1

Ceux qui aident les migrants sont des criminels

Mais regardez-moi cette bécasse au giron inépuisable. Son air de candide innocence.

Sans la moindre gêne, un collectif d’aide aux migrants s’est adressé à la préfecture de la Manche, exigeant un hébergement pour une famille tchétchène. Selon la préfecture, cette famille « a vocation à quitter le territoire », sa demande d’asile ayant été rejetée dès février 2019. Rejetée. Vous comprenez ? Cela signifie que vous êtes ici illégalement. Que vous êtes indésirables, importuns, malvenus. Savez-vous, bande de parasites, qu’en France, les agriculteurs meurent de faim ? Qu’ils se suicident de désespoir ? Que vous accaparez des montants qui devraient légalement leur revenir ? Eux qui triment pour vous nourrir ? Alors que vous ne servez à rien du tout, alors que vous polluez l’espace.

Mais arrêtez avec vos quotas, on n’en a rien à foutre ! Vous pouvez vous acharnez à régler les entrées, vous n’avez pas encore réalisé que même si on les renvoie tous, les autres, ceux qui sont abondamment protégés par ces associations criminelles sont occupés non-stop à se reproduire ? Là, à l’instant même où je couche ces lignes, ces je-n’en-fiche-pas-une sont couchés, eux aussi ! Beurk, rien qu’à y penser !!

Quatre membres de type sénile irrécupérable du dit collectif d’aide aux migrants se sont retrouvés à la préfecture de la Manche, ce lundi pour épauler une famille tchétchène de Géorgie (un koranik, son épouse gravide de deux mois et demi et leur petite fille de quatre mois et demi), sans hébergement pour la nuit. Un bébé de quatre mois et demi, et enceinte de deux mois et demi, c’est la cadence habituelle des envahisseurs. Et ces 4 crétins qui les entourent ! Eh là, les deux croulants et les deux ganaches style boy-scout des années 20, si vous donniez plutôt du peu d’énergie qui vous reste à des personnes qui la méritent ? Vous êtes des criminels. Je vous exècre. Que ces parasites mendient, rien de plus normal, c’est dans leurs gênes, pourquoi s’embarrasseraient-ils ? On tend la main, on pleurniche un coup et voilà quatre barbons qui s’émeuvent et font des pieds et des mains arthritiques pour vous aider, alors qu’ils savent pertinemment que juste à côté, des artisans et des travailleurs respectables meurent de faim. C’est moins gratifiant, d’aller porter un panier pique-nique au fermier et à sa famille, n’est-ce pas, que d’entourer théâtralement une sacoche à fœtus couronnée d’un rempart et son étalon barbu. Et on n’a pas sa photo dans le journal.

« Cette famille a vocation à quitter le territoire » (J’ai bien compris, « vocation » ? c.à.d. qu’ils sont censés dégager, rentrer chez eux, se casser, débarrasser le plancher, se tailler dans les meilleurs délais ?), souligne le secrétaire général de la préfecture de la Manche. « Ces personnes ont effectivement fait une demande d’asile, rejetée par l’Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides). La décision leur a été notifiée en février 2019. (Attention, Monsieur le secrétaire général, il ne s’agit pas ici des chirurgiens spécialistes du système nerveux périphérique ou des ingénieurs aéronautiques que monsieur macron nous avait promis, mais de banals illettrés, ils ne savent pas lire !) On a pris début avril la décision d’une Obligation de quitter le territoire français (OQTF). » La famille avait alors 30 jours pour prendre ses dispositions pour partir » (ils ne savent pas compter non plus), sachant que lorsqu’une OQTF est signifiée, les services de l’État indiquent aux migrants « qu’ils peuvent solliciter l’Office français d’immigration et d’intégration pour une aide au retour. Une aide ? Une aide avant, une aide pendant, et encore une aide pour dégager? On ne peut être plus clairs. Les trente jours étant écoulés, nous avons pris la décision de mettre un terme à la prise en charge de l’hébergement. (Ouest France). Alors, les quatre mousquetaires, au lieu de vous acharner à donner à des indésirables un logement qui reviendrait en priorité à un français, c’est-à-dire à une personne méritante, qui travaille, qui paie des impôts, et ne passe pas son temps à se reproduire importunément. C’est répugnant. Vous espérez gagner votre place au paradis, avec de telles actions ? Mais c’est la prison que vous méritez ! Une fois logés, nourris, blanchis, ce ne sera plus vous qui les financerez, mais tous les autres français, même et surtout ceux qui ne sont pas d’accord.

