C’est Philippot qui a monté l’affaire du « Couscousgate » : les preuves !

Publié le 30 septembre 2017 - par - 106 commentaires - 5 077 vues
Share

L’histoire (officielle) retiendra qu’Al Capone dut sa perte au fisc et que Philippot dut la sienne à un couscous. Enfin, pour Philippot, c’est sûrement la petite histoire, tant il est douteux qu’il puisse entrer dans la grande.

C’est du moins la version officielle telle qu’elle nous est présentée par les « Patriotes » (sic) et leurs amis journalistes : une simple photo de famille prise dans une couscousserie aurait valu des tombereaux d’insultes de méchants identitaires aux gentils philippistes sur twitter parce qu’ils avaient mangé un couscous. Une réaction de haine crasse et de beaufferie qui aurait conduit Philippot et les siens à quitter un Front National décidément trop infréquentable et irréformable. Une semaine après le « Couscousgate », Philippot annonçait effectivement son départ du FN. Et si la vérité était tout autre ? Et si cette prétendue polémique avait été montée de toutes pièces par les philippistes depuis le début pour préparer la sortie de leur maître et la scission avec le FN ? Revenons sur les faits.

Le 13 septembre, en déplacement à Strasbourg, Florian Philippot, Sophie Montel et plusieurs jeunes pousses du néo-FN vont déjeuner au Shéhérazade, un restaurant couscoussier réputé de la région Grand-Est. Kelly Betesh, la Marilyn Monroe des fronteux, immortalise le moment par une photographie qu’elle poste sur twitter : « au meilleur couscous de Strasbourg! » tweete-t-elle, en mettant en guise de provocation un drapeau français en émoticon. On imagine que lorsque Mlle Betesh prend une photo de Philippot pour la publier sur twitter, elle demande la permission du principal intéressé. Or, lorsqu’on est issu d’un parti réputé islamophobe et nationaliste, annoncer urbi et orbi qu’on va manger du couscous est loin d’être un acte anodin, mais comporte bien une portée politique : rassurer et donner l’image d’un parti amical qui ne dit pas non à la diversité et aux cultures étrangères.

Outre le fait de rassurer les Français, cette publication avait pour but d’attiser les tensions croissantes qui déchiraient le FN depuis la raclée présidentielle. L’affaire du couscous n’est en effet qu’un prolongement des piques que les Patriotes (Philippot, Montel, Lapersonne) échangeaient avec l’aile droite (Bay, Collard, Ménard etc.). Dès le 11 septembre, Florian Philippot avait ainsi annoncé redouter le « retour en arrière terrifiant » du FN. Ces tensions s’inscrivent dans la remise en question du leadership de Marine Le Pen et la création de l’association « Les Patriotes » par Philippot.

A ceux qui penseraient que mon raisonnement est complotiste et que la publication de cette photo n’a rien à voir avec la politique, on rappellera qui est l’auteur de ladite photo : Kelly Betesh, pseudo-mannequin du parti et actuelle assistante au Parlement Européen, philippiste assumée qui doit sa célébrité warholienne à son fameux réveillon avec des militants UMP en 2015. C’est donc cette demoiselle qui a posté cette photo prise avec Philippot, Montel et plusieurs autres cadres. Soit c’est une erreur de communication (ce qui est peu probable avec un énarque ex-chevènementiste et des cadres expérimentés) soit c’était un acte délibéré dans le but de créer une polémique.

Une polémique qui a pourtant beaucoup tardé. Si le but était de faire jaser les frontistes historiques et les identitaires, force fut de constater que ces derniers n’attachaient guère d’importance à ce que mangent Philippot et ses groupies. Nulle polémique, nul commentaire hostile tout au long du 13 septembre. Les échanges se déroulent même sur un ton plutôt guilleret, comme en témoignent ces deux captures d’écran que je vous laisse apprécier :

Le seul commentaire négatif est celui d’un certain Wafi qui reproche aux philippistes de rejeter la culture arabe et de se faire à présent passer pour un ami de la gastronomie orientale. A en juger par son profil et son pseudonyme, il est bien éloigné de l’aile droite du FN et des identitaires…

La polémique voulue ne prend décidément pas : les identitaires semblent s’en foutre comme d’une guigne. Le lendemain, 14 septembre, c’est donc la Betesh elle-même qui en remet une couche (pour « nourrir les trolls » comme on dit outre-Atlantique) en postant une photo de choucroute adressée à de prétendus « natios rageux » alors même qu’aucun de ceux-ci n’a commenté négativement son tweet précédent.

