Champs-Elysées : grande victoire de l’intégration à la française

Publié le 15 mai 2013 - par - 2 855 vues
Traduire la page en :

Hier, sur le parvis du Trocadéro à Paris, c’était la horde sauvage, le talent de Sam Peckinpah en moins…

Fondant sur leurs proies, ravageant pour le plaisir de ravager, pillant au hasard, frappant et hurlant comme des barbares primitifs, des meutes à peine humaines exposaient au monde « l’intégration réussie » à la française ! Un monde qui finira par choisir d’autres destinations de voyage moins « animées », provoquant ainsi des pertes financières qu’on ajoutera à la facture exorbitante pour l’entretien de ces ennemis de l’intérieur.

Mais pas d’amalgame, je vous prie ! Pas de raccourci facile ! La vérité c’est que c’était à cause du mauvais temps ! Ce car dévalisé devant la Tour Eiffel, ce n’était ni plus ni moins qu’une « spécialité exotique épicée » qu’il eût été regrettable de ne pas faire « goûter » à nos amis touristes !

Pris un temps de court, les médias on fort « heureusement » trouvé un coupable : c’était les ULTRAS, ces supporters « abreuvés de haine et de bière », comme chantait jadis Renaud. Le champ lexical en place, on pouvait, soulagés, se focaliser sur cette « poignée de perturbateurs » dont les « débordements » avaient été « contenus », déclarait Bertrand Delanoë. Ouf, on avait eu peur : c’était juste un  « incident » ! Quel bel euphémisme pour qualifier une guérilla !

Les agressions, viols, meurtres, églises et synagogues profanées, attentats, c’est aussi à cause des ultras, pas contents d’êtres interdits de stade ou que leur équipe chérie perde ? De qui se moque-t-on ? Vidéos et images à l’appui, n’importe qui peut constater que ces « casseurs » n’avaient rien de supporters éméchés ; ils étaient en service commandé. Manuel Valls peut éructer tant qu’il voudra que « le football est encore malade », il ne s’agit pas de football dans cette affaire, mais bel et bien de la haine contre une Nation manifestée par les petits protégés de son parti et de la pseudo-justice.

J’ai l’impression (et sans doute l’ensemble des rédacteurs de Riposte laïque) d’être la nouvelle Cassandre augurant de l’avenir et que les siens croient fou. Pourtant, en France, nous en sommes déjà à l’épisode où le cheval est entré dans la ville, déversant, via l’immigration massive et les discours des imams enragés, une armée dont la démonstration de la veille n’était qu’un avant-goût.

Charles Demassieux

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi