Cher Michel Onfray, il n'y a qu'un islam, celui de Médine !

decapitationsLes tentacules de l’empire d’Allah ( Califat ) sont en train de prendre pied en Europe et plus particulièrement en France où elles commencent à s’enraciner durablement dans de nombreux quartiers des principales villes françaises.
Grâce à l’appui fourni par la caste politico-médiatique, cet empire du mal se déploie en toute liberté en Occident parce que les pétrodollars sunnites fournis par les monarchies arabes ont corrompu les esprits des uns et des autres. Ils sont devenus complètement obnubilés par l’appât du gain oubliant du coup les principes républicains.
Il est triste de constater qu’en 2015, les grandes puissances démocratiques ne se rendent pas compte de l’existence de la dictature théocratique véhiculée par l’islam surtout sunnite qui veut, même au prix du sang de millions de victimes, imposer la volonté diabolique du dieu de la Mecque à l’humanité, toute entière.
Se prosterner sans vergogne devant l’islam, n’est-ce pas déjà une défaite sans combat face aux appétits de ceux qui prônent la charia, c’est-à-dire les 57 pays de l’organisation de coopération islamique ( OCI)?
Au nom de la liberté de conscience, l’oligarchie politico-médiatique est en train de vendre en gros et en détail des pans entiers de la république française à l’islam conquérant. En fermant les yeux sur les attaques de cet islam guerrier, qui depuis 622 de l’ère chrétienne a pour objectif de soumettre la terre, dans sa globalité, à sa doctrine mortifère, elle a trahi les idéaux qui ont fait la grandeur de la France. Par sa compromission avec les adeptes du djihad, elle a permis l’introduction du loup dans la bergerie, en utilisant honteusement les droits de l’homme pour dissimuler sa démarche suicidaire.
Désormais, en Occident et plus particulièrement en France, l’islam avance à visage découvert, il n’a plus besoin de se cacher, car il a la bénédiction des marchands de la tromperie, du mensonge et de l’occultation, les pseudo-moralisateurs qui décrètent le bien et le mal matin et soir.
Les mosquées qui poussent comme des champignons, les accoutrements ( voile, burqua, qamis) et les enseignes halal, ne sont-ils pas une véritable agression contre l’histoire de la France ? Nier cette évidence, c’est enterrer la France, en tant que nation judéo-chrétienne. Et c’est ce que cherche apparemment à obtenir la caste politico-médiatique.
Dans ces conditions, peut-on encore dire que l’islam est une religion comment le radotent de nombreux hommes et femmes politiques, à l’exemple du maire de Bordeaux, Alain Juppé ?
Ce dernier, d’ailleurs n’a pas hésité à avouer qu’il n’a jamais lu le coran et encore moins les hadiths, face au philosophe Michel Onfray, le 25 Mars 2015 sur Canal+ durant l’émission ‘ Le Grand Journal animée par Antoine de Caunes. Son aveu démontre une fois de plus que la caste politico-médiatique est très éloignée des préoccupations des Français qui font face au changement socio-culturel de leur environnement.
Alain Juppé promet de lire le Coran par LeLab_E1
Durant cette émission, le philosophe Michel Onfray asséna quelques vérités à la face d’Alain Juppé en déclarant : « Vous qui prétendez aux plus hautes fonctions, je trouve grave que vous n’avez pas lu le coran. Je trouve aujourd’hui, se permettre d’avoir des avis sur l’islam, sans avoir lu le coran, les hadiths du Prophète, sa biographie, c’est comme parler d’un film qu’on n’a jamais vu… »
Désarçonné, Alain Juppé encaissa cette humiliation et avoua en direct son ignorance de l’islam en disant : « C’est vrai, vous avez raison, je n’ai jamais lu le coran. Je vais le lire intégralement, j’ai essayé mais en réalité, c’est illisible. »
C’est consternant de découvrir qu’un homme politique qui aspire à diriger la France soit incapable d’expliquer les textes de la religion qu’il défend avec acharnement, d’autant plus qu’il s’est accoquiné avec le recteur de la mosquée de Bordeaux, Tarek Obrou en lui décernant la Légion d’honneur , tout en sachant que celui-ci est membre de la confrérie des frères musulmans qui rêvent de l’instauration d’un califat mondial et dont le slogan est : « Allah est notre Dieu. Le Prophète Mohamed est notre chef. Le coran est notre constitution ( loi). Le Djihad est notre voie. »
Les Français, pourront-ils continuer à faire encore confiance à un homme politique comme Alain Juppé ?