Peine perdue. La polémique ne prend toujours pas. Leur couscous, tout le monde s’en tape. Alors, on voit donc rappliquer plusieurs membres des Patriotes qui s’auto-trollent dans l’espoir de faire hurler les identitaires et de se faire passer pour victimes de cyberharcèlement. En témoignent ces quelques captures d’écran :

Ils en font tant que certains identitaires commencent effectivement à s’intéresser à cette affaire et à faire part de leur agacement, à l’instar de Jean-Yves Le Gallou qui, dans un tweet dénué d’agressivité, se demande si le couscous est ou non « une spécialité strasbourgeoise ». D’autres twittos lui emboîtent le pas et critiquent le choix du menu : « Quand je vais en Italie, je mange une pizza« , clame un internaute ; « Philippot : pédale dans la semoule« , blague un troisième (vite accusé d’homophobie par une meute de philippistes enragés). On précisera également qu’une bonne partie des commentaires négatifs et hostiles sont le fait de comptes sous pseudonyme et nouvellement créés…

Il n’en fallait pas plus. La « polémique du couscous » est en marche. Pour qu’elle prenne mieux, les « Patriotes » enclenchent alors la phase de la victimisation et emboîtent le pas à Mlle Betesh pour dénoncer les fameux « natios rageux » qui les insultent. Ainsi, Mme de La Rochère (qui se définit elle-même comme la « missa dominici » de Philippot) monte au créneau, suivi par un obscur assistant de Sophie Montel qui en profite au passage pour égratigner les Pieds-Noirs pour lesquels Philippot et les siens ne cachent pas leur mépris.

Tant d’émoi pour un couscous provoque naturellement la curiosité des twittos. L’affaire a désormais dépassé les limites de la natiosphère. C’est alors que naît mystérieusement le hashtag « CouscousGate » qui sera massivement repris sur twitter. On dénombre effectivement quelques commentaires de nationalistes véhéments, vite saisis au vol par Betesh et ses amis qui les retweetent avec un plaisir non-dissimulé. Focalisée sur les quelques identitaires, notre Kelly nationale oublie les commentaires haineux que lui postent gauchistes, musulmans ou banlieusards : insultes, drague, moqueries… On ne voit que ce qu’on veut voir.

Le 15 septembre, l’affaire du couscous est devenue un véritable phénomène qui suscite l’amusement des internautes. Néanmoins, la plupart des commentaires sont ceux d’internautes hilares qui pointent du doigt un parti qui se divise à cause du couscous ou qui dénoncent les « fachos » ne supportant pas de voir des Français manger ce plat oriental. Mais où diable sont ces « fachos »? Mis à part une quinzaine de commentaires d’identitaires véhéments (retweetés en masse) il n’y a guère de polémique qui déchirerait le FN contrairement à ce qu’ânonnent les médias.

Car, oui, les médias commencent aussi à s’en mêler. Certains journalistes sont en effet « spécialistes de l’extrême-droite » : comprenez par là qu’ils fliquent les nationalistes aussi bien dans la vie réelle que sur les réseaux sociaux pour traquer un dérapage, une querelle, un malentendu et de l’étaler ensuite au grand public. Précisons que nombre de ces journalistes ont des relations assez amicales avec les cadres de Philippot.

C’est tout d’abord BuzzFeed qui commence par un article humoristique, immédiatement retweeté par la Jeanne d’Arc des philippistes.

Puis, des médias plus sérieux s’en mêlent : le Figaro, Libé, le Parisien etc. L’affaire, ainsi gonflée artificiellement par ceux-là même qui s’en disaient victimes, parvient jusqu’aux oreilles de la télévision. Sophie Montel est ainsi interviewée par BFM TV pour commenter le Couscousgate :

La France entière sait désormais que le camp national s’étripe pour un couscous. A partir du 16 septembre, les journalistes se lassent et la polémique se tarit. C’est alors qu’Alexandre Benoit, assistant de Mme Montel avoue être à l’origine du hashtag « Couscousgate ». Preuve, capture d’écran à l’appui :

Les médias n’ont donc pas le monopole de l’anglophilie traîtresse. Ce sont bel et bien de prétendus souverainistes qui ont baptisé l’affaire d’un nom anglais : « CouscousGate ».

Bref, au fil des jours, l’affaire est reléguée aux oubliettes des réseaux sociaux. De plus en plus de nationalistes se posent des questions à tête reposée : comment le camp des patriotes a-t-il pu s’abaisser à se déchirer pour une histoire de couscous ? Et si c’était un coup monté ? Certains commencent ouvertement à évoquer une machination des philippistes. Pour calmer les esprits, c’est encore Mlle Betesh qui est envoyée au créneau : dans une longue tirade postée le 18 septembre sur sa page facebook, la Marianne 2.0 jure ses grands dieux que son geste était innocent et qu’elle ne veut nullement créer la division. Trop tard, l’amie. Le mal est déjà fait.

En guise de conclusion, je vous laisse lire le commentaire que j’ai posté sous la publication de la demoiselle :

Deux jours plus tard, Florian Philippot annonçait effectivement son départ du FN… Suivi par Montel, Betesh, Lapersonne, Bollée et toute la mollassonnerie pseudo-nationaliste. Ceux qui la veille juraient fidélité à Marine Le Pen commencent dès le lendemain à l’agonir sur les réseaux sociaux.

Nicolas Kirkitadze

Print Friendly, PDF & Email
Share

106 réponses à “C’est Philippot qui a monté l’affaire du « Couscousgate » : les preuves !”

