Chez Taddéi, Slobodan Despot a mis minable le propagandiste Glucksmann Junior

Publié le 19 mars 2015 - par - 3 955 vues
Share

http://www.france2.fr/emissions/ce-soir-ou-jamais

C’est vendredi dernier, 13 mars 2015, dans l’excellente émission de Taddei, « Ce soir ou jamais », que mon attention fut particulièrement attirée sur l’ami Slobodan Despot. Serbe, écrivain et éditeur en Suisse, maitrisant le français comme vous et moi. Il a littéralement « mis à plat », le fils du « philosophe » André Glucksmann, Raphaël, qui nous chantait les louanges de la Georgie et de l’Ukraine et de leur combat pour la « démocratie », avec des airs de Sainte Thérèse d’Avila.  J’ai donc fait mes petites recherches sur Wikileaks.  Vous savez, le Wikileaks de Julian Assange, qui, courageusement, nous a fait connaitre les dossiers et annotations de l’Administration Américaine, de la CIA, FBI, NSA et autres. Chacun sait ce qui lui en coûte. Il vit depuis, reclus, à l’ambassade de l’Equateur à Londres, avec la menace que, dès qu’il sort, il sera arrêté et embarqué vers les US, ou un jugement avec peine de mort, pour haute trahison en issue ne fait aucun doute.

Il y a comme ça, des hommes courageux, qui ne supportent plus certaines choses et qui, au péril de leur vie, dénoncent le mal. Comme l’a fait Edward Snowden, Hervé Falciani avec la HSBC et maintenant Udo Ulfkkotte, ancien patron de la FAZ (Frankfurter Allgemeine Zeitung), le plus prestigieux quotidien Allemand sur les médias corrompus. Ce que les journaux Français appellent des « lanceurs d’alertes » que l’on doit protéger. Pas sûr qu’ils soutiendraient un Ulfkotte qui dénonce les journalistes achetés. Je n’oublie pas non plus les rares courageux qui critiquent l’islam incompatible avec nos valeurs.

bonnet_d_anePour revenir à Glucksmann Junior, son épouse, Eka Zguladze est une sacrée personnalité dont les services Américains notent ceci, que vous pouvez consulter sur le lien: https://wikileaks.org/plusd/cables/07TBILISI2084_a.html et que je traduis:

« Eka Zguladze: Une force dans un Ministère stratégique. 

Eka Zguladze, vingt neuf ans, est devenue Ministre Adjoint de l’Intérieur en mai 2006, en remplacement de Eka Tkeshelashvili, qui a prit des fonctions en tant que responsable de la Cour d’Appel de Tbilissi. Il y a une blague qui circule entre elles, c’est que le poste est réservé au gens qui se nomment « Eka ». Zugladze est une bureaucrate sans attache, qui arrive le matin avant son chef, le Ministre de l’Intérieur Merabishvili et termine son travail souvent aux petites heures du matin. Elle est futée et parfois tranchante, compétente et un débatteur féroce. (note: ceci ne serait pas exceptionnel si elle était un homme, ce qui est la norme en politque Géorgienne. fin de note). Jamais ou rarement, Eka fait des concessioin. En même temps, cette qualité la fait paraitre comme rigide. Cependant, elle parle couramment l’anglais. Grâce à ses qualités réthoriques, le Ministère en a fait son porte parole sur un grand nombre de sujets. C’est elle qui a été choisie pour assister à un meeting à Bonn, sur l’Abkhasie et pour défendre la position de la Géorgie sur la vallée de Kodori. Elle voyage régulièrement à Bruxelles pour participer à des réunions sur la Géorgie et son ambition de rejoindre l’OTAN. Zguladze parle couramment l’anglais, est mariée. »

Son caractère ici décrit par les services Américains, ressort clairement lors de cette interview en anglais, durant lequel elle explique comment elle entend organiser la police Ukrainienne. Pour adoucir son intervention, elle joue les mères exemplaire en rélévant qu’elle a un fils de trois ans qui est toute sa priorité.

https://www.youtube.com/watch?v=QFGjMkeYsA8

Aujourd’hui, la belle Eka, occupe le même poste stratégique en Ukraine.  Zguladze-Glucksmann aurait des liens avec les partis nazis Ukrainiens. Ce qui fait un peu désordre lorsqu’on a un époux juif. C’est un film d’espionnage à l’envers. Dans le temps, c’étaient les hommes de pouvoir qui se laissaient séduire par des femmes au service de tel ou tel pays. Aujourd’hui, nous avons une femme de pouvoir, aux allures de James Bond girl,  dans un des pays à haut risque, qui a séduit un petit frenchy innocent et crédule, qui est devenu par amour, sans même s’en rendre compte, sa propagandiste. « Gigi l’Amoroso » essaye de nous convaincre sur plateau, qu’il connait sur le bout des ongles cette région, sans dire qui est son épouse et quel poste de pouvoir elle occupe. Il nous la joue, Samuel Laurent, chez Al Qaida, alors qu’il n’est qu’un pantin bouffi d’importance. Tout cela est pathétique et, s’il n’était le fils Glucksmann, il ne retiendrait l’intérêt de personne.

C’est bien là l’habileté de la belle Eka commanditée US ! Ils ont trouvé, apparemment, « l’outil idéal » pour diffuser leur propagande anti Poutine en France. C’est râté, les réseaux sociaux s’emparent de l’affaire. Tout se sait toujours. Derrière tout cela, encore une fois, aux manettes contre la Russie, Washington, dont le pauvre Glucksmann Jr. n’est qu’un petit pion que l’on fera disparaitre, sitôt qu’il sera constaté qu’il a raté sa mission. Et, la belle Eka, ira voir ailleurs. Un divorce « people » en perspective. Ce serait le second pour la belle, qui a été mariée à un « people local », Gega Palavandishvili , dont le statut social serait producteur… photo.

Sylvia Bourdon

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.