Mais au cours de la même émission, le philosophe Michel Onfray déclara qu’il y a au moins deux islams, dont l’un peut être compatible avec les valeurs de la république, en s’appuyant sur le verset 256 de la sourate 2 qui stipule que : « Nulle contrainte en religion ! Car le bon chemin s’est distingué de l’égarement. Donc, quiconque mécroit au Rebelle tandis qu’il croit en Allah saisit l’anse la plus solide, qui ne peut se briser. Et Allah est Audient et Omniscient. »
Quelle mouche a donc piqué Michel Onfray pour oser avancer cette contre-vérité sur l’islam qui demeure une religion de conquête ?
Le philosophe Michel Onfray, s’est-il fait manipuler à son tour par les intellectuels musulmans qui utilisent ce verset tronqué pour endormir ceux qui n’ont pas les arguments nécessaires pour contrer le mensonge islamique ?
La takkya, n’a-t-elle pas fini par scléroser les débats contradictoires en France?
Et pourtant, il lui suffit de se référer au nâsikh et mansûkh ( versets abrogeants et abrogés ) du fiqh ( sciences islamiques) pour s’apercevoir que le verset 256 de la sourate 2 a été abrogé par les versets 5 et 29 ( appelés versets de l’épée ) de la sourate 9 ( le repentir) où il est écrit :
« Après que les mois sacrés expirent, tuez les associateurs où vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Si ensuite ils se repentent, accomplissent la salat (prière) et acquittent La zakat ( l’aumône) , alors laissez-leur la voie libre, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux. »
« Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdissent pas ce qu’Allah et son Messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation (jizya) par leurs propres mains, en état d’humiliation. »
Les théologiens musulmans se sont appuyés sur le verset 106 de la sourate 2 mais aussi sur les versets 101 et 102 de la sourate 16 pour abroger de nombreux versets mecquois ( nâsikh et mansûkh) où il est écrit :
« Si nous abrogeons un verset quelconque ou que Nous le faisons oublier, Nous en apportons un meilleur, ou un semblable. Ne sais-tu pas qu’Allah est Omnipotent ? »
« Quand Nous remplaçons un verset par un autre- et Allah sait mieux ce qu’il fait descendre- ils disent : « Tu n’es qu’un menteur ». Mais la plupart d’entre eux ne savent pas. »
« Dis : « C’est le Saint Esprit ( Gabriel) qui l’a fait descendre de la part de ton Seigneur en toute vérité, afin de raffermir la foi de ceux qui croient, ainsi qu’un guide et une bonne annonce pour les Musulmans. »
Comment le philosophe Michel Onfray, peut-il expliquer aux Français qu’il existe un islam compatible avec la république, alors que tous ses textes fondateurs prêchent la haine de tout ce qui n’est pas musulman ?
N’est-il pas écrit dans le coran que la oumma, la communauté islamique, est la meilleure qui puisse exister sur terre ? N’est ce pas là un racisme sacré décrété par le dieu de la Mecque contre tous ceux qui refusent de lui prêter allégeance ?
Dans la sourate 3, verset 110, Allah informe les mahométans qu’ils sont ses préférés : « Vous êtes la meilleure communauté, qu’on ait fait surgir pour les hommes. Vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez à Allah. Si les gens du Livre croyaient, ce serait meilleur pour eux, il y en a qui ont la foi, mais la plupart d’entre eux sont des pervers. »
Michel Onfray, oublie-t-il que pour Allah et son Apôtre, la seule religion qui existe sur terre est l’islam ?