  1. Thor dit :

    « islamophobe et nationaliste, annoncer urbi et orbi qu’on va manger du couscous est loin d’être un acte anodin »
    Ah bon, donc, selon vous, si on est islamophobe (mot inventé par les islamistes pour condamner ceux qui critiquent l’islam, soit dit en passant…, et ça, c’est vraiment loin d’être anodin) et nationaliste, on ne peut pas aimer le couscous ? quel rapport ? Déjà, quel rapport entre le couscous et l’islam ? Je ne savait pas que le coucous était un plat musulman. Je connais un marocain athée qui adore le couscous, devrait il ne plus manger de couscous puisqu’il ne croit plus en alah ?

  2. Dufresne dit :

    Que Philippot parte avec ses petits amis, le FN ne s’en portera que mieux, retour aux fondamentaux

    • Thor dit :

      Parce qu’après la trahison manifeste de MLP lors du débat d’entre 2 tours, vous croyez encore au FN Lepenisé ? J’ai voté FN, mais là, ce débat a été comme une révélation, MLP NE VEUT PAS LE POUVOIR. Elle veut exploiter une rente de situation, pour moi, c’est clair. Alors, après, faire porte la responsabilité de l’échec sur Philippot ou n’importe qui d’autre, c’est un peu ce fiche de la figure du monde.

  3. AlbertGam dit :

    Vous vous trompez, Marie. Kelly est bien un prénom chrétien. Et même très chrétien. Kelly est l’anglicisation du prénom gaélique Ceallagh, qui signifie à la fois ‘auréolé de lumière’ et… ‘Chapelle’!

    Les Kelly sont dans le calendrier catholique irlandais au même jour (le 8 juillet) que Saint–Killian (en gaélique ‘Cillian’), célèbre évêque missionnaire irlandais qui avait fait un voyage en Bavière vers 680 pour évangéliser les habitants de cette région de l’actuelle Allemagne. Les bavarois le nommaient de Kilian de Wurtzbourg. L’évangélisation fut un échec et le moine fut massacré le 8 juillet 689 par les bavarois. Il fait partie des saints martyrs du calendrier irlandais.

    Kelly est bien un prénom chrétien. Et puis de toutes façons… tant que les prénoms ne sont pas musulmans…

  4. Jacques Hameau dit :

    C’est à pleurer de rire ! vraiment clownesque !! Kirkitadze c ‘est de quel pays dis nous ? Les plus gros fachos de la France ne sont pas des vrais français ….

  5. AlbertGam dit :

    Pour ma part, bien que je sois farouchement « islamophobe » (comme ils disent) il m’arrive de bouffer du couscous (ça ne se mange pas, ça se bouffe) et surtout en été du taboulé libanais ou de me régaler avec des mezzes turcs (ce sont les mêmes que les mezzes grecs). Y compris au restau. Mais je ne m’amuse pas à titiller les amis en postant des photos et encore moins en les harcelant.

    On observera surtout que cette stratégie de victimisation volontaire publique de Phillipot est calquée sur celle des musulmans dans notre société. C’est l’essentiel de ce que j’en retiens, et effectivement c’est une leçon à ne pas perdre de vue car elle fait réfléchir sur les méthodes de Phillipot. Ceci dit, je n’en ferai pas un plat, car le reste de cette histoire, je m’en tape, tout comme de Phillipot.

  6. Olive84 dit :

    Quelle pitrerie cette histoire de couscous ! Comme si les gens qui se reconnaissent dans le FN ne mangeaient jamais cet excellent plat ! Un non évènement mais surtout un prétexte

  7. Lothringer dit :

    « de la région Grand-Est ».
    De la région ALSACE.

  8. DIDIER LABAUNE dit :

    J’en ai suffisamment dit sur Philippot lorsqu’il était en poste auprès de Marine pour ne pas participer à l’hallali maintenant qu’il est à terre;… Je laisse les chiens et les lâches faire cela. Marine Le Pen avait imposé « floflo » à tout le FN . L’échec Philippot, c’est son échec à elle , vous tendez à l’oublier… et puis, Philippot parti, reste au FN l’infestation socialo-islamo-compatible qu’il a voulu et installée parmi les secrétaires départementaux entre autres dont certains sont montés en grade depuis son départ…

  9. MALI dit :

    Tant que nous continuerons à nous chamailler, le gouvernement profitera et s’alimentera sur de nos divisions, couscous ou non. Quand plus de 20 millions d’entre nous se grouperont dans un front commun, une communauté, ou un consensus d’idées pour élire un/e patriote au sommet de l’État, alors nous aurons enfin la victoire tant espérée. Tant que nous ne serons pas persuadés dans notre for intérieur que ce n’est qu’unis en masse que nous aurons des chances de changer le système, rien ne bougera.

  10. Yves ESSYLU dit :

    Comme la manipulation est l’ADN des « progressistes », ainsi que l’a montré l’affaire de KATHYN, il n’y aurait rien de surprenant que Philippot ait organisé de cette manière son départ vers son groupuscule de gauchiasses en jaquette flottante