Chère présidente de « Ni Putes Ni Soumises », vous vous trompez sur l’islam et la laïcité

Chère Madame Guénifi (*),

Asma Guénifi, présidente de Ni Putes Ni Soumises, le 12 décembre 2011 à Paris (Photo Joel Saget. AFP)

J’ai trop de respect pour vous et pour votre mouvement pour taire ce que je pense de l’interview que vous avez accordée le 4 octobre 2012 au quotidien Libération. Vous faites un très bon constat de la situation, mais le diagnostic et le remède n’y sont pas. Si ça peut vous consoler, vous n’êtes pas la seule à éviter de bien nommer la chose qui nous ronge. Explication : Comme l’écrasante majorité de nos concitoyens, de nos politiques, de nos militants et de nos intellectuels, de gauche comme de droite, vous faites tout simplement fausse route lorsque vous affirmez : « Le principal problème reste le retour au communautarisme. On voit de plus en plus de femmes voilées, sans qu’aucune mesure ne soit prise. La réponse c’est la laïcité. »

Non Madame, face au voile islamique et à la vraie alerte qu’il nous adresse, ici en France, la laïcité n’est d’aucun secours. Elle est LE piège par excellence que la commission Stasi nous a tendu. Elle nous a bien eus ! Membre de Riposte Laïque, je me suis aussi trompé, mais je tente de me corriger. Celles et ceux qui invoquent la laïcité dans un environnement qui a totalement changé, réfléchissent dans un cadre dépassé. Nous ne sommes plus en 1905 !

Le voile islamique, quelle que soit sa taille, sa couleur ou la tenue qu’il accompagne, nous signifie tout simplement que celle qui le porte est musulmane et qu’elle se réserve aux musulmans et aux convertis bien circoncis pour… se reproduire en rond ! La voilée chrétienne se refuse à toute reproduction.

Fini donc le creuset de fusion que la France a toujours été. Ce n’est pas la laïcité qui est mise à mal, mais bel et bien le fondement-même de la nation française. Les nouveaux venus ont toujours accepté de fusionner avec ceux qui les avaient précédés ; pas les musulmans attachés aux préceptes du Coran et de Mahomet : ils ont obligation de renforcer, avant tout, leur propre communauté. L’islam, par le truchement du voile et de ses commandements explicites, met hors service le creuset de fusion qui n’est rien d’autre que les entrailles de nos concitoyennes, y compris musulmanes. Ne vous mélangez surtout pas, nous indiquent le Coran et Mahomet ! Les juifs, sous Napoléon, ont dû renoncer à ce même interdit d’aimer pour se mélanger aux autres et pour accéder à la citoyenneté, à ce qui fait, à juste titre, la fierté de la nation française.

L’islam est tout simplement ségrégation ! Il est temps d’exprimer haut et fort cette incompatibilité de fond avec ce qu’est la notion même de la France ! Exigeons donc, tous ensemble, que les représentants de l’islam renoncent définitivement, par écrit et officiellement, à cet interdit religieux ouvertement ségrégationniste, pour tenter de recoller le creuset de fusion bel et bien brisé depuis l’arrivée massive des musulmans pratiquants. Il n’y a qu’à considérer le nombre de mariages au pays des parents et même grands-parents pour se convaincre que nous allons à la catastrophe ; « Les Yeux Grand Fermés » comme l’a si bien expliqué la démographe Michèle Tribalat.

Il faut donc chercher à émanciper les filles et les garçons de l’emprise idéologique de cette ségrégation. On ne peut l’afficher ‘‘fièrement’’, même pas pour couvrir une honte. Ce sont toujours les filles qui portent le chapeau, ou plutôt ici l’étendard islamique et il faut qu’elles en prennent clairement conscience. Ce sont elles qui nous engendrent les enfants de demain. Disons tout simplement non à cette prison, à cette ségrégation islamique, à cet interdit d’aimer !

Vous vous tromperez lourdement si vous continuez à imaginer que c’est de la faute des islamistes ou des parents musulmans ; alors qu’ils sont les premières victimes du Coran et de Mahomet, transformés en vecteurs-reproducteurs. Sachons aujourd’hui distinguer entre ces victimes-là et les deux germes pathogènes, afin de prescrire le bon remède ! Distinguons. Arrêtons donc d’invoquer la laïcité, comme le feraient MM. Sakozy et Hollande ou Mme Le Pen…, là où il s’agit de ségrégation à visage découvert et de la survie de toute une nation ! Finissons-en donc avec ce bal des hypocrisies qui n’a que trop duré !

Pascal Hilout, né Mohamed

_____________

Une copie de cette lettre a été envoyée à :

  •  Monsieur le Président de la République
  •  La rédaction de Libération
  •  M. le Président du CFCM
  •  M. le Président du CRIF
  •  M. le Cardinal de Paris
  •  Aux dirigeants des partis politiques :

o PCF
o Parti de Gauche
o MRC
o Parti Socialiste
o PRG
o EELV
o CAP21
o MODEM
o UDI
o UMP
o PCD
o CNI
o Debout La République
o MPF
o FN

 

image_pdf
0
0