Chantage à la sextape : le maire de St-Étienne a limogé son directeur de cabinet

Un premier fusible a sauté à l’Hôtel de Ville stéphanois et à Saint-Etienne Métropole en la personne du directeur de cabinet, Pierre Gauttieri. « Pierre Gauttieri et sa directrice de cabinet adjointe Claire Vocanson sont soupçonnés d’être impliqués » publie https://www.francetvinfo.fr/politique/les-republicains/chantage-a-la-video-intime-le-maire-de-saint-etienne-se-met-en-retrait-de-la-presidence-de-la-metropole_5375383.html

Dans cette affaire de chantage à la vidéo intime contre son ex-premier adjoint, Gilles Artigues, le maire Gaël Perdriau, récemment gardé à vue, lui, refuse toujours de démissionner de ses mandats. Voir https://ripostelaique.com/saint-etienne-perdriau-en-garde-a-vue-pour-chantage-politique-a-la-sextape.html

Sous le coup d’une procédure en cours, d’exclusion de son parti Les Républicains, Gaël Perdriau a préféré jeté du lest en se débarrassant de Pierre Gauttieri. Lequel n’entendait nullement quitter son confortable et autoritaire poste clé. Mais les enregistrements audio produits par Médiapart ont été accablants.

Sous la pression du conseil communautaire, Gaël Perdriau a cependant été contraint d’annoncer sa mise en retrait de la présidence de Saint-Etienne Métropole. 

Rappelons nécessairement pour la forme que tous les protagonistes de cette affaire bénéficient de la présomption d’innocence.

Communiqué de presse de Gaël Perdriau, maire de Saint-Etienne, président de Saint-Etienne Métropole

« Dans un souci de transparence, j’ai rencontré à l’issue de mon audition par les services enquêteurs, les élus du conseil de majorité de la ville de Saint-Étienne, de l’exécutif de Saint-Étienne métropole, et l’ensemble des maires au sein du bureau métropolitain. Au terme de ces consultations, il m’est apparu nécessaire, afin de permettre au travail municipal et métropolitain de se poursuivre avec sérénité, de mettre un terme aux fonctions du directeur de cabinet de la ville et de la métropole. Ce dernier a compris les enjeux de cette décision et l’a acceptée.

Je rappelle que Monsieur Pierre Gauttieri, comme moi et comme chacun de nos concitoyens, bénéficie de cette garantie essentielle de la démocratie qu’est la présomption d’innocence ».

Gaël Perdriau

Maire de Saint-Etienne

Président de Saint-Etienne Métropole

Fin de citation.

L’enquête toujours en cours, s’est orientée dernièrement vers les conditions d’attribution de subventions municipales connexes à cette affaire. 

Les responsables des Artistes de la galerie art pluriel (l’AGAP) et de France-Lettonie ont répondu aux policiers enquêteurs au sujet de subventions qui auraient servi à payer les auteurs de la vidéo intime. Les locaux de ces deux associations ont été perquisitionnés. En garde à vue ils ont eu à expliquer si de l’argent public a transité pour verser plusieurs dizaines de milliers d’euros à Gilles Rossary-Lenglet, cinéaste présumé du piège à l’escort-boy dans un hôtel parisien.

Des éléments rendus publics, il ressort que l’AGAP a dû :

« … faire la lumière sur une subvention municipale qui leur aurait été versée pour payer les services de Gilles Rossary-Lenglet, en vue d’organiser un gros événement d’art contemporain… qui n’a pas eu lieu »

Mais dans la bourriche des enquêteurs, grouillaient d’autres poissons présumés : ceux de France Lettonie Loire Auvergne, association sous l’égide du consulat dudit pays et un temps domiciliée à la même adresse à Saint-Etienne. 

Mais l’affaire se corse quand des journalistes de France Bleu Saint-Etienne Loire viennent d’apprendre que ledit consulat n’existe plus.

https://www.francebleu.fr/amp/infos/faits-divers-justice/deux-nouvelles-gardes-a-vue-dans-l-affaire-du-chantage-a-la-sextape-a-saint-etienne-1663149717

L’ambassade de Lettonie à Paris confirme. Un nouveau consulat a été installé à Lyon. Et là surprise, personne ne connaît (ou plus ?) l’association France-Lettonie!

