Cette fois, les Algériens ne passeront peut-être pas à la caisse !

Publié le 7 mars 2018 - par - 24 commentaires - 2 927 vues
Share

L’Algérie l’a annoncé, la presse quotidienne l’a confirmé et les Algériens l’ont cru : « Les victimes d’attentats et d’actes de violence, commis par la France et son armée, de nationalité algérienne allaient avoir le droit à des pensions versées par la France, le pays colonisateur. »

La décision, prise le 8 février 2018, par le Conseil Constitutionnel français, de modifier la loi du 31 juillet 1963, supprimant la notion de « nationalité française » pour l’attribution de ces pensions était une sorte de reconnaissance, par la France, des « crimes contre l’humanité commis par le colonialisme contre le peuple algérien ».

Une repentance financière tardive mais bienvenue qui venait confirmer les déclarations du candidat Emmanuel Macron, faites à Alger, en 2017, quelques semaines avant son élection.

En France la rumeur a pris corps, s’est propagée et a très rapidement « bouleversée » les réseaux sociaux.

Une telle bassesse, une telle humiliation, une de plus, n’était pas acceptable pour une majorité de citoyens français et, devant le silence du Conseil Constitutionnel qui ne s’expliquait pas, elle est devenue un problème national.

A Riposte Laïque nous n’y avons pas cru, et nous avions raison.

Dans un premier article, paru le 12 février, nous analysions cette décision en expliquant qu’elle pouvait être mal interprétée et ainsi prêter à confusion. Qu’elle ne pouvait, en aucun cas, être comprise dans l’objectif qu’on lui supposait !

Dans un second article, en date du 26 février, nous exigions une explication du Conseil Constitutionnel devant la polémique qui prenait consistance, celle qui supposait que « dorénavant la France verserait des pensions à « toutes les victimes de la guerre d’Algérie », même aux Algériens, et à leurs ayant-droits, qui auraient été victimes d’attentats et d’actes de violence commis par l’armée française, donc à ses ennemis ! »

Nous écrivions que, dans un tel cas ce serait le franchissement d’une « ligne rouge » qui justifierait toutes les manifestations et actions, mêmes violentes, des citoyens français.

Mais nous ne voulions pas y croire et que notre première analyse était la bonne.

Enfin, le lendemain, 27 février, toujours devant le silence difficilement compréhensible du Conseil Constitutionnel et de son président, nous faisions état des attentats et actes de violence commis par le FLN et l’ALN et que, dans l’éventualité où le Conseil Constitutionnel envisagerait un dédommagement financier, après une reconnaissance honteuse, d’inclure dans le versement de ces pensions ceux qui étaient nos ennemis, ceux que notre armée combattait, ce serait « non seulement blâmable et condamnable mais devait être considérée comme une trahison ».

Nous apprenons aujourd’hui, par la presse algérienne (Source : TSA du 6 mars) que, contrairement à l’espoir suscité par la décision du Conseil Constitutionnel français, les Algériens nés avant 1962 et leurs ayant-droits, ne pouvaient pas solliciter l’obtention d’une pension en France, et qu’un projet de loi, présenté actuellement devant les députés, était destiné à empêcher totalement cette possibilité.

Dans les motifs exposés, dans ce projet de loi, la ministre des armées, Florence Parly, le confirme en introduisant une nouvelle modification visant à « écarter la possibilité d’obtention d’une pension, malgré la perte de nationalité française résultant de l’indépendance d’un territoire placé sous la souveraineté de la France ».

C’est le cas de l’Algérie !

Cette nouvelle disposition de la loi sera discutée par les députés à partir du 20 mars, en séance publique.

Je ne sais pas si nous avons été entendus, mais nous sommes satisfaits d’avoir, ne serait-ce que modestement, contribué à cette prise de conscience de nos élus.

Nous ne doutons pas un seul instant qu’elle sera adoptée à une très large majorité afin de rendre un peu d’honneur à la France, qui en a un urgent besoin depuis quelques décennies !