Il est impératif de faire la chasse à ceux qui font passer les autres avant les nôtres. Dehors le secours populaire, dehors les associations soi-disant caritatives qui sucent le sang des Français pour abreuver nos potentiels ennemis, musulmans pour la plupart, qui peuvent très bien aller vivre dans l’un des 57 pays musulmans.
Il est urgent de passer en vitesse supérieure : venir en aide à des clandestins, la clandestinité étant un délit, revient à se rendre complice du délit. La complicité par fournitures de moyens rend passible des mêmes peines que celles prévues contre l’auteur du délit ! Il est indispensable de déposer plainte contre tous les organes du secours populaire pour complicité, aide et assistance aux clandestins.

Comment les lobbies immigrationnistes défendent les revendications de plus en plus violentes de groupes de migrants. Afrique continuent à affluer sur les côtes espagnoles. ©JORGE GUERRERO / AFP

Le combat des ONG pro-migrants visant à dépénaliser peu à peu les flux migratoires illégaux et à réclamer l’abolition de toute différence de droits et avantages entre migrants illégaux, migrants réguliers et citoyens nationaux correspond à une réelle tendance. Ce processus est relayé par les ONG pro-migrants et les militants (cf. Cedric Herrou) et par les Nations unies et la Cour européenne des droits de l’homme. Les gouvernements récalcitrants ou réfractaires à la doxa immigrationniste sont mis à l’index et bientôt sanctionnés par les Nations Unies. C’est ainsi que l’ONU a condamné l’Etat italien pour le simple motif d’avoir appliqué la loi.

Le Haut-commissaire pour les Droits de l’Homme des Nations unies, Michelle Bachelet, a accusé le gouvernement italien de “posture politique” dans la crise sur les réfugiés et annoncé l’envoi d’une équipe d’enquêteurs de l’Onu en Italie pour examiner la forte augmentation signalée des actes de violence et de racisme contre des migrants !!! (Non, ce n’est pas une faute de frappe, c’est authentique, cette abominable pécore accuse les italiens de violence contre ses protégés !)
Comme le rappelle Cesare, journaliste italien basé à Bruxelles, « cette affirmation n’a jamais pu être confirmée par aucune statistique et elle est apparue spécialement pour attaquer l’exécutif en charge, ce n’est pas la première fois que les Nations Unies attaquent le gouvernement italien Ligue/5 étoiles. L’ONU recommence maintenant à attaquer l’Italie concernant le décret sécurité bis, en citant des ‘violations des droits de l’Homme’, alors que Rome ne fait rien d’autre que respecter la Convention de Genève sur les réfugiés qui autorise l’expulsion des demandeurs d’asile pour motifs de sûreté. En outre, la même ONU a accepté que l’Arabie Saoudite, pays notoirement connu pour ses violations nombreuses des droits humains, siège dans la Commission pour les droits de l’homme !!».

Refus de la nourriture non-islamique et autres exigences croissantes des migrants

La stratégie des lobbies pro-migrants consistant à diaboliser les milieux politiques souverainistes mais aussi toute volonté d’appliquer les lois en vigueur afin combattre les migrations illégales, a comme conséquence directe de convaincre les illégaux qu’ils sont dans leur droit, qu’ils incarnent le camp du Bien et que celui du Mal est l’Etat occidental ex-colonial et les lois en vigueur à combattre au nom de la légitimité supérieure du Migrant paré de toutes les vertus progressistes et exotiques.