Or s’il est un homme en mesure d’apporter tout renseignement utile sur cette association, c’est bien Robert Giacomel, devenu avocat sur le tard et aujourd’hui à la retraite. L’homme est aussi écrivain https://www.decitre.fr/livres/icones-9782351203378.html

En effet, souvenons-nous de cette interview de Gilles ROSSARY LENGLET, dans le magazine STEMP numéro 33, de septembre 2014, de l’ex-avocat stéphanois devenu consul : Présentation de Robert Giacomel, Consul de la République de Lettonie https://consulatlettonie.wixsite.com/consulat-lettonie/consul-

Affaire à tiroirs, comme il était prévisible, voici qu’une autre affaire dans l’affaire se dessine, (orthographe non corrigée) : 

« Tu attrape les gens pour leur dire que Perdriau est un escro et que ce n’est pas vrai ce qu’il a fait pour les musulmans et qu’il ne faut pas voter pour lui [sic]», poursuit le proche du maire »

https://www.liberation.fr/politique/saint-etienne-un-deuxieme-elu-accuse-le-clan-perdriau-de-chantage-20220923_TSKTRSZQN5EQBBJRNXLUWU4GIY/?outputType=amp

Pour que nos lecteurs comprennent : Ali Rasfi était candidat sur une liste de gauche aux municipales et assesseur d’un bureau de vote dans le quartier sensible de Solaure. 

Deux ans après, à l’occasion de l’actuelle affaire Perdriau et consorts, il dit avoir reçu des SMS de Mohamed Ghoulam*, chargé de mission au cabinet du maire.

* frère de l’ancien joueur de l’ASSE Faouzi Ghoulam.

La réunion du prochain conseil municipal, lundi 26 septembre, risque en tout cas d’être animée. On ne sait pas si Gaël Perdriau en assurera la direction mais l’ordre du jour est d’ores et déjà lisible en ligne.

Comme d’habitude, la séance sera retransmise en direct puis en différé sur le site de la mairie : 

https://www.saint-etienne.fr/mairie/conseil-municipal/s%C3%A9ances-conseil-municipal

Saint-Etienne, une ville plombée par le très bas niveau intellectuel politique. Et pas que par l’opium du foot qui mine les neurones des électeurs.

L’affaire Perdriau-Artigues est révélatrice des basses besognes qui entourent les magouilles politicardes à courte vue orchestrées par les Pieds nickelés de l’exécutif local, dont l’imbécilité est sans limites. 

À l’heure d’internet, des téléphones-caméras portables, des dictaphones-enregistreurs miniaturisés, de la sur-médiatisation des événements, alliés à la cupidité et la délation humaine, comment ces hommes publics ont été assez cons pour imaginer ne jamais être confondus ?

Stéphanois de naissance depuis 1955, l’histoire de la ville m’a enseigné la lourdeur d’une bourgeoisie d’une nullité intellectuelle crasse et ses réseaux, dont la franc-maçonnerie, qui ont toujours intrigué et freiné l’essor de la ville en neutralisant les élites. Témoin le gigantesque projet du Ministère de la Guerre, qui dans les années 1920-1930, projetait de faire de Saint-Etienne un pôle d’excellence pour l’aviation, à partir de la plaine de la Doa qui jouxte l’entrée nord de la ville. Saint-Etienne serait peut-être devenu le Toulouse de l’aviation moderne.

Après des mois de tergiversations et de grippage de toute cette bourgeoise minable, pingre et peureuse de la perte éventuelle de ses privilèges, le ministre, brutalement, mit fin aux discussions.

Il y a quelques années, j’ai eu l’occasion de rédiger un article dans Le Progrès sur cette époque, intitulé « Louis Soulié, l’élu républicain malmené ».

Louis Soulié était maire de Saint-Etienne et sénateur de la Loire.

Repères 

Le dossier de Médiapart (qui a révélé l’affaire)

https://www.mediapart.fr/journal/france/dossier/saint-etienne-le-maire-la-sex-tape-et-le-chantage-politique

Gaël Perdriau, le baron stéphanois aux méthodes de barbouzes

« L’affaire du chantage à la sextape a révélé au grand jour les « méthodes de barbouzes » employées par l’actuel maire de Saint-Etienne pour faire plier ses collaborateurs. Entre clientélisme, vagues de démission et humiliations publiques, c’est tout le milieu politique local qui menace de s’effondrer. Enquête au cœur de la baronnie stéphanoise.»

Par Antoine Berettohttps://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/politique/gael-perdriau-le-baron-stephanois-aux-methodes-de-barbouzes

Jacques CHASSAING  

image_pdfimage_print

5 Commentaires

  1. Allez toutes ces merdes de politichiens sur la bascule à Charlot , il est temps de purger le système !

  2. Rien n’effraie Perdriau. Il a accepté sans sourciller un ancien frère musulman au sein de son conseil municipal.

      • les baskets à 500 e ? c’est juste une direction politique essentiellement bobo-gauchiste voulant pactiser avec la mode au départ racaille de la basket censée remplacer toutes les autres godasses culturelles ; le 500 e n’est pas là pour marquer un privilège de classe mais un soutien subtil aux footballeurs millionnaires précisant par là son étiquette « cosmopolite anti raciste ».

Les commentaires sont fermés.