« Charia Hebdo » ou les limites de la liberté d’expression

Avec l’annonce de Charia Hebdo, j’ai été stupéfait de la folle témérité de l’hebdomadaire et des réactions enthousiastes des internautes saluant le « courage » du journal. Les représailles que je redoutais n’ont pas tardé.
Je m’étonne que la naïveté suicidaire du journal n’a été mise en cause par PERSONNE jusqu’à présent – à ma connaissance.
« Qui sème le vent récolte la tempête. » (Bible)
Ce n’est pas en jouant avec le feu qu’on éteindra l’incendie de l’islam totalitaire.
Bien sûr qu’il faut combattre le totalitarisme religieux, quel qu’il soit. Mais l’humour provocateur n’est pas le meilleur moyen face à des fanatiques. S’ils sont fanatiques, c’est justement qu’ils n’ont pas d’humour ! (CQFD)
Le plus stupéfiant dans cette histoire, c’est la « bonne conscience » de nos médias et de nos politiques. Et l’ignorance crasse de l’islam véritable. Avec zéro pointé en psychologie islamique.
« On rigole de tout » dans Charlie Hebdo ; « Je ne pensais pas que l’islam et l’islamisme étaient un sujet tabou », nous déclare Charb, son directeur, dans la plus grande innocence. Maintenant, j’espère qu’il a compris ! Qu’il a compris que l’islam n’est pas une religion comme les autres. Et qu’avec l’islam, on ne rigole pas.
Quand reconnaîtra-t-on que l’islam qui se répand en ce moment, c’est de la nitroglycérine ?
Dommage que Charlie Hebdo n’exerce pas plutôt son humour sur nos faiseurs d’opinion, sur les censeurs de « l’islamophobie nauséabonde », sur le multiculturalisme pourchassant le fondamentalisme des cathos fascos…
Comment Charlie Hebdo ne reconnaît-il pas que la plupart des médias (et de gauche !) passent leur temps à défendre l’islam, et bientôt la charia !?
Là-dessus, lire l’excellente analyse de Christine Tasin https://ripostelaique.com/charlie-hebdo-n’a-toujours-rien-compris-a-l’islam.html
Vivement que les médias soient plus critiques sur eux-mêmes. Qu’on rigole enfin !
Autre sujet de consternation : Partout les politiques invoquent en chœur la sacro-sainte liberté d’expression, et leur scandale face à l’incendie de Charlie Hebdo.
Loin de moi de défendre ici l’islam(isme) et sa loi sur le blasphème. Je veux simplement défendre le bon sens.
Si la liberté d’expression consiste à « pouvoir rigoler de tout, et à se moquer de tout », qu’est-ce qui m’empêche de me moquer de l’autre jusqu’à l’insulter ?
La liberté d’expression a donc ses limites. Celles de l’INSULTE.
On me dira qu’insulter le prophète d’une religion (Jésus ou Mahomet, peu importe ici), c’est insulter une idée, non une personne. À voir ! Car POUR LE CROYANT, cela revient à l’insulter dans son identité profonde, l’air de dire : « Ce que tu crois, c’est des conneries. Ta vie repose sur des conneries. » (en français dans le texte)
Désolé de le rappeler, mais le respect de la diversité des cultures et des religions est bel et bien inscrit dans la Charte des Droits de l’Homme !
Dans ce sens, la manière de se jouer de Mahomet dans Charia Hebdo flirte avec l’insulte POUR LE MUSULMAN. Donc avec le blasphème selon l’islam. J’y peux rien, c’est ainsi ! Surtout si on sait que l’islam ne supporte aucune représentation de son prophète. A fortiori si c’est pour le tourner en dérision.
Bref : on joue avec le feu sur un bidon d’essence !
Il est consternant que dans notre République des Lumières, on ne fasse plus la distinction entre liberté de pensée, provocation, moquerie, insulte. Et qu’on manque à ce point de psychologie et de vraie connaissance de l’autre (et de ses problèmes).
Au nom de la sacro-sainte liberté d’expression, est-il permis de provoquer un psychopathe ?
