CGT et CFDT doivent 1,5 million à la ville de Châteauroux : marre des syndicats !

Depuis près de 20 ans, ils refusent de payer les loyers des locaux qu’ils occupent et qui appartiennent à la municipalité :

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/ce-sont-des-squatteurs-a-chateauroux-les-syndicats-vont-devoir-payer-1-5-millions-d-euros-de-loyers-1654703184

En 2003, Jean-François Maillet, maire UMP de Châteauroux, n’a plus voulu leur accorder les avantages dont ils bénéficiaient précédemment sous l’égide du maire PS Jean-Yves Gateaud. Depuis 2014, Gil Avérous, LR  successeur de Jean-François Maillet, a défendu la ligne de son prédécesseur et a continué le combat par voie de justice pour obtenir le dû à la ville : les contribuables de Châteauroux, dont je suis, ne peuvent que saluer en la matière leur ténacité à ce que justice soit rendue.

Il n’y a aucune loi qui oblige les syndicats, déjà à charge principalement de l’État et des entreprises pour leur fonctionnement, à se voir offrir en plus le gîte par les municipalités ! Et pourquoi pas le couvert ensuite…

Sommes dues exactement: 1 089 305,80 euros pour la CGT et 365 656,20 euros pour la CFDT… Ce n’est pas rien !… Alors la pauvre CGT de pleurnicher auprès de la Nouvelle République de l’Indre qu’il y a un fond politique à l’affaire : « L’UMP et aujourd’hui LR veulent museler le syndicalisme dans l’Indre. Le but n’est pas tant de nous faire payer que de nous faire taire »…

Question qu’on pourrait retourner à la CGT : quand le maire PS leur faisait cadeau des loyers ce n’était sans doute pas politique ?

Les mauvaises habitudes étant vite prises, à la chute du maire PS, les cégétistes, à la grande gueule légendaire qu’on ne saurait faire taire, n’ont pas voulu lâcher le morceau, en l’occurrence leurs privilèges, et ont ainsi maintenu la lutte pendant près de 20 ans de tribunal en tribunal. Maintenant ce devrait être la lutte finale avec expulsion des locaux indûment squattés s’ils ne s’acquittent pas de leur dette à la ville ! Je pense pourtant qu’on n’en a pas fini et qu’ils n’hésiteront pas à faire un chantage quelconque pour ne pas avoir à se plier à la dernière décision de justice.

Je ne doute donc pas qu’on puisse les revoir à cette occasion dans les rues de Châteauroux où, comme partout ailleurs, ils battent le pavé pour un oui pour un non au nom des droits des travailleurs, pour ceci, pour cela, pour n’importe quoi… de là leur impopularité croissante auprès d’une majorité de Français car au final ils ne font, ne savent qu’emmerder ceux qui triment ! Et la palme d’or de la mauvaise foi et de l’incivisme à la CGT.

Marre d’entendre les syndicats crier au chantage qu’ils subiraient en permanence pour justifier leur prise en otage des Français ! On ne peut oublier le récent blocage de 5 raffineries de pétrole par une poignée de grévistes qui a fortement impacté la vie des Français, les obligeant péniblement à perdre leur temps dans de longues queues à la recherche de carburant : la CGT avançait que Total leur faisait du chantage alors qu’il était aisé de se rendre compte que les maîtres-chanteurs se révélaient être les syndicats eux-mêmes ! Inversion excessive !

Les Français ne sont plus dupes de leurs discours et pas étonnant, donc, qu’à Châteauroux ils aient du mal à être suivis dans leurs appels pour manifestations ou grèves…: pour la grève générale du jeudi 10 novembre, la CGT pensait faire une bonne journée question nombre de participants pour cette date qui devait être un jeudi noir… Or, il n’y a eu guère que 80 participants ! La Nouvelle République, dans ses colonnes, a parlé d’une mobilisation qui avait fait un flop !

https://www.lanouvellerepublique.fr/chateauroux/greve-du-10-novembre-a-chateauroux-la-mobilisation-fait-un-flop

Dans le cortège surtout des retraités comme précisé dans l’article de France Bleu Berry :

https://www.francebleu.fr/infos/societe/les-tres-anciens-de-la-cgt-toujours-mobilises-pour-les-salaires-a-chateauroux-1668103239

Dans les rangs, principalement des octogénaires, toujours fidèles à la CGT… A l’aise comme un poisson dans l’eau. Et pour cause, près de 20 ans qu’ils baignent dans le grand bain syndical et les mobilisations… anciens salariés de la SNCF, encartés à la CGT depuis leurs vertes années… Il faudrait que les jeunes soient là.

