1

C’est l’histoire d’un mec qui sauve un gamin, et tout a été filmé…

Lu sur la Toile (à peu près verbatim) :

« Minute cynique… c’est l’histoire d’un mec, normal, gentil, pas blanc. Il se promène dans la rue et il voit un gamin qui pend à un balcon, au quatrième étage. Ben si, vous savez bien, les gamins qui pendent aux balcons, enfin, ça arrive tous les jours.

Le mec, il est capable de grimper quatre étages par la façade, à mains nues. Ben si, vous savez bien, il y en a plein, des mecs qui traînent dans les rues, capables d’escalader des immeubles.

Ce jour-là, allez savoir pourquoi, le gamin et le mec sont là au même moment.

Mais à côté du bambin, il y a un autre mec, blanc, méchant donc. Suivez, prenez des notes, je ne vais pas répéter. Il n’a qu’à tendre le bras pour attraper le gamin, mais il ne le fait pas. Il attend que le premier mec, pas blanc, ait fini d’escalader la façade, en espérant qu’il se dépêche parce qu’un gamin pendu à un balcon, ça ne tient pas des heures non plus et qu’il n’est pas déjà mort, comme le petit martyr de Gaza ou l’Aylan de la plage.

Et quand le premier mec arrive au quatrième balcon, après une prouesse physique accessible à un type bien entraîné, genre ex-soldat par exemple, les deux mecs tiennent le gamin, mais c’est le premier qui le sauve, alors que l’homme déjà sur le balcon aurait pu le faire depuis longtemps.

C’est curieux, non ? Je dirais qu’après les agressions, meurtres et autres viols commis par les gentils invités arrivés de la côte sud de la Méditerranée, cet épisode tombe à point nommé pour faire croire que la présence d’un héros sur notre sol vaut bien que l’on supporte quelques exactions et même un énième meurtre à Orléans. Même si le héros est peut-être un peu préfabriqué

Le tout est filmé par le plus grand des hasards : quelqu’un qui passait par là. Mais attention : pas avec un smartphone muni comme tous les smartphones d’un objectif grand angle; non. Avec un petit téléobjectif, comme le montre l’angle de vue.

Certes, ils ne sont plus ingénieurs, médecins, avocats, ce discours n’est plus tenable. Certes, ils viennent seuls en ayant abandonné femmes et enfants. Certes, ils ont parfois balancé quelques chrétiens par-dessus bord, mais regardez, ils sauvent nos enfants.

C’est une bonne ficelle ça. Avec l’été, on risque d’avoir de gentils étrangers musulmans colorés qui passaient par là et qui vont sauver des enfants, de la noyade, de l’orage, des tremblements de terre, des abandons, des criquets, des crues, des incendies, jusqu’à ce que vous les trouviez super sympas, puisque ça n’a pas l’air d’être possible autrement.

Et là, Maqueron, tel Hollande accourant ventre à terre au chevet de Théo, reçoit séance tenante le premier mec, que personne ne connaît, sur qui personne n’a fait la moindre enquête et le gratifie au nom de la nation.Et le mec remercie d’abord Allah, puis le président, dans cet ordre, parce qu’il faut bien que le public sache que le héros, il est musulman en plus d’être immigré (mais pas cascadeur ni acteur, vous continuez à pas bien suivre…)

Dans l’affaire, au bout de quelques temps, ce président-là risque d’avoir l’air aussi con que son prédécesseur. »

Sylvie Danas

Source :

La minute cynique de Pierre Duriot