Manuel Gomez

Print Friendly, PDF & Email
Share
   
Notifiez de
Aresky MR

Points de vue sur l’indemnisation des victimes civiles rien n’est gagné rendez vous le 20 MARS après le vote à l’assemblée L’Algérie d’après les accords d’Evian devait indemniser les Algériens (méme tout le monde);elle l’a fait pour certains de ses ressortissants selon ses critères inconnus de nous ? on peut préjuger pour des militants FLN actifs ? (le cas jugé non indemnisé à l’origine du recours constitutionnel ce fut une balle perdue terroriste ?; Force de l’ordre ? enfant à 8 ans au cours d’un attentat FLN en 1958 à Mascara ) les Français réclamants bénéficiaires depuis 1963 (sans en préjuger la justesse et la suffisance de l’indemnisation) L’Algérie a… lire la suite

Marcel

En tous cas la cause de la victimisation d’un enfant Algérien à l’origine du recours constitutionnel fut bien en 1958à Mascara un attentat terroriste FLN l’Algérie ne l’avait méme pas indemnisé alors qu’elle devait le faire !
Nos juges Fabusiens ne poussent pas à faire respecter les accords d’Evian il est vrai mainte fois bafoués Espérons que l’article de la loi 30 va passer le 20 mars

Roger

L’Algérie d’aprés Evian devait indemniser les Algériens (elle l’a fait pour certains) elle en a les moyens Extrait « Les atouts de l’armée algérienne reposent surtout sur son important effectif militaire, actif comme réserviste, qu’elle doit à son service militaire obligatoire. Autre point fort de l’armée algérienne, les ressources en hydrocarbures du pays qui lui permettent un approvisionnement immédiat et constant. Le pétrole est lui-même devenu une arme, servant non seulement pour les machines militaires, mais aussi d’outil de négociation. Enfin ce sont les ressources financières de l’Algérie qui lui rendent service, le site souligne que le pays a d’importantes réserves de change et souligne surtout le budget accordé à l’armée… lire la suite

Momo

Cette loi modifiée par le conseil constitutionnel permettant d’indemniser les Algériens
présumés non acteurs et victimes de violences quelque soit l’origine pendant la guerre
d’Algérie ne fut pas « mal interprétée  » comme le dit M Gomez
Heureusement qu’il y a des gens futés au ministére de le défense pour détourner cette loi
http://www.assemblee-nationale.fr/15/projets/pl0659.asp
espérons que le conseil désavoué ne va pas faire annuler l’article 30 opportunément rajouté sur le projet de loi de programmation militaire pour l’instant aucun écho sauf source Algérienne mais crainte que les chacals se réveillent chez nous !
,

Josué

Vous aviez trés bien interprété la loi modifiée par le conseil constitutionnel et le risque encouru ; la preuve l’astuce de l’article 30 introduit dans la prochaine loi de programmation Militaire pour » écarter la possibilité d’obtention d’une pension malgré la perte de nationalité française « ….etc Mais rien n’est gagné rendez vous le 20 MARS

patphil

le suicide français (par leurs zélites) est incroyable!
les algériens auraient tort de ne pas en profiter!

Aresky MR

Nous avions trés bien interprété la loi ainsi modifiée par le conseil constitutionnel et le risque encouru ;;la preuve l’astuce de l’article 30 introduit rapidement (il faut le reconnaitre)dans la prochaine loi de programmation Militaire citation ci dessous « , l’article L. 164-1 du CPMIVG relatif à la suspension du droit à pension de victime civile doit être modifié conformément à la décision du Conseil d’État statuant en cassation à la suite de la décision QPC précitée (Conseil d’État, 2e – 7e chambres réunies, 22 juillet 2016, req. n° 387277) pour écarter la possibilité d’obtention d’une pension malgré la perte de nationalité française résultant de l’indépendance d’un territoire antérieurement placé sous… lire la suite

Marie d\'Aragon

Merci Manuel,
Enfin une bonne nouvelle !

CLV

Cette loi aurait été une ignominie sans non et aurait montré tous le mépris de ces « Zélites mafieuses »à l’égards de nos soldats mort pour la France dans ce pays et toutes les victimes qui sont mortes sous la barbaries du FLN et l’ALN. Que Macronétron entende les paroles de Ferhat ABBAS qui a lutté contre la France pour dire finalement « La France n’a pas colonisé l’Algérie, elle l’a fondé ». Et oui Macron en parlant de « crime contre l’humanité  » en crachant ton fiel sur la France dans ce pays devenu  » un pays de merde suite au départ des colons » tu n’es qu’un traitre, un malhonnête, un vendu. Honte à… lire la suite

