valls, ministre de l’Intérieur.
[7] Il touche principalement la réglementation professionnelle de l’artisanat et de l’apprentissage, le notariat et le livre foncier, la législation en matière de remboursement des dépenses de santé, l’organisation de la justice et des tribunaux, les procédures de faillite civile, les jours fériés spécifiques, le droit de la chasse, les établissements de crédit, l’aide sociale aux démunis et le droit des associations. (Wikipédia)

image_pdfimage_print
18
1

27 Commentaires

  1. Il n’y a pas de musulmans de France, mais des musulmans en France. L’Islam est étranger à notre pays.

  2. jean marie vous avait avertit , vous lui avez craché dessus …
    et Marine ne vous plait pas non plus …
    pleurez maintenant !!

    • Sauf que MLP envisage un quinquennat de soumission à l’allaouAkberk. Victime d’une révélation senteurs minarets nostalgie urinoirs publics, la compatibilité de l’islam avec la république s’est révélée à MLP sans la moindre honte. L’incitation à la haine dans 6000 mochequées putrides est lâchement ignorée, la béatitude dans la connerie laisse le groin du CCIF sévir contre les français. Pendant que les boucs puent en toute tranquillité. Du con alias foutriquet veut s’arranger pour que les français ne soient plus chez eux, il à presque réussi. D’ailleurs un référendum pour chasser se qui reste de français en France risquerait d’avoir un fameux succès.

      • yvank et sa désinformation d’imbécile Zemmourien.Que propose MLP: retrouver nos frontières nationales en sortant de la passoire Schengen ; expulser du territoire national les étrangers suspectés de fondamentalisme islamiste ; expulser les binationaux coupables ou complices de ces actes abjects après les avoir déchus de la nationalité française ; geler la construction de mosquées nouvelles et surveiller les prêches; fermer les mosquées salafistes en France; opposition à tout « financement public » pour la construction de mosquées, « directement ou indirectement », ainsi qu’aux financements « de pays étrangers » qui « ne respectent pas sur leur propre territoire la liberté religieuse » Voila quelques prises de position bien loin de ce commentaire stupide.

  3. cimetière musulman, carré musulman dans certains cimetière !!! même les cadavres des mécréants sont capables de les contaminés ? quelle honte et surtout quel manque de vivre (en l’occurrence mourir) ensemble

  4. Pauvre Alsace! Pourtant si belle région tour à tour Française allemande puis Française espérons qu’elle ne finisse pas muzzulmerde

  5. Près de chez moi et c’est pour cela que je n’y mets plus les pieds .
    Et en Moselle , j’évite car pareil en plus que les mosellans ont 1 mentalité infecte , déteste tous ceux qui ne sont pas 57 et se croient tout permis !!!

  6. Pas d’inquiétude Zemmour et sa cour d’amateurs va avec ses petits bras musclés lors de son déplacement samedi dans le haut- Rhin va nous virer tous ses musulmans MdR.Un déplacement très discret contrairement aux déplacements de Marine.En effet cet homme à peur.Un indice pour les Amis qui veulent « l’accueillir » c’est entre Mulhouse et Colmar qu’il va déjeuner.Cherchez bien .

    • Chez vous, on aurait préféré la venue du grand mufti de Jérusalem, de Abou Bakr al-Baghdadi ou de Abou Moussab al-Zarqaoui mais ils sont morts. Dommage, hein ?!…

  7. « La loi française interdit les cimetières séparés « …là je comprends pas, on en a un très célèbre pourtant en France, dans le Sud….

    • Bonsoir,
      je serais très curieux de connaitre la localisation de ce cimetière musulman dans le Sud. Il est possible qu’il s’agisse d’un carré musulman dans un cimetière communal. En France c’est le principe de neutralité des cimetières qui s’applique.

    • Cette fatwa du Comité permanent d’Arabie Saoudite explique parfaitement les revendications d’apartheid des musulmans : « Il n’est pas permis à un musulman d’être enterré dans un cimetière de non musulmans, car la tradition des musulmans depuis l’époque du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), de ces califes bien guidés et de leurs successeurs est perpétuée de sorte qu’il faut séparer les cimetières des musulmans de ceux des mécréants et ne pas enterrer un musulman avec un associateur. Cela fut un consensus de séparer les deux cimetières comme cela fut rapporté par An-Nasâ’î. (…) S’agissant de ceux qui, par nécessité, sont obligés de rester dans ces pays, il leur revient de s’entraider, de se soutenir et de prévoir leurs propres cimetières afin d’y enterrer leurs morts. »
      L’Islam rejette l’autre avec forces et dédain jusque dans la mort.

  8. Qu’attendent les Français pour faire disparaître ces lieux de haine et de barbarismes ? Et ce ne serait que justice. Pas d’église chez les musuls, pas de mosquées chez les chrétiens. Kif kif.

  9. Les musulmans au final sont très forts, puisqu’ils sont capables, pour répandre leur religion, ils savent utiliser toutes les failles de nos institutions et les particularités spécifiques (comme ici le concordat en Alsace). Mais il ne faut pas oublier que c’est la mouvance gauchiste perverse et suicidaire pour notre pays, menée par des militants français de souche, endoctrinés et quasi fanatiques, qui sont entrain de « trahir » tous les français et de « détruire » l’avenir de nos descendants. La mouvance gauchiste actuelle est devenue la plus grande aberration idéologique et politique de notre pays. Les français refusent de l’admettre, inconscients et naifs quant aux résultantes sociétales à venir.

    • Ce ne sont pas seulement les failles de notre système de fonctionnement qui permettent aux étranges de nous envahir et de nous salir. C’est aussi et surtout la lâcheté des français qui acceptent tout

  10. Il faut réquisitionner les mosquées pour en faire des marches aux bestiaux Des porcs de préférence…

  11. Voila ce qui se passe lorsque les politiques CORROMPUS aux islamistes détournent volontairement l’esprit des français sur d’autres sujets afin que l’islam s’implante massivement. Vous voyez où vont NOS impôts, là 2,5 MILLIONS D’euros ont été stoppés MAIS pour combien d’autres autorisés pendant que les français sont de plus en plus dans la déche sous une dette astronomique et que la France devient un autre pays de tiers monde où le Maghreb et l’Afrique se débarrassent de tout leurs racailles improductives comme si la France était la poubelle de ces pays. Les alsaciens sont comme les bretons des moutons qui disparaitront bientôt sous la charia. Fini le  » yaya « 

  12. O tempora, o mores ! Fuyant l’Algérie donnée par 2gol aux assassins fellouzes, nous arrivions seuls, mon frère cadet 13 ans et moi 15 ans, à Strasbourg, le 24 juin 1962.
    A Alger, nous avions de notre véranda en front de mer, une vue à couper le souffle sur toute la baie. Mais il ne me fallut que trois mois pour tomber amoureux de l’Alsace. j’y vécu jusqu’en 1973. Je ne comprends toujours pas comment les représentants de cette magnifique région sont devenus nazislamophiles. Mon idée intime n’explique pas tout.

  13. Merci de ne pas mettre de majuscule pour le nom de l’improbable idole satanique désignée sous le sobriquet « allah ». Après tout, on ne met pas de majuscule à « trou de balle ».

  14. les Francais laisses faire ils sont inconciants du future on va devenir musulmants

  15. Impossibilité d’inverser le processus si les électeurs Lorrains et Alsaciens ratent la consultation de 2022. Le reste n’est que de la littérature.

Les commentaires sont fermés.