Notez que c’est toujours la sacro-sainte liberté d’expression qui tolère des groupes de rap haineux qui vomissent sur la France et appellent au meurtre. Et cela au nom de la « culture » et de « l’art » ! Finalement, l’islam nous rend la monnaie de notre pièce. Effet boomerang !
Ceci dit, OUI à la liberté d’expression !
— OUI au droit de CRITIQUER une personne ou une idée (idéologie, religion) à condition que cela soit dans un minimum de RESPECT de la personne. Comment voulez-vous qu’elle vous écoute et vous comprenne si vous l’agressez !?
— OUI au débat qui permet de DÉBATTRE pour ne pas SE BATTRE. Donc qui promeut le « vivre ensemble » (Tiens, revoilà l’expression !)
— OUI à l’honnêteté qui évite la MANIPULATION ou l’ AMALGAME. (Cf. comment tous les coups sont permis contre le christianisme, notamment pour comparer les manifestants catholiques avec les pires des fondamentalistes fanatiques — sauf qu’ils ne cassent rien et ne tuent personne !)
— Oui à la liberté de pensée où L’ESPRIT l’emporte sur le GLAIVE. (« Il n’y a que deux forces au monde, le sabre et l’esprit. À la longue, l’esprit est toujours vainqueur » – de Napoléon, qui s’y connaissait dans ces deux forces.)
— OUI donc à l’islamophobie qui dénonce l’islam dangereux. Ce qui n’est pas du racisme ou de la musulmanophobie. Ne pas faire cette distinction, c’est grave !
Face à l’islam conquérant et intolérant, notre meilleure “arme” est donc la VÉRITÉ qui doit mettre l’islam et les musulmans face à leurs incohérences et leurs contradictions. Et ne pas les lâcher tant qu’ils n’ont pas répondu.
« La vérité vous rendra libre », disait Jésus (Jean 8,31-32)
Dans la FERMETÉ et le RESPECT !
Reste un dernier problème : Pour être crédible et s’imposer, il faut avoir un minimum d’identité, de cohérence et de valeurs. Or, nos “valeurs” sont aujourd’hui rongées par le doute, le relativisme, le matérialisme ; et beaucoup de débauche.
Dès lors, comment s’imposer face à l’islam avec une telle faiblesse d’identité et de valeurs ? — Le sociologue américain Christopher Caldwell en doute : « Quand une culture peu sûre d’elle, malléable et relativiste, rencontre une culture ancrée, confiante et renforcée par des doctrines communes, c’est généralement la première qui change pour s’adapter à la seconde.” (Une révolution sous nos yeux : Comment l’islam va transformer la France et l’Europe)
Comment donc peut-on espérer que les musulmans nous respectent ? — Faut-il attendre que l’islam soit tellement dilué qu’il ne soit plus l’islam ? Faut-il que les musulmans renoncent à croire en Dieu et deviennent athées ? Ou qu’ils renoncent au coran, « parole céleste » ? Pensez-vous qu’ils pourront sortir du totalitarisme islamique sans leur proposer le Dieu-Amour tel qu’il se révèle en Jésus-Christ et le Nouveau Testament de la Bible !?
Posons-nous au moins ces questions avant de provoquer les musulmans.
En tout cas aujourd’hui, certains comprennent l’importance du facteur religieux et chrétien, dont la somalienne Ayaan Hirsi Ali, alors qu’elle est athée elle-même. Et l’historien Jean Sévillia : « Seule une religion peut répondre à une religion. Mais si l’ État [et autres cercles] n’y était pas hostile, ce serait mieux. Nous sommes à la croisées des chemins : pour poursuivre sa route, la France devra choisir. » (Historiquement incorrect, Fayard)
Oui, nous avons à choisir entre le relativisme à tout va, avec sa christianophobie — et l’islam avec la charia (et beaucoup d’incendies).
Jean-Benoit Casterman
Une BELLE réponse à l’islam, et une BELLE liberté d’expression : l’interview de Myriam, de RL, manifestant contre la persécution des chrétiens :
http://www.youtube.com/watch?v=gimMBXHCB0g&feature=related
 

image_pdf
0
0