Marino Escoffier

Le vice-président du FN Louis Aliot flingue l’Algérie, le Maroc et la Tunisie Dans l’émission “Bourdin Direct”, le vice-président du Font National et député des Pyrénées Orientales Louis Aliot a accusé l’Algérie, le Maroc et la Tunisie “de laisser crever leur jeunesse”. Avant de fustiger ces trois pays du Maghreb, Louis Aliot a commencé par poser une question à Bourdin: “Est ce que vous savez, aujourd’hui, quels sont les pays qui nous envoient le plus d’immigration?” Louis Aliot répond aussitôt: “Le Maroc, l’Algérie et la Tunisie “C’est quand même extraordinaire, trois anciennes colonies françaises dont une a voulu l’indépendance et qui aujourd’hui se fait professionnelle de la migration. https://www.youtube.com/watch?v=FqaF3ncNENY 21/02/2018

dufaitrez

Cette « Jurisprudence » aurait pu coûter cher ! Si l’on fait le somme de toutes nos « Guerres »… Les recours n’auraient pas manqués !
« Tuer un ennemi coûte une Balle, l’indemniser coûte 100.000 Balles » !!!!!
Mais bientôt l’esclavage ???

Pierre Lesincère

Ouf !

Momo

France : un projet de loi pour annuler le droit des Algériens aux pensions Un projet de loi proposé à l’Assemblée nationale française, et relatif aux droits à la pension des victimes civiles de la guerre d’Algérie, prévoit d’ « écarter la possibilité d’obtention d’une pension malgré la perte de nationalité française résultant de l’indépendance d’un territoire antérieurement placé sous la souveraineté de la France ». « Ainsi, le projet de loi respecte la décision du Conseil constitutionnel français  » mais elle permettait bien à tous les Algériens de toucher des pensions comme nous le disions et ne le pensaient pas tous nos amis y compris ici Bravo au ministére des… lire la suite

François

Tiens , mais selon « la légende » , Aldo n’a t il pas affirmé qu’une fillette de 8 ans avait été déjà indemnisée ?

Maurice

Pas une fillette un garçon Algérien bléssé en 58 par une balle perdue !Oui c’était prévu sauf si la loi de programation militaire
article 30 signalé par Momo passe pour une fois un ministre futé merci Macron
les Algériens vont raler

cuenca

LOGIQUE LOGIQUE LOGIQUE

JILL

Ces droits n’incluaient pas j’espère les victimes du FLN,plus nombreuses à vrai dire que celles de l’armée française .

Yves ESSYLU

d’autant plus que la France n’a pas colonisé mais créé l’Algérie à partir d’un territoire inculte soumis aux esclavagistes turcs

Alain GAUTIER

Jamais je ne considéreraI macron comme Président alors qu’il a traîné la France dans la boue en l’accusant de crimes contre. L’humanité ! ! ! Honte aux Français quiI ont accepté ce cracha sur leur nation et qui ont voté pour ce triste individu .

ADLER

On peut faire un seul constat. Les français sont rackettés en permanence pour payer :
pour les politicards, pour le flux migratoire, pour la racaille, pour les pays africains et du magheb, pour la repentance de la guerre d’Algérie, Pourquoi nous payons et allons encore payer pour un pays qui a voulu sont indépendance ???? Qu ils se démerdent maintenant. Ils ne sont même pas foutus d’entretenir ce que les français ont laissé. Ils nous ont foutus dehors et maintenant une majorité veut venir, assistés par les français. Ras le bol de se faire sans cesse racketter.

Jean des Entommeures

La lâcheté légendaire des députés français ne connaissant aucune limite, je reste très réservé sur l’issue de ce projet de loi… Restons vigilants et prêts à réagir vigoureusement le cas échéant ! :-(

Colonel de Guerlasse

Il y en a un qui va faire la gueule, c’est Frère Amine Mecifi, alias Aldo Sterone, carrément dézingué par Jean Robin sur You Tube, et qui a posté un article en Français sur sa page facebook Mad Max d’Oran un texte incitant les Algériens à nous sucer la moelle avec cette histoire.

Francois Desvignes

C’est tout à fait regrettable :

ça pourrait laisser espérer que nos gouvernants sont sincères quoiqu’incompétents, alors que ce ne sont que des traitres d’habiitude et des génocidaires de leurs frères compatriotes par philosophie.

Satan est leur père, donc Marianne leur mère.

Nous ne voulons plus de leurs lois.
Nous réclamons leurs têtes.

Marie d\'Aragon

Ce genre d’incompétence mérite plus qu’une tête !
Une chose qu’ils n’ont eu ! Vous me suivez ?
Bien à vous.