Chiche ! Déclarons l’islam en préfecture !

Publié le 30 septembre 2015 - par - 11 commentaires - 1 764 vues
Share

c

En dehors de sa religion, l’Islam est aussi une communauté d’intérêts où évoluent des adeptes qui non seulement pratiquent des actes religieux, mais également des actes de droit civil régis par la loi et la réglementation de la République française. Dans ce dernier cas de figure, la loi exige un certain nombre de conditions dont la désignation d’un responsable qui endossera la responsabilité juridique de la communauté. En somme, une organisation dont la définition répond quasiment à celle d’une association de type 1901.

Toute association répondant à cette définition doit déposer ses statuts et être déclarée en préfecture (ou au tribunal d’instance pour l’Alsace-Moselle). La préfecture ne peut pas refuser l’enregistrement mais la légalité de leurs statuts et de leur objet est vérifiée. En effet, la loi du 1er juillet 1901 permet la dissolution judiciaire notamment d’une association fondée sur une cause ou en vue d’un objet illicite contraire aux lois, aux bonnes mœurs.

Au fait, a-t-on contrôlé si les activités correspondant à l’islam sont compatibles aux lois et bonnes mœurs ? Bien sûr que non. Et si nous voulions créer une association de personnes ayant les mêmes objectifs et caractéristiques que l’islam, qu’en serait-il ? Faisons une simulation.

Imaginons qu’un groupement des personnes dépose une déclaration en préfecture. Son intitulé serait « association de la Pensée philosophique ». Dans les statuts, son objet principal serait la propagation de la Pensée philosophique. Dans le détail, il sera précisé que ce concept sera étendu à l’ensemble des habitants de la terre par des moyens pacifiques, par la soumission, la ruse ou la violence. Ceux qui ne voudront pas s’y soumettre devront payer un impôt, seront considérés comme inférieurs aux adeptes de la Pensée philosophique et n’auront pas les mêmes droits.

Les opposants à la Pensée philosophique seront sommés de rejoindre la communauté de la Pensée. Au cas contraire, ils seront mis à mort par divers moyens dont l’égorgement, la chute du haut d’une colline, l’ablation croisée des mains et des pieds ou par tout autre moyen préconisé par le Grand maître de la Pensée philosophique.

Je vois d’ici la tête du fonctionnaire affecté au contrôle des statuts. Le chef de cabinet du préfet est informé dans la minute qui suit et le préfet immédiatement alerté. Dans la journée, le ministère de l’Intérieur est saisi et la brigade anti terrorisme mise en branle pour enquêter sur cette dangereuse organisation qui, dans ses statuts, défie ouvertement les lois de la République, veut imposer de force son concept, asservir les citoyens et mettre leur vie en péril.

Le soir même, les médias, informés par des fuites émanant du ministère consacrent 27 minutes de la Une à cette scandaleuse affaire. Les Français sont horrifiés et 1 million d’entre eux descendent dans la rue pour crier leur indignation. Le lendemain, le président de la république affirme à la télévision que force restera à la Loi.

Allons bon, c’était une simulation. Mais si nous remplacions l’appellation «Pensée philosophique» par «Islam» ? Nous pourrions alors nous poser la question : mais qui a donc autorisé un tel concept en France. Personne ne s’est donc jamais inquiété de sa flagrante contradiction de la cause ou de l’objet illicites contraires aux lois, aux bonnes mœurs, comme le veut la loi de 1901 ?

Quand on sait que nos dirigeants veulent, en toute connaissance de cause, que l’Islam et sa doctrine fasciste s’imposent dans notre pays et dans l’ensemble de l’Europe, ils mettent la loi sous le tapis. Facile, ils ont le pouvoir, les médias aux ordres et les Français tétanisés. Mais le vent tourne et le tapis pourrait bien s’envoler.

Jean-Louis Burtscher

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Herbert Sogno

Magnifique idée, qui comme toutes les propositions d’action concrète ne doit pas en rester aux mots mais passer au stade de la réalisation. A organiser avec précaution et subtilité. Merci et bravo à l’auteur.

Carlos

Je vous signale que la loi de 1905 qui impose à un représentant du culte
de ne procéder au mariage religieux qu’après le mariage civil est constamment bafouée dans notre pays par certains imams musulmans qui marient des couples sans que ceux ci passent à la mairie ;Exemple personne dans la presse n’avait relevé qu’on disait Coulibaly « marié » à sa compagne en France alors qu’ils ne l’étaient pas civilement;mais la chose s’est imposée
alors qu’un curé serait puni par la loi !

