1

Cette guerre, ils l’ont voulue, ces fumiers !

Quand je vois leurs gueules réjouies lors de la réunion du G7 au château d’Elmau en Bavière, le 26 juin, autour de « la table de travail » et la grosse vanne de l’Anglais Boris (tiens ! mais Boris c’est un prénom russe, ça !) demandant si tous devaient enlever la veste, faisant allusion à la photo de Poutine torse nu sur un cheval et aboutissant à un gros éclat de rire, je ne peux m’empêcher de croire à cette réalité. Moi je croyais bêtement que quand il y a une guerre près de chez soi, on fait en sorte d’avoir une gueule grave, une gueule de circonstance. Et surtout, on essaie de se concentrer à fond sur la préoccupation qui, en bonne logique, doit être essentielle : trouver les moyens qui mettront fin au plus vite à la guerre. Eux, non ! Eux, ils ont discuté de l’approvisionnement mondial en céréales et des mesures possibles pour garantir l’approvisionnement énergétique et limiter les hausses des prix de l’énergie. C’est-à-dire deux objectifs qu’ils ne devraient même pas étudier s’ils parvenaient à une solution avec Poutine, tout simplement parce que les deux problèmes ne se poseraient pas. Il y a donc bien de leur part une volonté de pérennisation de la guerre.
 
Je ne peux m’empêcher de croire également que quand Macron a déclaré que l’Otan était en état de mort cérébrale, ce n’était pas des mots en l’air. Je ne sais pas si c’est Trump qui lui avait soufflé la formule mais à mon avis, elle était destinée par sa franchise et sa brutalité à secouer le gros nid bien trop accroché à la poutre de sa douce somnolence pour exciter les frelons. Le renouveau russe était source d’inquiétude pour l’Oncle Sam, sûr jusque-là de son triomphe après l’effondrement de l’URSS.  Macron est un atlantiste convaincu comme l’était Sarkozy admirateur de John Wayne, c’est-à-dire un pantin des États-Unis parce qu’il est un mondialiste au service du grand capital. Or, donner une nouvelle impulsion à l’Otan, c’est offrir une certitude de domination à ce même grand capital qui a eu de tout temps partie liée avec les dirigeants américains, notamment depuis la guerre de 1898 avec l’Espagne. Et l’Ukraine était toute trouvée pour relancer la vieille bonne femme. L’Ukraine fut la chair à canon toute trouvée de L’OTAN : en y foutant le bordel, on était sûr de pousser Poutine à passer à l’attaque car il lui était impossible de rester dans l’expectative et à affoler les nations neutres proches qui ne manqueraient pas d’aller frapper à sa porte. Les plus grands pratiquants de la taqîya, ce sont les Américains.
Et puis bien sûr, il y eut l’affaire du Donbass avec ses 14 000 civils massacrés par l’armée ukrainienne. La haine inouïe de l’ancien Président ukrainien Porochenko et de ses acolytes nazis de l’ouest du pays fut une aubaine pour les Américains. La France – membre du Conseil de Sécurité et de l’OSCE – et l’Allemagne ont fait semblant d’être de doux médiateurs, des partisans de la paix. Ils ont fait semblant parce qu’ils n’ont absolument rien fait pour que les Ukrainiens respectent les termes des accords Minsk 1 et Minsk 2. Et bien sûr, ils l’ont fait exprès, ce fut intentionnel de leur part… uniquement parce qu’ils savaient que la guerre viendrait et qu’elle allait être utile à l’OTAN et partant, aux Américains. Ukrainiens ! Réveillez-vous, ouvrez les yeux, vous n’êtes que des marionnettes dans ce jeu infâme !
COMBIEN DE MORTS, DE FAMILLES BRISÉES, DE VILLES ET DE VILLAGES DÉTRUITS AURAIENT PU ÊTRE ÉVITÉS, si les États-Unis n’avaient pas été animés par leur obsession hystérique de conserver leur domination mondiale et si la France et l’Allemagne, leurs serviteurs, s’étaient employées consciencieusement à faire leur boulot de médiateurs. Le Donbass, Marioupol, Severodonetsk, Kherson… seraient des noms inconnus pour toute la masse de gens que nous sommes.

Alors oui, les dirigeants de l’Ouest, nos dirigeants… sont tous des fumiers car il n’y a que leurs seuls intérêts qui comptent ou plus exactement, les intérêts des Américains qui savent, avec adresse, leur servir leur infâme pâtée. L’Otan n’est que l’outil de préservation de l’empire US. Et l’argent des capitalistes internationaux s’est toujours nourri du sang des peuples et ça se vérifie aujourd’hui. Pauvres Russes et pauvres Ukrainiens qui tombent chaque jour.

Philippe Arnon