Quelques exemples. Fin 2015, après la fermeture du lycée Jean-Quarré, des migrants accueillis dans un centre en Essonne ont manifesté leur « mécontentement » des conditions d’accueil, exigeant « un bon logement pour tous ; des « démarches plus faciles avec les médecins ; des cours de français et des tickets de transports gratuits ; une nourriture de meilleure qualité et même de l’eau minérale », ceci alors même que l’eau courante est potable en France et que nous la buvons tous. Ajoutant que le personnel « ne doit pas manquer de respect aux réfugiés » et se plaignant de l’amiante dans leurs logements. D’autant plus ubuesque que l’on imagine aisément à quoi ressemblaient leurs habitats dans leurs pays d’origine.

Les illégaux ont manifesté devant la préfecture d’Evry en RER en hurlant « nous sommes malades à cause de l’eau », des critiques qui ont étonné jusqu’à la très immigrationniste Croix-Rouge. Pratiquement tous mâles, âgés entre 30 et 40 ans, tous munis de portables derrière génération, de Nike flambant neuves, les migrants ont pris le soin d’arriver armés de cutters, couteaux, barres de fer et capuches (pour déjouer la surveillance des caméras). Depuis, les cas de réfugiés – la plupart du temps faux et arrivés de façon illégale à travers des parcours migratoires criminels – qui se permettent d’émettre des exigences de plus en plus vindicatives et parfois violentes, est un phénomène constaté dans tous les pays européens de l’ouest. En mai 2018, des « protestations » de migrants se disant « maltraités » avaient dégénéré et des policiers blessés à la suite d’une émeute dans un centre de rétention administrative. Motif de la rixe : deux chambres jugées dégradées avaient été fermées et les migrants qui refusaient d’être transférés dans d’autres chambres avaient allumé un incendie après avoir recouvert les caméras de draps et déclenché ainsi un début d’incendie.

Ce phénomène des revendications de plus en plus violentes des migrants clandestins ou pseudos demandeurs d’asile encouragés à se révolter par les ONG pro-migrants s’observe partout ailleurs en Europe. C’est ainsi qu’en 2015, en Italie du Nord, des « réfugiés » et migrants clandestins de plusieurs centres de rétention ont refusé de manger les pâtes à la sauce tomate, jetant leurs nourritures par terre et exigeant avec véhémence des repas hallal et plus « variés ». Les intellectuels immigrationnistes ont accordé des « circonstances atténuantes » aux migrants vindicatifs présentés comme des personnes à l’identité bafouée car victimes « d’acculturation ». Ainsi, le fait que la Ligue ait vivement dénoncé les exigences des Migrants qui refusent de plus en plus de la nourriture non-hallal serait en soi une forme de racisme et d’intolérance. L’idée est qu’il faudrait céder aux demandes culinaires hallal des migrants car l’attachement à la nourriture du pays serait pour ces malheureux le « dernier marqueur d’appartenance ».

Depuis, les ONG cèdent aux revendications communautaristes et religieuses des migrants dont les requêtes et exigences ne cessent de croitre.
Je vous ai gardé le meilleur pour la fin : plus récemment, en Allemagne, des travailleurs sociaux ont déploré une  augmentation exponentielle des revendications, allant parfois jusqu’à des demandes de maisons et de voitures individuelles! Mieux, face au constat selon lequel l’accomplissement de tâches ménagères peuvent constituer une humiliation et un déshonneur pour les migrants-mâles non-occidentaux issus de pays africains et islamiques, des classes entières de collégiens ont été envoyées dans des centres d’accueil de réfugiés pour débarrasser les ordures et faire les lits.
(Source : Valeurs Actuelles)

Travailleurs sociaux, bénévoles immigrationnistes, associations d’aide aux migrants, collectifs pro-migrants et barbons à la recherche d’occupations gratifiantes, vous êtes des criminels. Défendre et protéger des illégaux n’est en aucun cas admirable, c’est de la haute trahison.

Anne Schubert