Centulle

Le tapis VA s’envoler

Blanche

Il faudrait réellement faire quelque chose d’analogue à ce qui est proposé ici. Il y a un sérieux potentiel pour faire un coup juridique et/ou médiatique !

Bémol sur votre conclusion : l’Islam n’est pas fasciste. Vous n’aimez ni l’un ni l’autre, je suppose que vous n’aimez pas non plus le bolchévisme mais vous ne répétez pas « l’islam et sa doctrine bolchévique ». Ne dénaturons pas les mots, cela c’est la méthode de nos ennemis.

Glazik

Pour vous éclairer, voici ci dessous la définition du fascisme et celle-ci me semble parfaitement correspondre au malheur qui nous guettent si rien ne change dans notre pays et en Europe.
Votre commentaire jette le trouble sur le fait que vous semblez, selon vos écrits, avoir une préférence pour le fascisme ! Quant à l’Islam qui serait bolchévik, donc communiste, quel rapport ?
On peut parler de dictature communiste, mais ce n’est franchement pas le premier danger qui nous menace. Le danger c’est bien le fascislamisme et c’est largement suffisant !

Définition du fascisme : Attitude autoritaire, arbitraire, violente et dictatoriale imposée par quelqu’un à un groupe quelconque, à son entourage

MATA

Ce qui caractéris parfaitement l’attitude du prophète auto-proclamé de l’islam qui passa la fin de sa vie à mener une lutte sans merci à tous ceux qui refusaient de le considérer comme l’envoyé d’Allah. Même s’il consultait parfois ses compagnons, c’était lui qui prenait la décision

malan

Mais, vous, Blanche, vous jouez avec les mots !

L’islam à lui seul représente les feus fascisme (européen) et bolchévisme aujourd’hui disparus. Il les remplace largement ! Alors, on peut bien parler du fascisme islamique qui sévit aujourd’hui sans pour autant incriminer les victimes du bolchévisme qui souffrent autant que nous de l’islamo fascisme.

MATA

Sauf que pour certains adeptes du bolchevisme,l’islam qu’ils considèrent comme la religion des pauvres est le seul à pouvoir combattre la socièté occidentale qu’ils détestent tout en profitant du système. Ils oublient qu’ils seront les premières victimes de cette idéologie religieuse qui combat avant tout « ceux qui ne croient point en Dieu ni au jour derniers »

MATA

« L’islam n’est pas fasciste » !!! mais qui d’autre à part le prophète auto-proclamé décidait de tout, même s’il consultait parfois ses compagnons ? Il n’avait de compte à rendre à personne, sinon à Allah qui lui accordait tous les privilèges, même celui d’épouser sa belle-fille pour satisfaire ses instincts.

Herbert Sogno

@ Blanche

Définition du wiktionnaire :

1.Régime politique qui s’appuie sur un pouvoir fort, un État sécuritaire, l’exaltation du nationalisme et une politique réactionnaire.

Si bien sûr on accepte de d’étendre la notion de fascisme ( implicitement qualifiante, dans le contexte, et non administrative ) , alors on peut remplacer régime politique par doctrine religieuse, état sécuritaire par idéologie ultra répressive ( mains tranchées, têtes coupées ou suspendantes , lapidation ) , exaltation du nationalisme par exaltation d’une foi aveugle et incontestable ( au sens légal ) et politique réactionnaire par philosophie réactionnaire et rétrograde ( voiles, appel au culte de la tradition immuable quelque soit les progrès éthiques de la société, comme l’abattage rituel, acceptation que la Terre est plate etc …).

Votre première remarque était tellement juste que je ne vous ai pas retiré de points, d’autant que je comprends votre volonté de rester fidèle au sens des mots, que je partage en général, mais ici, on a une bijection entre la définition académique du fascisme et la projection imagée qu’on peut en faire pour décrire un mouvement de pensée. Donc, si vous le permettez, je rebécarrise la conclusion.

Patrick Zbinden

Exact, c’est ce qu’avait d’ailleurs fait remarquer Marion Maréchal Le Pen il y a quelques semaines, en réponse à une question.
Elle avait raison car le fascisme est nationaliste, pas l’islam pour lequel l’important est l’oumma. (communauté des croyants)
Khomeiny avait même déclaré qu’il se moquait de la disparition de l’Iran si l’oumma triomphait.
Mais il est vrai qu’aujourd’hui on a fait du mot « fascisme » le synonyme d’autoritarisme et d’oppression, ce qui est largement abusif car l’Italie de Mussolini était bien moins totalitaire que l’URSS.