Mais les jeunes ont une confiance très limitée envers les syndicats puisque les salariés entre 30 et 39 ans ne sont que 8,1% à être syndiqués et 2,7% chez les moins de 30 ans.

Alors pas étonnant, devant le manque de relève, que les effectifs des manifestants à l’appel des syndicats se réduisent.

Il serait peut-être bon qu’à l’avenir ils engagent des manifestants professionnels pour ne plus friser le ridicule ! L’idée en avait été émise dès 1970 par Jean Yanne et Daniel Prévost dans un sketch désopilant qui, sous couvert de l’humour, se révèle être un pamphlet contre les syndicats pourvoyeurs en partie des désordres qui s’étaient produits largement en 1968 :

https://www.youtube.com/watch?v=xCUOg5oXH1k

On ne compte plus encore, cette année 2022, le nombre de journées de mobilisation avec grève ou pas grève. Et l’une d’elles, par exemple le vendredi 14 octobre, avait de quoi faire rire : une trentaine (sic) de syndiqués se sont retrouvés devant la préfecture de l’Indre avec comme thème: La CGT défend le droit de grève ! En matière de grève, les syndicats ne sont pourtant guère privés. Ces jours-ci d’ailleurs, à nouveau, tombent les habituelles grèves de la SNCF de décembre!… Sur les 20 dernières années, on dénombre 14 mouvements sociaux pendant le mois de décembre dont 3 à Noël !…

Françoise Lerat

image_pdfimage_print
11

10 Commentaires

  1. c’est bien, ils ont immobilisé leur temps de vie à l’adolescence pré-pubère et ils sont contents. »si en communication on fait les ados, on acquerra les sympathies et nos demandes se verront respectées. » ; vu comment les codes et comportements changent à la vitesse de la lumière peut-être qu’ils ont raison.

  2. Les syndicats ne sont pas là pour défendre leurs syndiqués, mais pour préserver leurs intérêts propres. Je les ai tous faits, CGT, CFDT, FO, pour ne parler que des plus importants. En deux ans à peine. Conclusion, ils se fichent des travailleurs et ne sont là que pour passer à la caisse. En plus, ils sont politisés.

  3. Les syndicats comme les assocs subventionnées : des conceptions d’un autre âge qui sont devenues des pompes à fric incontrôlables et incontrôlées.
    Tous ces organismes doivent se financer eux-mêmes, ce qui éliminera très vite les inutiles

  4. A bas ces profiteurs qui ne sont pas capables de défendre les citoyens et de plus reçoivent des subsides de l’état avec qui il la. CGT sont copains 👹👹👹👹👹👹

  5. On se rappelle la fameuse histoire de Thierry LE PAON, l’individu qui a été élu « à l’insu de son plein gré » à la tête de la CFT. Et qui, par le plus grand des hasards, a perçu une prime conséquente pour quitter la Normandie et venir à Paris. On lui a fait un joli petit nid douille, près du bois de Vincennes…..haut lieu de la discrète bourgeoisie, tout repeint, installé et équipé..jusqu’à la cafetière, celle de la pub de G.Clooney !
    Très peu de temps, il y a eu un grand vide à la CGT et Hollande, qui n’a jamais aimé les injustices, l’a nommé au Conseil Economique et Social où il est payé à réfléchir sur l’analphabétisme.
    Comme disait Coluche :  » vous marrez pas, c’est avec votre pognon ».

  6. Ah, Françoise est de retour pour nous raconter les bonnes histoires de sa ville de Châteauroux ! Ces syndicats, qui ne servent à rien, ne sont que des profiteurs qui ne savent que prendre du fric, en plus des grasses subventions de l’Etat, (donc nous), dans les poches des gogos qui croient encore qu’ils sont là pour les défendre (voir leurs actions contre les GJ ou leur absence totale lors de la « crise » covidesque (que ce gouvernement fantoche tente de nous rejouer !) ou encore pour les soignants non vaccinés à réintégrer d’urgence. Le maire et sa police doivent les virer s’ils ne veulent pas payer leurs charges comme tout un chacun: assez de passes-droit pour ces inutiles !

  7. ces chefs syndicaux n’ont rien dit quand la macronie a viré les soignants non vaccinés; à quoi servent ils si ce n’est à s’engraisser

  8. Que dire de la CFDT, dont nombre de syndicats régionaux sont en banqueroute par exemple l’union régionale de Normandie dont 1 des sièges se trouve à Caen Calvados, et qui a une dette de 400.000 euros.

  9. Les syndicats politisés que nous subissons depuis 1945 sont des boulets parasites pour la nation ! Ils ont (la CGT en tête) une grande part de responsabilité dans la crise du chômage qui penalise tant de gens (ceux qui aimeraient bosser !)

Les commentaires sont fermés.