N’en déplaise à ceux qui sont dans le déni, le verset 19 de la sourate 3 est précis et sans ambiguïté : « Certes, la religion acceptée d’Allah, c’est l’islam… »
M. Michel Onfray sait mieux que quiconque que le djihad est le sixième dogme de l’islam et que sans la violence sacrée, ce dernier n’aura jamais pu conquérir de vastes territoires.
La tyrannie islamique a été planifiée dès 622 de l’ère chrétienne à Médine, par Mahomet lui-même. Et depuis cette date, l’humanité ne fait que récolter les fruits mortels sécrétés par le dieu de la Mecque.
L’extermination pratiquée par Mahomet en 627 après J.C de la tribu juive des Banu Qurayza à Yathrib ( Médine) fut le début de la barbarie islamique, à grande échelle.
La paix, la tolérance et le vivre ensemble ne sont que des mots creux qui n’ont aucun fondement théologique en islam, car les musulmans ne doivent en aucun douter du coran et des hadiths. Et c’est là où le bât blesse.
Pour être aimés par le beau modèle de Médine, les musulmans doivent sans interruption se lancer dans le djihad afin de soumettre et détruire les mécréants, et ceci est écrit noir sur blanc dans le coran. Toute autre interprétation n’est que de l’enfumage, car l’histoire passée et présente de l’islam témoigne de la barbarie qui l’anime.
Le questionnement, le doute, le libre arbitre n’ont pas droit de cité en islam, qu’on se le dise une fois pour toutes. Passer sous silence cette réalité islamique, c’est se voiler la face en se soumettant corps et âme à Allah et à son Apôtre. Sans broncher!
Il est vrai qu’il existe trois branches de l’islam : sunnite, chiite et ibadite ( kharidjiste) mais qui ont pour base idéologique le coran incréé et la sunna (actes et paroles de Mahomet).
Le philosophe Michel Onfray doit savoir qu’il y avait eu des tentatives de réforme de l’islam par les Moutazilites ( philosophes et penseurs musulmans) entre le VIII et le XIII siècles qui furent inspirés par la philosophie grecque et la raison ( notamment Platon et Aristote) et qui avaient admis déjà à cette époque que le coran était créé. Malheureusement l’orthodoxie islamique avait étouffé cette tentative de réflexion ( ijtihad) révolutionnaire, en envoyant au bûcher la majeur partie ce ces philosophes, à l’exemple d’ Ibn Al Muqaffa, d’Ibn Abdi-l-Awja, d’Ibn warraq, de Mansur Al-Hallaj.
A partir du XII siècles les portes de la réflexion se fermèrent et l’islam des origines (de Médine) reprit le dessus sur toute autre interprétation qui remettrait en cause la doctrine que le coran est incréé.
Actuellement, l’espoir de réformer l’islam et de l’adapter au monde moderne viendrait peut-être du chiisme qui est organisé autour d’un clergé qui serait tenté un jour par un travail de réflexion ( ijtihad) pour suivre le chemin des Moutazilites.
Mais en attendant ce moment-là tant souhaité, les adeptes du djihad continuent à tuer au nom d’Allah et de son Envoyé des innocents comme on vient de le voir à l’université de Garissa au nord-est du Kenya ou plus de 147 étudiants tous chrétiens furent massacrés par les islamistes Chebabs somaliens mais qui avaient épargné les autres étudiants musulmans.
Pendant ce temps en Europe et surtout en France dès qu’un graffitis apparait sur le mur d’une mosquée, toute la caste politico-médiatique et ses alliés de la religion de paix et d’amour crient à l’islamophobie.
Alors cherchez l’erreur, mesdames et messieurs !
Hamdane Ammar

image_pdfimage_print