1

Cette droite de trahison, les patriotes n’en peuvent plus, ils veulent Zemmour

PLANTU Officiel auf Twitter: "PRIMAIRES A DROITE: Valérie Pécresse soutiendra Alain Juppé. Le dessin du Monde de ce mercredi 2 novembre.… "

Cette droite félonne, les patriotes n’en veulent plus. Ils veulent Zemmour.

Il a suffi que les Républicains redressent la tête au cours du scrutin local des régionales pour qu’ils se sentent pousser des ailes et se voient tous un destin national.

Pourquoi pas moi ? Wauquiez, Bertrand, Pécresse, Barnier, Retailleau et même Baroin, se voient tous au deuxième tour en 2022.

Cette clique de bons à rien est visiblement fâchée avec l’arithmétique et oublie l’essentiel.

La participation étant de 33% et le score de la droite étant de 29%, cela nous donne : 33 x 29/100 = 9,57% des inscrits. 

Vraiment pas de quoi pavoiser et crier victoire quand moins de 10% des électeurs ont voté LR.

C’est donc une farce grotesque que nous jouent les ténors de la droite. On pavoise, on jubile, on fanfaronne, on rêve.

On nous rappelle que la droite tient le Sénat et aligne 100 députés. Il parait même que ses idées sont majoritaires dans le pays, alors qu’elle prône le mondialisme contre l’avis des 70% de citoyens qui ne veulent plus d’immigration ni d’islam. Ce n’est plus de l’euphorie, c’est du délire.

« Enfin une lueur après ce long tunnel »

« On retrouve des couleurs, on redonne envie »

« Ça nous met dans une position favorable pour 2022 »

« On sait maintenant que la droite sera présente au second tour

« Ceux qui espéraient nous voir disparaître en sont pour leurs frais »

Une telle naïveté laisse pantois. Leurs illusions risquent fort de se fracasser sur le mur des réalités. La vérité est que les Républicains ont mobilisé moins de 10% des électeurs pour une échéance locale qui ne passionne pas les foules. De là à en tirer des perspectives de victoire en 2022, faut pas rêver.

La droite, c’est le symbole de la trahison. La droite, c’est Ganelon trahissant Charlemagne et Roland à Roncevaux.

Petits rappels aux doux rêveurs qui ont oublié le bilan de cette ignoble droite quand elle était au pouvoir :

C’est la droite qui affirmait en 1990 que l’islam était incompatible avec la République, qui voulait une immigration zéro et qui prévoyait de réserver les prestations sociales aux seuls nationaux. Mais en 1992 elle retournait sa veste pour satisfaire aux diktats mondialistes de Bruxelles.

C’est la droite qui a osé dire que les racines de la France sont autant musulmanes que chrétiennes.

C’est la droite qui a enterré en 2004 le rapport Obin qui démontrait la dangereuse islamisation de l’école républicaine.

C’est la droite qui a confisqué au peuple son « non » à la Constitution européenne, au mépris le plus abject de la démocratie et du référendum.

C’est la droite qui a supprimé la double peine pour les malfrats étrangers.

C’est la droite qui a exonéré d’incarcération les criminels condamnés à des peines de prison ferme inférieures à deux ans.

C’est la droite antipatriote qui a toujours combattu le FN et organisé un « front républicain » à chaque élection.

C’est la droite antidémocrate qui a supprimé la proportionnelle, interdisant à 11 millions d’électeurs d’être représentés à l’Assemblée.

C’est la droite qui a créé le CFCM, déroulant le tapis vert devant les Frères musulmans qui ont raflé la mise pour mieux islamiser le pays.

C’est la droite qui a supprimé 54 000 postes dans les armées, alors que nos soldats sont engagés comme jamais en Opex.

C’est la droite qui a supprimé 13 000 postes de policiers et gendarmes, malgré l’avertissement des émeutes de 2005.

C’est la droite qui a supprimé 21 tribunaux de grande instance, 178 tribunaux d’instance et tribunaux de police, 62 conseils de prud’hommes, 55 tribunaux de commerce, alors que les délais de justice ne cessent de s’allonger de façon dramatique.

C’est la droite qui a fermé des dizaines d’établissements de santé et supprimé des dizaines de milliers de lits.

C’est la droite qui a bradé  600 tonnes de nos réserves d’or au prix le plus bas, alors que le métal jaune a triplé depuis.

C’est la droite qui a bradé nos autoroutes, devenues des mines d’or pour les heureux acheteurs qui plument les automobilistes.

C’est la droite qui a décidé de payer le « chèque anglais » que Margaret Thatcher refusait de régler à l’UE. Une facture colossale de plusieurs dizaines de dizaines de milliards.

C’est la droite qui a décidé de déplacer la frontière anglaise de Douvres à Calais, donnant naissance à la jungle inextricable qui détruit la région.

C’est la droite qui a liquidé Kadhafi, seul rempart contre l’islamisme et contre l’invasion migratoire venue du Sahel.

Je conclurai ce sinistre tableau en accordant un satisfecit à Jacques Chirac, qui a eu la sagesse de dire non à Bush Jr, nous évitant ainsi de participer au fiasco d’une deuxième aventure irakienne, dont on a vu le résultat catastrophique pour tout le Moyen-Orient.

C’est bien là le seul point positif dans le bilan calamiteux de cette droite, qui prétend défendre des valeurs républicaines qu’elle n’a cessé de trahir.

La droite est totalement acquise aux délires de Bruxelles, totalement en osmose avec les mondialistes, donc avec Macron.

Sur l’islam et l’immigration, elle a renié ses convictions de 1990 et n’a plus jamais prononcé les mots « Patrie » et « identité gauloise ».

Le programme de la droite, on le connait. C’est celui de Bertrand.

Priorité au combat contre le RN, ennemi de la République, et soumission aux diktats mondialistes de Bruxelles.

Ne comptons pas sur ceux qui ont toujours trahi leurs électeurs pour sauver la France du naufrage identitaire et du chaos racial qui se profile.

La droite, c’est un copier-coller du macronisme. D’ailleurs, ils sont des légions entières à avoir rejoint Macron, le fossoyeur de la France.

La survie de notre pays passe par l’engagement total de Zemmour, seul vrai patriote capable de nous éviter le chaos généralisé. Lui seul s’opposera aux délires de Bruxelles et imposera « la France d’abord ».

S’il se lance dans l’arène, rien ni personne ne lui résistera.

La danse du ventre de Marine, qui dit tout et son contraire et ose même attaquer Zemmour, ça suffit !

Aucune voix patriote ne devra manquer à Zemmour dès le premier tour.

L’heure n’est plus aux éternelles palabres post-électorales entendues depuis 30 ans. L’heure est au sursaut salvateur avant le naufrage définitif de la France.

Dès lors que Marine ne croit pas au Grand Remplacement et au risque de guerre civile, dès lors qu’elle juge Zemmour trop pessimiste, c’est bien la preuve qu’elle n’a rien compris au film et qu’elle est dépassée par les événements.

Elle n’est même pas capable d’intégrer le message de son père il y a quarante ans, quand celui-ci clamait déjà « la Patrie en danger ».

Marine, il faut dorénavant l’oublier. Elle est totalement macronisée, comme tous les autres candidats.

Jacques Guillemain